King Timahoe, Pasha, Vicky et Checkers, les chiens de Richard Nixon

Le président Nixon avec son Caniche et son Cocker

Trois chiens vécurent à la Maison-Blanche sous la présidence de Richard Nixon (1913-1994), entre 1969 et 1974 : King Timahoe, un Setter Irlandais, Pasha, un Yorkshire Terrier, et Vicky, un Caniche. Différents témoignages racontent que Nixon passait beaucoup de temps avec eux et qu’il adorait les regarder jouer.

 

King Timahoe était connu pour sa gourmandise ; une vidéo de 1974 le montre même en train de voler une part du gâteau d’anniversaire de son illustre maître. Fort de son apparence gracieuse, il figure aussi sur de nombreuses photos où l’on peut apercevoir de prestigieux dignitaires qu’il eut l’occasion de saluer.

 

Quant à Pasha et Vicky, ils ne mirent pas longtemps à faire partie du décor : son prédécesseur Lyndon Johnson (1908-1973) c’était en effet arrangé pour que les deux chiens de Nixon, parfaitement toilettés, soient les premiers à les accueillir sur le perron de leur nouvelle demeure.

 

Les trois compères participèrent notamment aux noces de la fille du président, Tricia Nixon, en 1971 : alors que leur maître amenait sa fille en bas des marches de la Maison-Blanche, ils étaient là pour les attendre, portant tous les trois un collier orné de fleurs.

 

Nixon aimait fortement ses petits compagnons, au point d’ailleurs qu’il gardait sur son bureau une boite de gâteaux pour chien. Leur vétérinaire, le docteur Colden Boyle, déclara d’ailleurs que lui et sa femme « prenaient soin de leurs animaux, et s’intéressaient à eux. Ils leur témoignaient de l’affection et ils étaient proches d’eux. »

 

Après la démission du président en 1974 suite au scandale du Watergate, les trois chiens rentrèrent avec leur maître en Californie, où ils vécurent le restant de leurs jours.

Cela dit, le chien le plus célèbre de Nixon était déjà décédé depuis 4 ans lorsque celui-ci s’installa à la Maison-Blanche : il s’agit de Checkers, qui donna son nom à l’un des plus célèbres discours de campagne présidentielle.

 

Au cours de la campagne de 1952, Nixon, qui était alors sénateur de Californie, fut choisi par Dwight D. Einsenhower (1890-1969) comme co-listier, et donc potentiel futur vice-président. Leur élection fut toutefois menacée lorsqu’un scandale financier concernant Nixon éclata. Pour se défendre, celui-ci décida de s’adresser aux Américains à la télévision, et prononça le 23 septembre 1952 une allocution dans laquelle il rendit des comptes sur de l’argent reçu pour financer une future campagne de réélection au Sénat.

 

S’inspirant du discours de Roosevelt prononcé en 1944 dans un contexte assez similaire (le fameux « Fala speech »), il conclut son intervention en mentionnant Checkers, un Cocker Spaniel qu’il avait reçu comme cadeau de la part d’un de ses partisans qui avait entendu à la radio que ses enfants rêvaient d’avoir un chien. Après avoir raconté cette anecdote, Nixon déclara « Vous savez, les enfants, comme tous les enfants, adorent ce chien. Je veux donc indiquer que quoi qu’on en dise, on va le garder. » 

 

Comme dans le cas de Roosevelt huit ans plus tôt, cette référence canine fit sensation auprès du public. Le Cocker Spaniel n’eut cependant pas le plaisir de connaître la vie à la Maison-Blanche, puisqu’il mourut de vieillesse en 1965 à l’âge de 13 ans, quatre années avant que son maître n’accède à son tour au poste suprême.

Dernière modification : 06/07/2021.