10 règles d'or pour rendre son chien heureux

Un homme caresse la tête de son Labrador

Pour beaucoup de maîtres, le chien est un membre à part entière du foyer, et rien n’est trop beau pour lui : on le cajole, le bichonne, le toilette, lui achète des beaux petits vêtements, etc. On peut même l'emmener en vacances (y compris parfois à l'étranger) et/ou dans des endroits spécialement conçus pour la gent canine, comme des restaurants ou des hôtels pour chien.


Pour autant, est-ce réellement cela qu'il attend ? N'y-a-t-il pas parfois une dose d'anthropomorphisme dans la façon dont les propriétaires se comportent avec leur animal ? En effet, ce qui plaît à un humain n'est pas forcément ce qui plaît à son compagnon. Alors, de quoi un chien a-t-il besoin pour son bonheur ?


Voici 10 choses qui normalement lui plaisent, et maximisent les chances qu'il soit effectivement heureux.

Bien aménager son environnement

Un chiot Colley est allongé dans son panier

Même si un chien est un animal rustique et se contente généralement d'assez peu, il a tout de même besoin d'avoir de l'espace et de disposer d'endroits bien à lui. C'est la meilleure façon pour lui d'avoir des points de repère dans le domicile, et de s'y sentir bien.

 

Il faut donc aménager le logement en conséquence, en y plaçant judicieusement tous les accessoires indispensables à son bien-être. Cela concerne en particulier :

  • l'endroit où mettre la gamelle du chien : il doit être calme, loin de l'agitation du foyer, dans une pièce agréable (c'est-à-dire ni trop chaude, ni trop froide, ni avec des courants d'air) et de préférence loin de la table à manger ;
  • l'endroit où faire dormir le chien : lui aussi doit être calme et agréable, mais aussi de préférence éloigné du coin repas, pour bien séparer les différents lieux de vie dans la maison.

 

En plus de ces deux aspects, il est important de lui indiquer clairement et dès son arrivée dans le foyer les pièces où il n'a pas le droit d'entrer, quitte pour cela à utiliser des barrières ou à garder les portes fermées. De cette façon, il connaît très vite les limites de son territoire, et y évolue en toute sérénité.

Lui donner à manger correctement

Un chien affamé attend impatiemment sa gamelle de croquettes

Être heureux suppose notamment d'être bien nourri, et cela ne vaut pas que pour les humains. En effet, l'alimentation fait également partie des besoins fondamentaux des animaux domestiques - notamment les chiens.

 

Pour bien nourrir son chien, il faut évidemment lui donner des quantités adaptées, afin qu'il n'ait ni faim ni trop à manger.

 

Néanmoins, cela ne suffit pas : la qualité de l'alimentation joue elle aussi un rôle très important. Par exemple, les croquettes premier prix contiennent généralement peu de viande et beaucoup de céréales, ce qui permet de réduire leur coût de fabrication. Or, le chien est un carnivore : il peut certes manger des végétaux, mais il les digère globalement mal. Ce dont il a besoin en premier lieu pour être en bonne santé, c'est de viande, et que celle-ci soit de qualité. Choisir une alimentation en adéquation avec ses besoins nutritionnels est le b. a.-ba pour bien le nourrir, et donc faire en sorte qu'à ce niveau il ait tout pour être heureux.

 

Enfin, il est préférable de découper sa ration journalière en plusieurs petits repas qu'on lui donne à différents moments de la journée. Plus précisément, les spécialistes recommandent deux ou trois portions quotidiennes plutôt qu'une seule. Cela facilite sa digestion, réduit le risque de dilatation-torsion de l'estomac, et évite qu'à certains moments il n'ait faim et qu'à d'autres au contraire il n'ait trop mangé.

Mettre en place une routine

Un chien Corgi assis devant un canapé avec un réveil

Même si les chiens sont dotés d'une grande capacité d'adaptation, ils ont tout de même besoin d'un minimum de constance au quotidien : cela les rassure sur le fait que leurs besoins essentiels (manger, dormir, jouer, sortir...) seront bien satisfaits. À l'inverse, une grande instabilité est source de stress, et potentiellement de mal-être à plus long terme.

 

Pour cette raison, il est important de mettre en place une routine dès les premiers jours du chien à la maison, puis de s'y tenir autant que faire se peut. Cela concerne en particulier les repas, les sorties, ainsi que le lever et le coucher : ils doivent dans l'idéal se produire à des heures à peu près fixes d'un jour à l'autre.

 

Bien entendu, l'intéressé n'est pas à quelques minutes voire dizaines de minutes près : il est capable d'une certaine souplesse. Du reste, il n'est pas toujours possible de se conformer parfaitement à la routine qu'on a instaurée : en particulier, un imprévu ou une contrainte peut très bien modifier l'emploi du temps d'une journée. Le cas échéant, il ne faut pas s'inquiéter outre mesure, car l'animal est capable d'accepter des contretemps ponctuels. Néanmoins, si l'on souhaite veiller à son bonheur, mieux vaut éviter qu'une telle situation ne se produise trop souvent, car elle lui cause à chaque fois un stress plus ou moins prononcé.

L'emmener en promenade

Un Border Collie heureux lors d'une promenade

Même s'ils adorent leur famille, les chiens ne sont pas faits pour rester toute la journée dans un logement, aussi grand soit-il. En effet, ils ont besoin non seulement de se dégourdir les pattes et de faire de l'exercice, mais aussi de découvrir de nouveaux endroits et de vivre de nouvelles expériences. Cela vaut d'ailleurs aussi pour ceux qui ont la chance de bénéficier d'un jardin : il ne peut être question de les dispenser de promenades pour autant.

 

Le nombre et la durée des sorties doivent toutefois être adaptés à chaque chien, car tous n'ont pas la même condition physique ni les mêmes besoins en termes de stimulations. Par exemple, un Chihuahua se contente généralement bien d'une promenade courte par jour, alors qu'un Border Collie apprécie de longues sorties quotidiennes, de préférence dans des endroits variés pour satisfaire sa grande soif de nouveauté.

Mettre des jouets à sa disposition

Un jeune chien joue avec une balle de tennis

Pour être heureux, un chien doit notamment avoir l'occasion de s'amuser et de se distraire. En général, il aime beaucoup jouer avec ses maîtres, mais ce n'est pas toujours le cas, ni même d'ailleurs toujours possible - notamment si l'on manque de temps et/ou de disponibilité. Le cas échéant, mettre à sa disposition différents jouets pour chien est une bonne manière de lui permettre de s'amuser.

 

Parmi ceux que les représentants de la gent canine aiment généralement le plus, figurent notamment :

  • les objets à mâcher : os, cordes, objets en caoutchouc... ;
  • les balles et autres jouets à lancer : ballons, bâtons, frisbees... ;
  • les peluches et doudous, à l'instar des enfants avec leurs poupées ;
  • les puzzles, qui offrent une petite récompense quand l'énigme est résolue.

 

Bien entendu, chaque chien a ses préférences : il faut donc s'adapter à lui, et privilégier ceux qu'il apprécie le plus - ou en tout cas ceux qu'il déteste le moins. L'idéal reste tout de même de varier un tant soit peu les jouets qu'on met à sa disposition, pour le stimuler de différentes façons et éviter qu'il ne s'en lasse trop vite.

Lui faire faire des rencontres

Un Labrador et un Labradoodle courent côte à côte dans un parc

Comme l'Homme, le chien est une espèce sociale : il n'est pas fait pour vivre seul, ou toujours entouré des quelques mêmes personnes ou animaux. Il aime faire des rencontres - voire a besoin d'en faire, pour son équilibre psychologique. Elles lui permettent de mettre en pratique ses capacités de communication et de socialisation, ainsi que de découvrir d'autres jeux que ceux qu'il a l'habitude de faire seul ou avec sa famille.

 

Faire faire des rencontres à son compagnon n'est normalement guère compliqué : il suffit par exemple de l'emmener dans des lieux publics comme des parcs, des jardins, des forêts, des plages autorisées aux chiens... Ces sorties lui permettent bien sûr de rencontrer des congénères, mais aussi de croiser - voire d'interagir avec - des humains inconnus, des chats, des oiseaux... Il peut les regarder en s'en tenant à distance, les renifler pour les saluer, voire carrément jouer avec eux si on lui en offre la possibilité.

 

S'il n'a pas vraiment l'occasion d'en rencontrer lors des promenades habituelles, ou si ceux qu'il croisent alors ne sont pas très réceptifs, une autre option est d'organiser régulièrement des rencontres avec d'autres propriétaires de chiens vivant à proximité. Ce type de rencontre est généralement plus favorable à des interactions et même à des jeux entre chiens.

 

Toutefois, il ne peut apprécier de tels moments d'échange qu'à condition d'y avoir été initié pendant sa jeunesse. En effet, la socialisation d'un chiot pendant les premiers mois de sa vie est une étape indispensable pour qu'il découvre d'autres êtres vivants et apprenne à interagir correctement avec eux. À défaut, il risque à chaque rencontre de se montrer peureux ou au contraire agressif. Autrement dit, plutôt que de contribuer à son équilibre et son bonheur, les interactions avec ses semblables ainsi qu'avec les représentants de diverses autres espèces (dont l'espèce humaine) seraient source pour lui de stress et d'inconfort.

Le garder en bonne santé

Un vétérinaire tient un jeune chiot dans ses bras

Quand bien même un chien a beau avoir l'air solide et résistant, il ne faut pas perdre de vue qu'en réalité sa santé est assez fragile, et qu'il peut être sujet à toutes sortes de problèmes plus ou moins graves. Or, il est assez peu probable qu'il soit épanoui et heureux si sa santé n'est pas au beau fixe...

 

Bien sûr, il est impossible de l'empêcher totalement de se blesser ou de tomber malade, et chercher à l'en protéger plus que de raison (par exemple en restreignant fortement ses sorties et autres activités) aurait en réalité toutes les chances de le rendre malheureux.

 

Pour autant, il existe toute une série de conseils pour garder son chien en bonne santé qui méritent largement d'être suivis - en tout cas autant que faire se peut. En particulier, il ne faut pas négliger les soins préventifs : les antiparasitaires, les vermifuges, les vaccins, l'entretien des yeux, des oreilles, du pelage, des ongles... Ils permettent non seulement de prévenir efficacement certains problèmes de santé, mais en plus offrent l'occasion de repérer rapidement un éventuel problème avant qu'il ne prenne trop d'ampleur.

 

Être attentif à la santé de son compagnon et miser sur la prévention n'empêche pas totalement qu'il tombe malade : cela arrive forcément de temps à autres. En de telles circonstances, il est important - voire vital dans les cas les plus graves - d'éviter diverses erreurs susceptibles d'aggraver son état. En particulier, tenter de le soigner soi-même n'est jamais la bonne solution, quand bien même on pense savoir ce dont il souffre. Laisser traîner dans l'espoir que le problème finisse par disparaître de lui-même est aussi à éviter : il ne s'agit pas bien sûr de paniquer dès l'apparition du premier symptôme d'une maladie, mais il ne faut non plus attendre que les choses dégénèrent pour réagir, car il est alors potentiellement trop tard pour limiter les dégâts - voire pour éviter une issue fatale, dans les cas extrêmes... Autrement dit, la bonne attitude à adopter en cas de problème de santé est de se tourner sans tarder vers un vétérinaire, pour avoir son avis et mettre en place un traitement si la situation l'exige.

Lui faire faire de l'exercice chaque jour

Un chien de type Malinois court sur la plage avec un frisbee dans la gueule

C'est bien connu : le chien est un animal assez actif - en tout cas bien plus que le chat par exemple. Il passe certes une bonne partie de sa journée à dormir, mais le reste du temps, il a besoin de se dépenser un minimum pour être bien dans sa tête et dans ses pattes. Il faut donc lui donner l'occasion de faire de l'exercice chaque jour.

 

Cela ne signifie pas pour autant qu'il soit nécessaire de le faire courir, sauter partout ou marcher pendant des heures pour qu'il se sente bien. En fait, comme chez l'humain, chaque chien a ses propres besoins, qui varient notamment d'une race à l'autre : là où certaines comme le Bouledogue Anglais sont assez paresseuses se contentent très bien d'une trentaine de minutes de promenade tranquille par jour, d'autres comme le Border Collie sont très sportives et ont besoin de se dépenser lors de jeux, sorties, randonnées, sports canins... Dans tous les cas, un minimum d'activité est nécessaire.

 

Malheureusement, compte tenu de nos modes de vie assez sédentaires et de nos emplois du temps chargés, beaucoup de chiens n'ont pas la possibilité de faire suffisamment d'exercice. En conséquence, ils sont à risques de développer divers problèmes de comportement : aboiements intempestifs, destructions, hyperactivité ou au contraire dépression... Si la situation ne s'améliore pas, ils ont toutes les chances de devenir très malheureux...

 

Par conséquent, il est essentiel de choisir une race dont les besoins en exercice sont compatibles avec l'emploi du temps dont on dispose, et de lui proposer chaque jour des activités adaptées à ses envies et sa condition. C'est le meilleur moyen d'avoir un compagnon heureux.

Stimuler son intelligence

Une femme joue au bonneteau avec son chien

Il est de notoriété publique que les chiens sont des animaux intelligents, dotés d'une grande capacité d'adaptation, de compréhension, d'apprentissage et de mémorisation. Malgré tout, ils ont besoin d'être stimulés mentalement pour entretenir leurs capacités cognitives - et même les développer.

 

Il existe toutes sortes de façons de rendre son chien plus intelligent, notamment :

  • l'emmener dans de nouveaux endroits et lui faire vivre de nouvelles situations, pour qu'il soit confronté à des stimuli variés ;
  • lui apprendre des tours : donner la patte, se mettre sur le dos, tourner sur lui-même, aller chercher tel objet... ;
  • organiser des jeux de piste et de cache-cache, pour stimuler son odorat ;
  • lui proposer des jeux d'intelligence : des puzzles, des labyrinthes, des balles à croquettes, des aires de jeux... ;
  • lui faire pratiquer des sports canins alliant efforts physiques et intellectuels : agility, obérythmée...

 

Bien entendu, il ne faut pas commencer avec des exercices difficiles. En effet, mettre la barre trop haut dès le début risquerait de l'amener à échouer, et donc in fine lui faire perdre confiance en lui. Mieux vaut plutôt démarrer par des défis à sa portée, puis complexifier peu à peu les choses de manière à le faire progresser au fil du temps.

L'aimer

Une jeune femme et son chien se font un gros câlin

Si l'on dit couramment que le chien est le meilleur ami de l'Homme, ce n'est pas sans raison. En effet, à force de cohabiter ensemble, les chiens et les humains ont fini par développer un lien très fort. D'ailleurs, les premiers sont devenus des animaux domestiques : ils ne sont plus faits pour vivre à l'état sauvage dans la nature, et seraient du reste vraisemblablement malheureux - ou en tout cas pas très heureux - dans une telle situation.

 

De fait, un chien a besoin de beaucoup d'amour de la part de sa famille : dès lors qu'on lui consacre suffisamment de temps et d'attention, qu'on s'occupe correctement de lui et qu'on développe une vraie complicité avec lui, il a toutes les chances d'être heureux. À l'inverse, s'il a l'impression d'être ignoré voire négligé, s'il a peu d'interactions avec ses maîtres voire s'il est maltraité (par exemple en étant laissé seul trop longtemps et trop souvent, en subissant toutes sortes de mauvais traitements, etc.), il est probable qu'il devienne rapidement malheureux.

 

Par conséquent, le meilleur moyen de rendre son chien heureux est de l'aimer, en le lui montrant par de nombreuses démonstrations d'affection : de l'attention, des caresses, des encouragements, des mots gentils...

Conclusion

Ces quelques règles ne sont pas les seules à suivre pour avoir un chien heureux, mais elles sont les principales et s'avèrent incontournables. Ne pas les respecter, c'est prendre le risque d'avoir un compagnon qui ne soit pas complètement épanoui, voire carrément malheureux...

 

Cela étant, tout faire afin qu'il soit heureux ne suffit pas forcément à ce qu'effectivement il le soit. Pour savoir ce qu'il en est, il est important de prêter attention à son langage corporel et à son attitude dans la vie de tous les jours.

Dernière modification : 21/01/2024.

Discussions sur ce sujet

Mon chien est-il heureux ?

Je suis navrée, je vais poser énormement de questions. Ce Samedi 21 novembre, moi et ma famille avons adoptés...

Poser une question