Le Chien Visiteur

Partager :  

Le chien est le compagnon de l’homme depuis la préhistoire, il occupe une place privilégiée dans l’appareil psychique des humains et permet de le toucher au niveau du bien être émotionnel, une relation forte et profonde avec des répercussions physiologiques, psychologiques et sociales.
Grâce a de nombreuses études scientifiques, de nos jours, on prend conscience de ce qu’il peut apporter.
Il existe beaucoup d’initiative dans plusieurs pays pour utiliser le chien comme une aide auprès de ceux qui souffrent ou comme biais pédagogique dans les écoles, en France des associations oeuvrent dans ce sens mais elles sont peu répandues, il fallait faire quelque chose pour généraliser cet emploi, j’ai proposé cette formation à la Société Centrale Canine afin de pouvoir toucher les membres des clubs d’éducation canine qui sont plus de 1000. Grâce à la commission Nationale d’Education et d’Agility et son Président Jean Paul PETITDIDIER une série de stages ont été mis en place dans toutes les régions auprès des propriétaires de chiens.

Historique
Au IX siècle des animaux assistent les handicapés à Gheel en Belgique. En 1792 William TUKE fonde le York Retreat dans le Yorkshire en Angleterre, à cette époque les malades mentaux sont traités très durement, ils sont enchaînés, enfermés, battus. En leur proposant de s’occuper d’animaux il va s’apercevoir qu’ils peuvent se concentrer et se responsabiliser.
Après la première guerre mondiale Le Pawling Army Air Force convalescent Hospital de New York utilise des chiens comme aide à la thérapie pour aider des soldats traumatisés.
C’est un psychiatre américain, Boris LEVINSON qui va véritablement découvrir les possibilités du chien dans la thérapie en 1953. Cela va se faire par hasard grâce son chien Jingler. LEVINSON reçoit un matin un coup de fil émanant de parents désespérés car leur enfant autiste doit être interné dans un institut spécialisé. Il accepte de les recevoir et oublie que son chien est resté dans son cabinet (d’ordinaire celui-ci lui est interdit). Dès que le couple entre, Jingle se dirige vers l’enfant, le renifle, le lèche et alors là c’est un miracle, l’enfant complètement replié sur lui-même refusant toute communication avec le monde extérieur va se mettre à parler avec le chien, il demandera même à revenir pour le revoir. C’est ainsi qu’est né la Pet Facilitated Psychotherapie ou Psychologie facilité par l’animal.
D’autres thérapeutes comme FRIEDMANN, KATCHER, LYNCH, THOMAS vont mettre en évidence les effets de l’animal sur la santé : le simple fait de caresser fait baisser la tension artérielle et permet de diminuer la mortalité chez les cardiaques.
Le Dr Serpell de Cambridge a démontré que l’animal familier permet de vivre plus vieux et en meilleur santé avec chez les personnes âgées une diminution des fractures du col de fémur.
Voelker va prouver que l’animal suscite des réactions psychoaffectives positives et motive les personnes handicapées physiques, par exemple en le soignant. Il résulte une amélioration des capacités psychomotrices et un soutien psychologique.
Des expériences d’introduction de chiens dans les prisons aux Etats-Unis ont eu comme résultat des detenus plus calmes, avec moins de dépression et d’agressivité.
Au cours d’une enquête au Québec, Salomon va interroger 216 enfants, seulement 31 d’entre eux refuseront l’animal.

La sélection
Quels sont les critères qui permettent à un chien d’être employé comme chien visiteur !
Selon les associations, ils peuvent être différents, pour la formation de la SCC nous avons retenus.
- Âge du chien : indifférent, il peut avoir 2 mois ou 10 ans.
- Race : indifférente, les chiens sans origines sont également les bienvenus
- Obéissance : marche au pied, assis – couché – debout, rester sans bouger, rapport d’objet, ne pas sauter sur les gens, faire des tours amusants
- Caractère : équilibré, calme
- Résistance au stress :
• Bruits ( hauts parleurs, portes machines)
• Odeurs (éther, médicament)
• Mouvements, foule
• Cris
• Sols différents (carrelage, lino, Escaliers, ascenseurs)
• Fauteuils roulants Béquilles
• Contacts rudes (serrer dans les bras, soulever, tirer les poils, doigts dans les oreilles)
Pourquoi refuser un chien :
- mal socialisé
- Agressif
- Peureux
- Malpropre
- Hyperactif (comportement locomoteur exagéré)
- Mauvaise santé

La Formation :
Elle est ouverte à tous les maîtres qui possèdent un chien ayant les qualités nécessaires, qu’ils soient adhérents dans un club ou non, si l’on considère que nous avons un peu plus de 1000 clubs en France et que ce projet attire de plus en plus de monde, surtout des professionnels de la santé qui possèdent un chien et qui veulent rendre service à leurs semblables, nous pourrions avoir d’ici deux ans, autour de 1500 à 2000 chien-visiteur.
Cette formation prend en compte pour le maître, l’éthlogie du chien et de l’humain, les différentes applications du chien visiteur et la manière de les mettre en fonction, avec des mises en situation et des jeux de rôle. Durant les deux jours de stage le matin est consacré à la théorie et l’après-midi à la pratique, ce qui manque trop souvent dans les associations où il n’y a pas de spécialistes en éthologie et en éducation canine.

Les fonctions du chien visiteur
Après la formation qui a lieu au cours d’un week end, si l’équipe chien-maître réussit le test d’admission, elle reçoit un diplôme édité par la CNEA afin de lui permettre de proposer ses services.
Il n’est pas question de faire de la thérapie, le chien est simplement un médiateur afin de participer aux mieux-être des personnes, c’est la raison pur laquelle nous l’avons nommé « chien-visiteur ».
Les hôpitaux : la chaleur de sa fourrure, sa présence affectueuse, son contact physique vont le transformer en auxiliaire de santé humaine pour améliorer l’état physique des malades en améliorant leur état moral.
Les Maisons de retraite : Il va rassurer par sa spontanéité et sa sincérité, il sécurise, il permet de communiquer avec les autres, il permet de renouer avec la vie et d’avoir un but, il redonne confiance en soi, il comble le vide. L’être humain vit plus longtemps, il aura de plus en plus besoin de ces aides.

Les visites dans les écoles sont avant tout pédagogique, l’enseignant peut grâce au chien introduire l’apprentissage des pays selon l’origine des races, l’orthographe, les méthodes pour éduquer, les rapports sociaux corrects, etc. Les enfants vont apprendre le respect de la vie, comment voir, sentir, toucher, écouter. Ils sauront quels sont les comportements à éviter pour ne pas se faire mordre.

Les enfants des quartiers défavorisés :
Le chien peut être utilisé comme un moyen d’apprendre le respect de l’autre, il développe l’empathie. Il peut participer à la réintégration sociale en établissant une relation symbiotique, il permet d’aller à la rencontre de l’autre.
Si vous avez un chien qui répond aux critères et si vous êtes volontaires pour vous former. Vous pouvez en savoir plus sur les sites suivants/
Site : SCC – CNEA : cnea.net
Site de l’initiateur du projet et formateur Joseph ORTEGA
http:// ecole.du.chiot.free.fr/
Tel :05/65.30.32.88.

Reproduction interdite sans autorisation.