20 races de chiens qui aiment l’eau et sont des super nageurs

20 races de chiens qui aiment l’eau et sont des super nageurs

Certains chiens partent se cacher quand vient l’heure du bain et trempent juste le bout des pattes lorsqu’ils sont au bord de l’eau, tandis que d’autres n’hésitent pas à sauter dans la piscine pour rejoindre leur maître et adorent faire trempette dans les étendues aquatiques qu’ils croisent sur leurs chemins.


Si la gent canine est indéniablement une espèce animale faite pour vivre sur la terre ferme, certaines races semblent ne pas en être totalement convaincues et affichent une attraction indéniable pour l’eau, s’avérant en outre être d’excellents nageurs.


Voici 20 races qui rechignent rarement à aller piquer une tête !

Les avantages d’un chien qui aime l’eau

Le fait qu’un chien apprécie l’eau présente des avantages certains dans la vie de tous les jours.

Une manière supplémentaire de se dépenser

Une manière supplémentaire de se dépenser

Il est parfois difficile de procurer à son chien un niveau d’activité suffisant, surtout quand ses besoins en la matière sont conséquents. S’il se sent à son aise dans l’eau et qu’il a appris à bien nager, aller chercher une balle ou un bâton lancé depuis la rive est non seulement un plaisir pour lui, mais permet en outre de le faire se dépenser tout en attendant soi-même tranquillement depuis le bord.

 

C’est d’autant plus vrai que, comme un humain, un chien se fatigue beaucoup plus rapidement dans l’eau que sur terre. S’il a besoin de courir une heure par jour pour se sentir bien dans ses pattes, un bon quart d’heure de nage devrait suffire pour qu’il dorme comme un chiot une fois rentré à la maison.

Davantage de possibilités de promenades et d’activités

Davantage de possibilités de promenades et d’activités

Certains chiens n’apprécient pas forcément de se promener sur une plage ou même le long d’un canal, et préfèrent que leur maître les emmène à d’autres endroits, quitte à ce que les sorties soient moins variées. D’ailleurs, plus largement, un chien qui n’aime pas l’eau risque de ne pas apprécier de se retrouver à vivre – ponctuellement ou durablement - près d’un lac ou en bord de mer, même s’il ne lui est nullement demandé de nager, ni même d’ailleurs de se mouiller.

 

En outre, un passionné d’activités nautiques souhaitant faire du bateau avec son chien risque fort d’être déçu s’il constate que son compagnon ne partage guère son attrait pour l’eau.

 

Un animal qui aime l’eau pose moins de problèmes : il est évidemment ravi lorsqu’il est sur la terre ferme, mais peut l’être tout autant à côté ou dans l’eau.

Moins de problèmes à l’heure du bain

Moins de problèmes à l’heure du bain

Un animal qui se sent à l’aise dans l’eau se montre généralement moins réticent quand vient le moment de se faire shampooiner. S’il est nécessaire de donner un bain à son chien très régulièrement pour maintenir son pelage en bon état, cela peut faire une réelle différence.

 

Il faut toutefois se méfier des conclusions hâtives : le fait qu’un chien aime l’eau ne signifie pas forcément pour autant que les passages dans la baignoire sont une sinécure. En effet, il demeure parfaitement possible qu’il ne se laisse pas nettoyer sans broncher : il peut aimer être mouillé, mais pas forcément être manipulé ou avoir du shampoing dans les yeux.

Être utile pour différentes missions

Être utile pour différentes missions

Au-delà des avantages au quotidien, un très bon chien nageur peut aussi mettre ses qualités au service de l’Homme pour remplir différentes tâches.

 

Ce dernier l’a bien compris, qui a par exemple développé depuis des siècles des races spécialisées dans la chasse au gibier d’eau comme le Barbet, le Chien d’Eau Frison ou l’Épagneul d’Eau Irlandais.

 

Il n’est pas rare non plus de croiser sur les plages des chiens de sauvetage en mer, mais on ignore parfois que cette pratique existe en fait depuis assez longtemps – c’est par exemple un rôle que le Terre-Neuve a rempli pendant des centaines d’années auprès des pêcheurs de sa région d’origine.

 

Son ancêtre le Chien de Saint-John était même lancé à l’eau relié à un harnais, avec pour mission d’attraper les gros poissons qui échappaient à ces derniers.

Les risques de l’eau pour le chien

Le fait qu’un chien aime l’eau est plutôt une bonne chose, mais ne va pas sans quelques inconvénients, à commencer bien sûr par les chances qu’il mouille voire salisse la voiture, la maison, etc. Surtout, cela implique différents risques pour lui.

La noyade

La noyade

La noyade est évidemment le plus gros risque qui guette les chiens qui se baignent, et de nombreuses familles l’ont appris à leurs dépens. Un chien ne peut nager indéfiniment ou dans n’importe quelles conditions, et s’il n’a pas pied ou s'épuise en tentant de sortir de l'eau, l’issue peut être fatale pour lui.

 

Les risques de noyade sont les plus élevés quand :

  • l’animal ne peut sortir seul de l’eau, ce qui est le cas dans les piscines dont l’accès se fait uniquement par une échelle ;
  • le courant est trop fort, ce qui peut arriver non seulement en bord de mer, mais aussi dans des rivières et fleuves qui paraissent pourtant calmes.

Les parasites et problèmes de peau

Les parasites et problèmes de peau

Même l’eau d’une rivière parfaitement claire ou d’un torrent peut contenir des parasites, et ces derniers peuvent être à l’origine de maladies plus ou moins graves. Cela dit, si le maître veille à renouveler les traitements antiparasitaires de son animal chaque fois que nécessaire, le risque de maladie ou d’infection reste minime.

 

Les baignades peuvent toutefois aussi entraîner des maladies de peau du chien. En effet, le sel de l’eau de mer est mauvais pour cette dernière, au même titre que le chlore et d’autres produits utilisés dans les piscines. Quant aux lacs et rivières, certains peuvent être pollués.

 

Pour éviter les problèmes, il est recommandé de rincer son animal à l’eau claire après chaque baignade et de bien le sécher. C’est particulièrement nécessaire au niveau des oreilles, qui ont souvent tendance à garder l’humidité – surtout chez les races de chien aux oreilles pendantes.

L’hydrocution

L’hydrocution

Le risque d’hydrocution est bien moindre chez le chien que chez l’Homme, car sa fourrure agit comme une combinaison entre l’eau et sa peau. Pour autant, il n’est pas nul.

 

Par conséquent, il est fortement conseillé d’apprendre à son chien à entrer dans l’eau de manière progressive, et ce en toutes circonstances. Ainsi, en période de canicule et aux heures les plus chaudes de la journée, il ne risque pas de souffrir d’hydrocution en se jetant dans les eaux froides de l’océan ou d’un lac de montagne.

Un chien aime-t-il spontanément l’eau ?

Un chien aime-t-il spontanément l’eau ?

En premier lieu, il en va de la propension d’un chien à aimer l’eau et à être un bon nageur comme de son tempérament : sa race est une indication, mais pas une garantie ou une règle générale. Tous les représentants d’une même race ne sont pas des copies conformes, tant physiquement que mentalement : chaque individu est unique, et susceptible de présenter des traits de caractère très différents de ses homologues. Il existe ainsi des Golden Retrievers qui n’aiment pas du tout faire trempette.

 

En effet, dans ce domaine comme dans de nombreux autres, l’éducation et le vécu de l’individu jouent un rôle déterminant. Un chien n’est pas un mammifère marin, mais terrestre, et ce serait une erreur de croire que la nage ainsi que la passion de l’eau sont quelque chose d’inné pour lui. Ainsi, même si cette race est la reine des sauvetages en mer, un Terre-Neuve qui a grandi loin de l’eau et n’a jamais eu l’occasion de se baigner n’a généralement pas une folle envie de se mouiller la première fois qu’il va à la plage.

 

De fait, s’habituer à l’élément liquide fait partie intégrante de la socialisation du chiot et de son éducation. Cela doit d’ailleurs être effectué de manière progressive, sous peine de le traumatiser.

 

En outre, s’il est capable de nager « le petit chien » de manière instinctive, il se fatigue alors rapidement. La nage est donc une technique à part entière qu’il doit perfectionner en la pratiquant souvent, si possible aux côtés de congénères de même race qui la maitrisent déjà, pour devenir capable de se déplacer plus vite, plus longtemps, et de manière plus sûre.

Le Border Collie

Le Border Collie

Connu pour son intelligence exceptionnelle, le Border Collie a longtemps été un meneur de troupeaux efficace et recherché, avant de devenir une star des compétitions de sports canins et un des animaux de compagnie préférés du grand public.

 

Ce n’est pas à proprement parler un chien d’eau, mais son énergie débordante et ses immenses capacités à apprendre et s’adapter font qu’il peut vite devenir un excellent nageur, avec l’éducation nécessaire.

 

Une fois qu’il a pris goût à la baignade, il en redemande. Il aime jouer au bord d’une rivière, ou accompagner son maître lorsque ce dernier nage.

Le Labrador

Le Labrador

Race de chien la plus populaire au monde, le Labrador Retriever avait à l’origine pour mission d’aller retrouver le gibier à plumes tombé dans l’eau, et de le ramener à son maître sur la terre ferme.

 

Il en a conservé une forte attirance pour l’élément liquide, et, grâce à sa queue puissante, est un excellent nageur dès lors qu’il a la possibilité de s’entraîner de manière régulière. Son poil imperméable et son sous-poil dense lui permettent de se baigner dans les eaux glacées sans souffrir du froid.

 

Parfois un peu trop enthousiaste, il a tendance à surestimer ses forces ou à ne pas se rendre compte des dangers. Mieux vaut lui apprendre à ne pas se lancer à l’eau dans les endroits qu’il ne connaît pas, et à ne jamais le faire sans l’autorisation de son maître.

Le Setter Irlandais

Le Setter Irlandais

Le Setter Irlandais est surtout connu pour ses qualités de chasseur, son côté sociable et affectueux, ainsi que sa superbe robe rouge acajou. Mais c’est aussi un excellent chien nageur, qui ne rate jamais une occasion de se jeter à l’eau.

 

Intelligent et actif, il apprend vite à aller chercher le bâton que son maître a lancé dans le lac, et ne se lasse pas de le faire encore et encore.

 

Mieux vaut toutefois jouer avec lui dans des eaux calmes et à proximité du bord, car il a tendance à ne pas connaître ses limites et à s’amuser jusqu’à s’épuiser et ne plus pouvoir nager. Si cela vient à se produire, il a davantage de chances de s’en tirer s’il peut revenir sans grand effort à un endroit proche où il a pied, plutôt que de devoir parcourir une grande distance ou lutter contre le courant.

Le Setter Anglais

Le Setter Anglais

Incroyablement proche de sa famille, dont il ne s’éloignerait pour rien au monde, le Setter Anglais est aussi extrêmement actif et doit beaucoup se dépenser pour être bien dans ses pattes. Il a en effet conservé de son utilisation pendant des siècles pour la chasse un important besoin d’espace et de nature.

 

S’il n’a pas la possibilité de courir pendant des heures en pleine forêt, une baignade est une alternative qui a tout pour lui plaire. En effet, il aime l’eau et adore barboter, surtout si son maître est à ses côtés.

 

Mieux vaut toutefois éviter les endroits où il n’a pas pied. En effet, même s’il nage très bien, son long poil soyeux fait qu’il fatigue assez vite.

Le Retriever de la baie de Chesapeake

Le Retriever de la baie de Chesapeake

Issu de croisements réalisés aux États-Unis entre le Labrador Retriever et le Terre-Neuve, le Retriever de la Baie de Chesapeake a hérité de leur passion pour l’eau, ainsi que de leurs grandes qualités de nageur.

 

Il fut utilisé pendant longtemps pour rapporter du gibier, notamment le canard, mais aujourd’hui c’est surtout dans les compétitions de sport canin qu’il fait admirer ses qualités.

 

Il adore l’eau et n’hésite pas un instant à aller faire trempette. Même les températures les plus froides ne sauraient tempérer ses ardeurs, car il est efficacement protégé par son pelage. Ainsi, il prend le même plaisir à se baigner en hiver qu’en été.

Le Retriever de la Nouvelle-Écosse

Le Retriever de la Nouvelle-Écosse

Le Retriever de Nouvelle-Écosse (ou Toller) s’appela Chien de Chasse aux Canards de Petite Rivière jusqu’à la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Ce nom explique parfaitement quelle fut sa fonction auprès du peuple Micmac : chasser le canard dans les eaux de l’Est canadien.

 

En tant que chien de compagnie, il ne poursuit plus de gibier à plumes, mais continue à se jeter bien volontiers à l’eau dès qu’il en a l’occasion.

 

Bon nageur, il adore accompagner son maître pour faire quelques longueurs en été. Quand le froid arrive et que les humains hésitent à se mettre à l’eau, lui continue à s’y amuser, par exemple en allant chercher une balle lancée dans le lac. En effet, son pelage double et très dense fait qu’il ne craint ni l’eau froide ni les intempéries.

Le Chien d’Eau Portugais

Le Chien d’Eau Portugais

Le Chien d’Eau Portugais est une race ancienne, qui aida les pêcheurs de la côte du Portugal pendant plusieurs siècles. Ses fonctions étaient variées : il rapportait les filets partis à la dérive, débusquait les bancs de poissons, repérait les requins, ou encore transmettait des messages entre les différents bateaux.

 

S’il fut aussi utilisé pour la chasse au lapin, c’est bien dans le milieu aquatique que ce chien faisait – et fait encore de nos jours - étal de tout son talent. Ses pattes palmées lui permettent de nager superbement, même dans des conditions difficiles, et il fait preuve d’une endurance sensiblement au-dessus de la moyenne.

 

Un triathlète cherchant un compagnon pour ses longues sessions d’entraînement a toutes les chances de trouver en ce chien un partenaire qui se montre plus rapide et résistant que lui aussi bien à la nage qu’à la course à pied.

Le Chien d'Eau Irlandais

Le Chien d'Eau Irlandais

Il y a près d’un millénaire, les ancêtres de l’Épagneul d’Eau Irlandais batifolaient déjà dans les eaux de la rivière Shannon, en Irlande. Longtemps spécialisé dans la chasse au gibier d’eau, il est aujourd’hui aussi utilisé pour des missions de sauvetage en pleine mer.

 

Il faut dire que c’est probablement un des meilleurs chiens nageurs, et il adore tellement se baigner qu’il est difficile de le retenir lorsqu’il se promène à proximité d’un lac ou d’une rivière.

 

En outre, son poil résistant fait qu’il ne craint pas l’eau froide : si son maître le laisse faire, il n’hésite pas à se baigner même en plein cœur de l’hiver.

Le Golden Retriever

Le Golden Retriever

Le Golden Retriever a longtemps été utilisé pour la chasse avec pour mission de ramener le gibier, fut-il tombé dans le lac ou la rivière. Il est aujourd’hui devenu surtout un chien de compagnie idéal pour les familles, ce qui explique sa présence sur le podium des races les plus populaires dans de nombreux pays.

 

Affectueux et infatigable, il fait notamment un formidable compagnon de jeu pour les enfants, avec qui il adore passer l’après-midi dans la piscine ou à la plage.

 

Son amour de l’eau ne connaît pas de limites : s’il ne peut se baigner dans un lac ou une rivière, il n’hésite pas à se rouler dans les flaques, indifférent au fait que son beau pelage devient alors plein de boue et qu’il en met partout. Mieux vaut donc le tenir en laisse lors des promenades en environnement boueux, surtout s’il a plu les jours qui précèdent.

Le Terre-Neuve

Le Terre-Neuve

Ce doux géant poilu qu’est le Terre-Neuve trouve ses origines sur l’île éponyme, au nord-est du Canada. Ses qualités étaient particulièrement appréciées en pleine mer : excellent nageur, et ne craignant pas les eaux glacées grâce à son poil imperméable, il aidait notamment les pêcheurs canadiens à ramener les filets lancés depuis les bateaux.

 

Une fois à terre, sa force colossale lui permettait de tirer des charrettes pleines de poisson pesant jusqu’à 900 kg.

 

Il se fit également remarquer rapidement par sa propension à récupérer les pêcheurs tombés à l’eau, et cet instinct de sauveteur lui permit de passer à la postérité. Si l’histoire racontant qu’il aurait sauvé plusieurs passagers lors du naufrage du Titanic en 1912 semble un joli conte de fées, il est en revanche avéré qu’un Terre-Neuve contribua à sauver 92 personnes lors du naufrage du SS Ethie, en 1919.

 

Environ un siècle plus tôt, en 1815, un représentant de la race accompagnant les pêcheurs de l’île d’Elbe n’hésita pas à se jeter à l’eau pour sauver un homme qui glissa en voulant monter à bord d’un bateau et ne savait manifestement pas nager. Si le nom du chien a été oublié, celui de la personne secourue est quant à lui ancré dans l’Histoire : il s’agissait d’un certain Napoléon Bonaparte.

Le Caniche

Le Caniche

Devenu aujourd’hui un animal de compagnie très apprécié des citadins, le Caniche a longtemps été utilisé comme chien de chasse spécialisé dans les oiseaux vivant près de l’eau, ce qui explique en grande partie son besoin d’exercice assez élevé et le fait qu’il soit à l’aise en milieu aqueux.

 

Son mode de vie actuel fait qu’il n’a pas forcément l’occasion de le montrer, mais c’est un excellent nageur, qui adore se mouiller et jouer dans l’eau.

 

Le plus souvent, il se contente de barboter là où il a pied. Néanmoins, s’il a l’opportunité d’apprendre à se débrouiller dans l’eau, il est capable de nager de grandes distances, ou de passer de longues heures dans la piscine avec les enfants.

Le Berger Allemand

Le Berger Allemand

Le côté multifonction du Berger Allemand en fait une des races les plus répandues dans le monde. Tour à tour chien de berger, policier, guide pour personnes aveugles, sauveteur en montagne ou simple animal de compagnie, il se distingue par une versatilité et une capacité d’adaptation hors du commun.

 

Cette dernière implique qu’avec la socialisation et l’apprentissage nécessaires, il peut aussi devenir un excellent nageur adorant passer son temps dans l’eau.

 

Plein d’énergie, intelligent et désireux de faire plaisir à son maître, il peut s’amuser simplement dans l’eau avec sa famille, ou bien apprendre par exemple à rapporter un bâton lancé dans un lac ou une rivière.

L’Épagneul d’Eau Américain

L’Épagneul d’Eau Américain

Le méconnu Épagneul d’Eau Américain est un chien très polyvalent qui fut développé pour la chasse dans la région des Grands Lacs, aux États-Unis. Il pistait aussi bien sur terre que dans l’eau et n’hésitait pas à se jeter dans les eaux glaciales du Wisconsin.

 

Toujours très utilisé comme chasseur, il continue à passer de nombreux moments en milieu aquatique, que ce soit dans l’eau ou sur celle-ci, lorsqu’il se déplace avec son maître sur une barque ou un canoé pour atteindre de nouveaux territoires de chasse.

 

Lorsqu’il est utilisé comme simple animal de compagnie, lui permettre de jouer dans l’eau est un excellent moyen de non seulement lui faire plaisir, mais aussi satisfaire son important besoin d’activité.

Le Schipperke

Le Schipperke

L’histoire du Schipperke est liée à celle des bateliers belges, qui l’ont utilisé sur leurs péniches pendant des siècles. Sa mission principale était de débarrasser le bateau des rongeurs (rats, souris, etc.), mais aussi d’effrayer les éventuels voleurs par son aboiement puissant qui ne laisse en rien présager de sa petite taille.

 

Chien au pied marin, il a conservé une attraction pour l’eau qui fait qu’il adore se promener au bord d’un canal ou prendre part à une sortie en bateau.

 

Il aime barboter et jouer là où il a pied, mais nage aussi plutôt bien. Il préfère néanmoins ne pas avoir à le faire sur de trop longues distances, car son endurance est limitée.

Le Barbet

Le Barbet

Le Barbet est rare en dehors de son pays d’origine, la France, et peu savent qu’il a participé à la création de races nettement plus célèbres que lui, comme le Bichon Frisé ou le Caniche.

 

Ses qualités de chasseur furent longtemps utilisées pour le gibier d’eau. En effet, sa fourrure frisée et dense lui permet de se baigner sans crainte dans les eaux froides ; il n’hésite d’ailleurs pas à pénétrer dans un lac dont la surface est partiellement gelée.

 

Bon nageur, il aime aussi bien se mouiller le bout des pattes dans une flaque d’eau se jeter dans la piscine pour faire quelques longueurs avec son maître.

Le Lagotto Romagnolo

Le Lagotto Romagnolo

Le Lagotto Romagnolo, connu aussi en français sous le nom de Chien d’Eau Romagnol, est originaire de la région d’Émilie-Romagne, en Italie. Du 15ème au 19ème siècle, il aidait les chasseurs en ramenant les canards tombés dans l’eau des marais de la région. L’assèchement de ces derniers pour en faire des terrains cultivables l’obligea à s’adapter, ce qu’il fit : son flair exceptionnel lui permit de se spécialiser en tant que chien truffier.

 

S’il perdit petit à petit son instinct de chasseur, cette évolution n’affecta pas en revanche un trait de son caractère ancré depuis des siècles : la passion pour le milieu aquatique.

 

Très bon nageur, il apprécie encore aujourd’hui de sauter dans un étang pour aller déranger les canards, ou plus simplement de s’amuser dans l’eau au côté de son maître. Son épais pelage le rendant peu sensible aux températures basses, il se baigne aussi bien en été qu’en hiver.

L’Otterhound

L’Otterhound

Race de chien très rare de nos jours, l’Otterhound, ou Chien de Loutre, est pourtant connu en Angleterre depuis le 14ème siècle. Comme d’autres races spécialisées dans la chasse, il était spécialisé dans le pistage d’un gibier bien spécifique : la loutre.

 

Ce petit mammifère vivant sur terre mais passant le plus clair de son temps dans l’eau, cela obligea l’Otterhound à développer d’excellentes capacités de nageur, afin de pouvoir le suivre dans les rivières et étangs.

 

Après avoir décliné drastiquement depuis les années 50, cette chasse finit par être interdite en 1977. Il dut alors s’intéresser à d’autres gibiers plus classiques, mais ne perdit pas ses aptitudes à la nage. Protégé par un poil imperméable qui lui permet de glisser dans l’eau, il est capable de s’y déplacer à une vitesse surprenante.

 

Aujourd’hui encore, il ne manque pas une occasion de se jeter à l’eau pour jouer et s’amuser. À défaut de lac ou de rivière, il n’hésite pas à se rabattre sur une flaque boueuse : au contraire de son maître, le fait qu’elle soit salissante lui importe assez peu.

Le Griffon d’Arrêt à Poil Dur Korthals

Le Griffon d’Arrêt à Poil Dur Korthals

Le Griffon d’Arrêt à Poil Dur Korthals, nom souvent abrégé tout simplement en Korthals, est le fruit de croisements réalisés en France au 19ème siècle dans le but de créer rien moins que le meilleur chien de chasse au monde, capable de se débrouiller aussi bien sur terre que dans l’eau.

 

La question de savoir s’il est effectivement le plus talentueux des chasseurs est sujette à débat, mais en revanche personne ne met en doute ses aptitudes aquatiques. C’est en effet un nageur hors pair, qui se sent parfaitement à l’aise une fois immergé.

 

Lui offrir de longs moments à jouer dans l’eau est d’ailleurs un excellent moyen lui permettre de se dépenser, lui qui déborde d’énergie. En outre, nager aux côtés de son maître, rapporter une balle qui flotte à la surface après avoir été lancée par ce dernier, ou tout simplement barboter en bord de plage, sont des activités qui le remplissent de bonheur.

Le Cocker Anglais

Le Cocker Anglais

Descendant direct des chiens de chasse britanniques spécialisés dans le gibier d’eau, le Cocker Anglais est devenu aujourd’hui un animal de compagnie fort apprécié dans le monde entier. Dans les pays francophones, il a notamment été popularisé par Boule et Bill (Jean Roba), une des plus célèbres bandes dessinées avec un chien.

 

Il a conservé de ses ancêtres une fascination manifeste pour l’eau, et aime autant s’amuser avec sa gamelle d’eau que nager pour aller récupérer un bâton lancé dans un lac.

 

C’est un très bon nageur, qui a toutefois besoin d’être introduit de manière graduelle au milieu aquatique afin de pouvoir s’habituer à son rythme.

Le Jack Russell

Le Jack Russell

Le Jack Russell est à l’origine un chien de chasse dont la mission était de débusquer les renards de leurs terriers, mais il est aujourd’hui devenu avant tout un animal de compagnie apprécié pour son affection et son énergie débordante.

 

C’est aussi un excellent sportif qui, s’il est familiarisé suffisamment tôt avec le milieu aquatique et a l’occasion de s’entraîner régulièrement, peut rivaliser avec les meilleurs chiens nageurs.

 

S’il adore se baigner en été, tant pour se divertir que pour se rafraîchir, son pelage est loin d’être imperméable, et ne le protège que peu du froid. Mieux vaut donc éviter qu’il ne se jette à l’eau lorsque l’hiver approche, le froid de l’eau ou de l’air sur son pelage humide pouvant le rendre malade.

Le mot de la fin

De nombreuses chiens aiment l’eau, mais il est indéniable que certaines races sont plus attirées que d’autres. Le plus souvent, cela est lié soit :

  • à leur région d’origine : il n’est pas surprenant qu’une race de chien de montagne ait moins d’affinité qu’une autre venant du littoral ;
  • à leur usage : celles développées pour rapporter du gibier d’eau ou aider les pêcheurs sont en quelque sorte dans leur élément en milieu aquatique.

 

Toutefois, ne faut pas perdre de vue que chaque individu est unique : un Épagneul d’Eau Irlandais ayant vécu toute sa vie à la campagne a peu de chances d’être un excellent nageur, et un Labrador Retriever ayant échappé de peu à la noyade a de grandes chances d’être resté traumatisé et d’avoir peur de l’eau.

Par Luis M. - Dernière modification : 11/24/2020.