Le chien dans la mythologie égyptienne

Une statue de la divinité égyptienne Anubis

Contrairement à d’autres civilisations, il reste de nombreux vestiges de l’Égypte antique. Cela contribue grandement au fait que des milliers d’années plus tard, l’histoire, la science et la culture des Égyptiens continuent de fasciner et d’émerveiller.


Mais ce que l’on sait parfois moins, c’est que des chiens – ou du moins des canidés – occupent une place majeure dans leur mythologie…

Anubis, Oupouaout et Khentamentiou, les dieux funéraires à tête de canidé

Anubis et Oupouaout, dieux égyptiens aux traits d'humains et à tête de canidé.
Anubis et Oupouaout

Le chien est présent dans la mythologie égyptienne à travers Anubis, Oupouaout et Khentamentiou. En effet, ces trois dieux funéraires sont généralement représentés sous forme de canidé.

 

Anubis est une des divinités les plus représentées de l’Égypte ancienne. Maître des nécropoles, protecteur des embaumeurs et des âmes égarées, il prend la forme le plus souvent d’un grand canidé noir couché sur le ventre, mais apparaît aussi parfois sous les traits d’un homme à tête de canidé. Ses oreilles pointues font penser à celles d’un renard, tandis que sa morphologie fine et élancée rappelle celle des lévriers. Quant à sa queue, elle est assez proche de celle d’un chacal, en plus long et plus étroit.

 

Oupouaout est quant à lui le dieu tutélaire de la ville d’Assiout, à mi-chemin entre Le Caire et Louxor, dont il assure la protection. Son nom signifie « celui qui ouvre les chemins ». Contrairement à Anubis, il est généralement représenté debout plutôt qu’allongé. Néanmoins, comme ce dernier, il arrive aussi qu’il prenne les traits d’un humain à tête de canidé. Son apparence est proche de celle d’Anubis, une sorte de mélange entre un chien sauvage et un chacal, mais le fait qu’il soit de couleur grise plutôt que noire n’est pas sans rappeler le loup gris.  

 

Khentamentiou est lui aussi un dieu funéraire, gardien de la nécropole royale prédynastique et thinite d’Abydos, à une centaine de kilomètres au nord de Louxor. Son apparence fait également penser à celle d'un chacal, et son nom signifie « celui qui préside les Occidentaux », c’est-à-dire les défunts.

 

À l’origine, seul Anubis est mentionné dans la pratique des rites funéraires. Par la suite, son nom fut est cesse associé à ceux d’Oupouaout et de Khentamentiou, ces deux derniers ayant potentiellement été syncrétisés.

Le rôle des dieux funéraires

Une représentation d'Anubis lors d'un rite funéraire de l'Egypte antique.
Anubis lors d'un rite funéraire

À travers Anubis, Oupouaout et Khentamentiou, le chien joue tout d’abord le rôle de psychopompe, c’est-à-dire qu’il est chargé d’accompagner les morts vers l’au-delà. Il fait donc office de guide, d’intermédiaire entre les deux mondes et d’allié pour les défunts.

 

Plus précisément, Anubis est connu pour être celui qui ramène les morts dans la salle du jugement, où ils sont ensuite confrontés à Osiris, roi mythique et juge des âmes. Anubis veille également à ce que les droits de chaque personne soient respectés après leur mort.

 

Oupouaout est quant à lui associé à une notion d’élévation et d’ancestralité royale. C’est la raison pour laquelle il assiste le défunt pharaon dans son ascension au ciel en l’aidant à s’envoler ou en lui prêtant son identité. Il a aussi pour fonction d’éloigner toutes les forces hostiles, et c’est notamment la raison pour laquelle il était souvent représenté en tête de son cortège funéraire.

 

Avec Anubis, le chien joue également un rôle purificateur. En effet, c’est lui qui protège la momification des corps afin de les rendre éternels, et purifie les cœurs et les entrailles. On le retrouve d’ailleurs dans un des mythes les plus populaires, celui qui raconte comment Seth tue son frère Osiris par jalousie. Il démembre alors son corps et éparpille sa dépouille dans toute l’Égypte, afin de l’empêcher d’accéder à l’au-delà. Isis, la femme d’Osiris, part alors à la recherche du corps de son défunt mari. Une fois qu’elle est parvenue à regrouper toutes les parties, Anubis lui vint en aide afin d’embaumer et de ressusciter le corps d’Osiris. Ce faisant, il rend ce dernier immortel et devient par la suite son meilleur allié, notamment afin de déjouer les ruses du dieu Seth.

 

Enfin, Anubis joue aussi le rôle de protecteur, notamment des troupeaux de bovidés. Eux aussi sont liés aux rites funéraires, puisque la plupart des bovins finissaient leur vie sacrifiés dans un temple. Une partie de leur viande est offerte aux dieux, une autre réservée aux prêtres, si bien que le commun des mortels n’a accès – difficilement qui plus est - qu’aux morceaux les moins nobles.

 

Les canidés eux ne sont jamais des victimes sacrificielles. Il est d’ailleurs tabou de tuer un chien ou de consommer sa viande.

L’association des canidés aux rites funéraires

Une statue du dieu Anubis couché sur une tombe dorée et couverte de hiéroglyphes.
Anubis

L’assimilation des chiens aux rites funéraires dans l’Égypte antique trouve son origine dans le fait que les chiens et les chacals déterraient alors les cadavres des tombes fraîches afin de les dévorer.

 

Quant à la couleur noire qui était associée à Anubis, elle s’explique par le fait qu’elle symbolisait la régénération, notamment parce que la crue du Nil fertilisait les terres agricoles grâce au limon noir. Ceci explique d’ailleurs qu’elle n’avait pas du tout la connotation négative qu’on lui connaît aujourd’hui ; ce serait plutôt le contraire.

 

Par ailleurs, l’association des canidés aux rites mortuaires se retrouve également dans les hiéroglyphes, le système d’écriture figurative utilisé par les anciens Égyptiens. En effet, un hiéroglyphe représentant un canidé couché (qui n’est autre qu’Anubis) a été retrouvé sur de nombreux objets funéraires. Il s’agit du hiéroglyphe E15 dans la classification de Gardiner.

 

En tout cas, quand on sait combien les rites funéraires faisaient partie intégrante de la vie quotidienne dans l’Égypte antique, il n’est pas étonnant que le chien y ait été vénéré avec tant d’ardeur.

Dernière modification : 03/01/2023.

Sommaire de l'article

Chatsdumonde.com

Vous aimez aussi les chats ?