Canada - Sauvetage d'une centaine de chiens de traîneau dans les Laurentides

18/11/2009
Partager :  

La SPCA a sauvé mardi une centaine de chiens husky qui vivaient dans des conditions misérables dans un élevage de chiens de traîneau près de Mont-Tremblant, dans les Laurentides. Rue Frontenac les a accompagnés.
Photo Luc Laforce



Maigres, déshydratées et infestées de parasites, les bêtes rescapées étaient enchaînées à des piquets de métal dans un bois le long de la route 364.

À l’arrivée des secours, en matinée, la meute s’est mise à hurler et à japper; les chiens, excités, sautaient au bout de leur chaîne d’à peine deux mètres de longueur.

Certains huskies se sont juchés sur les petites cabanes de bois érigées entre les arbres pour mieux observer la scène. Une épouvantable odeur émanait du site, dont le sol était jonché d’excréments
Nouvelles générales - Faits divers
Écrit par Marilou Séguin
Mardi, 17 novembre 2009 14:51
Mise à jour le Mardi, 17 novembre 2009 18:25
La SPCA a sauvé mardi une centaine de chiens husky qui vivaient dans des conditions misérables dans un élevage de chiens de traîneau près de Mont-Tremblant, dans les Laurentides. Rue Frontenac les a accompagnés.



Maigres, déshydratées et infestées de parasites, les bêtes rescapées étaient enchaînées à des piquets de métal dans un bois le long de la route 364.

À l’arrivée des secours, en matinée, la meute s’est mise à hurler et à japper; les chiens, excités, sautaient au bout de leur chaîne d’à peine deux mètres de longueur.

Certains huskies se sont juchés sur les petites cabanes de bois érigées entre les arbres pour mieux observer la scène. Une épouvantable odeur émanait du site, dont le sol était jonché d’excréments.


L'équipe de la SPCA a sauvé une centaine de chiens husky, près de Mont-Tremblant, dans les Laurentides. Photo Luc Laforce

À un jet de pierre des derniers animaux enchaînés se trouvait une fosse dans laquelle gisait un cadavre de chien et des ossements.

Scooby Doo, Avalanche, La Louve, Blondie, Tornade, les chiens secourus sont âgés de un an à dix ans. Certains ont de graves maladies de peau, d’autres sont carrément aveugles.

Le propriétaire donne ses chiens

Le propriétaire, qui n’était pas en mesure de s’occuper adéquatement des chiens, en a cédé la garde à la SPCA Laurentides-Labelle (SPCA LL), qui a mené l’opération avec la Humane Society International (HSI).

Ce sauvetage évitera que la situation se détériore, car parmi les chiens que nous avons recueillis, environ 30 femelles étaient enceintes», dit Corinne Gonzalez, directrice générale de la SPCA LL.

Nouvelles générales - Faits divers
Écrit par Marilou Séguin
Mardi, 17 novembre 2009 14:51
Mise à jour le Mardi, 17 novembre 2009 18:25
La SPCA a sauvé mardi une centaine de chiens husky qui vivaient dans des conditions misérables dans un élevage de chiens de traîneau près de Mont-Tremblant, dans les Laurentides. Rue Frontenac les a accompagnés.



Maigres, déshydratées et infestées de parasites, les bêtes rescapées étaient enchaînées à des piquets de métal dans un bois le long de la route 364.

À l’arrivée des secours, en matinée, la meute s’est mise à hurler et à japper; les chiens, excités, sautaient au bout de leur chaîne d’à peine deux mètres de longueur.

Certains huskies se sont juchés sur les petites cabanes de bois érigées entre les arbres pour mieux observer la scène. Une épouvantable odeur émanait du site, dont le sol était jonché d’excréments.


L'équipe de la SPCA a sauvé une centaine de chiens husky, près de Mont-Tremblant, dans les Laurentides. Photo Luc Laforce

À un jet de pierre des derniers animaux enchaînés se trouvait une fosse dans laquelle gisait un cadavre de chien et des ossements.

Scooby Doo, Avalanche, La Louve, Blondie, Tornade, les chiens secourus sont âgés de un an à dix ans. Certains ont de graves maladies de peau, d’autres sont carrément aveugles.

Le propriétaire donne ses chiens

Le propriétaire, qui n’était pas en mesure de s’occuper adéquatement des chiens, en a cédé la garde à la SPCA Laurentides-Labelle (SPCA LL), qui a mené l’opération avec la Humane Society International (HSI).

Ce sauvetage évitera que la situation se détériore, car parmi les chiens que nous avons recueillis, environ 30 femelles étaient enceintes», dit Corinne Gonzalez, directrice générale de la SPCA LL.


L'équipe d'intervention a trouvé une fosse dans laquelle gisait un cadavre de chien et des ossements. Photo Luc Laforce

«Sans leur intervention, le propriétaire aurait pu se retrouver avec 150 chiots de plus alors que l’hiver approche. Une de nos craintes était que dans cette industrie, la gestion de chenil consiste souvent pour les propriétaires à tuer les bébés afin que les mères puissent continuer de courir», ajoute-t-elle.

Nouveau départ

Une fois libérés, les chiens ont été évacués à l’aide d’une remorque spéciale de la Humane Society of the United States (HSUS).

Puis, à leur arrivée dans un refuge d’urgence établi à Val-Morin, les huskies ont tous été examinés par un vétérinaire, soignés, nourris et abreuvés.

Dans environ deux jours, ils seront acheminés vers des organismes de secours animal canadiens et américains, où ils seront stérilisés et mis à l’adoption dans des foyers permanents.

«Nous pouvons garantir qu’ils ne seront plus jamais des chiens de traîneau. C’est terminé», dit Élizabeth Pierce, bénévole pour la SPCA.

Une fois les bêtes en sécurité, le personnel des organismes a complètement démantelé le site. Le propriétaire, contre qui aucune accusation ne sera portée, n’avait pas rappelé Rue Frontenac au moment de mettre en ligne.

Des lois plus solides


La SPCA LL et HSI déplorent les cas de négligence de chiens de traîneau qui se produisent au pays. Ils demandent aux gouvernements fédéral et provinciaux de mettre en application des lois plus solides afin d’assurer la protection de tous les chiens.

Selon eux, la stérilisation et la planification des soins à apporter aux chiens de traîneau durant les huit mois de basse saison touristique devraient être des priorités.




Commentaires sur cette actualité

Je souhaiterais adopter un de ces chiens. J'ai pris connaissance aujourd'hui à la radio Gatineau-Ottawa que des foyers accueillants étaient recherchés pour adoption. De plus, j'aimerais me porter volontaire ou bénévole pour donner au personnel -exceptionnel- appui et support.

   
Par sophie godbout