Un chien à la maison : 12 règles de vie

Un chien à la maison : 12 règles de vie

Le chien est un animal fait pour vivre en groupe. Dans tout groupe il y a des règles et une certaine façon de communiquer. Mais vous, ses maîtres, n'êtes pas des chiens, vous avez une autre façon de communiquer et d'autres habitudes. Parfois la cohabitation roule toute seule, dans d'autres cas, il y a des choses qui coincent.


Avec certains chiens, et/ou à certains moments de leur vie, il peut être nécessaire de mettre en place certaines règles qui paraissent un peu "militaires" au départ, mais vont aider le chien et le maître à fonctionner ensemble.

Page 1 :
Page suivante :
Page 2

Ce n'est pas par plaisir de la dictature, ça ne suffit pas à rendre un chien parfaitement éduqué, ou heureux. On va parler le moins possible de "dominance" car le sujet est bien plus compliqué qu'il n'y parait et certaines idées véhiculées depuis longtemps s'avèrent en fait fausses d'après des études plus récentes et plus fines.

 

Mais ces règles sont un point de départ : surtout si vous avez un souci d'éducation avec votre poilu. Elles pourront vous aider à redresser la barre.

Les règles de vie de votre chien

Petite mise au point pour commencer

Les règles qui vont suivre sont générales : peut-être n'en aurez-vous jamais besoin, peut-être votre 5ème chien vous obligera à les appliquer et pas les 4 premiers, peut-être que vous les appliquerez pendant 6 mois avant de les adoucir, ou peut-être vous devrez les maintenir toute la vie du chien. Il n'y a pas de règle absolue.

 

En gros, les sujets sensibles sont la nourriture, les déplacements des personnes, le lieu de couchage, les contacts entre personnes et/ou chiens.

 

L'idée de base est que, plus un chien peut se permettre de choses à la maison (ou en balade), plus il se donnera le droit de faire ou de contrôler des choses et n'obéira pas bien.

D'où les règles de vie suivantes:

1-Le chien ne décide pas des interactions (caresses, jeux,...), c'est le maître qui doit en avoir l'initiative pour les commencer et les terminer.

 

2-Le chien ne décide pas non plus des déplacements, ou des contacts, entre les membres de la famille : il n'a pas à se mettre entre le maître et la maîtresse par exemple, lorsque ceux-ci se montrent de l'affection.

 

3-ça n'est pas le chien qui accueille les invités en premier, mais le maître.

 

4-Le chien passe les portes après le maître.

 

5-Le chien n'a pas accès aux chambres, les lieux de couchage privilégiés des humains; ni au canapé.

 

6-Le panier du chien n'est pas dans l'entrée, ni dans un lieu d'où il peut surveiller tous les allés et venues. Si le logement est petit, on peut mettre une chaise ou un pot de fleur pour faire écran.

 

7-Le chien n'a pas le droit de chevaucher (faire semblant de saillir, comme un mâle qui monte une femelle) son maître ni aucun humain, jamais. Il n'a pas le droit de chevaucher un autre chien ou n'importe quel objet sous le regard de son maître.

 

8-Le chien peut assister au repas de son maître mais ne doit recevoir aucune nourriture tant que le repas des humains n'est pas fini. Il mange après les humains, seul (on ne le regarde pas manger).

 

9-Les autorisations et les interdits sont fixes : on ne dit pas "oui" au canapé un soir et "non" le soir suivant.

 

10-On anticipe juste assez les comportements qui sont interdits : c'est au moment ou le chien fait mine de monter sur le canapé qu'on dit non; si on attend qu'il soit confortablement installé, c'est un peu tard... C'est quand le chien en fixe un autre assidument qu'on râle, pas quand il lui saute dessus. Etc.

 

11-Par contre, on ne gronde pas le chien "au cas où", il faut être sur de son comportement.

 

12-Il est conseillé de travailler les ordres de base (viens ici, assis, couché, non/pas toucher...) avec son chien quelques minutes tous les jours, en plus de ces règles de vie.

En pratique

Médor saute systématiquement sur les invités qui arrivent et se montre très envahissant. Cela exaspère son maître qui ne voit pas pourquoi son chien irait chercher de l'affection chez les inconnus, alors qu'il a tout ce qu'il veut à la maison et a droit à tout. En plus, Medor refuse que ces invités aillent sur le canapé où il a l'habitude de s'installer.

 

Médor a le droit de tout faire. Dans sa tête de chien, tout faire est égal à (entre autre) s'occuper des gens qui arrivent chez lui, à la façon d'un maître de maison en quelque sorte.

 

S'il grogne, et qu'on lui laisse son canapé, il recommencera pour l'obtenir

 

En hauteur, il surveille tout. S'il saute sur les gens et que tout le monde s'occupe de lui. Il recommencera pour obtenir de l'attention.

 

Peut-être aussi indique-t-il aux invités qu'ils sont chez lui et qu'il a sa place privilégiée qui lui est réservée.

Il fait ce qui l'intéresse et ce qui lui apporte le plus de bénéfice. Pour lui c'est normal, logique, c'est son rôle, son droit. Et ça n'a rien à voir avec l'amour qu'il peut recevoir de ses maîtres.

 

On peut s'en tenir au souci des sauts et empêcher Médor de sauter par un stratagème quelconque, mais on ne résout pas le souci du canapé. On peut se fâcher très fort contre Médor à chaque fois, mais ce sera peu efficace puisque Medor se croit dans son bon droit et fait ce qu'il veut tout le reste du temps. Si on en reste là, Médor et son maître vont entrer en conflit et le soucis persistera.

 

Dans cette situation ultra-cliché (tous les chiens qui sautent sur les gens ne pensent pas comme Médor), le but est bien de faire d'abord comprendre à Médor qu'il n'a pas de pouvoir de décision dans la famille du tout, quelques soient les circonstances, mais par contre que ça se passe bien pour lui si il écoute. Alors, ensuite, on pourra lui interdire plus facilement de sauter sur les gens et de squatter le canapé. Et plutôt que de crier, se fâcher, etc. On agit en douceur, au quotidien.

 

Pour finir, il est bon d'ajouter que le pendant de ces règles existe : le maître doit aussi respecter le chien et par exemple, le laisser tranquille quand il est dans son panier, ne pas laisser les enfants s'amuser avec lui comme si il était un jouet, ne pas laisser n'importe qui lui triturer les babines, la queue, les oreilles (vous pour un soin, ou le véto c'est une chose, le reste des gens c'est autre chose), apprendre à reconnaître le mode de communication canin (postures, regards, orientation de la queue), etc. Avoir un peu d'autorité ne doit pas empêcher d'être respectueux.

Page 1 :
Page suivante :
Page 2
Reproduction interdite sans autorisation.
Partager :  

Réagir à cet article

Votre nom / prénom :
Pour ne plus devoir indiquer votre nom à chaque fois : Inscription gratuite
Votre adresse e-mail :
Pour ne plus devoir indiquer votre e-mail à chaque fois : Inscription gratuite
Votre texte :
Sécurité :
Envoyer

Sommaire de l'article

Vidéos sur ce sujet

Discussions sur ce sujet