20 races de chiens qui supportent bien le froid

20 races de chiens qui supportent bien le froid

La plupart des races de chien sont plus résistantes au froid que les humains, car l'organisme du chien y est mieux adapté. De façon générale, les chiens supportent généralement mieux les grands froids que les grandes chaleurs.


Toutefois, et comme c’est le cas également pour les humains, ils ne sont pas égaux face au froid. Il existe des races de chien qui supportent mal le froid, et d’autres au contraire dont les caractéristiques physiques les prédisposent à faire face aux températures les plus glaciales presque sans sourciller.


Quelles sont les races de chien qui résistent le mieux au froid ?

Page 1 :
La résistance d’un chien au froid
Page suivante :
Le Spitz de Norrbotten

De nombreux facteurs en jeu

De nombreux facteurs en jeu

Certains facteurs physiques peuvent faire qu'un chien supporte mieux le froid qu'un autre. Ainsi, de façon générale, un chien adulte a moins de difficultés à s'acclimater au froid qu'un chiot, au métabolisme encore immature, ou qu'un chien âgé, au métabolisme affaibli. Un chien maigre n'a pas les réserves de graisse nécessaires pour permettre à son métabolisme de se réchauffer rapidement, mais un chien en surpoids n’est pas davantage à l'aise face au froid. En effet, incapable de bouger normalement, il est insuffisamment capable d’activer son métabolisme et de se réchauffer en courant et en faisant des efforts soutenus.

 

Par ailleurs, comme chez l’Homme, un froid sec est beaucoup plus facile à supporter pour le chien qu’un froid humide. Par exemple, un -20°C dans les prairies canadiennes peut être nettement moins désagréable pour le chien (et pour son maître) qu'un -2°C sur les côtes bretonnes.

 

En outre, comme pour l'humain, plus un chien passe de temps à l'extérieur, plus son corps s'habitue. Un chien qui vit dehors en permanence ou qui sort plusieurs fois par jour supporte donc mieux le froid qu'un chien cantonné à l'intérieur.

 

Il n’en reste pas moins qu’un facteur primordial à considérer est la race du chien. En effet, même en faisant faire dix balades par jour à son Chihuahua et en lui donnant la niche la plus isolée possible, on n'en fera jamais un grand fan des hivers canadiens. Il préférera toujours les températures lui rappelant son Mexique d'origine...

Les chiens nordiques, races les plus adaptées pour résister au froid

Les chiens nordiques, races les plus adaptées pour résister au froid

La plupart des races de chien sont plus résistantes au froid que les humains, car l'organisme d’un chien y est mieux adapté. D’ailleurs, les chiens supportent généralement mieux les grands froids que les grandes chaleurs.

 

La nature ayant bien fait les choses, elle a doté les chiens nordiques d'un sous-poil plus dense et généralement aussi d'un poil plus long et épais. Ces caractéristiques morphologiques leur permettent de supporter parfaitement même le froid le plus rigoureux.

 

Ceci dit, même le plus robuste des chiens peut tomber gravement malade suite à un coup de froid, en particulier s'il y a été exposé trop longtemps. Un chien qui vit toute l'année dehors, été comme hiver, doit donc être protégé un minimum des intempéries (pluie, neige, vent...). Pas question de le faire dormir à même le sol, sous un arbre ! Même si certaines races s’en accommoderaient parfaitement, pourquoi leur imposer un tel sort, si on peut leur offrir un minimum de confort ?

 

La résistance d’un chien au froid

Par ailleurs, la grande tolérance au froid des chiens nordiques se retourne néanmoins contre eux en période de forte chaleur. Ces chiens ne sont clairement pas à leur aise quand il fait chaud, et c’est encore plus vrai en cas de canicule.

 

Certaines règles générales s’appliquent donc pour tous les chiens nordiques lorsque les beaux jours reviennent : 

  • Il est important de bien brosser son chien lors de sa mue printanière, pour enlever le sous-poil d’hiver. Par contre, il ne faut surtout pas raser son chien, car cela endommagerait son pelage et exposerait sa peau à un éventuel coup de soleil. Le sous-poil servant d’isolant tant contre le froid que contre le chaud, un brossage fréquent et régulier ainsi qu’un bain avec séchage efficace suffisent pour venir à bout du sous-poil d’hiver et soulager grandement l'animal.

  • Il faut bien sûr éviter d’exposer trop longtemps son chien au soleil, en particulier aux heures les plus chaudes de la journée et/ou les jours de canicule. Pour les promenades avec son chien, des lieux ombragés doivent être privilégiés. Une forêt avec un plan d’eau où il peut se rafraîchir et se réhydrater convient parfaitement. Et mieux vaut programmer les sorties avec son chien aux heures de fraîcheur matinale (avant 10h), ou bien après le coucher du soleil.

  • Le bitume ou le sable exposés au soleil peuvent brûler les coussinets du chien. En cas de doute, il suffit de placer sa main au sol et de tenter de rester ainsi 60 secondes. Si cela est difficile à supporter, il en va probablement de même pour le chien. Mieux vaut alors le faire marcher sur l’herbe ou tout autre revêtement sur lequel il ne risque pas de brûlure.

  • Lors d'un trajet en voiture avec son chien, la prudence est de mise. Comme les coups de soleil ne sont pas juste pour les humains, il est judicieux d'installer des pare-soleil aux fenêtres arrière du véhicule, afin qu'il ne soit pas exposé directement aux rayons UV. Par ailleurs, mieux vaut éviter les trajets durant les heures où le soleil est à son zénith.

  • Il ne faut jamais laisser son chien seul dans un véhicule, même à l’ombre et avec les fenêtres baissées. En effet, la température peut malgré tout grimper rapidement, et lui être fatale.

  • Que ce soit à la maison ou en déplacement, un chien doit toujours avoir accès à de l’eau fraîche, et c’est encore plus vrai durant l’été. En balade ou en voiture, il convient donc de penser à emporter une gourde d’eau bien fraîche et un récipient adéquat, afin de pouvoir le faire boire le plus souvent possible.

  • Pour rafraîchir un chien, l’eau glacée doit être proscrite, que ce soit avec un jet ou dans un bain. En effet, comme pour l’Homme, la différence de température pourrait être à l’origine d’un choc thermique potentiellement fatal. Il est préférable de prendre un gant de toilette et de le mouiller manuellement à l’eau fraîche.
Page 1 :
La résistance d’un chien au froid
Page suivante :
Le Spitz de Norrbotten
Dernière modification : 01/14/2020.
Reproduction interdite sans autorisation.
Partager
 

Vidéos sur ce sujet

Discussions sur ce sujet