La sélection des chiens policiers mordants

Les races de chiens d’intervention

Les races de chiens d’intervention

La sélection des chiens policiers mordants se fait davantage sur les qualités physiques et psychologiques des individus que sur des critères génétiques, mais force est de constater que certaines races de chien sont particulièrement adaptées pour remplir ce rôle.

 

C’est ainsi que l’on trouve parmi ces chiens une énorme majorité de Bergers Belges Malinois, qui remplacent de plus en plus les Bergers Allemands, car moins lourds et plus polyvalents. Les autres races les plus représentées sont le Doberman, le Beauceron, le Rottweiler (particulièrement présent en Suisse), le Schnauzer géant (lui aussi très utilisé en Suisse), le Boxer (notamment en Allemagne) ou encore l’American Pit Bull Terrier (en particulier aux Etats-Unis). Le Berger Allemand continue aussi d’être très présent, notamment au Canada.

Les qualités requises pour un chien policier mordant

Les qualités requises pour un chien policier mordant

Un chien policier mordant doit évidemment être athlétique, tonique et agile.

 

Mais au-delà de ces qualités physiques, des qualités psychologiques sont également nécessaires. Ainsi, il doit être équilibré et sociable, car il est au contact des hommes et d’autres chiens, mais aussi combatif, tenace, et bien sûr courageux - en tout cas, certainement pas peureux. Enfin, il doit être très joueur, car il suit un apprentissage basé sur le jeu.

 

Le très grand nombre de chiens policiers Berger Belge Malinois s’explique par le fait qu’il regroupe naturellement bon nombre de ces caractéristiques : il s'agit d'un chien très intelligent et doué d’une grande capacité d’apprentissage, endurant et très équilibré, sociable, pugnace, silencieux, rapide et très puissant. Pour couronner le tout, il est assez léger (entre 20 et 35 kg), ce qui est très pratique dans les situations où il est porté par son maître, comme un héliportage, un saut en parachute ou encore une descente en rappel.

Les modalités de sélection des chiens policiers mordants

Les modalités de sélection des chiens policiers mordants

En France, les futurs chiens policiers peuvent provenir d’élevages canins professionnels, d’associations de protection des animaux comme la SPA, ou encore être donnés par des particuliers, souvent parce qu’ils n’arrivent pas à les contrôler.

 

Les chiens achetés dans des élevages canins auprès de qui les unités cynophiles ont l’habitude de se fournir sont observés dès l’âge de 2 à 3 mois par les conseillers techniques de ces unités, qui sont en charge de la sélection : leur rôle est d’identifier si le chiot a ou non les qualités requises. Si c’est le cas, il est envoyé en formation. S’il ne convient pas, il est vendu à un autre corps de police ou est candidat à l’adoption comme animal de compagnie. Les chiots sélectionnés peuvent être aussi bien des mâles que des femelles.

 

Les chiens provenant d’associations animalières ou appartenant à des particuliers sont quant à eux sélectionnés lorsqu’ils ont entre 1 et 2 ans, c’est-à-dire une fois qu’ils ont acquis leur caractère et leur morphologie définitifs. Ils doivent être en bonne condition physique et être très joueurs. Là aussi, il peut s’agir aussi bien de mâles que de femelles.

 

La sélection des chiens policiers mordants

Dans les autres pays, la sélection des futurs chiens policiers est comparable dans les grandes lignes, même s’il y a parfois quelques variantes.

 

Par exemple, au Canada, on utilise des Bergers Allemands, et surtout des mâles. Les chiots sont préselectionnés vers l’âge de 8 à 10 semaines, puis envoyés en famille d’accueil agréée. Celle-ci a pour mission de développer le potentiel du chiot par le jeu et de le socialiser, mais aussi de le familiariser avec différents environnements : le bruit, les escaliers, les sols glissants, les endroits sombres.... À l’âge de 8 mois, il passe des tests d’aptitudes destinés à évaluer son instinct de prédation, son intérêt pour le jeu, sa combativité, son courage, mais également son degré de socialisation et de familiarisation avec différents environnements. S’il est retenu, il retourne dans sa famille jusqu’à l’âge d’un an à un an et demi, le temps pour lui de prendre de la maturité avant de commencer sa formation.

 

En Belgique, les unités cynophiles ne se fournissent pas directement auprès des élevages canins, car la sélection ne commence qu’entre 9 mois et 2 ans de vie. Elle vise à évaluer alors le degré de socialisation du chien et son courage. L’achat se fait auprès de sociétés spécialisées dans l’éducation et le dressage sportif canin, dans lesquelles on trouve des chiens qui ont entre 10 et 30 mois, ou auprès de particuliers qui souhaitent se séparer de leur chien. Si le chien est retenu, il passe un examen médical dans les services vétérinaires de la Police Fédérale avant de commencer sa formation. S’il ne correspond pas aux attentes, il est soit cédé à un autre corps, soit adopté par des particuliers, comme dans les autres pays.

Dernière modification : 08/16/2019.