Chien gardien : 20 races de chiens de garde

Chien gardien : 20 races de chiens de garde

Le métier de gardien est l’un des premiers à avoir été confiés au meilleur ami de l’Homme, depuis sa domestication il y a plusieurs dizaines de milliers d’années. Il faut dire qu’avec son ouïe très fine, son odorat à tout épreuve et son courage qui n’est plus à démontrer, il a toutes les qualités requises !

Pour autant, toutes les races ne se valent pas : certaines sont peu méfiantes vis-à-vis des étrangers, tandis que d’autres perçoivent le danger mais se contentent de donner l’alerte sans pour autant s’en prendre à l’intrus. En revanche, certains chiens eux ne laissent rien passer, et sont même prêts à se mettre en grand danger pour assurer la protection des biens et/ou des personnes dont ils ont la charge.

Voici donc 20 chiens de garde qui ne reculent devant rien pour dissuader efficacement une personne mal intentionnée…

Pourquoi y a-t-il des races davantage conseillées comme chien de garde ?

Le Berger d'Anatolie fait un excellent gardien
Le Berger d'Anatolie fait un excellent gardien

Garder un territoire ou des biens est un des rôles les plus anciens que l’on retrouve depuis la domestication du chien par l’Homme.

Dès l’Antiquité, les molosses devinrent populaires pour leur capacité à garder leur territoire et défendre leur famille, mais aussi à se battre. Encore aujourd’hui, les races de ce type, particulièrement imposantes voire impressionnantes, sont plébiscitées pour ce genre de tâches.

Pour autant, la capacité d’un chien à être un bon gardien ne se résume pas à son apparence dissuasive ni à sa puissance, même si ce critère est évidemment déterminant. En effet, des aspects psychologiques entrent également en ligne de compte.

Il faut bien sûr qu’il soit très protecteur (de sa « meute », de son territoire, etc.), loyal et courageux, c’est-à-dire prêt à prendre des risques – voire se sacrifier – pour les siens. Néanmoins, cela ne suffit pas : il doit aussi posséder un très bon esprit d’analyse, afin d’être capable de faire la part des choses et d’agir seulement lorsque la situation l’exige, qui plus est de la manière la plus adéquate compte tenu de la situation.

 

Certains chiens cumulent davantage que d’autres l’ensemble de ces qualités, et sont donc des races recommandées comme chien de garde. Pour autant, il faut se méfier des généralisations : si les représentants d’une même race ne divergent généralement que très peu en termes de gabarit, leur mental peut être sensiblement différent d’un individu à l’autre. Au demeurant, toute règle admet ses exceptions : du fait par exemple de son patrimoine génétique, de son éducation ou encore de son vécu, un individu donné peut présenter des traits de caractère sensiblement différents de ceux dont sont habituellement dotés ses congénères de la même race.

Enfin, il convient de souligner que le choix d’une race de chien de garde peut être contraint par la réglementation applicable à l’endroit où on habite. En effet, certains de ces chiens peuvent être considérés comme dangereux par le législateur, et faire l’objet de restrictions allant parfois jusqu’à l’interdiction pure et simple. Avant toute adoption, il est donc indispensable de se renseigner sur l’éventuelle législation en vigueur, pour éviter toute mauvaise surprise.

Le Berger Allemand

Le Berger Allemand

Le Berger Allemand est un gardien respecté et apprécié aux quatre coins de la planète, puisqu’il figure parmi les chiens les plus populaires du monde. Il a été créé au 19ème siècle en Allemagne, avec pour rôle premier de travailler dans l’armée et la police comme gardien ou secouriste.

Comme il est loyal, très volontaire et prêt à tout pour son maître, il possède le caractère adéquat pour à la fois assister et protéger sa famille. Il faut toutefois garder en tête qu’il aboie dès lors qu’un intrus s’approche de son territoire (comme le ferait un chien d’alerte), et peut donc être bruyant même en l’absence de réel danger imminent. Une éducation initiée très tôt est donc nécessaire pour lui apprendre à aboyer à bon escient.

Il faut aussi lui apprendre la solitude et à s’occuper quand il est seul, pour éviter qu’il ne se transforme en chien destructeur lorsqu’il manque de distractions et de stimulations.

Le Rottweiler

Un Rottweiler s'appuyant sur ses pattes arrières pour bondir

Le Rottweiler est une race de chiens populaire pour la garde, car son gabarit impressionnant et sa mâchoire puissante savent généralement dissuader même les plus téméraires.

Originellement créé pour protéger les biens et l’argent des bouchers contre les voleurs, il sait veiller sur ce qui lui est confié et possède un très fort instinct protecteur. Il ne laisse ainsi jamais une personne extérieure à sa famille pénétrer son territoire sans la présence et la validation de son maître. Son esprit vif et son intelligence lui permettent également de distinguer une situation banale d’une réelle menace, ce qui en fait un chien qui aboie peu : s’il se fait entendre, c’est qu’un danger est imminent !

En plus d’être endurant et travailleur, il est obéissant et doté d’un caractère placide, ce qui en fait un excellent compagnon de vie. Une éducation commencée très jeune est toutefois primordiale pour le socialiser correctement et lui permettre d’être clairvoyant quant à ce qui mérite ou non de s’alarmer, ainsi que pour lui permettre de s’épanouir dans son environnement ; en clair, en faire un adulte équilibré.

Le Doberman Pinscher

Le Doberman Pinscher

Territorial et doué aussi bien pour alerter de la présence d’un intrus que pour le repousser, le Doberman Pinscher est toujours aux aguets, mais aussi très intelligent. Il n’est donc pas du genre à aboyer de manière intempestive : il ne le fait que s’il estime la situation réellement problématique – comme une intrusion ou des mouvements extérieurs suspects. Sa capacité à identifier très vite une menace et à réagir en fonction conduisit notamment à l’utiliser comme chien sentinelle ou messager pendant la Seconde Guerre mondiale.

Il est également facile à éduquer et jamais agressif inutilement, dès lors qu’il a été bien socialisé. De fait, sa réputation de chien dangereux n’est pas méritée : c’est en réalité un compagnon amical et proche de sa famille… qu’il ne faut simplement pas menacer !

 

Une bonne éducation dès les premiers mois est importante pour canaliser sa propension à être destructeur et pour l’habituer aux autres chiens, au risque qu’il ait tendance à peu les tolérer.

Le Bullmastiff

Le Bullmastiff

Le Bullmastiff pourrait être surnommé « la force tranquille ». Derrière son physique solide et son courage se cache un chien calme, qui peut d’ailleurs même vivre en appartement, entouré de sa famille à laquelle il est tant attaché. Sa nature fidèle et confiante va de pair avec un tempérament jovial et joueur. Mais même s’il est très sociable, il ne faut pas s'y tromper : il est prêt à tout pour protéger les siens. Ce n’est pas pas pour autant un grand aboyeur, mais il est connu pour respirer bruyamment et baver beaucoup.

Très proche de sa famille, avec qui il tisse généralement des liens profonds, il adore tout particulièrement les enfants. En revanche, il s’entend fort mal avec ses congénères du même sexe, ce qui rend une éventuelle cohabitation très difficile. Il peut également se montrer têtu et n’obéir que s’il en a envie. Une éducation ferme et constante est donc nécessaire pour montrer à son chien qui décide et lui apprendre à obéir.

Le Cane Corso

Le Cane Corso

Le Cane Corso est une race polyvalente, capable de s’illustrer dans nombre de métiers : chien de guerre, de chasse, de ferme… et évidemment de garde. Son gabarit encore plus athlétique que celui des autres mastiffs dissuade fortement les intrus de pénétrer chez lui sans son accord. Comme il est de plus très protecteur, toujours en alerte et naturellement méfiant envers les étrangers, il peut difficilement être pris en défaut par des personnes malintentionnées.

Peut-être trop conscient de sa force, c’est un chien au tempérament dominant, qui n’hésite pas à surpasser un maître n’ayant pas les qualités nécessaires pour asseoir son autorité. Bien qu’il soit très intelligent et qu’il apprenne vite, il n’est donc pas fait pour une première adoption, car il est nécessaire d’avoir de très bons réflexes physiques et mentaux pour pouvoir le gérer.

Il a par ailleurs besoin de beaucoup d’exercice pour garder un corps et un esprit équilibrés. Enfin, sa forte tendance à fuguer implique que le jardin doit être parfaitement clôturé.

Le Bulldog Américain

Le Bulldog Américain

Le Bulldog Américain n’est pas seulement intelligent et affectueux : c’est aussi un gardien né. Cet animal de gabarit moyen mais très musclé fut d’ailleurs utilisé dès son apparition au 16ème siècle (ainsi qu’au cours de ceux qui suivirent) pour garder les troupeaux, en plus de chasser les cochons sauvages. Il est naturellement plus protecteur envers les femmes et les enfants, mais peut être la cause d’accidents, car il ne connaît pas sa force et se montre parfois un peu brusque avec les plus jeunes - bien qu’il adore leur compagnie.

Son principal défaut est d’être peu motivé au travail : pour qu’il reste concentré et consacre toute sa force et son énergie à certaines tâches, il faut qu’elles soient courtes et précises. Par ailleurs, il a tendance à être agressif avec les chiens et personnes qu’il ne connaît pas. Il demande donc une éducation patiente et positive mais ferme, ainsi que beaucoup d’exercice quotidien pour rester en forme.

Le Beauceron

Le Beauceron

Naturellement protecteur envers son domaine et sa famille, le Beauceron est utilisé depuis longtemps pour accompagner les troupeaux et garder les propriétés. Son caractère assuré et confiant, sa fidélité et sa grande intelligence font de lui un excellent gardien, qui prend instinctivement sous son aile les plus faibles et plus petits que lui.

Cela va toutefois de pair avec un caractère dominant : il n’hésite donc pas à essayer de prendre la place de son propriétaire pour devenir le chef de famille. De plus, même s’il est intelligent et comprend vite les ordres, il n’est pas dit qu’il les exécute forcément, car il peut se montrer réticent à obéir. Cet entêtement est en fait un test pour éprouver le sérieux de son maître et sa fermeté : il est donc crucial de faire preuve de constance et de persévérance afin de gagner la confiance et le respect de son chien.

Par ailleurs, il a besoin de beaucoup d’exercice au quotidien pour canaliser son énergie. Choisir cette race implique donc d’être quelqu’un de très actif et d’avoir du temps à consacrer à son – presque – infatigable compagnon.

Le Bouvier des Flandres

Le Bouvier des Flandres

Du fait de ses origines de chien de troupeau, le Bouvier des Flandres ne s’épanouit que lorsqu’il a une tâche à effectuer. Habitué à la vie en extérieur et à faire montre d’une vigilance permanente, il possède un grand instinct de garde, en dépit de ce que pourrait laisser croire son apparence calme et sereine. Une bonne éducation est toutefois nécessaire pour lui apprendre à faire la part des choses entre ouvrir l’œil et se montrer inutilement agressif.

Côté caractère, il est intelligent, facile à éduquer et prêt à tout pour satisfaire son maître. Mais là aussi, son vécu le rend très indépendant et fait qu’il n’hésite pas à prendre des initiatives : il est donc important de lui faire comprendre très tôt que c’est au maître de prendre les décisions, et non à lui.

Par ailleurs, son pelage se salit facilement et nécessite donc un certain effort d’entretien. En revanche, il ne mue quasiment pas, ce qui en fait souvent un bon choix de race pour une personne allergique aux chiens.

Le Mastiff Tibétain

Le Mastiff Tibétain

Voilà un chien qui fait peur ! Puissant et massif, le Mastiff Tibétain officie depuis plus de 2000 ans en tant que gardien. Sa principale qualité : dissuader n’importe quel intrus sans même avoir à bouger le petit doigt.

Du fait de sa longue expérience, il connaît le métier sur le bout des doigts et n’a pas besoin qu’on le lui apprenne, ni même d’être supervisé pour mener à bien sa mission. En revanche, il est important de le socialiser très tôt, pour qu’il ne se montre pas inutilement agressif envers les étrangers une fois adulte. De plus, comme il est très territorial, il a besoin d’un espace délimité et bien clôturé qu’il puisse identifier comme étant le sien, sans quoi il considère que son périmètre couvre tout le voisinage.

Par ailleurs, sa grande intelligence se combine avec son autonomie pour en faire un chien difficile à éduquer, qui ne répond pas bien aux commandes traditionnelles telles que le rappel. Son principe de vie est plutôt que les choses doivent se faire comme il veut, quand il veut. Ce n’est donc clairement pas une race adaptée à tout le monde, et certainement pas en particulier à un maître néophyte.

Même s’il est peu démonstratif, il est attaché à sa famille et apprécie la compagnie des enfants. Toutefois, compte tenu de son gabarit, mieux vaut toutefois que ces derniers aient déjà un certain âge. Il supporte en revanche mal celle des autres animaux, à moins d’avoir été habitué très tôt à vivre à leurs côtés.

Le Dogue Allemand

Le Dogue Allemand

Le gabarit impressionnant et le physique athlétique du Dogue Allemand (ou Grand Danois) font de lui un chien dissuasif et donc un excellent gardien, auquel peu d’intrus oseraient se mesurer. C’est ce qui explique qu’il est utilisé depuis des siècles pour défendre les propriétés, entre autres missions. Son courage et son instinct territorial peuvent difficilement être mis en défaut, ce qui en fait un protecteur fiable.

Son apparence redoutable cache pourtant un grand cœur et une intelligence qu’il sait mettre au service de sa famille, et notamment des enfants, dont il adore la compagnie. Par ailleurs, sa taille n’est pas incompatible avec une vie en appartement (sous réserve bien sûr que ce dernier soit tout de même assez vaste), car son besoin d’exercice est relativement faible. En outre, il n’est pas du genre à aboyer pour un oui ou pour un non. En revanche, s’il est laissé seul, il peut être très destructeur, car il ne supporte pas la solitude.

Le Berger Belge Malinois

Le Berger Belge Malinois

Chien de travail plein d’énergie, le Berger Belge Malinois est un excellent gardien, qui doit toutefois être entre les mains d’un maître non seulement ferme, mais également disponible. En effet, protéger son territoire et sa famille est dans sa nature, mais l’ennui peut le rendre facilement destructeur. Il faut donc savoir l’occuper en permanence, de préférence très activement.

Pour tirer parti de son instinct territorial sans pour autant qu’il ne devienne inutilement suspicieux de son environnement, il convient de le sociabiliser très tôt puis de continuer à le mettre régulièrement en présence d’humains et de congénères étrangers à son foyer tout au long de sa vie.

Son vif intérêt pour les objets en mouvement est aussi à surveiller de près, car sa nature de chasseur peut le faire se lancer à la poursuite de tout ce qui bouge, notamment les jeunes enfants et les petits animaux.

Le Schnauzer Géant

Le Schnauzer Géant

Version grand format du Schnauzer, le Schnauzer Géant est extrêmement territorial, intelligent et alerte. Son courage et sa fiabilité en font un excellent chien de garde sur lequel on peut compter.

Avoir toutes les qualités d’un parfait gardien ne l’empêche pas d’être également jovial et joueur, et d’apprécier passer du temps avec sa meute humaine. En revanche, il ne convient pas aux novices en éducation canine, car il possède un caractère bien trempé et un esprit très indépendant. Pour le canaliser, il faut l’occuper en permanence et lui proposer des défis à la hauteur de son intelligence.

Le Chien de Montagne des Pyrénées

Le Chien de Montagne des Pyrénées

Le Montagne des Pyrénées (ou Patou) est un géant impressionnant, mais d’un calme olympien et au caractère bon enfant. Sa patience et sa tolérance en font d’ailleurs un bon compagnon pour les plus jeunes. Il n’en est pas moins un gardien alerte, habitué à veiller seul sur son troupeau et à le défendre sans hésiter. Il fait aussi partie des races de chiens qui aboient beaucoup, car son premier réflexe lorsqu’il perçoit une menace potentielle est d’aboyer, sans forcément prendre le temps d’abord de l’observer et analyser la situation.

Il est aussi intelligent et doté d’une volonté de fer, mais habitué à être indépendant dans ses décisions. Évidemment, cela peut vite devenir problématique… Une certaine connaissance de la gent canine est donc nécessaire pour parvenir à l’éduquer convenablement, car il faut sans cesse le socialiser et le rappeler à l’ordre, en particulier lorsqu’il décide de n’en faire qu’à sa tête.

Le Rhodesian Ridgeback

Le Rhodesian Ridgeback

Même si elle n’est pas systématique, sa crête dorsale caractéristique fait clairement du Rhodesian Ridgeback un chien au look extraordinaire.

Connu pour attirer l’attention des lions lors de parties de chasse et ainsi permettre à ses propriétaires de les abattre, il est rapide, puissant et n’a peur de rien. Même s’il n’est pas particulièrement territorial ou aboyeur, il est très attentif à ce qui l’entoure et possède un fort instinct de protection : il n’hésite pas à s’interposer entre la personne à défendre et la source du danger, ce qui en fait un bon gardien.

Son caractère indépendant peut toutefois constituer un défi pour une personne peu expérimentée : il aime que les choses se fassent selon ses envies et n’hésite pas à tester l’autorité de son maître pour tenter de prendre sa place.

Le Boer-Bull

Le Boer-Bull

Descendant d’une race de mastiff faite pour garder de grandes propriétés ou des mines de diamants en Afrique du Sud, le Boer-Bull était aussi prisé pour chasser des prédateurs tels que les léopards ou les babouins. Aujourd’hui, il est apprécié pour son instinct territorial et protecteur, qui le pousse à défendre spontanément son domaine et sa famille contre les intrus.

De son passé, il a conservé une grande intelligence et un fort caractère, ce qui en fait une race déconseillée comme premier chien pour un débutant, car il faut en permanence lui rappeler les règles - voire le rappeler à l’ordre quand il tente de les remettre en cause. Il doit aussi être socialisé très jeune pour éviter qu’il ne devienne méfiant et agressif par crainte de l’inconnu. Enfin, il peut ne pas supporter la présence d’enfants, en particulier s’ils sont turbulents et le sollicitent beaucoup.

Le Berger Roumain des Carpates

Le Berger Roumain des Carpates

Comme son nom l’indique, le Berger Roumain des Carpates a d’abord été utilisé comme chien de protection de troupeau dans les montagnes roumaines d’où il provient, et dans lesquelles vivent notamment des lynx, des loups et même des ours. Son passé explique donc son courage, son aplomb et son instinct de garde très développé.

Il est très méfiant envers les étrangers, ce qui est évidemment une qualité appréciable chez un gardien. En revanche, contrairement à certains chiens de berger qui se montrent très indépendants et n’aiment pas spécialement recevoir des ordres, il est obéissant, dévoué à son maître et facile à éduquer. Il fait aussi un très bon animal de compagnie et adore les enfants, qui le lui rendent bien.

Le Shar-Peï

Le Shar-Peï

Le Shar-Peï est un chien de garde calme et confiant, qui sait exactement à quel moment il doit intervenir : s’il aboie, mieux vaut aller voir immédiatement ce qu’il se passe, car la menace est sans aucun doute bien réelle.

Il fait également partie de ces compagnons intelligents mais indépendants voire têtus, dont il est difficile de se faire obéir. En effet, il comprend vite ce qu’on lui demande, mais peut très bien assumer crânement de ne pas en tenir compte. Son maître doit donc avoir une certaine expérience en éducation canine et faire preuve à la fois de patience et d’assurance pour réussir se faire respecter. Il doit en outre veiller à lui offrir des activités dignes de son intelligence, sans quoi il aurait tôt fait de dédaigner ce qui lui est proposé.

Ses rapports avec ses congénères et les autres animaux peuvent aussi être source de difficultés : ayant longtemps été utilisé pour chasser et comme chien de combat, il entretient généralement avec eux des relations ombrageuses. Un jardin bien clôturé est donc indispensable pour éviter les contacts inutiles.

L’Akita Inu

L’Akita Inu

L’Akita Inu – qui ne doit pas être confondu avec le Shiba Inu, une autre race de chien japonaise – est mondialement célèbre pour sa fidélité sans faille, à laquelle s’ajoutent de grandes aptitudes à la garde. Indépendant et puissant, il est d’une nature très protectrice, notamment envers les enfants. Comme dans le même temps il est très propre, peu aboyeur et n’a qu’un besoin d’exercice limité, il est parfaitement apte à vivre en appartement.

Sa grande intelligence peut toutefois le rendre difficile à éduquer, car il a tendance à prendre ses propres décisions, s’il estime qu’elles sont plus adaptées à la situation que les ordres qu’il reçoit. Ce n’est donc pas un compagnon qui fait gentiment ce qu’on lui demande : pour espérer s’en faire obéir, il est impératif de savoir d’abord gagner son respect.
 
Sa puissance et sa détermination expliquent qu’il fut utilisé par le passé pour chasser l’ours, le sanglier ou même l’élan. Aujourd’hui, il n’est pas rare de le croiser comme chien policier.

Le Dogue Argentin

Le Dogue Argentin

Originaire comme son nom l’indique d’Argentine, le Dogue Argentin est un chien de chasse de gros gibier et de garde. Son apparence impressionnante et la vigueur dont il peut faire preuve sont très dissuasives, d’autant que son instinct protecteur le pousse à entrer en action à la moindre menace. Il sait toutefois faire la part des choses, se montrant très sociable à l’encontre des étrangers validés par son maître.

Même s’il est très affectueux et fait un formidable animal de compagnie, son caractère fort et indépendant requiert une prise en main ferme par une personne sachant faire montre d’autorité et de constance. Il faut aussi veiller à lui apporter une dose quotidienne d’exercices physiques et mentaux pour le stimuler suffisamment et ainsi lui permettre d’être bien dans sa peau.

Le Berger d’Anatolie

Le Berger d’Anatolie

Cette race géante fut créée pour garder les troupeaux en Turquie. Très protecteur et territorial, le Berger d’Anatolie n’est pas un chien pour n’importe qui et nécessite un maître sûr de lui, condition indispensable pour qu’il puisse le respecter. Son intelligence n’a d’égal que son entêtement, si bien qu’il peut donner du fil à retordre même à un maître expérimenté. Toutefois, le fait qu’il prenne ses tâches très à cœur est évidemment un atout.

Par le passé, il était surtout utilisé pour garder les troupeaux la nuit : il en a gardé une propension à être actif de manière nocturne et ouvrir l’œil lorsque tout le monde dort.

Le mot de la fin

Au même titre que certains chiens présentent divers traits physiques ou mentaux qui les prédestinent par exemple à la chasse ou au transport de charges, d’autres sont des gardiens-nés.

Néanmoins, quand bien même il appartient à une race souvent utilisée à cette fin, l’éducation d’un chien de garde – et notamment sa sociabilisation – est indispensable pour utiliser au mieux l’instinct protecteur dont il est doté, et donc faire en sorte qu’il exerce son rôle de manière adéquate. Si elle est négligée, il risque notamment d’être insuffisamment clairvoyant, voire franchement dangereux.

Dernière modification : 01/23/2021.