Plus de jeux d'animaux

Le mal des transports chez le chien

Il arrive souvent que nos animaux de compagnie, en particulier les chiens et les chats, soient victimes du mal des transports lors de déplacements en voiture.


Chez le chien, cela se traduit par une salivation surabondante, avec parfois même des vomissements.


Voici quelques explications et conseils afin de mieux lutter contre ce problème et éviter ainsi de gâcher le plaisir de partir en vacances avec son chien.

Partager
 

Pourquoi le chien est-il malade en voiture ?

Selon une étude de février 2008 menée dans l'Union Européenne, le mal des transports chez le chien est un phénomène fréquent, puisqu'il concernerait un chien sur trois. En moyenne, cet inconfort se déclarerait chez les chiens au cours de cinq trajets par an, et toucherait les trois quarts d'entre eux dès l'enfance, lorsqu'ils sont chiots. 

 

Ainsi, comme l'être humain, le chien peut être victime de "mal des transports" ou victime de naupathie, pathologie se traduisant par une salivation excessive, des halètements, des déglutitions fréquentes, mais aussi des malaises, des nausées, des vertiges et un état d'angoisse (agitation, tremblements, vocalises du chien...). Le chien peut éventuellement être pris de vomissements et avoir du mal à se retenir, urinant et déféquant là où il se trouve.

 

D'après de nombreux vétérinaires, cette affection peut être le résultat du stress chez le chien provoqué par :

 

  • Le souvenir de situations inconfortables vécues dans le passé : le chien peut ainsi associer le voyage en voiture au moment où il a été arraché de son milieu de naissance, aux visites douloureuses chez le vétérinaire lors de ses premières sorties (vaccins...) ou à un accident de voiture dont il aurait été victime ;

 

  • Les premiers déplacements du chien pour arriver dans votre foyer : votre toutou peut ainsi se retrouver avec son sens de l'équilibre complètement désorganisé à cause des secousses dans la voiture, surtout si l'éleveur canin auprès de qui vous l'avez acheté n'a pas préparé préalablement le chiot par des sorties. Dans ce cas précis, il s’agit d’un trouble physique déclenché par des stimulations nerveuses qui se produisent dans une partie du cerveau appelée le centre de . Ces stimulations proviennent de l’appareil vestibulaire - un organe responsable de l’équilibre qui est situé dans l’oreille interne de l’animal -, qui est stimulé à fond à cause des mouvements engendrés pendant le trajet en voiture.

 

De plus, il arrive souvent que le chiot prenne l'habitude de voyager sur les genoux du passager ou même du conducteur lors d'une sortie en voiture. Il se peut alors que celui-ci ne comprenne pas qu'on le relègue à l'arrière une fois devenu un chien adulte. Il risque donc d'être agité ou même malade et, par la même occasion, de subir les remontrances de son maître, ce qui aggravera le problème.

 

Le stress du chien joue donc un rôle important dans cette affection, et certains chiens sont tellement sensibles au voyage en voiture qu'ils manifestent les premiers troubles avant même de monter dans le véhicule. 

 

Dans ces conditions, on comprend aisément qu'un chien facilement anxieux est davantage susceptible d'être concerné par ce problème. 

Familiariser le chien avec la voiture et l'habituer au transport

Si le chien extériorise son appréhension, mieux vaut ne pas le caresser ou le câliner, ce qui le conforterait dans l'impression que son attitude est conforme à la situation. Evitez également de le gronder ou de crier, cela ne ferait qu'augmenter son mal-être.

 

Dans un premier temps, il est important de rendre votre voiture agréable. Vous pouvez procéder de la manière suivante :

 

  • Mettez votre véhicule dans le jardin, à l'arrêt ;

 

  • Démontrez votre calme et votre maîtrise en restant assis dans le véhicule à l'arrêt pour écouter la radio ou lire ;

 

 

  • Jouez avec un congénère en lançant une balle ou un jouet pour chien dans le véhicule ;

 

  • Donnez dès le début à votre chien une place où il est chez lui, en équipant le coffre de votre véhicule d'un filet ou en utilisant une caisse de transport pour chien. La loi française précise d'ailleurs qu'il ne doit pas y avoir de gêne à la conduite (Articles R 412-6, R 417-23, R 417-24 du Code de la route), ce qui implique que le chien doit être placé derrière une grille dans le coffre de votre véhicule ou dans une cage de transport.

 

  • Faites une longue promenade à pied avec votre chien et demandez à quelqu'un de venir vous chercher en voiture lorsque votre toutou est bien fatigué. Ainsi, le véhicule devient agréable car il représente la maison, le repos, l'eau et la nourriture.

 

Ensuite, il convient d'habituer votre chien au transport de manière progressive, c'est-à-dire en faisant d'abord de courts trajets et en roulant calmement pour éviter les secousses. L'idéal est de pouvoir l'habituer le plus tôt possible afin de le préparer à tous déplacements ultérieurs.

 

Pour cela, commencez par le faire monter dans votre voiture sans déplacement ni bruit de moteur. Dans un deuxième temps, vous pourrez mettre la voiture en marche, puis faire quelques dizaines de mètres à petite vitesse. Vous augmenterez ainsi les distances au fur et à mesure des réactions positives du chien. Les trajets devront également être entrecoupés d'arrêts avec jeux et promenades.

Quelques précautions pour le transport du chien

 Voici quelques précautions à prendre avant et pendant le transport :

 

  • Evitez de donner à votre chien un repas trop copieux avant de prendre la route, et même dans les 24 heures qui précèdent ;

 

  • Utilisez des produits homéopathiques : contrairement aux médicaments, ceux-ci permettent de calmer votre chien sans pour autant l'endormir. Cela peut donc s'avérer très utile, en particulier lors d'expositions ou concours canins. La veille du départ, vous pouvez ainsi administrer à votre chien du Gelsenium 30 CH ou Ignatia 30 CH et ensuite, lors du voyage, 3 granules 5 CH toutes les 2 heures. Si votre chien souffre de vomissements et nausées violentes, vous pouvez utiliser Colchicum (voir avec un vétérinaire spécialisé).
    Le Biocalm ou le Zylkène par exemple, à base d’herbes ou de suppléments alimentaires spécifiques, peuvent aussi être donnés par votre vétérinaire afin de réduire l’anxiété excessive de certains chiens.

 

 

  • Pour aider votre chien nauséeux lors de trajets en voiture, les vétérinaires peuvent vous fournir des produits anti-vomitifs. Le médicament vétérinaire le plus populaire est sans doute le Cerenia. La molécule active - le citrate de maropitant - est un antiémétique central : elle empêche les vomissements en travaillant directement sur la zone de vomissement du cerveau. Ce n’est pas un sédatif, donc le Cerenia n’induit aucune somnolence, et les effets secondaires sont plutôt rares ;

 

  • Si votre chien est malade et que vous ne disposez pas de coffre, faites-le coucher derrière le siège avant. Il sera calé et ne verra pas la route, car être assis ou debout dans la voiture peut amplifier le mal des transports ;

 

  • Lors des voyages trop longs, faites un arrêt toutes les deux heures pour le promener et l'abreuver ;

 

  • Ayez une conduite tout en douceur, et soyez délicat dans les virages serrés ;

 

  • Laissez une entrée d'air vers le chien et assurez-vous que votre chien puisse regarder dehors. Tout comme lorsque l’on a le mal de mer sur un navire, on peut avoir moins de nausées si on regarde à l’horizon ;

 

Le mot de la fin

Familiariser le chien avec la voiture et l'habituer au transport dès son plus jeune âge sont les deux meilleures options pour éviter d'avoir un chien malade en voiture. En effet, les chiots que l’on emmène régulièrement en voiture voyagent mieux à l’âge adulte.

 

Si, malgré vos efforts, votre chien est souvent victime du mal des transports, certaines mesures seront à prendre avant et pendant le transport afin que vous et votre toutou puissiez voyager dans les meilleures conditions possibles.

 

Quel que soit le moyen de transport utilisé, attention également au coup de chaleur, car les chiens y sont particulièrement sensibles. Il est donc important de savoir protéger son chien des dangers liés à la chaleur et au soleil.

Dernière modification : 26/07/2018.
Reproduction interdite sans autorisation.
Si vous aimez votre chat, vous devez l'assurer !
Santé de votre chien : agissez avant qu'il ne soit trop tard

Ne laissez pas la santé de votre compagnon entre les mains du hasard : assurez-le !

Service de comparaison des offres d'assurances et mutuelles.
Gratuit & sans engagement !

Auteur

Fondateur de l'Ecole du chiot et de la méthode naturelle.

Éthologue de terrain (loups sauvages).

Formateur pour les comportementalistes, éducateurs, éleveurs, etc.

Voir sa présentationVoir son site

Discussions sur ce sujet