Histoire : Le chien de la frégate Tourville

09/06/2008
Partager
 

Histoire : Le chien de la frégate Tourville avait sa propre carte militaire
09/06/2008

Il fut un temps, dans la marine, où de nombreux bateaux avaient leur mascotte. Si, à l'issue d'escales lointaines, quelques animaux exotiques, comme des perroquets,
élurent domicile sur les vaisseaux de la Royale, les mascottes du bord étaient souvent des chiens. Et pour cause, en plus de faire la guerre sur mer, il fallait
également faire la chasse aux rats. Certains animaux restèrent des années durant sur leur navire, soignés et même emmenés en permission par les membres d'équipage.
Ce fut le cas de Taï. Né en décembre 1972 à Lorient, le chiot embarqua début 73 sur la frégate Tourville, lancée quelques mois plus tôt. Soigné initialement par l
e maître d'hôtel du commandant, Taï allait grandir au fil des travaux sur le bâtiment, admis au service actif en 1975. « Il a fait l'armement, les essais et est
ensuite parti avec nous en mission à Djibouti », se souvient Armand Rousseau, officier marinier à l'époque. Et c'est justement à la pointe Est de l'Afrique que le
chien reçut, comme tout membre d'équipage, sa propre carte militaire. Quand ils l'emmenaient en promenade, les marins avaient en effet les pires peines du monde à
faire comprendre aux sentinelles de garde à la porte de la base navale que l'animal n'était pas un passager clandestin. « On lui a donc fait faire une carte militaire
avec sa photo ». Et sur cette carte, délivrée le 22 janvier 1975, on remarquera, dans la case réservée aux signes particuliers la mention « chien ».
Ca ne s'invente pas !


Rattaché au carré des officiers mariniers, Taï faisait partie des meubles, se souvient Armand Rousseau. « Des soutes à la passerelle, il connaissait sans doute mieux
le bateau que nous. Et il était aussi très malin. Quand il voulait monter à la passerelle supérieure, il attendait en bas de l'échelle que quelqu'un le monte.
De même, il retournait souvent au carré commandant, où il avait pris ses habitudes au tout début ». La propreté étant primordiale dans la marine, la question des
« petits coins » du chien avait été étudiée. On apprendra donc, pour la petite histoire, qu'avec la mascotte du Tourville, le Malafon aura finalement trouvé une utilité (*).
Seul membre d'équipage à passer insensiblement et sans invitation dans tous les carrés, Taï a même volé en hélicoptère durant une mission aux Antilles. « Djibouti, Sénégal,
Yémen, Iran, Bahreïn... Il a été de toutes les missions, du cercle polaire à l'Equateur », assure l'ancien OM. Et comme tout « néophyte » franchissant la ligne, le chien
du Tourville a également connu la traditionnelle cérémonie, passant dans la baignoire et goutant à la farine sous le regard attentif de Neptune.

Photo :
La carte militaire de la mascotte du Tourville dans les années 70
crédits : MER ET MARINE - ALEXANDRE LECLERC