Prendre le taxi ou un VTC avec son chien

Voyager avec son chien en transports en commun peut parfois se révéler être une vraie aventure. Ainsi, après avoir essayé de prendre le train avec un chien ou de prendre le bus avec un chien, certains maîtres peuvent se laisser tenter par le taxi, plus privé et bien plus commode par bien des aspects.


Pour autant, là aussi l'exercice peut s'avérer légèrement plus périlleux qu'il n'y paraît.

Partager :  

Le transport de personnes, une activité réglementée

En principe, un chauffeur de taxi ne peut pas refuser une course, mais il existe des exceptions. En effet, si le client est accompagné d'un animal de compagnie, le chauffeur de taxi a le droit de refuser de le prendre, exception faite pour les chiens d'assistance et les chiens guides d'aveugles.

 

En région parisienne, l'arrêté préfectoral n° 01-163856 du 31 juillet 2001, relatif aux exploitants et aux conducteurs de taxis dans la zone parisienne, et conclu entre les Préfets de Police de Paris, des Hauts-de-Seine, de la Seine Saint-Denis et du Val-de-Marne dispose, en son article 26 6°, que le chauffeur de taxi a le droit de « refuser les voyageurs accompagnés d’animaux, sauf lorsqu’il s’agit d’aveugles avec leur chien-guide ». 

 

La décision de prendre un client accompagné d'un animal de compagnie revient donc entièrement au conducteur du véhicule.

 

Si le chauffeur accepte l'animal à bord du véhicule professionnel, le propriétaire doit s'attendre à payer un supplément. Ainsi, avant le début de la course, il est conseillé aux maîtres de demander à combien s'élève cette somme supplémentaire, afin d'éviter les mauvaises surprises. 

 

Pour ce qui est des VTC ("Véhicules de Tourisme avec Chauffeur", type Uber, Lyft, etc), le fonctionnement est similaire aux taxis. Les chauffeurs ont le droit de refuser ou d'accepter un passager accompagné d'un animal, quel qu'il soit. Pour autant, tous les chauffeurs sont obligés par la loi de transporter les chiens guides ou les chiens d'assistance.

Faire un déplacement en taxi ou VTC avec son chien ou son chat en France

Au moment de la réservation du taxi ou du VTC auprès de la centrale de réservation, que ce soit sur Internet ou par téléphone, il est important de signaler la présence de l'animal de compagnie, et de préciser sa race et sa taille. En effet, transporter un chat demande moins de logistique qu'un chien de grande taille. Ainsi, l'opérateur mettra le maître en relation avec un chauffeur de taxi qui accepte les animaux domestiques à bord de son véhicule.

 

Pour les animaux de petite taille, les maîtres doivent prévoir une cage de transport pour chien ou une cage de transport pour chat. Il est conseillé d'en tapisser le fond avec du papier absorbant, ou tout autre matériau, de façon à éviter le moindre dégât (fuite qui tache le siège...) à bord du véhicule.

 

De plus, pour éviter les mauvaises odeurs qui pourraient gêner le chauffeur de taxi, les propriétaires peuvent amener au préalable leur animal chez un toiletteur, mais aussi nettoyer de fond en comble la cage de transport. Un chauffeur de taxi acceptera plus volontiers un animal qui sent bon qu'un animal qui empeste, et dont l'odeur restera dans son véhicule tout le reste de la journée.

 

Pour les chiens de grande taille, les chiens agités, ou les chiens de catégories 1 et 2, dits dangereux, la muselière sera de rigueur. 

 

Enfin, il est conseillé aux propriétaires de ne pas faire manger leur animal avant le trajet. En effet, le mal des transports chez le chien ou le mal des transports chez le chat peuvent faire des dégâts. Gare aux vomissements !

Se déplacer en taxi ou VTC avec un chien ou un chat en Belgique

En Belgique, tout comme en France, les chauffeurs de taxi ont le droit de refuser qu'un client « pénètre dans le véhicule avec des chiens ou autres animaux ne pouvant être tenus sur les genoux », comme le stipule l'article 18 du chapitre II sur les mesures de police concernant les voyageurs dans l'arrêté royal portant règlement de police relatif à l'exploitation des services de taxis.

 

Les chiens d'assistances ou guides d'aveugles font toutefois exception.

 

Les VTC peuvent aussi transporter des animaux, même si, là encore, c'est aux chauffeurs de décider.

Prendre le taxi ou un VTC en Suisse avec un chien ou un chat

En Suisse, il revient aux compagnies de taxi d'autoriser, ou au contraire de refuser, les animaux de compagnie dans leur flotte. Charge aux maîtres de contacter l'entreprise et de faire une demande pour que leurs animaux les accompagnent dans leurs trajets. 

 

Au contraire, comme les VTC sont indépendants, chacun est libre de fixer ses propres règles.

Prendre son chien ou son chat dans un taxi ou un VTC au Canada

Au Canada, les règlements municipaux laissent le choix aux chauffeurs de taxi d'accepter ou de refuser un client accompagné d'un animal de compagnie. Pour autant, ces réglementations ne s'appliquent pas aux clients voyageant avec des chiens guides d'aveugles ou avec des chiens d'assistance : ces derniers ne peuvent être refusés à bord.

 

La législation canadienne interdit aux chauffeurs de VTC, comme ceux qui utilisent l'application Uber ou Lyft, de faire preuve de discrimination envers les passagers accompagnés d'un animal d'assistance, ou de ne pas les prendre à bord de leurs véhicules. Par contre, les chauffeurs sont en droit d'accepter ou de refuser de prendre tout autre passager accompagné d'un animal.

Le mot de la fin

S'il s'agit de transporter leur animal, les propriétaires de chiens peuvent aussi faire appel à des taxis pour chiens. Ces transports animaliers sont généralement aménagés spécialement pour permettre un trajet plus sécurisé et sécurisant pour lui. En effet, les taxis animaliers sont pour la plupart équipés de rampes d'accès, de brancards en cas de problème, etc.

Reproduction interdite sans autorisation.

Réagir à cet article

Votre nom / prénom :
Pour ne plus devoir indiquer votre nom à chaque fois : Inscription gratuite
Votre adresse e-mail :
Pour ne plus devoir indiquer votre e-mail à chaque fois : Inscription gratuite
Votre texte :
Sécurité :
Envoyer