Élaboration et résultats des analyses des caractères canins

Élaboration d’une expérimentation sur le caractère des chiens

Élaboration d’une expérimentation sur le caractère des chiens

Depuis nos premières publications relatives aux tests de Campbell, puis au séminaire de la Société Francophone de Cynotechnie à Namur, nous nous sommes préoccupés de savoir quelle valeur on pouvait accorder à ces prédictions. Nos observations personnelles, conduites dans notre élevage de Lévriers Whippets et sur les cynodromes, nous avaient amené à adapter les schémas proposés, et même à moduler le développement nerveux décrit par les chercheurs Scott et Fuller. Nos consultations des troubles du comportement du chien reposaient avant tout sur l’analyse des relations entre l’humain et le chien, à l’aide d’instruments divers, dont le jouet animé finit par devenir le pivot.

 

Cependant, un sentiment, ou même une réussite thérapeutique, ne remplace par une vérification expérimentale. Nous avons donc entrepris cette vérification, avec l’aide de Sandrine Renaud, qui a consacré sa thèse de doctorat à la prédiction du caractère du chien.

 

Pour cela, nous avons pris 3 portées de Whippets nées à 24 heures d’intervalle, et élevées dans les mêmes conditions. Ces Whippets étaient issus de géniteurs aux caractères différents : soit équilibrés, soit anxieux. Sandrine Renaud a, en outre, ajouté 8 Setters Irlandais à cet échantillon, afin de corriger l’effet race.

 

Les tests de caractère des chiots ont été effectués sur des jeunes âgés de 45 jours, dans les conditions prescrites, c’est-à-dire dans un local inconnu et isolé, avec un toit et en plein air, avec un observateur inconnu des chiots. En outre, aucun appareillage lourd n’a été utilisé, permettant ainsi d’effectuer les tests de caractère dans des conditions qui auraient pu être celles d’un éventuel acheteur.

 

Une fiche consignant les résultats de chaque chiot a été constituée puis conservée au laboratoire de zootechnie pendant 3 ans et demi, période durant laquelle Sandrine Renaud n’y avait pas accès. Au bout de ce laps de temps, la chercheuse a de nouveau analysé le caractère des chiens, puis consigné ses observations. Nous avons ensuite comparé les résultats à 7 semaines et à 4 ans, et observé le caractère du chien adulte par rapport à celui prévu par les tests. Le détail de l’analyse figure dans la thèse de Sandrine Renaud, qui n’a pu toutefois retrouver que 15 chiens adultes pour 21 chiots.

Résultats des tests sur les chiens

Résultats des tests sur les chiens

Les résultats obtenus ont été identiques pour les Whippets et pour les Setters Irlandais, ce qui laisse présumer leur validité générale. Le test du jouet animé et le test du miroir n’ont pas eu de valeur discriminatoire en fonction de la race des chiens, tous les chiots réagissant à l’identique. Ainsi, les chiots n’ont eu aucune réaction face à un miroir ou devant une figurine de Lévrier. Par contre, tous ont été effrayés devant le jouet animé.

 

En revanche, le test de Toman, élaboré initialement pour des Teckels, a donné des résultats aberrants. Ainsi, la classification d’un même chiot s’avère différent en fonction de la situation, et varie même au cours du temps pour une même situation. À d’autres étapes, tous les chiots ont le même comportement. Les relations sociales ne sont pas fixées dans un même groupe, et un chien peut ainsi être dominant dans un groupe, et dominé dans un autre.

 

Les deux premiers tests de Campbell, à savoir celui de l’attraction sociale et celui de l’aptitude à la compagnie de l’être humain, ont également donné des résultats aberrants avec les Whippets. Ils sont en effet tous apparus timides et craintifs, c’est-à-dire peu sociabilisés à l’être humain, alors même que toute leur éducation avait tendu à asseoir cette sociabilisation. Cela s’est confirmé chez les adultes.

 

Grâce à ces tests, nous avons pu établir une hypothèse de déterminisme génétique, en notant les géniteurs de cette façon :

  • Tar : chienne équilibrée ;
  • Ayl : chienne un peu craintive, anxieuse ;
  • Ant : chienne très craintive et anxieuse ;
  • Cp : mâle équilibré ;
  • Acro : mâle équilibré ;
  • Dy : mâle perturbé.

 

Un accouplement entre Cp et Tar donne des chiots tous équilibrés. Un accouplement entre Acro et Ayl donne une moitié de chiots équilibrés, et une autre moitié de chiots peureux. Enfin, un accouplement entre Dy et Ant donne un chiot équilibré pour quatre peureux.

 

Bien que les chiffres soient insuffisants pour asseoir un déterminisme génétique, ils concordent toutefois très bien avec cette hypothèse.

Les résultats en fonction des tests

Le test de dominance d’après Campbell

Le test de dominance d’après Campbell

Sur 15 chiens, 10 ont le même résultat adulte que chiot. Pour les 5 autres, on note que :

  • 2 chiens initialement qualifiés de soumis sont devenus mordeurs par peur. La note change, mais le côté soumis n’a cessé en fait de s’hypertrophier, jusqu’au pathologique ;
  • 2 autres chiens ont joué, et donc obtenu une note de dominant, alors que leur comportement général restait celui d’un chien soumis ;
  • le dernier chien a des accès d’incohérence.

 

Par conséquent, le test de dominance de Campbell est valable 14 fois sur 15 au moins, si on remplace la notation chiffrée proposée par Campbell par une estimation plus simple, à savoir dominant, soumis et intermédiaire.

 

Pour les Setters Irlandais, les résultats ont été du même ordre.

Modalités réactionnelles

La corrélation est excellente. Elle est totale pour prédire un caractère calme ou actif, et forte pour la morsure ou la voix.

Le test du jouet animé

Sur les 5 chiots qui ont joué, tous se sont comportés de la même façon une fois adultes. De même, les 4 chiots qui ont fui devant le jouet sont restés peureux, et ceux qui étaient indifférents le sont toujours une fois adultes.

 

La réaction du chiot face au jouet animé est donc la même que celle qu’il aura une fois devenu adulte.

 

Chez les Setters Irlandais, le score est aussi de 3 sur 4.

Le test en openfield

Le test en openfield vise à mesurer l’émotivité du chien. C’est un test classique en éthologie, au cours duquel on laisse l’animal vaquer librement, tout en l’observant. On examine ainsi son activité exploratoire, son activité générale, son émotivité, sa confiance et ses vocalises.

 

Chez tous les Setters Irlandais et chez 75% des Whippets, la prédictivité a été excellente. On a pu également remarquer que chez les Whippets, le caractère émotif peut provoquer une trop forte inhibition, que ce soit chez le chiot ou chez l’adulte.

Dernière modification : 11/02/2019.
Reproduction interdite sans autorisation.

Vidéos sur ce sujet

Discussions sur ce sujet