Comment voit le chien ?

Comment voit le chien ?

Même si elle présente certaines particularités étonnantes, la vue n’est pas le sens le plus aiguisé chez le chien. En effet, elle est moins performante que son ouïe, mais surtout que son odorat, infiniment plus puissant et précis que celui de l’Homme.


La fonction visuelle n’en joue pas moins un rôle non négligeable dans la perception qu’a le chien de son environnement, et dans ses interactions avec le monde qui l’entoure.


Quelles sont les spécificités de la vue chez le chien ? Quels troubles potentiels sont susceptibles d’affecter sa vision, et comment y faire face ?

Partager
 

L’anatomie de l’œil du chien

Tout comme celui de l’Homme, l’œil du chien peut être de forme variable, même s’il est dans la plupart des cas rond ou fendu en amande.

 

La couleur de l’iris est également variable. A leur naissance, les chiots ont des yeux bleus, puis ces derniers prennent progressivement une couleur brune ou noisette sous l’effet de la mélanine. Cette transformation s’effectue généralement au bout de deux à trois mois. Toutefois, certaines races comme le Husky Sibérien, le Berger Australien ou le Border Collie gardent les yeux bleus toute leur vie.

Dans tous les cas, l’œil d’un chien se compose principalement des éléments suivants :

  • Une enveloppe externe comprenant trois couches qui favorisent la vision : la tunique fibreuse, l’uvée, qui comprend la choroïde, le corps ciliaire et l'iris, et enfin la tunique nerveuse, qui comporte la rétine, permettant la traduction du message lumineux venant de l'extérieur en signaux nerveux envoyés au cerveau ;
  • Une paupière supérieure, une paupière inférieure, ainsi qu’une troisième paupière appelée membrane nictitante. Toutes trois ont une fonction protectrice ;
  • Des glandes lacrymales localisées sous la membrane nictitante, qui permettent le nettoyage de l’oeil ;
  • La conjonctive, une muqueuse qui sert à la lubrification de l’oeil.

Les caractéristiques de la vue chez le chien

La différenciation des couleurs chez le chien

Une croyance populaire veut que le chien voie le monde en noir et blanc. En réalité, il n’en est rien. En effet, des expériences scientifiques ont dévoilé que le chien distingue bien les couleurs, même si c’est de façon moins précise que les êtres humains.

En effet, nos amis à poils voient littéralement le monde sous un prisme différent, puisque le spectre de vision d'un chien est beaucoup plus étroit que le nôtre. Pour comprendre comment un chien voit les couleurs, il faut savoir qu'il est capable de distinguer uniquement le vert-jaune et le bleu-violet, et voit donc toutes les couleurs sous ces prismes.

 

On dit ainsi que le chien est dichromate, car il possède uniquement deux types de récepteurs de rayons lumineux, tandis que l’Homme est trichromate, ce qui lui permet de percevoir chacune des trois couleurs primaires. L'incapacité d’un chien guide d’aveugle à reconnaître la couleur d’un feu rouge est une illustration de ce concept.

 

De façon concrète, votre chien ne pourra jamais déclamer des aboiements poignants devant un magnifique coucher de soleil... mais il ne faut pas pour autant s’en affliger, car ses autres sens lui permettent de percevoir dans le monde qui l’entoure des choses qui échappent totalement aux humains.

L’acuité visuelle du chien

L’acuité visuelle désigne la capacité à distinguer les détails, qu’ils soient proches ou éloignés. Chez le chien, elle est en moyenne 5 à 6 fois moins développée que chez l’Homme.

 

De fait, la vision du chien s’apparente à celle d’une personne myope et presbyte : il voit flou et n’est pas en mesure de percevoir les détails d’objets trop rapprochés ou au contraire trop éloignés.

 

Cette faible acuité est la conséquence de l’absence chez le chien de la fovéa, une région présentant une forte concentration de récepteurs visuels de jour, et d’un nombre limité de fibres nerveuses dans le nerf optique.

Le champ visuel du chien

Les yeux de l’Homme occupent une position plutôt centrale sur le visage, tandis que ceux du chien sont plus latéraux. Cette particularité lui confère un champ visuel beaucoup plus large que celui de l’être humain.

 

De fait, en fonction des races de chien, l’angle de vue d’un chien varie entre 250 et 280°, quand celui de l’Homme se limite à 180°.

 

Cette vision périphérique étendue permet au chien de détecter plus aisément les mouvements, même à plusieurs centaines de mètres de distance. C’est d’ailleurs cette spécificité qui pousse la proie d’un chien de chasse à rester immobile plutôt qu’à s’enfuir, dans l’espoir d’échapper à la vigilance de son prédateur, qui perçoit moins bien les objets statiques que ceux en mouvement.

La vision nocturne du chien

Tout comme le chat et d’autres animaux, le chien est capable de voir dans l’obscurité. En effet, si sa rétine contient moins de cônes que celle de l’Homme, elle comprend en revanche davantage de bâtonnets, ce qui améliore sa sensibilité à des faisceaux lumineux faibles.

 

Couplée à sa vision périphérique exceptionnelle, cette capacité à se diriger dans le noir constitue un avantage certain pour les chasseurs qui emploient des chiens de chasse.

 

Par ailleurs, l’effet fluorescent de l’œil du chien que l’on peut constater dans l’obscurité est dû à la présence du tapis choroïdien situé derrière la rétine. Ce « tapis luisant », que l’on retrouve également chez le chat, est en revanche absent chez l’Homme.

L’évolution de la vue du chien au cours de sa vie

Un chien peut être aveugle de naissance suite à une malformation congénitale, comme par exemple la microphtalmie, qui correspond à une taille anormalement petite du globe oculaire. Cette affection peut toucher toutes les races, mais la couleur de robe du chien entre en ligne de compte. En effet, les chiens merles ou à dominante blanche comme le Cavalier King Charles, le Teckel ou le Chien d’eau Espagnol semblent davantage exposés à la microphtalmie, qui peut se traduire par une cécité dans les cas les plus graves.

 

Un chien aveugle de naissance aura moins de difficultés au quotidien qu’un autre ayant perdu la vue au cours de son existence, en particularité si cela a eu lieu subitement (accident, maladie du chien…).

 

En tout état de cause, tout chiot naît aveugle, et se sert essentiellement de son odorat pour se diriger pendant les premiers jours de sa vie. Ses paupières restent soudées pendant 10 à 16 jours en moyenne. Ce n’est qu’après 6 à 8 semaines en moyenne que sa vision est complètement formée.

 

Néanmoins, tout comme chez l’Homme, elle est susceptible d’évoluer par la suite. En effet, la vue du chien peut se dégrader au fur et à mesure qu’il prend de l’âge.

 

Chez un chien qui prend de l’âge, le cristallin des yeux (sorte de lentille située dans l'œil qui permet au chien de voir) peut vieillir et devenir opaque, ce qui va provoquer une cataracte appelée « cataracte sénile ». Si cette affection liée au vieillissement n’est pas traitée à temps, le cristallin deviendra totalement blanc, ce qui entraîne la cécité complète du chien.

 

Toutefois, cette perte de vision du chien se produit de façon très progressive, ce qui laisse le temps à l'animal de s’adapter, c’est-à-dire d’apprendre à compenser au moins partiellement en mobilisant davantage ses autres sens.

 

Le maître a un rôle à jouer en la matière, en accoutumant son animal à s’appuyer davantage sur ses autres sens. Par exemple, en changeant progressivement la façon dont il lui donne des ordres, il l’habitue à une communication davantage vocale que visuelle.

 

Il influe également grandement dans le confort de vie du chien dont la vue se dégrade, voire devenu aveugle. Par exemple, il doit d’assurer de ne jamais laisser traîner des objets et autres obstacles dans les passages que le chien a l’habitude d’emprunter, et éviter de chambouler brutalement et/ou trop régulièrement l’aménagement du foyer. Si des ajustements sont nécessaires (en particulier le déplacement de certaines meubles), ils doivent être effectués de façon graduelle.

 

En tout état de cause, les experts conseillent de faire régulièrement contrôler la vue de son chien par le vétérinaire à partir de 7 ans, voire bien sûr plus tôt en cas de soupçon de troubles oculaires.

 

En effet, en cas par exemple de cataracte sénile mal traitée ou de diabète aggravé, la perte de vision peut être malheureusement inéluctable. La détection précoce d’une éventuelle affection génétique peut également s’avérer décisive, d’autant que toutes les affections génétiques ne rendent pas systématiquement le chien aveugle à terme. Par exemple, l’anomalie de l’œil du Colley ou la cécité nocturne, sous réserve d’être détectées et prises en charge suffisamment tôt, n’entraînent pas systématiquement la perte de la vision chez le chien.

 

Il est primordial de vérifier la vue de son chien de façon régulière en effectuant des visites annuelles de contrôle chez le vétérinaire où une batterie de tests seront réalisés pour tester la vision de l’animal. De fait, ces contrôles s’effectuent la plupart du temps dans le cadre du bilan de santé annuel du chien.

 

En dehors de ces examens de routine, certains comportements doivent alerter un propriétaire sur d'éventuels troubles de la vue chez son animal. A titre d’exemple, un chien qui ne reconnaît pas une personne qui lui est pourtant familière, se heurte contre les obstacles ou aboie contre des objets inanimés souffre probablement d’une déficience de la vision.

 

Dans le doute, il convient de se tourner sans tarder vers un vétérinaire, qui sera en mesure de détecter une éventuelle maladie oculaire du chien. Le cas échéant, il lui reviendra également d’y apporter une réponse adéquate que ce soit en corrigeant l’affection lorsque cela est possible, ou en faisant en sorte d’en atténuer les conséquences dans le cas contraire.

 

Par ailleurs, l’état des yeux d’un chien peut être symptomatique de son état de santé général. Ainsi, une dilatation anormale de la pupille, un oeil rouge ou larmoyant ou encore un voile sur les yeux peuvent refléter divers soucis de santé tels que des infections, un cancer du chien ou encore du diabète.

 

Enfin, il faut savoir que les larmes permettent de nettoyer les yeux du chien de façon naturelle. Il n’est donc pas nécessaire de manipuler fréquemment les yeux de son animal, à moins bien sûr de constater la présence de croûtes et de saletés. Le cas échéant, une compresse, du sérum physiologique et une bonne dose de douceur devraient suffir à rétablir l’hygiène des yeux.

Le mot de la fin

Appréhendée avec la perspective d’un humain, la vue du chien peut sembler limitée. Néanmoins, il convient de garder à l’esprit que les caractéristiques de la vision chez le chien sont adaptées à ses besoins particuliers, notamment la prédation, et qu’elle est toujours utilisée en association avec d’autres sens, tels que l’odorat ou l'ouïe, qui eux sont particulièrement développés.

 

Une analyse plus fine de la vue et des autres sens chez l’Homme et chez le chien permet même de mettre en lumière une complémentarité fascinante, qui explique peut-être les liens multiséculaires entre les deux espèces.

Dernière modification : 08/12/2019.
Reproduction interdite sans autorisation.

Commentaires sur cet article

Beaucoup de découvertes, décidément, sur ce site ! Des informations importantes et utiles.

   
Par CocciNim

Auteur

Dr Laurent Bouhanna

Vétérinaire spécialiste en ophtalmologie

Discussions sur ce sujet