1988 : Oliver et son gang de chiens entrent dans l'histoire de Disney

1988 : Oliver et son gang de chiens entrent dans l'histoire de Disney

Avec le renouvellement des équipes d'animateurs, l'évolution du style de Disney se fait peu à peu sentir, même si la décennie 80 reste morose pour les studios. La nouvelle génération commence à affiner son style. Toutefois, depuis "Les 101 dalmatiens", l'influence des chiens dans l'histoire des Disney se fait plus rare. C'est alors qu'à la fin des années 80 sort "Oliver et Compagnie", racontant l'histoire d'un chat affamé intégrant une bande de chiens vivant dans la rue. 

 

Oliver, personnage autour duquel est centrée l'aventure, sera entraîné par ses amis chiens à devenir un véritable roi des rues. L'énorme influence des chiens sur ce film éclipse un peu Oliver, l'oeuvre étant surtout reconnue grâce à la bande de chiens.

Oliver et Compagnie, l'histoire d'une rencontre atypique

Roublard ©Disney
Roublard ©Disney

New York, dans les années 80. Un pauvre chaton affamé tente de voler des saucisses sur l'étal d'un commerçant. Manquant d'adresse, il est pris en flagrant délit et violemment repoussé par le vendeur. C'est alors que Roublard, un chien errant, propose au chat de faire équipe avec lui. Le plan fonctionne à merveille, mais Roublard, en bon menteur, ne partage pas les saucisses avec le chaton. Ce dernier se décide donc à le pourchasser.

 

 

 

Le chat suit Roublard jusqu'à sa destination, les docks. Après qu'il ait grimpé sur une péniche délabrée servant de QG au chien errant, le toit s'effondre, et le chat atterrit au milieu d'un groupe de chiens. Réticents au début, les amis de Roublard adoptent Oliver suite aux conseils de leur leader. Le maître de ces chiens et propriétaire de la péniche est Fagin, ferrailleur endetté auprès de Sykes, un malfrat de la pire espèce. Il somme ses chiens de voler et de rapporter des objets de valeur à la péniche pour pouvoir les vendre et rembourser sa dette. 

 

Lors d'un vol d'autoradio dans une limousine auquel prend part le chaton, celui-ci se retrouve malencontreusement enfermé dans le véhicule. Il sera recueilli par Jenny, une petite fille que ses parents, richissimes, délaissent. La fillette décide, à cet instant, de nommer le chaton Oliver. Malheureusement, il ne fait pas l'unanimité dans son nouveau foyer et Georgette, la chienne championne de beauté de Jenny, le méprise vivement.

 

Jenny surveillé par le chien de Sykes ©Disney
Jenny surveillé par le chien de Sykes ©Disney

Pendant ce temps, Roublard et sa bande se rendent chez les parents de Jenny pour récupérer le chat errant. L'opération "Sauvons Oliver" se déroule pendant que la fillette est à l'école. Une fois sauvé et ramené à la péniche, Oliver regrette d'être séparé de sa nouvelle propriétaire. Fagin, après avoir vu le collier du chat, décide de simuler son enlèvement contre une rançon. La petite fille décide d'aller au rendez-vous, munie de ses petites économies. Lorsque Fagin s'aperçoit de ce qu'il a réalisé, il décide de redonner le chaton à cette fille, sous les yeux de Sykes venu pour la kidnapper.

 

C'est ainsi que Roublard et sa bande partent en direction du repaire de Sykes pour sauver Jenny. De nombreuses péripéties viendront troubler Oliver et ses amis, mais Jenny parvient à être sauvée des mains du vil Sykes. Elle retrouve ses parents et son chaton, Oliver.

Roublard et sa bande n'échappent pas aux critiques

Georgette et son beau sourire ©Disney
Georgette et son beau sourire ©Disney

Pourtant douée lorsqu'il s'agit de prendre la fuite, la bande à Roublard ne parvient cependant pas à échapper aux critiques négatives. Pour certains, le film pêche par manque de créativité et par un scénario beaucoup trop prévisible. Malgré quelques musiques de qualité, la bande-son déçoit, tandis que les animations sont jugées techniquement en dessous des standards de l'époque. 

 

Néanmoins, certaines voix s'élèvent pour souligner l'apport de Roublard et son équipe au film, chacun ayant sa personnalité propre. Force est de constater que les chiens du film sont tous attachants et rafraîchissants. Grâce à eux, "Olivier et compagnie" permet à Disney de retrouver un peu du charme de l'époque. Cela ne permet pas au film d'atteindre des sommets, mais il n'en demeure pas moins intéressant et divertissant.

 

Oscillant entre certains qui le voient comme un bon film d'aventure et d'autres qui n'y trouvent qu'une histoire quelconque entre des chiens et des chats, les critiques sont partagées. L'avis du public est sensiblement identique. Certains enragent que Disney n'ait pas pu être à la hauteur du talentueux "Oliver Twist", classique de Charles Dickens duquel est inspiré "Oliver et Compagnie". D'autres au contraire parviennent à se divertir de cette jolie aventure, oscillant aisément entre le comique et le drame.

Le retour en force des chiens

À côté de grands classiques comme "Pinocchio" ou "Les 101 dalmatiens", "Oliver et Compagnie" ne tient pas la comparaison. Il est très inférieur, tant dans le contenu scénaristique que dans le charisme conféré aux personnages. Mais la bande à Roublard parvient à marquer par sa nonchalance et son lâcher-prise sur les événements de la vie. 

 

Ce film permet surtout aux chiens de revenir sur le devant de la scène des films d'animation Disney. Alors qu'ils avaient été peu à peu mis de côté jusqu'alors, "Oliver et Compagnie" permet de voir à nouveau des chiens occuper les premiers rôles.

 

Dernière modification : 11/10/2019.
Reproduction interdite sans autorisation.
Partager
 

Vidéos sur ce sujet

Discussions sur ce sujet