Pushinka, le croisé russe de John F. Kennedy

Pushinka le chien croisé russe du président Kennedy

Au même titre que les Roosevelt, les Kennedy étaient habitués à vivre avec de nombreux chiens. Durant son court mandat de deux années, entre 1961 et 1963, JFK (1917-1963) fit donc entrer pas moins de 8 chiens à la Maison-Blanche, parmi lesquels un Welsh Terrier (Charlie), un Caniche (Gaullie), un Cocker Spaniel (Shannon), un Lévrier Irlandais (Wolf), et un Berger Allemand (Clipper).

 

Mais s’il ne fallait en retenir qu’un, ce serait sûrement Pushinka, une chienne croisée dont l’histoire reflète parfaitement l’esprit de son temps.

 

Son nom est un mot russe signifiant « duveteux », et pour cause : elle fut envoyée en 1961 à Caroline Kennedy, la fille du président, par Nikita Khrushchev (1894-1971), alors premier secrétaire du parti communiste de l’Union soviétique. À en croire son passeport officiel, Pushinka jouissait d’un illustre pedigree. Elle pouvait en effet se targuer d’être la fille de la célèbre Strelka, la première chienne à avoir voyagé dans l’espace et en être revenue, un an plus tôt.

 

Méfiants vis-à-vis de ce présent inattendu en plein contexte de Guerre froide, les services secrets de la Maison-Blanche décidèrent de faire passer un examen médical complet à Punshinka : non pas pour s’assurer de son bon état de santé, mais pour vérifier qu’elle ne portait ni micro, ni bombe, ni germe ou autre instrument permettant d’espionner ou de nuire d’une quelconque manière au président ou à sa famille.

 

Heureusement pour elle, Pushinka n’était pas une espionne, mais une simple immigrée russe. Elle fut très appréciée des Kennedy et eut même une portée de chiots que le 35ème président des États-Unis se plaisait à appeler les « pupnicks », contraction de puppy (« chiot ») et de Spoutnik, le célèbre satellite russe.