La communication tactile avec un chien

Le toucher dans la relation entre chiens

Le toucher dans la relation entre chiens

Le chien communique avec les autrres chiens notamment par des mordillements et des pressions à des endroits bien définis. Par exemple, les mordillements sur le sommet de la tête sont réalisés par un chien dominant avec les autres chiens, et leur acceptation est un signe de soumission.

 

La communication tactile pratiquée par le chien est organisée autour de plusieurs règles : stimuler la zone, savoir moduler l’intensité, la durée et la fréquence de cette stimulation.

 

Cette communication est mêlée à la communication par la posture, et vient s'établir dans le prolongement de la communication visuelle. En effet, une fois que toute une série de signaux posturaux et visuels s'est établie entre deux chiens, il arrive un moment où ils se trouvent proches l'un l'autre. C'est à ce moment-là qu'entre en jeu la communication tactile.

 

Le chien communique avec ses congénères en utilisant le toucher avec parcimonie. En réalité, il existe trois types de contacts :

Les contacts de domination

Les premiers contacts entre chiens servent à établir une hiérarchie entre individus. Ce sont des signaux tactiles émis par le chien qui se perçoit comme dominant. Ils ont pour cible le dessus de la tête, le garrot ou la région lombaire.

 

La région cervicale et le sommet de la tête revêtent une importance particulière dans la communication hiérarchique et sexuelle. Ils sont souvent stimulés par des mordillements, voire de réelles morsures avec prise en gueule de peau maintenue plus ou moins fermement. Les mordillements sur le sommet de la tête correspondent à une manifestation de dominance, et leur acceptation une manifestation de soumission.

Les contacts d'apaisement

Le chien peut communiquer tactilement avec son congénère pour calmer une situation et apaiser l'autre, ou tout simplement pour entrer en contact avec lui. L'un des deux chiens va alors venir frotter son thorax contre celui de son congénère, notamment après une première approche dite basse, avec les pattes légèrement fléchies et la queue qui remue.

Les contacts sexuels

Dernier type de contact physique : ceux qui relèvent du comportement sexuel des chiens. Dans le cadre d'un accouplement entre chiens, les individus établissent toute une série de contacts corporels, ciblant le dessus de la croupe et, avec le nez, la région périnéale. La région anale englobe les lombaires postérieures, la racine de la queue, l’anus, la région périanale et le périnée. La région génitale englobe le fourreau et la vulve. Les régions anales et génitales sont stimulées par léchage et coups de truffe.

 

Le chien qui émet le message stimule son partenaire de plus en plus vite et fort, jusqu'à l’obtention de la réaction désirée. 

Le toucher dans la relation entre le chien et l'Homme

Le toucher dans la relation entre le chien et l'Homme

Le toucher est le sens acquis le plus précocement par le chiot. Lorsque le chien n'est encore qu'un foetus, il acquiert ses premières informations grâce au toucher, notamment de ses frères et soeurs à proximité de lui.

 

Dans la relation interspécifique Hommes / chiens, les signaux qui relèvent de la communication tactile sont généralement émis en même temps que les signaux visuels, et ce sont ces derniers qui focalisent le plus souvent l’attention des observateurs. Pourtant, il est important pour tous les membres de la cellule familiale de connaître également ces signaux tactiles, car ils leur permettront de mieux comprendre et communiquer avec le chien au quotidien.

 

Le chien tente donc de faire passer des messages par le biais des contacts physiques. Comment interpréter ces signaux qu'il envoie à son maître et sa famille ?

Le chien qui s'appuie sur son maître

Le chien peut appliquer une pression sur la région thoracique d'un humain par pression de la tête, de l’épaule ou du thorax. Ces pressions sont généralement maintenues jusqu’au déclenchement d’un jeu, d’un signe de soumission, ou au contraire d’une manifestation de dominance. C’est une posture ambivalente qui prend du sens en l’associant avec d’autres éléments.

 

Le chien peut aussi pousser, bousculer, sauter sur son maître afin d’initier le contact, et ainsi le dominer. Celui-ci doit savoir refuser l’initiative de contact de la part de son animal. Pour cela, il a juste à ignorer le comportement du chien : celui-ci sera dérouté, et se calmera.

Le chien qui renifle les hommes

Le chien se sert beaucoup de son nez dans le cadre des contacts entre chiens lors d'une saillie, notamment dans la région anale contenant la région périanale et le périnée. Ces régions sont sollicitées par les soumis pour apaiser un dominant, ou pendant les comportements de séduction lors de la reproduction.

 

Dans le cadre des relations interspécifiques, le chien peut par exemple sentir les parties génitales de son maître après avoir reçu une réprimande. C’est un comportement d’apaisement pour se soumettre à son leader.

 

Ainsi, un mâle peut très bien sentir et lécher le pôle anal et génital de sa maîtresse lorsque celle-ci est indisposée. Il adopte ainsi un comportement de séduction envers sa maîtresse. Cette dernière doit refuser ce comportement, afin de faire respecter au chien sa position hiérarchique et rester la figure d'autorité du groupe.

Le chien qui mordille son maître

Parfois, le chien peut mordiller les mains, les poignets et les mollets de son maître. La cible préférée des mordillements du chien reste toutefois l'avant bras. Il envoie, par ce biais, un signal de dominance. Il se sent en confiance, fort, et tente de dominer son maître.

 

Dans ces conditions, deux options s'offrent au maître : ignorer le comportement, ou bien pincer le chien à la joue.

 

La première solution n'est pas forcément beaucoup moins forte que la seconde. En effet, l'ignorance est, chez le chien, un signe fort de dominance. Par conséquent, le maître qui ignore son chien ne fuit pas ou ne se défile pas : il le domine.

 

Dans tous les cas, l'important est de rétablir la hiérarchie et montrer à son chien qui est le maître, de ne pas le laisser se comporter ainsi impunément.

Le mot de la fin

La maîtrise des rouages de la communication interspécifique est la clé de voûte d'une bonne éducation du chien et d'une cohabitation réussie. Pour cela, comprendre tout d'abord comment les chiens communiquent entre eux est indispensable, car cela permet alors de comprendre pourquoi ils agissent de telle ou telle manière avec les humains.

 

En tout état de cause, contrairement à ce qui se fait entre êtres humains, l'utilisation du langage verbal n'est pas le mode de communication idoine pour se faire au mieux comprendre d'un chien. Il sera nettement plus sensible à l'intonation et la force de la voix, mais surtout à la gestuelle associée.

 

Apprendre à communiquer différemment de ce à quoi il est habitué avec les humains est un véritable défi pour le maître, une remise en question profonde mais nécessaire pour établir et maintenir une relation de qualité avec son chien.

Dernière modification : 07/03/2020.

Auteur

Etho-Psycho comportementaliste
Spécialiste de la relation de l'Homme à l’animal et des conduites anthropomorphiques

Discussions sur ce sujet