La pratique du travail du chien à l'eau

Quelles races de chiens peuvent pratiquer le travail à l'eau ?

Officieusement, toutes les races de chiens peuvent pratiquer le travail à l'eau. C'est en effet le moyen le plus sûr de muscler un animal sans traumatiser son organisme, surtout pour les chiens de grandes races, très sujettes aux troubles articulaires. La nage en endurance est même fortement conseillée pour les chiens dysplasiques ou en rééducation après une intervention chirurgicale.


Plus officiellement, si un maître désire que son chien pratique cette discipline en concours, ou même simplement passe ses degrés, il lui faudra remplir certaines conditions :

 

  • il faut être titulaire d’un carnet de travail délivré par la SCC pour la présentation aux épreuves ;

 

  • le maître doit être titulaire d’une licence délivrée par la Commission d'Utilisation Nationale pour le Sauvetage à l'Eau (CUNSE) ;

 

  • l'animal doit avoir l'âge minimum pour le passage des degrés, à savoir 12 mois pour le 1er degré, 15 mois pour le 2ème degré et 18 mois pour le 3ème degré ;

 

  • enfin, et surtout, il doit faire partie d’une des races de chiens autorisées, et être inscrit au LOF (pour les concours).

 

Créée au départ par le CFCTN (Club Français du Chien Terre-Neuve), cette discipline canine reste une activité spécifique à cet organisme jusqu'en 1987, date à laquelle le règlement est modifié et validé par la SCC (Société Centrale Canine).

 

À partir de cette date, les épreuves deviennent officielles, et les résultats des chiens portés sur leur carnet de travail. Cependant, les concours ne sont alors ouverts qu'aux chiens de race Terre-Neuve et Landseer.

 

C'est pourquoi, à la suite de demandes de participation aux épreuves formulées par différents clubs de race, la SCC crée la Commission d'Utilisation Nationale pour le Sauvetage à l'Eau (CUNSE) en juillet 1993, et ouvre la discipline aux races de chiens suivantes :

 

Il faut savoir que cette liste est évolutive. Pour qu'une nouvelle race de chien soit admise à la discipline, le club de race doit tout d'abord en faire officiellement la demande. La CUNSE doit alors donner son accord, puis la validation définitive appartient par la suite à la SCC.

 

Pour autant, la plupart des clubs canins de travail à l’eau acceptent à l'entraînement les races « non officielles », y compris les chiens non-LOF. En effet, les clubs canins ont bien compris qu'il s'agit avant tout d'une activité ludique pour le chien comme pour le maître.

Tous les chiens savent-ils nager ?

Comme le bébé humain, le chien sait nager d'instinct. Le plus souvent, ceux qui sont réfractaires à l'eau ont été victimes de moyens pédagogiques brutaux ou de mauvaises expériences. Il ne faut surtout pas jeter un jeune chien au milieu d'une mare pour lui apprendre à nager. Avec de telles méthodes, il y a un risque d'établir chez l'animal un conditionnement négatif brutal, une aversion pour l'élément liquide qui durera toute la vie.

 

Les meilleurs nageurs sont les races de chiens de format moyen avec des pieds arrondis, pourvus chez certains d'une membrane digitale au niveau de la 2e phalange, comme les Terre-Neuves ou les Labradors.


Par ailleurs, les tissus doivent être riches en graisse pour résister au froid, comme chez les chiens de marais, et dotés d'un poils huileux (sébum) qui imperméabilise en partie le corps, ainsi que d'un sous-poil fourni. Tout ceci permet de conserver des bulles d'air qui forment un matelas pour isoler l'animal du froid et aider à la flottaison.

 

Par exemple, chez le Terre-Neuve, le corps est large et puissant, avec une cage thoracique fortement développée, ce qui permet de bien ventiler et aide à la flottaison, sa queue de bonne épaisseur faisant office de gouvernail dans ses évolutions en milieu aquatique.

 

Enfin, sauf en de rares exceptions, tous les chiens nagent à la même allure que le trot, la tête dépassant de la ligne de flottaison pour pouvoir respirer.

Le mot de la fin

Pour la petite histoire, lorsque Napoléon 1er quitta l'île d'Elbe pour revenir en France, il eut à embarquer sur un navire mouillé à proximité. En voulant monter dans la chaloupe qui venait le chercher, il glissa sur un rocher et tomba à l'eau. Ce fut alors l'affolement général, car Napoléon ne savait pas nager, et l'on ne parvenait pas à le trouver dans la nuit noire. Le Terre-Neuve qui accompagnait l'un des matelots sauta brusquement à l'eau. Quelques secondes plus tard, le chien ramenait l'Empereur en le tirant par le col de son paletot, surpris mais vivant...

Dernière modification : 08/08/2019.
Reproduction interdite sans autorisation.
Partager
 

Sommaire de l'article

Auteur

Fondateur de l'Ecole du chiot et de la méthode naturelle.

Éthologue de terrain (loups sauvages).

Formateur pour les comportementalistes, éducateurs, éleveurs, etc.

Voir sa présentationVoir son site

Vidéos sur ce sujet

Discussions sur ce sujet