« Le chien », de Bénabar (1997)

Bénabar tenant un chien dans ses bras

Le titre de cette chanson est très clair quant au personnage principal. Toutefois, il ne faut pas s’attendre ici à des paroles heureuses. En effet, Bénabar y raconte ce moment où un maître choisit de remettre le destin de l’animal entre les mains du vétérinaire, et de faire ses adieux à son compagnon. Narrateur omniscient, il lit dans les pensées de l’humain et de son meilleur ami, peu de temps avant d’être séparés par la mort du chien. Les dernières paroles sont d’autant plus fortes qu’elles sont vraies : “Y'a les "nous" et y'a les autres, et y'a les chiens... condamnés par nos soins.”

Paroles de la chanson « Le chien »

Le chien s'est redressé, comme fou, quand l'homme a enfilé sa veste

Il a sauté, renversé presque tout, quand l'homme a secoué la laisse.

La femme est restée dans la cuisine, faisant semblant de nourrir la gamine

L'homme a dit « À ce soir ! »... Le chien pouvait pas savoir.

Pourtant le chien s'est dit « Bizarre, c'est pas le trajet ordinaire...

C'est con, mais on pourrait croire qu'on va chez le vétérinaire ! ».

 

Il y a les bons et les méchants, qui se confondent un peu, de temps en temps

Y'a les « nous » et y'a les autres, et y'a les chiens...

 

L'homme regardait droit devant lui

Il repensait quand le chien était petit

Bien avant son mariage, son enfant...

Tout le remue-ménage.

Les banquettes de la voiture... bectées !

Les chaussures à 100 sacs... baisées !

Les dimanches en forêt, le freesbee, le chien qui se barrait...

Il passait sa journée à le chercher.

Le chien était devenu vieux et méchant

Il boitait un p'tit peu et il grognait tout l'temps

« Pas question de s'en séparer ! » disait l'homme fermement

« C'est mon chien fidèle ! » seulement...

 

Il y a les bons et les méchants, qui se confondent un peu, de temps en temps

Y'a les « nous » et y'a les autres, et y'a les chiens...

 

« »Qu'est-ce qu'il t'as pris pépère, j'ai rien dit quand t'as mordu la voisine

Cette fois, j'ai rien pu faire, fallait pas t'en prendre à la gamine.

Et me regarde pas comme ça ! » aboyait l'homme. Les passants ne comprenaient pas

Le chien était surpris aussi, il avait même pas fait de conneries, aujourd'hui...

Le chien a compris, trop tard... en voyant la silhouette blanche du véto

Et, dans son regard, il n'y avait que de l'affection pour son bourreau.

 

Il y a les bons et les méchants, qui se confondent un peu... un peu tout l'temps

Y'a les « nous » et y'a les autres, et y'a les chiens... condamnés par nos soins. 

Musique de la chanson « Le chien »

Dernière modification : 21/02/2023.