La communication corporelle avec un chien

La perception du langage non verbal de l'Homme par le chien

La perception du langage non verbal de l'Homme par le chien

La communication non verbale est parfaitement décodée par le chien. Il existe d'ailleurs des points communs entre l’Homme et l’animal dans leur façon d’utiliser le corps et les mimiques faciales pour communiquer. Ces signaux renseignent le chien sur la charge émotionnelle de son interlocuteur.

 

Le chien communique par les postures (port de tête, d’oreille, de queue, poil hérissé), le regard et le toucher. Ces signaux sont comparables à un code dans lequel l’animal associe tel ou tel geste. L’animal les module, par son rythme d’exécution et par leur répétition dans le temps, ce qui lui permet de faire varier la valeur du message qu'il souhaite transmettre.

 

Au quotidien, l’Homme communique à l’aide de mouvements corporels que le chien décode parfaitement. Ces postures et mimiques dévoilent l'état émotionnel de l'Homme vis-à-vis du chien.

 

Les signaux olfactifs que l'odorat du chien capte lui offrent également une information supplémentaire pour comprendre l'état psychique de l'individu qu'il a en face de lui. En effet, le chien est capable de capter et d'analyser les phéromones qu'émettent inconsciemment les humains, et qui véhiculent de nombreuses informations.

Position du torse

Le torse de l’être humain incliné vers l’avant est synonyme d’une approche dominante. Le torse vertical est synonyme de neutralité. Par contre, quand le maître tient son torse incliné vers l’arrière, le chien associe cette posture à une approche de subordonné.

Démarche et trajectoire

S'approcher brusquement d'un chien est perçu par lui comme un signe d’agression. Une vitesse moyenne et constante est interprétée comme une approche neutre ou dominante. Une approche heurtée, entrecoupée d’arrêts, est associée à une approche dominée (peur, anxiété).

 

La trajectoire peut être directe ou détournée, selon que l’Homme éprouve à l’égard de l’animal une certaine inquiétude, ou au contraire une grande assurance. Si l’Homme va directement vers la tête ou le flanc, ce comportement est associé par le chien à une approche dominante. Au contraire, s'il le contourne et l’aborde par la croupe, le chien perçoit cela comme une approche soumise.

 

Le torse de l’être humain incliné vers l’avant est synonyme d’une approche dominante. Le torse vertical est synonyme de neutralité. Par contre, quand le maître tient son torse incliné vers l’arrière, le chien associe cette posture à une approche de subordonné.

Démarche et trajectoire

S'approcher brusquement d'un chien est perçu par lui comme un signe d’agression. Une vitesse moyenne et constante est interprétée comme une approche neutre ou dominante. Une approche heurtée, entrecoupée d’arrêts, est associée à une approche dominée (peur, anxiété).

 

La trajectoire peut être directe ou détournée, selon que l’Homme éprouve à l’égard de l’animal une certaine inquiétude, ou au contraire une grande assurance. Si l’Homme va directement vers la tête ou le flanc, ce comportement est associé par le chien à une approche dominante. Au contraire, s'il le contourne et l’aborde par la croupe, le chien perçoit cela comme une approche soumise.

 

S'approcher brusquement d'un chien est perçu par lui comme un signe d’agression. Une vitesse moyenne et constante est interprétée comme une approche neutre ou dominante. Une approche heurtée, entrecoupée d’arrêts, est associée à une approche dominée (peur, anxiété).

 

La trajectoire peut être directe ou détournée, selon que l’Homme éprouve à l’égard de l’animal une certaine inquiétude, ou au contraire une grande assurance. Si l’Homme va directement vers la tête ou le flanc, ce comportement est associé par le chien à une approche dominante. Au contraire, s'il le contourne et l’aborde par la croupe, le chien perçoit cela comme une approche soumise.

Le regard

Dans le regard, deux paramètres sont prépondérants : la direction et la persistance.

 

Regarder un chien dans les yeux est pour lui une provocation, un appel au combat. Le regard sur la croupe du chien est un regard de dominant. Le regard qui fuit est un regard neutre ou soumis. Le regard persistant est une approche dominante ou la recherche d’un combat. Le regard interrompu est un apaisement ou une soumission.

L'importance de la communication non verbale pour dresser un chien

L'importance de la communication non verbale pour dresser un chien

L'éducation du chiot est indispensable pour qu'il puisse apprendre les comportements sociaux intraspécifiques régissant la cohabitation des chiens entre eux et ceux régissant la cohabitation des Hommes entre eux. C'est un apprentissage qui démarre dès la naissance, lorsque la mère qui lui enseigne les codes sociaux canins.

 

Le dressage du chien, lui, permet à l'animal d'acquérir des comportements qu'il n'utilisera qu'en présence de l'Homme. Cet apprentissage n'est pas naturel chez le chien ; son cadre doit donc bien être défini par le maître, avec l'aide si besoin d'un professionnel canin.

 

Le message transmis par le maître doit utiliser à la fois le langage articulé et les signaux non verbaux, organisés de manière précise. Ces signaux sont à la fois des gestes volontaires qui vont dans le sens du message verbal et des éléments inconscients transmettant des affects. On retrouve le fameux duo gagnant communication verbale + communication non verbale.

 

Pour qu'un message soit compris d'un chien, il doit donc réunir les trois propriétés suivantes :

Être fiable

La congruence du message doit être une priorité pour le maître. Le texte et ce qui l'entoure, le co-texte, doivent être dirigés dans le même sens. Le dresseur doit employer les gestes, le ton et les mots adaptés à la situation voulue.

 

Par exemple, l'ordre « Assis » ne peut pas être prononcé avec une voix frêle et en pointant un doigt vers le ciel. Cet ordre n'est compris par le chien qu'avec le bon co-texte, à savoir un ton ferme et en pointant un doigt devant lui en direction de sa croupe. Il en va de même pour l'ordre « cours » ou « va » pour libérer le chien. En plus du geste - bras tendu qui se lève en montrant une direction avec l'index - il faut que la voix soit énergique, sans en faire trop pour autant. 

Être acceptable

Un message est dit acceptable s'il entre dans la sphère de compréhension du récepteur. Le message doit pouvoir être compris par le récepteur avec le sens donné par l'émetteur. Le message est dit non acceptable si celui-ci ne tient pas compte des règles et des codes de l'espèce réceptrice.

 

Par exemple, il ne faut pas regarder un chien dans les yeux si ce dernier envoie déjà des signaux d'apaisement. Cette attitude est inacceptable aux yeux du chien, le récepteur.

Être lisible

La gestuelle, destinée à clarifier le message, ne doit pas être figée. Elle doit prendre forme en fonction des réactions du chien. Un Homme qui, par exemple, veut inviter son chien au jeu, peut s'accroupir, frapper des mains sur les cuisses ou le sol. Il peut avoir un regard mobile et faire balancer son corps. L'ensemble de ces postures est aisément compréhensible pour le chien. Le message est donc lisible.

Dernière modification : 07/03/2020.

Discussions sur ce sujet