Voici «le loup des Ardennes»

05/10/2011
Partager :  

Vrai loup ou… chien-loup de race Saarloos ? Analyse des images de la télé belge qui a filmé le prédateur qui met les éleveurs de Gedinne en émois.

Fin juillet 2011, la tension monte chez les éleveurs autour de la commune de Gedinne dans les Ardennes belges, à une dizaine de kilomètres de la France. Huit brebis ont été attaquées et égorgées par un prédateur, dont on dit qu'il pourrait s'agir d'un Lynx, animal présent dans la région, de part et d'autre de la frontière.
Rapidement, une équipe de la télé belge met en place une caméra automatique à infrarouge autour d'une dépouille de mouton. Le 27, les images rendent leur verdict : le prédateur n'est pas un lynx mais très probablement un loup ou… Les images de nos confrères belges, rendues publiques plus de deux mois plus tard, sont désormais disponibles sur le web. Un spécialiste les interprète.

Le film dure 1 minute 58 secondes et se découpe en quatre séquences. D'abord la mise en place de la caméra et de l'appât (42 secondes). Puis, deuxième acte (34 secondes) l'apparition de l'animal. Des yeux qui brillent comme des lucioles dans la nuit. Plus que sa morphologie, c'est son attitude qui est révélatrice.
Sa prudence est extrême. Il vient au contact de l'appât, le jauge et s'en éloigne d'un bond. Puis revient à pas comptés.
Le sent, le mord jusqu'à lui arracher une touffe de poils. Les oreilles sont droites, prêtes à capter le moindre bruit. Une dernière hésitation et il le saisit, mal d'abord puis par un membre pour mieux le tirer vers un couvert. La nuit l'emporte.
Troisième séquence (10 secondes) : l'animal revient à l'écran, mais on ne sait combien de temps après et si ce retour a lieu là où était posé l'appât. Il est de profil, tête baissée comme s'il flairait l'herbe haute. Puis il regarde, de droite et de gauche, bien campé sur ses pattes, l'air serein, livrant à la caméra son regard de billes lumineuses.
Les oreilles, assez grandes, sont toujours très droites. Puis il s'enfuit soudain en courant, comme si un signal d'alarme s'était déclenché en lui. Cette séquence est ensuite reprise dans un plan plus serré qui permet de davantage distinguer l'animal.
« Il est difficile avec certitude d'identifier la nature de la bête explique un naturaliste. A priori, c'est un loup, mais la piste du chien-loup de Saarloos ne peut être écartée d'autant qu'un « loup » aurait été observé au Pays Bas en août dernier, pays dont le Saarloos est originaire. A priori, la bête fixée sur l'image est une femelle.
Sa taille n'est pas très élevée, elle est fine, et les testicules normalement très visibles chez le mâle n'apparaissent pas même quand l'animal s'enfuit de dos. L'animal semble jeune, et si c'est une femelle, non suitée, puisqu'on n'aperçoit pas de mamelles. »
Et si c'est un loup, d'où vient-t-il ? Il peut être d'origine italo-alpine, issu des meutes du nord proche des Alpes françaises, ou un loup d'Europe centrale présent dans le nord-est de l'Allemagne.
Qui qu'il soit, d'où qu'il vienne, il serait le premier loup vu sur le territoire belge depuis 1898, date à laquelle le dernier loup connu a été abattu.

Christian CHARDON

Voir la vidéo :
http://www.lunion.presse.fr/article/ardennes/video-voici-le-loup-des-ardennes