Moins de molosses à Genève

22/02/2012
Partager
 


Moins de chiens à Genève: du jamais-vu depuis 2002!
Il y avait 880 molosses en 2007, seuls 347 ont été recensés en 2010.


Les Genevois ne veulent plus que les propriétaires de chiens échappent à l’imposition. Ils ont ainsi largement plébiscité, le 27 novembre 2011, une modification de la Loi sur les contributions publiques. Un nouveau système informatique (banque de données centrale ANIS) permet dorénavant de recenser et taxer tous les canidés.

Alanich, le système informatique d’application de liaison administrative numérique des informations sur les chiens piste les propriétaires de chiens réputés dangereux.
Image: Pascal Martin

Résultat: ne voulant pas risquer de payer indûment l’impôt sur les chiens, des maîtres annoncent plus systématiquement le décès de leur animal; et dans les dix jours consécutivement à tout changement relatif à leur protégé, comme l’exige la loi. Résultat: le nombre de canidés recensés à Genève décroît: ils étaient 33 549 au 31 décembre dernier, contre 34 419 un an plus tôt, soit une diminution de 870 animaux. Entre 2009 et 2010, le nombre de chiens avait augmenté de 606 unités.

Ce sont là quelques données tirées du rapport d’activité 2011 des Affaires vétérinaires (AV) qui vient de paraître. Petit survol des principales informations.

1. Moins de molosses

Le nombre de molosses a aussi diminué l’an dernier à Genève: 347 contre 390 à la fin de 2010. Cette réduction poursuit le but visé par l’interdiction d’acquérir ou de détenir des chiens dangereux en vigueur depuis le 25 février 2008.

Le domaine des AV découvre toutefois sporadiquement des chiens listés clandestins présents sur le territoire genevois… Mais que l’on est loin des 880 molosses recensés en 2007! Le phénomène de mode est, semble-t-il, passé.

2. Arsenal législatif dissuasif

La législation de sécurité publique relative aux chiens, qui continue son évolution drastique, n’est pas étrangère, elle non plus, à la réduction du nombre de canidés en général, et des chiens réputés dangereux en particulier. Pour la seule année 2011, la nouvelle Loi cantonale sur les chiens, son règlement d’application, la loi ouvrant un crédit d’investissement pour le système informatique d’application de liaison administrative numérique des informations sur les chiens (Alanich), la modification de la Loi sur les contributions publiques et le règlement d’application de la Loi fédérale sur la protection des animaux ont été promulgués et sont entrés en vigueur. Un arsenal législatif d’autant plus dissuasif qu’il pèse sur le porte-monnaie des propriétaires de chiens.

3. Plus de tests de maîtrise

Au cours de l’année 2011, le Service des AV a fait passer 209 tests de maîtrise et de comportement (TMC) sur les terrains d’éducation dudit service, contre 190 en 2010.

Soit 129 TMC à des détenteurs de chiens listés et 80 à des détenteurs de canidés agressifs faisant l’objet d’une décision administrative. Les émoluments perçus l’an dernier pour ces TMC se montent à plus de 18 000 francs contre près de 16 500 francs en 2010.

Les 104 éducateurs canins ont en parallèle réalisé 255 TMC.

4. Plus de morsures également

Le nombre d’annonces d’agressions canines s’élève à 229 pour l’année 2011 (voir l’infographie) . Ce chiffre est en légère augmentation par rapport à 2010 (218), mais en baisse pour les morsures sur les êtres humains. Certains détenteurs sachant que le Service des AV prend des mesures à leur encontre et à celle de leurs chiens sont parfois moins enclins à accepter que les médecins ou les vétérinaires accomplissent leur devoir en annonçant officiellement les comportements agressifs lorsqu’ils surviennent dans le cadre familial (là où se déroule la majorité des agressions), y compris lorsqu’il s’agit de leurs enfants. Sur les 229 annonces enregistrées, 115 ont nécessité la prise de mesures administratives.
Par Laurence Bézaguet

Vidéos sur ce sujet

Discussions sur ce sujet