RD-Congo: Plat du jour, de la viande de chien

05/02/2009
Partager
 

Kinshasa, 4 février (GABONEWS) - Le phénomène prend de l’ampleur: la viande de chien figure de plus en plus dans le menu des ménages en République Démocratique du Congo (RDC), rapporte ce mercredi le correspondant de GABONEWS à Kinshasa. ( Récit d’Adam SHEMISI) Il y a peu, la société kinoise traitait de fou ou de sorcier quiconque s’hasardait à consommer de la chair de chien. Aujourd’hui en RDC, particulièrement dans la capitale, les consommateurs ne s’en cachent plus, a constaté le correspondant. Les rôtisseries appelées: « Nganda » en langue locale, foisonnent dans la capitale congolaise. Et on y grille uniquement de la viande de chien. Le morceau de « Mbwa » se négocie à 5OO francs CFA et c’est bien assaisonné… Non, vous ne rêvez pas. C’est aussi vrai que vrai. A Kinshasa on « bouffe » de la viande de chien. Parmi les 8 millions d’habitants que compte la capitale de la RDC, près d’un tiers en consomme. Les amoureux de cette chaire s’en prennent très souvent aux chiens errants. C’est habituellement les jeunes gens qui sont chargés de faire la chasse. Ils lancent tout ce qu’ils ont sous la main en direction de l’animal apeuré. Le chien, après avoir reçu un coup fatal sur la tête s’écroule. Le museau couvert de sang, il gémit sous une pluie de pierres. Lapidé sans remords, l’animal succombe en moins de 10 minutes. Des cris de joie montent, l’animal est soulevé. On dirait des chasseurs transportant un gibier. L’animal est dépecé avec doigté. Les gestes prouvent qu’ils ne sont pas à leur première opération. Ce sont des experts. Les habitants du quartier viennent un a un marchander. On sort des billets des francs congolais devant cette viande fraîche. Les démunis envoient tout simplement des gosses avec des casseroles pour réclamer un quartier de viande. Les tenanciers des « Nganda » ne sont pas en reste. Ils viennent faire le stock. Le soir, ça se vend sous forme des brochettes. Des heures après, dans les parcelles environnantes, des gamins sortent dans la rue, l’os du chien dans la bouche. La viande de chien est dorénavant très prisée par certains, même si la majorité hésite encore. Il y en a qui goûtent par curiosité et puis ne s’en passent plus. Selon les consommateurs, cette chair est de loin bien meilleure que celle de la viande de brousse. C’est ce qui explique cette prolifération des rôtisseries à travers la ville. Du coup, les chiens errants sont devenus rares dans la capitale. Pour pallier la carence, beaucoup se sont lancés dans l’élevage des chiens afin d’approvisionner le marché local. Dans ce phénomène, la commune de Masina, dans la partie est de la ville, se distingue des autres. Cette zone est réputée pour abriter grand nombre de consommateurs. Il semble que se penchant pour le fidèle ami de l’homme soit accentué en outre par la misère et la pauvreté. La majorité des familles n’arrivent pas à se procurer de la viande de bœuf. A Kinshasa, elle coûte les yeux de la tête, 5000 francs CFA le kilogramme. Un prix qui n’est pas à la portée de toutes les bourses. Celle du chien est, à en croire beaucoup, plus appétissante et se négocie... facilement. Avec 5OO francs CFA, vous avez droit à un morceau. Bon appétit! GN/AS/LSAB/DCD/09

Commentaires sur cette actualité

j'ai malheureusement vu la meme chose au cameroun tristes souvenirs meme sur place on ne peut agir alors groupons nous hors de l'afrique

   
Par zouzoulev

je suis pas étonne d'entendre que la viande de chien se retrouve dans les assiettes aujourdhui a kinshasa ,un pays ou manger de la viande et devenue un luxe pourquoi prcq les gents n'on pas l'argent. plusieurs mois que leurs payes ne tombe pas mais les ministres sont payés sans retads. je pense que si ca continu les gents finirons par se manger les un les autres

0    0
Par ngemba