Plus de jeux d'animaux

Le Nanisme : origines des chiens de petite taille

Il est aisé de constater que depuis quelques années, nous rencontrons dans la rue, au fil de nos promenades, de plus en plus de chiens de type « nains ». Force est de constater qu’il est plus facile, lorsque l’on habite en ville, d’avoir un compagnon de petite taille ou simplement par choix volontaire car on apprécie mieux les races plus petites.

Partager
 

Les deux origines du nanisme chez le chien

Mais en fait, à quoi peut bien être lié le nanisme ?

 

Il existe plusieurs formes de nanisme chez le chien. Une seule relève d’une pathologie endocrinienne. 

Le nanisme hypophysaire

Cette appellation un peu savante s’explique par le fait d’une carence en hormone de croissance. Cette maladie irréversible est transmise par voie héréditaire. Cela se produit lorsqu’un éleveur fait s’accoupler un sujet mâle porteur de ce gêne avec une femelle porteuse du même gêne.

 

Les chiens porteurs de ce gêne sont à les regarder tout à fait semblables aux autres chiens qui eux seront indemnes. La différence ne peut se voir qu’en effectuant un prélèvement par frottis buccal chez le vétérinaire (test ADN). Ils sont alors appeler des « porteurs sains ». Lorsqu’un « porteur sains » s’accouple avec un sujet indemne génétiquement, 50 % des chiots peuvent être porteur du gêne responsable du nanisme hypophysaire.

 

Par contre si l’on fait s’accoupler ensemble deux « porteurs sains », la mère et le père des chiots, on aura de très grande chance de voir que la majeure partie des chiots de la portée seront atteints de cette maladie très invalidante pour le rejeton. Il existe maintenant des tests utilisés par les éleveurs ou les particuliers sérieux et soucieux de produire des chiots indemnes. Ils sont fiable à plus de 99 % et quasi indolores pour les chiens.

 

Puis le nanisme tel qu’on peut l’observer chez plusieurs petites races.

Le nanisme issu de sélection génétique

Le nanisme est une diminution de toutes les dimensions corporelles d’un sujet normal. Chez le chien on constate que de nombreuses races dites naines ne sont en fait que des « diminutifs » de chien plus grands. Ces races ont été créées de toutes pièces par l’homme. Soit par des méthodes sélectives de croisements ou par le fait d’adaptation à un certain milieu, de l’hygiène ou encore de l’alimentation.

Les races canines dites naines possèdent des caractères et des dimensions assez fixes. Ainsi lorsque celui-ci a été obtenu physiologiquement il conservera les caractères de la race dont il dérive sans déformations. Par contre, il ne faut pas croire que si l’on pousse le rapetissement à l’extrême, on ne provoque pas de résultats invalidants pour la descendance.


Ainsi le crâne reste dans sa forme fœtal, c’est-à-dire qu’il se bombe, les os du nez se rapetisses (les naseaux se collent à la boite crânienne) les orbites des yeux deviennent de plus en plus grosses. On constate également des manques de dents etc.

Quelques exemples de nanisme canin

Il est aisé de se rendre compte que la boite crânienne de ce petit chihuahua est très bombée même lorsqu’il arrive à l’âge adulte.
Il est aisé de se rendre compte que la boite crânienne de ce petit chihuahua est très bombée même lorsqu’il arrive à l’âge adulte.

Par suite de sélections, ces diverses déformations conduisent à obtenir des sujets dysharmoniques.

 

C’est ce qui constitue pour certains d’en nous leur intérêt !

 

Toutes sélections dirigées vers une diminution de taille et de format poussée à l’extrême conduit fatalement à ce résultat immuable.

 

Par contre, si l’on ne prend pas garde faire une sélection rigoureuse, les sujets obtenus vont très rapidement régresser vers le prototype.

 

Ces races n’ont donc qu’une stabilité toute relative.

 

Ne pas confondre avec le bassétisme qui est lui aussi une forme de déformation créé par l’homme.

 

Il s’en est d’ailleurs servit en mélangeant nanisme et bassétisme pour créer de nouvelles races comme par exemple l’épagneul papillon qui n’est autre que le nain de l’épagneul continental.

 

Et l’épagneul Pékinois en serait le basset nain avec en prime pour lui ce nez très près du crâne et les yeux proéminents et exorbités

 

Voilà vous savez tout ou presque.

 

Merci a ceux et celles qui reconnaîtront les leurs de bien vouloir nous en laisser l’utilisation pour une meilleure compréhension et argumentation de cet article.

 

Dernière modification : 03/05/2016.
Reproduction interdite sans autorisation.

Auteur

Marie-Christine COCHARD 

Discussions sur ce sujet