Le sens de l'orientation chez le chien

Le sens de l'orientation chez le chien

La presse se fait régulièrement l’écho d’histoires extraordinaires de chiens perdus qui ont parcouru des centaines, voire des milliers de kilomètres pour retrouver leur foyer.


Au-delà de ces cas qui relèvent bien sûr de l’exceptionnel, il est avéré que les chiens ont, de façon générale, un très bon sens de l’orientation. Certains évoquent un supposé sixième sens, alors que d’autres tentent avec difficultés d’expliquer ce phénomène de façon rationnelle.


Qu’en est-il réellement ? Comment peut-on expliquer ce formidable sens de l’orientation du chien ?

Comment fonctionne le sens de l'orientation du chien ?

Le chien s'oriente grâce à ses sens développés

Le chien s'oriente grâce à ses sens développés

Des études ont montré qu'un chien transporté à une dizaine de kilomètres de son domicile habituel sans pouvoir visualiser le trajet effectué parvient facilement à rentrer chez lui en suivant une ligne droite, quand bien même le terrain lui est inconnu. Il va de soi qu’aucun humain placé dans les mêmes conditions ne serait capable d’en faire de même.

On peut expliquer en partie ce phénomène de façon scientifique. En effet, certaines capacités sensorielles des chiens sont bien plus développées que celles de l’Homme et l’aident grandement à se repérer.

Le premier sens en question est bien sûr l'odorat du chien. Son flair est en effet extrêmement développé car son épithélium olfactif (la muqueuse nasale qui sert à détecter les odeurs) est beaucoup plus étendu que le nôtre : sa densité cellulaire est entre 6 et 40 fois plus élevée que celle de l’Homme. Ainsi, un Berger Allemand possède par exemple 200 millions de cellules neurosensorielles, alors que chez l’Homme, ce nombre est compris entre 5 et 20 millions. Il faut ajouter à cela que la taille de la région du cerveau du chien réservée au traitement des odeurs est quatre fois plus étendue en volume (par rapport à l’ensemble du cerveau) que chez l’Homme.

 

Le résultat de ces particularités physiologiques est impressionnant : même si la finesse exacte de son odorat varie d’une race à l’autre, un chien commence à sentir une odeur à partir d’un niveau de concentration 10 000 à 100 000 fois plus faible que celui nécessaire à l’être humain pour la percevoir lui aussi. Un chien peut donc s’appuyer sur ses capacités de reconnaissance olfactive pour retrouver son chemin lorsqu’il est perdu.

 

Toutefois, cela n’est pas tout, puisqu’il combine plusieurs de ses sens pour s’orienter.

Ainsi, l'ouïe du chien est elle aussi beaucoup plus affinée que celle de l’Homme. Il peut entendre un son d’une fréquence allant de 20 à 45 000 Hertz, contre seulement 20 à 20 000 Hz pour ce dernier. Cela signifie donc qu’il peut percevoir les ultrasons, c’est-à-dire les sons dont la fréquence est supérieure à 20 000 Hz, alors que nous ne les entendons pas. Ces sons présents dans l'environnement peuvent lui servir de repères.

Enfin, la vision du chien est certes moins performante que la nôtre, mais il dispose néanmoins de certains atouts en la matière. En effet, même si son acuité visuelle est moins développée (ce qui fait qu’il voit flou) et son spectre de vision est plus étroit (ce qui fait qu’il ne perçoit pas certaines couleurs), il a l’avantage de mieux voir dans la pénombre et dans le noir, et dispose d’un champ de vision sensiblement plus large que celui de l’Homme.

La combinaison de ces capacités sensorielles peut expliquer en partie l'extraordinaire sens de l'orientation du chien, mais elles ne sauraient justifier qu’il soit capable de retrouver le chemin de son domicile alors qu’il est très éloigné de son lieu de vie habituel et n’a aucun repère dans l’endroit où il se trouve. Les scientifiques ont en réalité très peu de certitudes sur le sujet, mais de nombreuses hypothèses ont été émises pour expliquer ce phénomène.

Le chien percevrait le champ magnétique terrestre

Le chien percevrait le champ magnétique terrestre

Une des hypothèses les plus abouties serait que le chien serait capable de percevoir le champ magnétique terrestre et de s'en servir comme repère.

 

L’étude la plus célèbre en la matière est sûrement celle menée par des chercheurs allemands de l'Université de Duisbourg-Essen et des chercheurs tchèques de l'Université d'études agricoles de Prague, dont les conclusions ont été publiées dans un article intitulé « Dogs are sensitive to small variations of the Earth’s magnetic field » paru en 2013 dans le magazine Frontiers in Zoology. Ils y affirment que les chiens sont sensibles au champ magnétique terrestre et sont dotés d’une boussole interne leur permettant de se repérer.

Pour réaliser cette étude, les chercheurs ont demandé aux propriétaires de 70 chiens d'observer le comportement de leurs compagnons lorsqu’ils faisaient leurs besoins. Cette étude a été réalisée avec des chiens de 37 races différentes, mâles comme femelles. Equipés d’une boussole, les propriétaires ont effectué pendant deux ans des relevés sur l’orientation des chiens pendant qu’ils urinaient ou déféquaient. Les chercheurs ont ensuite étudié les résultats et, en les comparant avec les données sur les fluctuations naturelles du champ magnétique terrestre, en ont conclu que les chiens ont tendance à s'aligner le long d'un axe nord-sud pour faire leurs besoins lorsque le champ magnétique terrestre est stable, soit pendant environ 20% d’une journée. Autrement dit, ils seraient sensibles au champ magnétique terrestre, et c’est ce qui leur permettrait de retrouver leur chemin lorsqu’ils sont perdus.

Toutefois, ces résultats sont à prendre avec certaines réserves. D’une part, il semblerait que la préférence des chiens pour une certaine position ne soit pas si marquée que cela. D’autre part, l’étude n’a été menée que sur 70 sujets, si bien qu’il faudrait probablement l’étendre à davantage de chiens et de continents afin de confirmer les résultats. Enfin, quand bien même les chiens s'aligneraient effectivement selon un axe précis, cela pourrait être pour une toute autre raison que celle liée à une éventuelle perception du champ magnétique terrestre.

 

Une autre étude concernant la présence chez des mammifères d’une molécule nommée cryptochrome 1 et permettant de détecter un champ magnétique (électroperception) rejoint toutefois l’hypothèse des chercheurs allemands et tchèques. Le cryptochrome 1 est une molécule semblable au cryptochrome 1a et présente chez de nombreux oiseaux, comme par exemple les pigeons. Elle les aide à se repérer en vol, en particulier pendant les migrations.

 

Le cryptochrome 1 avait déjà été détecté chez des plantes et des poissons, mais une étude menée par des chercheurs de l’Institut Max Plank de Francfort (Allemagne), intitulée « Cryptochrome 1 in Retinal Cone Photoreceptors Suggests a Novel Functional Role in Mammals » et publiée en 2016 dans la revue Scientific Reports, a permis de faire de nouvelles découvertes. Menée sur 90 espèces de mammifères, elle a en effet confirmé la présence du cryptochrome 1 chez nombre d’entre eux, notamment le chien. Les chercheurs pensent que cette molécule permet aux animaux la possédant de percevoir le champ magnétique terrestre.

Toutefois, les résultats de cette étude ont aussi noté l’absence de cryptochrome 1 chez des animaux comme les rongeurs et la chauve-souris, dont on sait pourtant qu’ils se servent du champ magnétique terrestre pour se repérer. De nombreuses questions sur l’orientation magnétique restent donc encore en suspens.

Les autres hypothèses sur le sens de l'orientation du chien

Les autres hypothèses sur le sens de l'orientation du chien

Une autre piste qui permettrait d’expliquer les capacités d’orientation du chien est son extraordinaire mémoire topographique. On sait en effet qu’il mémorise parfaitement de nombreux détails du terrain sur lequel il évolue. C’est d’ailleurs cette mémoire topographique qui est particulièrement exploitée dans la formation des chiens d’assistance pour personnes aveugles. En faisant le même parcours un grand nombre de fois, un chien parvient à en mémoriser tous les détails.

Enfin, sur des distances plus courtes, le fait qu’un chien retrouve son chemin est encouragé par son instinct, qui le pousse à revenir vers son maître et son lieu de vie. De fait, son comportement est souvent dicté par l’insécurité et l’émotion. Un chien développe avec son maître un lien affectif fort qui l’aide à tout mettre en œuvre pour se retrouver en sécurité auprès de lui.

En tout état de cause, si beaucoup de chiens parviennent à rentrer chez eux dès lors qu’ils ne sont pas trop éloignés, c’est souvent après avoir longtemps erré. Les cas de chiens qui retrouvent immédiatement leur chemin sont spectaculaires, mais en réalité, la plupart zigzaguent et errent pendant des jours ou des semaines avant de retrouver leur chemin - souvent d'ailleurs sans y parvenir. On évoque moins souvent le cas des chiens qui se perdent et ne reviennent jamais à la maison, moins spectaculaire, alors que c’est pourtant ce qui arrive à nombre d’entre eux.

Le sens de l’orientation chez d'autres espèces animales

Migration d'oies sauvages
Migration d'oies sauvages

De nombreuses espèces animales ont un sens de l’orientation hors du commun, et pour certaines bien meilleur que celui du chien.

Les oiseaux migrateurs et les pigeons, capables d’effectuer des milliers de kilomètres sans se perdre, sont sans doute l’exemple le plus célèbre. On sait que certaines molécules comme le cryptochrome 1a et la magnétite permettent aux volatiles de se repérer à l’aide du champ magnétique terrestre. Néanmoins, ils se serviraient également du Soleil, des étoiles, de la gravité terrestre, de repères visuels au sol, d’odeurs et d’autres éléments mémorisés lors d’un précédent parcours.

Les chats sont également connus pour leur sens de l’orientation exceptionnel. Dans leur cas, c’est apparemment l’excellente vue du chat qui l’aiderait se repérer. Ce dernier a d’ailleurs un domaine vital plus important que le chien, dans la mesure où il s’éloigne beaucoup plus facilement de son domicile pour chasser des proies, fuir des congénères ou trouver un abri. Malgré tout, le petit félin ne se perd que rarement, même dans des domaines vitaux pouvant dépasser les 500 ha dans le cas des chats errants.

Les animaux marins ont eux aussi des facultés d’orientation exceptionnelles. Ainsi, les femelles tortues parcourent tous les 2 à 4 ans des milliers de kilomètres sans se perdre pour revenir sur leur site de reproduction depuis leur site d’alimentation. Elles utiliseraient pour cela le champ magnétique terrestre, mais emprunteraient aussi des corridors sous-marins qu’elles auraient mémorisés. C’est apparemment aussi le cas des amphibiens, des phoques, des langoustes et des éléphants de mer.

Par ailleurs, de nombreuses espèces animales parviennent à se repérer grâce aux odeurs présentes aux différents endroits de leur parcours. C’est le cas par exemple des abeilles.

En tout état de cause, il semblerait que, à l’instar des oiseaux migrateurs, la plupart des espèces combinent plusieurs sens et techniques de repérage afin de ne pas se perdre.

Les chiens ont-ils tous le même sens de l’orientation ?

Les chiens ont-ils tous le même sens de l’orientation ?

Selon les chercheurs allemands et tchèques qui ont mené l’étude sur la sensibilité du chien au magnétisme terrestre, il n’y aurait pas de différence selon la race ou le sexe du chien. En effet, leurs travaux portaient sur des chiens de races très variées, et n’ont fait ressortir aucune influence de la race du chien sur sa sensibilité au champ magnétique terrestre.

 

Il convient toutefois de rappeler que leur échantillon consistait en seulement 70 chiens appartenant à 37 races différentes. Ainsi, non seulement le nombre de représentants de chaque race était très limité, mais en plus cela représentait moins de 10% des plus de 400 races de chiens existantes. Par conséquent, il n'est pas possible d'affirmer de manière catégorique, au regard de cette seule étude, qu'il n'existe aucun lien entre la race d'un chien et sa capacité à percevoir le champ magnétique terrestre.

On sait en revanche que les caractéristiques physiques d’un chien peuvent influencer ses capacités sensorielles, et par là même affecter son sens de l’orientation. C’est le cas par exemple des différentes formes et ports d’oreilles, qui peuvent impliquer des capacités auditives du chien plus ou moins fines. De même, certaines races de chiens ont un odorat plus développé grâce à la longueur de leur museau, qui contient un plus grand nombre de cellules olfactives

L’évolution du sens de l’orientation du chien au cours de la vie

Le sens de l'orientation du chiot

Le sens de l'orientation du chiot

À la naissance, le chiot est sourd et aveugle. Ses yeux s’ouvrent à l’âge de deux semaines, mais ce n’est qu’à 35 jours que sa vision atteint le niveau de celle d’un chien adulte. Quant à l'audition du chien, il faut attendre l’âge de deux à trois semaines pour qu’elle soit effective. Les seuls sens déjà présents à la naissance sont donc l'odorat du chien, le goût et le sens du toucher du chien.

Néanmoins, il compense en partie la faiblesse de ses sens en emmagasinant petit à petit dans sa mémoire des repères de son lieu de vie, qui lui servent à s'orienter.

Une fois vacciné, il est important que le chiot soit sorti régulièrement, afin de stimuler sa vue, son odorat et son audition. Son sens de l’orientation tout au long de sa vie dépend en effet largement de son degré de stimulation au cours de cette période cruciale. Un chien qui a passé le plus clair de son temps enfermé quand il était petit n’a pas les mêmes capacités d’orientation - a fortiori si cela se poursuit une fois adulte - qu’un chien sorti régulièrement dans des environnements différents et qui a ainsi appris à reconnaître une multitude de lieux, d’odeurs et de sons.

Le sens de l'orientation du chien âgé

Le sens de l'orientation du chien âgé

Il est courant de constater une altération du sens de l’orientation du chien avec l’âge. Des troubles peuvent apparaître dès l’âge de 6 ans chez les grandes races de chiens, et à partir de 9 ans chez les chiens de petite taille.

 

C’est aussi à ce moment-là que peuvent survenir des problèmes physiques, comme par exemple la cécité ou la surdité du chien, qui perturbent son sens de l’orientation.

Le sens de l'orientation affecté par une maladie

Le sens de l'orientation affecté par une maladie

En dehors des pathologies liées à l’âge, un chien peut également voir à tout moment son sens de l’orientation affecté de manière ponctuelle ou permanente par une maladie. Ce peut être le cas, par exemple, lorsqu’il a un syndrome vestibulaire, suite à un accident cardiovasculaire cérébral ou encore avec certaines tumeurs canines localisées dans le cerveau, le système nerveux ou les organes sensoriels. En outre, toute maladie ou blessure à l’œil, à l’oreille ou sur le museau peut également affecter ses capacités sensorielles, et par conséquent son sens de l’orientation.

Le syndrome confusionnel, ou syndrome de dysfonction cognitive, est aussi fréquent chez les chiens âgés. L’animal souffre alors d’une désorientation spatio-temporelle et se perd dans des endroits qu’il connaît pourtant bien, comme le jardin ou la maison. Lorsqu’il se retrouve dans la rue, il peut à tout moment paniquer et changer brusquement de direction, sans raison apparente. Un changement de trajet lors de sa promenade peut aussi engendrer ce type de réaction chez un chien souffrant du syndrome confusionnel.


Au cours de telles crises de panique, il n'obéit plus aux ordres et semble sourd. Ces symptômes sont en général associés à une perte des apprentissages élémentaires, une confusion entre le jour et la nuit et une altération des interactions sociales. Le syndrome confusionnel peut avoir pour origine des causes externes (troubles cardiaques, cécité, surdité…) et/ou internes (vieillissement prématuré du cerveau, tumeur, etc.). Les vétérinaires proposent en général un traitement médicamenteux qui permet de longues périodes de rémission, mais il faut savoir que la guérison n’est pas possible. Ce traitement est généralement pris en charge par l‘assurance santé du chien, sous réserve bien sûr d’en avoir souscrit une.

Le sens de l'orientation affecté par un changement

Le sens de l'orientation affecté par un changement

Les capacités d’orientation d’un chien peuvent être diminuées ponctuellement lors de changements importants dans sa vie ou dans son environnement, comme peut l’être un déménagement avec son chien ou encore l’arrivée d’un nouvel animal ou être humain dans le foyer.

 

Il finit généralement par s’habituer au changement, et recouvre alors toutes ses capacités.

Comment un chien peut-il se perdre ?

Comment un chien peut-il se perdre ?

Malgré son attachement à son maître et ses capacités d’orientation, aucun chien n’est à l’abri de se perdre, car de nombreuses situations peuvent le désorienter.

Un cas des plus courants est celui du chien perdu après avoir fui ce qu’il estime être un danger. Cela peut être un bruit soudain (klaxon, pétard, sirène, orage, etc.), une personne, un chien, un autre animal, etc. Pris de panique, il peut alors parcourir de nombreux kilomètres avant de se rendre compte de son éloignement.

Une autre situation très fréquente est celle du chien mâle non castré qui est à la recherche d’une chienne en chaleur, et finit par se perdre. La recherche d’un partenaire pour se reproduire est d’ailleurs une des principales causes de fugue du chien, et cela ne concerne pas que les mâles : lors de leurs chaleurs, les femelles sont elles aussi susceptibles de s’éloigner inhabituellement afin de chercher un partenaire reproducteur. Faire castrer son chien mâle ou faire stériliser sa chienne peut être un moyen efficace d’éviter ce genre de situations.

Par ailleurs, le chien peut aussi se perdre lorsqu’il s’éloigne par besoin d’explorer ou lorsque son instinct de chasse le pousse à traquer une proie sans relâche sur des distances parfois très longues. Il n'est d'ailleurs pas rare qu'un chien de chasse se perde ainsi.

Comment éviter qu’un chien ne se perde ?

Chien portant un collier GPS
Chien portant un collier GPS

Quels que soient son âge et son état de santé, la période au cours de laquelle un chien est installé dans un endroit nouveau (par exemple en cas de déménagement ou de départ en vacances avec son chien) présente un risque accru qu’il se perde. Il est donc indispensable de prendre le temps de l’aider à faire connaissance progressivement avec son nouvel environnement. Pour ce faire, mieux vaut par exemple le tenir en laisse les premiers temps, jusqu’à ce qu’il soit familiarisé avec ces nouveaux endroits et en mesure de s’y orienter par lui-même.

Dans le cas d’un chien qui ne parvient plus à se repérer correctement dans son environnement habituel, il est indispensable de prendre certaines mesures afin d’éviter qu’il ne se perde, mais il ne faut pas pour autant craindre de le sortir. En effet, au-delà du risque sur sa santé (et notamment celui d’embonpoint voire obésité du chien), un manque d’exercice physique pourrait le rendre nerveux et favoriser une fugue. Il faut donc continuer à le sortir régulièrement en le tenant en laisse si nécessaire, et ce autant de fois qu’il en a besoin.

 

Dans le cas où le maître possède un jardin, il est nécessaire de le clôturer et veiller à ce que la porte soit toujours fermée. De même, il faut limiter les points d’observation, tels les balcons, qui pourraient donner envie au chien de s’échapper. Il est aussi important de veiller à tout ce qui pourrait causer un stress du chien, car il pourrait alors prendre la fuite dans un moment de panique. Par exemple, il ne faut jamais le laisser seul dans la rue, même attaché. Il est également important de multiplier les interactions avec lui et de le caresser. Un chien qui se sent bien chez lui et avec qui on joue est moins tenté de quitter son environnement qu’un chien qui s’ennuie et se sent seul.

En somme, pour limiter le risque de fugue du chien, il faut qu’il connaisse les limites de son territoire, qu’il évolue dans un environnement calme et rassurant, et qu’il ait une place à part entière dans la famille.

Le mot de la fin

Malgré diverses études scientifiques sur le sujet, le sens de l’orientation du chien est encore plein de mystères. C’est néanmoins un sujet passionnant, et qui intéresse de nombreux chercheurs. Il y a donc tout lieu d’espérer que de nouvelles découvertes permettent à l’avenir de mieux comprendre cette incroyable capacité qu’il a de se repérer et retrouver son chemin.

 

Pour autant, ce n’est pas parce que le chien a un meilleur sens de l’orientation que l’Homme qu’il faut s’imaginer qu’il parviendra à retrouver son chemin et à retourner auprès de son maître en toutes circonstances.


Quelques recommandations de bon sens peuvent néanmoins accroître grandement les chances de retrouver un chien perdu. Attacher à son collier une plaque avec votre numéro et/ou lui implanter une puce électronique (l’identification des chiens par puce électronique et/ou tatouage est d’ailleurs obligatoire notamment en France, en Suisse et en Belgique) permet à toute personne ou organisme qui le recueillerait de remonter facilement jusqu’à son propriétaire. Cela suppose toutefois de bien mettre à jour la base de données en cas de changement de coordonnées.

 

Cela dit, la meilleure solution pour retrouver un chien facilement si jamais il se perd reste encore de savoir à tout moment où il se trouve : c’est précisément ce que permettent les colliers GPS connectés pour chien.

Dernière modification : 01/07/2020.
Reproduction interdite sans autorisation.