Plus de jeux d'animaux

Chien stressé : la peur du chien en voiture

Certains chiens adorent les voyages en voiture, alors que d'autres en sont effrayés, développant même une réelle phobie. Oreilles en arrière, tremblement ou encore salivation excessive au moment de monter en voiture sont le signe d'un état de stress intense qui s'empare du chien au moment du départ.


Indifférence, apprentissage et mesures de sécurité sont alors de rigueur pour lui faire surmonter sa frayeur et éviter toute situation dangereuse sur la route.

Partager
 

Comment gérer la peur de mon chien en voiture ?

L'angoisse du chien en voiture est très fréquente, surtout chez les jeunes individus. Un manque d’habitude (pour les chiots), l’angoisse d’être ballotté ou l'association à une mauvaise expérience, comme prendre la voiture pour aller chez le vétérinaire, peuvent expliquer cet effroi.

 

Qu'il s'agisse d'un traumatisme ou d'un défaut d'apprentissage, on peut observer chez le chien des répercussions physiques et biologiques (regard fuyant, queue repliée sous l'abdomen, oreilles en arrière ou bien encore salivation excessive, tremblements, apparition de pellicules, gémissements, tentatives de fuite, menaces, vomissements, diarrhées émotives…) qui sont le signe d'un stress intense.

 

Malheureusement, forcer un chien à monter en voiture ne peut pas l'aider à vaincre sa peur. Au contraire, cela peut même accentuer son aversion. Ainsi, il ne faut pas le forcer à subir une situation qui l'effraye. Le risque de briser la confiance de l'animal envers son propriétaire, ainsi que de créer un traumatisme supplémentaire, est bien réel. 

 

La réaction idéale, mais difficile à mettre en œuvre, est d'afficher une indifférence totale : vous lui prouverez ainsi qu’il ne doit pas s’inquiéter. Le mieux est de rester neutre, calme et d'éviter tous gestes ou mots rassurants. En effet, le caresser et le rassurer revient à le conforter dans sa peur, alors que s'il n'y a aucune réaction de votre part, il n'y a forcément aucune raison de s'inquiéter. Cette neutralité de comportement est stricte, mais nécessaire. Votre persévérance sauvera votre toutou de ce traumatisme.

Habituer le chien au voyage en voiture en 4 étapes

Lorsqu'ils y sont habitués, la plupart des chiens aiment voyager. Sur les longs trajets, ils se mettent souvent en boule et dorment. Il convient donc d'emporter votre chien le plus fréquemment possible en voiture pour qu'il s'y habitue, accompagné d'une personne qui veillera sur lui et qui pourra réagir au cas où il vomirait.

 

Au cours de cet apprentissage, votre attitude devra toujours rester la plus neutre possible : c’est votre simple présence qui rassure votre toutou.

1. Montrer au chien sa place

Il est utile de montrer à votre chien son espace dans la voiture. Il a droit, en effet, à une place bien à lui, située sur la banquette arrière ou dans le coffre, avec les équipements adaptés (filet de protection, ceinture de sécurité pour chien...), mais certainement pas entre vos jambes ou sur le siège du passager avant.

2. Faire monter le chien de lui-même dans la voiture

Pour éduquer votre chien et lui apprendre à monter sereinement dans un véhicule, vous devez procéder à des séries d’exercices dans un endroit calme, par exemple le jardin ou la cour. Vous placerez son jouet préféré ou des friandises pour chien sur la banquette arrière ou dans le coffre de la voiture, et ce pendant plusieurs jours. La voiture doit être toutes portes ouvertes et moteur éteint. 

 

Plus tard, vous pourrez passer à la fermeture des portières, chose qui devra se faire graduellement, porte après porte, et sur plusieurs jours. Lorsque le chien est capable de rester calme dans la voiture fermée, vous pouvez alors mettre le contact.

3. Démarrer la voiture portes ouvertes

Le démarrage de la voiture doit se faire portes ouvertes, afin de lui permettre de sauter en cas de panique. Continuez à vous servir de friandises ou de jouets pour chien. L’enjeu est d'amener votre chien à apprécier le transport.

 

Comme précédemment, la fermeture des portes du véhicule se fera graduellement, sur plusieurs jours.

4. Effectuer quelques mètres

Une fois que le chien ne manifestera plus de signe d'inquiétude, vous pourrez effectuer quelques mètres avec lui à l'arrière, en augmentant peu à peu les distances parcourues.

Quelques mesures à prendre pour le transport du chien en voiture

  • Si le modèle de la voiture le permet, il est souhaitable de prévoir des barres ou un filet de protection, afin d'éviter que le chien ne saute sur les sièges avant et gêne le conducteur.

    De fait, certains chiots s'énervent énormément et sautent partout en aboyant et en gémissant. Ne les laissez pas faire, car la conduite devient alors difficile, voire dangereuse. Si vous êtes accompagné, le passager devra empêcher un tel comportement.

    Il n'en reste pas moins que tôt ou tard, vous serez amené à voyager seul avec votre animal. Vous pouvez alors attacher une cordelette au cou du chiot et la ramener à votre main en la faisant passer dans l'accoudoir de la porte arrière. Au premier signe de désobéissance, donnez un petit coup sec sur la corde en disant « non ! » fermement.

 

  • Pour les chiens très turbulents ou qui ont tendance à tout mordiller dans la voiture, la solution la plus efficace consiste à acheter une cage de transport pour chien. Il en existe de différentes tailles et formes, adaptables à la plupart des coffres. Pour les chiots de petite taille, la cage de transport est de toute façon incontournable, afin d'éviter qu'ils ne soient projetés sous les sièges au premier virage et ne se blessent. Ces cages sont munies de poignées et sont très pratiques par exemple pour aller aux expositions canines. Ouvertes, elles peuvent servir de niches à la maison.

 

  • N'oubliez pas de féliciter votre chiot lorsqu'il reste sage - ce peut être le rôle d'un éventuel passager.

 

  • Sur de longues distances, laissez un os ou un jouet pour chien à votre animal, afin qu'il ait de quoi s’occuper.

Le mot de la fin

Dans ce domaine comme dans d'autres, la clé de l'apprentissage est la patience, sous peine de le rendre impossible. En effet, ce n'est qu'à force de patience et de persévérance que vous aiderez votre chien à vaincre sa peur en voiture.

 

Néanmoins, si le malaise ou l'énervement de votre compagnon ne disparaît pas, allez voir votre vétérinaire. Il pourra vous prescrire des tranquillisants pour les longs voyages, comme ceux de la marque Calmivet.

 

En revanche, les médicaments employés pour les êtres humains ne doivent surtout pas être employés sur les chiens (sauf si votre vétérinaire vous y invite), car ils sont souvent inefficaces et/ou dangereux.

Dernière modification : 06/12/2018.
Reproduction interdite sans autorisation.

Auteur

Nathalie Guillebert

Discussions sur ce sujet