Ile Maurice : Une mafia organisée enlève des chiens de race

03/09/2009


Ils enlèvent des chiens de race, demande une rançon avant de les rendre et, au cas contraire, ils les gardent en captivité.

C’est une véritable mafia de voleurs de chiens qui s’est mise en place. «Ce n’est pas comme auparavant où quelques individus volaient des chiens, pour la plupart de jeunes femelles reproductrices. A présent, ils viennent chez vous. Ils sont équipés à faire sauter le cadenas et à endormir le chien avec l’aide de seringues et de chloroforme», explique Del Ghurburrun, président de la Fédération canine centrale et vice-président de la Mauritius Society for the Prevention of Cruelty to Animals (MSPCA). Cette organisation reçoit d’ailleurs une vingtaine de doléances en ce sens chaque semaine.

Les kidnappeurs ramènent les chiens contre une rançon assez élevée. Ils se concentrent sur les jeunes femelles. Car celles-ci, si elles ne sont pas retournées, vont ensuite faire partie de la horde pour la reproduction. «Il faut être sur ses gardes si on a un chien de race. Et il ne faut pas croire que si son chien est gros, il ne pourra pas être enlevé. Car la plupart des chiens volés sont de gros chiens. Ces gens-là sont de vrais professionnels. Pour notre part, nous avons rapporté toute l’affaire à la police et avons écrit au Commissaire de police pour qu’il prenne cette affaire au sérieux», fait ressortir Del Ghurburrun.

Dans l’éventualité qu’une personne est victime de l’enlèvement de son chien et qu’elle ait consigné une déposition en ce sens, les kidnappeurs placent le chien dans un «refuge». Ils attendent un peu de temps avant de vendre le chien dans une autre partie de l’île. Autrement, le chien reste en captivité à jamais.

«Je lance un appel aux maîtres de chiens de race. Il faut faire très attention. Le chien doit être enregistré auprès de la MSPCA. Si c’est un chien de race et qu’il est titulaire d’un certificat de pedigree, il aura sa puce électronique. C’est un moyen formel pour reconnaître un chien», conclut Del Ghurburrun.