Snoopy (1950)

Page précédente :
Pif le chien (1948)
Page suivante :
Krypto et Ace (1955)
Snoopy (1950), chien célèbre de bande dessinée

Snoopy est sans aucun doute le chien le plus célèbre de la bande dessinée américaine. Personnage principal du comic strip Peanuts, ce Beagle est né en 1950 sous le crayon de Charles M. Schulz (1922-2000). À l’origine, Peanuts se centrait sur les aventures de Charlie Brown, jeune garçon malchanceux et fan de baseball, mais Snoopy, son Beagle blanc, ne tarda pas à lui voler la vedette.

 

Philosophe, rêveur, mégalo, méditatif… : Snoopy est en quelque sorte un chien qui veut se faire plus Homme que l’Homme, et est ainsi depuis près de 70 ans une source constante de réflexion sur le monde. De fait, il ne fait rien comme les autres chiens, et son attitude rebelle s’illustre notamment par le fait qu’il dort sur le toit de sa niche, plutôt qu’à l’intérieur. Si son monde se limite physiquement aux frontières de son jardin, Snoopy ne cesse en revanche de s’évader par l’esprit, se rêvant pilote de chasse ou encore astronaute et « premier Beagle à marcher sur la lune ». Un rêve que la NASA tâcha d’ailleurs de concrétiser d’une certaine manière en 1969, lorsque la mission Apollo 10 envoya en orbite un module lunaire baptisé Snoopy !

 

Snoopy n’a pas toujours été aussi humanisé. À ses débuts, c’est un chien presque comme les autres qui marche à quatre pattes et dort dans sa niche. Mais de gag en aiguille, Schulz a peu à peu modifié son personnage, le rendant progressivement de plus en plus humain. A tel point que si Snoopy ne parle pas directement avec les Hommes, il comprend en revanche toutes leurs langues ! Il est même écrivain à ses heures perdues, et n’hésite pas à sortir sa machine à écrire pour coucher ses pensées ou faire les devoirs de Charlie Brown à sa place.

 

Comme si cela ne suffisait pas, la langue des oiseaux lui est aussi familière. Ainsi, Woodstock, le petit oiseau jaune avec qui Snoopy se lie d’amitié, parle un langage incompréhensible du lecteur, mais qui n’a aucun secret pour lui.

 

En tout cas, s’il s’éloigne de sa nature de chien, Snoopy n’en conserve pas moins une caractéristique essentielle du Beagle : sa loyauté envers son maître, Charlie Brown en l'occurrence.

 

 

(Source de l'image : peanuts.com)

Page précédente :
Pif le chien (1948)
Page suivante :
Krypto et Ace (1955)
Dernière modification : 10/23/2020.
Reproduction interdite sans autorisation.
Partager
 Envoyer cette page à un ami

Vidéos sur ce sujet

Discussions sur ce sujet