Buddy, le chien de Bill Clinton

Bill Clinton et son Golden Retriever Buddy

Parmi les nombreuses rivalités qui égayèrent la vie du paysage politique américain, rares sont celles qui atteignirent le niveau d’intensité de la relation entre les deux animaux de Bill et Hilary Clinton (nés respectivement en 1946 et 1947) : Socks, leur chat noir et blanc, et Buddy, leur Golden Retriever à la robe marron foncé. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’entre ces deux-là, ce n’était pas le grand amour !

 

Entré dans leur vie en 1991, Socks accompagna les Clinton lors de leur entrée à la Maison-Blanche deux ans plus tard, et ne tarda pas à devenir un sujet de prédilection pour les nombreux journalistes et photographes de Washington D.C. Il atteignit un très haut niveau de popularité ; comme Millie, la chienne de George H.W Bush (1924-2018), on le retrouva d’ailleurs dans un épisode de la sitcom Murphy Brown, où il est kidnappé accidentellement par l’héroïne de la série. Un jeu vidéo pour la Super Nintendo intitulé Socks the Cat Rocks the Hill aurait même dû lui être dédié, mais la fermeture du studio responsable du développement du jeu en décida autrement. Le soft finit toutefois par être distribué gratuitement sur internet en 2018.

 

La vie de rêve de Socks fut toutefois chamboulée en décembre 1997, lorsque son prestigieux propriétaire, fraîchement réélu pour un deuxième mandat présidentiel (1997-2001), décida d’adopter un Golden Retriever de 3 mois baptisé Buddy. Un porte-parole interrogé sur la raison pour laquelle le président avait décidé d’adopter un chien répondit que celui-ci « souhaite avoir un ami fidèle à Washington »…

 

Socks lui ne vit pas du tout d’un bon œil l’arrivée de ce nouvel animal dans sa maison. D’après Hilary Clinton, il « méprisa Buddy dès l’instant où il posa les yeux sur lui. » Elle ajouta qu’il « refusa catégoriquement de devenir ami avec ce chien bruyant et gênant » et qu’il ne « manquait jamais une occasion [de lui] en coller une ». Ambiance…

 

Les deux animaux furent toutefois contraints de cohabiter sur la couverture d’un livre publié en 1998 par la First Lady et intitulé Dear Socks, Dear Buddy, dans lequel elle réunit plus de 50 lettres écrites par des enfants à leurs deux animaux domestiques et rédigea plusieurs pages concernant la vie des intéressés à la Maison-Blanche. Les bénéfices tirés de la vente de l’ouvrage furent reversés à la National Park Foundation, un organisme chargé de l’entretien des parcs nationaux américains. Il fut toutefois loin de remporter le même succès que celui écrit par Barbara Bush quelques années plus tôt.

 

Interviewé par la chaîne d’information américaine CNN en janvier 2001, au moment de quitter la Maison-Blanche, Bill Clinton déclara au sujet de la rivalité de ses animaux domestiques s’en être « mieux sorti avec les Arabes, les Palestiniens et les Israéliens qu’avec Socks et Buddy ».

 

Le couple présidentiel profita d’ailleurs de ce tournant pour décider de séparer définitivement les deux meilleurs ennemis. Il fit le choix de garder Buddy, qui les accompagna chez eux, dans l’État de New York. Leur compagnon n’eut toutefois pas la possibilité de profiter longtemps de cette nouvelle vie, puisqu’il mourut en janvier 2002 à l’âge de 5 ans, renversé par une voiture alors qu’il poursuivait un contractuel dans la rue.

 

Socks fut quant à lui offert à la secrétaire du président, Betty Currie, et s’en alla vivre dans le Maryland où il mourut de vieillesse à l’âge avancé de 20 ans, en 2009.

Dernière modification : 04/23/2021.