Après l'enfant unique, la Chine impose la politique du chien unique

24/02/2011
Partager :  

SHANGAI | Face à l’inflation du nombre d’animaux familiers dans la mégalopole de Shanghai, les autorités de la ville ont adopté une politique du chien unique. Les foyers possédant déjà deux chiens dûment enregistrés auront toutefois le droit de les garder.

La nouvelle loi, qui entrera en vigueur le 15 mai, impose à chaque foyer le nombre maximum d’un chien. Les propriétaires se voient désormais interdire d’offrir un chiot à une famille possédant déjà un canidé, a précisé le journal China Daily.

Les nouveaux chiots d’une portée devront être cédés à une agence homologuée par le gouvernement ou à un famille sans chien, avant que les animaux atteignent l’âge de trois mois.

Avec le développement de la classe moyenne chinoise, le meilleur ami de l’homme se porte de mieux en mieux en Chine. Shanghai, déjà peuplée d’au moins 20 millions d’habitants, compterait selon des chiffres officiels 800’000 chiens, dont seulement 25% seraient enregistrés.

Il y a trente ans, la Chine communiste a mis en place une politique draconienne de l’enfant unique, toujours en vigueur même si elle a été assouplie. Sans cette mesure, la population chinoise compterait 400 millions d’âmes en plus aujourd’hui, selon la Commission nationale du planning familial.

Discussions sur ce sujet