Caresser son chien

Caresser son chien

Pour beaucoup de maîtres, caresser son chien représente un geste important dans la relation au quotidien avec leur compagnon. Les humains aiment de cette manière exprimer leur intérêt et leur affection, ou récompenser certaines actions.


Néanmoins, pour les animaux en général et pour le chien en particulier, la caresse n’est pas vraiment une chose naturelle à la base. Certes, un rapport tactile existe entre une maman et ses chiots au début de la vie, mais il disparaît progressivement quand le chien grandit. En revanche, le contact avec l’Homme au travers des caresses devient un mode de communication et un outil d’apprentissage, notamment quand il s’agit de récompenser une bonne action. Tout le défi repose sur la mise en place d’un langage clair et cohérent qui permette aux deux parties prenantes de se comprendre et d’être à l’aise, alors même que le langage corporel du chien et celui de l’Homme diffèrent sensiblement.


Mais comment ? Voici quelques pistes pour vous aider à mieux comprendre les réactions de votre chien vis-à-vis de la caresse.

Partager
 Envoyer cette page à un ami

Que signifie la caresse ?

Que signifie la caresse ?

Le contact physique est pour le chien un moyen d’exprimer ses émotions et d’envoyer ou de recevoir de la part d’un autre animal un message clair, que ce soit une première prise de contact, une envie de jeu, une marque de confiance ou de colère, ou encore une volonté d’intimidation.

 

La caresse vient s’ajouter à ce système de codes et sa signification doit être assimilée si possible dès le plus jeune âge, de manière claire et cohérente. Il est important en effet que le geste appliqué dans telle ou telle situation, que ce soit comme marque d’affection ou comme récompense suite à une bonne action, soit compris par l’animal de manière constante.

 

Par ailleurs, le moment choisi pour appliquer une caresse a aussi son importance. Quand on veut faire preuve de fermeté et/ou qu’on souhaite ignorer volontairement son chien pour sanctionner un mauvais comportement, ce n’est pas pour 5 minutes plus tard se jeter dans ses bras et le combler de caresses : cela serait source de confusion. Aucune caresse ne peut être donnée avant que la leçon ne soit comprise, c’est-à-dire que le chien incline la tête et baisse les oreilles, mouvements qui traduisent sa soumission.

 

Dans des situations tendues, elle ne doit pas non plus être un moyen pour calmer un chien angoissé, car elle ne ferait à ses yeux que confirmer la présence d’un danger ou d’un problème, et du coup accentuer son stress. Autrement dit, elle serait contre-productive. Mieux vaut par exemple jouer sur la tonalité de sa voix, en utilisant un ton plus doux et plus lent pour rassurer son chien, au même titre qu’on emploie un ton plus ferme lorsqu’il s’agit de le recadrer suite à un comportement inapproprié.

 

La caresse est donc avant tout un langage qu’il faut s’approprier, enseigner et respecter au fil du temps. Ce n’est pas un langage universel : qu’il s’agisse de l’employer comme marque d’affection, de détente ou comme récompense, chaque maître peut lui donner un sens différent selon sa personnalité et celle de son chien. L’essentiel est que le sens en question soit compris par le chien, c’est-à-dire partagé par les deux protagonistes.

Caresser, quand tout le monde est d’accord et disponible

Caresser, quand tout le monde est d’accord et disponible

Animal de compagnie, social et engageant, le chien est attentif aux gestes et aux marques d’intérêt, mais c’est un individu à part entière que l’on doit considérer et respecter. Du point de vue du maître, la caresse représente généralement un temps privilégié entre lui et son compagnon. Mais il est important qu’elle soit appréciée de manière réciproque : elle ne doit pas importuner l’une ou l’autre des parties.

Quand et comment engager le premier contact pour une caresse ?

Quand et comment engager le premier contact pour une caresse ?

La toute première chose à faire avant de caresser son chien est tout simplement… de lui demander son consentement. Pour ce faire, il faut s’approcher doucement, tendre la main vers lui pour qu’il ne soit pas pris au dépourvu, et pour lui permettre éventuellement de la sentir, puis engager un premier contact, en tentant une petite caresse. Un chien qui souhaite être caressé revient alors vers l’auteur du geste, en se frottant à la personne ou en lui secouant la main avec son museau. S’il ne réagit pas ou regarde du coin de l’œil sans trop d’enthousiasme, c’est que ce n’est pas le bon moment. Mieux vaut alors ne pas insister et le laisser tranquille.

 

Il suffit généralement d’observer son chien pour se rendre compte si le moment est adéquat ou non. S’il somnole, s’il est en train de manger, s’il joue avec un autre animal ou ne paraît pas très en forme ce jour-là, mieux vaut éviter d’aller le caresser, car il y a fort à parier qu’il percevrait cette initiative comme intrusive.

Comment savoir si un chien aime les caresses ?

Comment savoir si un chien aime les caresses ?

Pour savoir si un chien apprécie d’être caressé, il suffit de l’observer. S’il semble serein et décontracté, garde les yeux mi-clos, se détend progressivement, c’est qu’il apprécie le moment.

 

Certains chiens ne se lassent pas d’être caressés et ne manquent pas de revenir vers l’auteur de la caresse s’il s’arrête soudainement, tandis que d’autres se satisfont d‘une simple et courte petite gratouille puis s’en retournent à leurs occupations.

Comment savoir qu’un chien en a assez d’être caressé

Comment savoir qu’un chien en a assez d’être caressé

Il se peut qu’au bout de quelques minutes, un chien en train d’être caressé montre des signes d’impatience : se lécher la truffe, bailler, tourner la tête, mettre ses oreilles en arrière… Le cas échéant, c’est qu’il en a assez et cherche à éviter la caresse. Pour conserver un lien de confiance avec lui, il est alors important de respecter ce choix.

 

Dans tous les cas, il est donc essentiel de rester attentif au comportement et au langage corporel du chien, qui sont sa manière à lui de dire ce qu’il ressent. Un bon maître sait identifier les moments opportuns pour caresser son chien et ceux qui ne le sont pas, est attentif aux parties sensibles de son corps et à celles sur lesquelles il apprécie en revanche d’être caressé, et de façon générale est capable de comprendre quand son animal lui fait comprendre que quelque chose n’est pas ou plus agréable pour lui.

 

C’est important non seulement pour son bien-être immédiat, mais aussi pour le futur, pour que ces moments de plaisir partagé que devraient être les caresses ne deviennent pas pour lui synonymes de contraintes. Cela risquerait de le rendre méfiant ou agressif.

Le chien trop demandeur de caresses

Le chien trop demandeur de caresses

S’il arrive que le maître souhaite caresser son chien mais que ce dernier n’en a guère envie, l’inverse peut aussi se produire. Que l’on soit au téléphone, en train de cuisiner, de travailler ou encore de discuter avec des invités, on n’est pas forcément toujours disponible pour son compagnon, et il doit être en mesure de le comprendre. Il suffit de lui dire non et de le repousser gentiment. S’il insiste, il convient de rester ferme et de ne pas céder, au risque qu’il pense que son maître est à sa disposition, se soumet à ses besoins, et qu’il suffit de désirer pour obtenir. Ce serait mettre le doigt dans un dangereux engrenage.

 

C’est encore plus vrai bien sûr si son enthousiasme pour demander des caresses lui fait outrepasser certaines règles de bonne conduite, et qu’il se met par exemple à mordiller les pieds de son maître ou à lui sauter dessus. Il est alors indispensable non seulement de ne pas céder, mais surtout de réprimer ce comportement inapproprié, par exemple en le renvoyant dans son panier et/ou en l’ignorant pendant un certain laps de temps.

 

Sans pour autant mal se comporter, certains chiens sont particulièrement demandeurs et insistent fortement pour recevoir des caresses. Il peut être difficile de dire non à tant de marques d’affection, surtout quand elles sont exprimées à des moments où pour le coup on est disponible. Toutefois, y répondre à chaque fois favorablement représente un risque réel de créer ou entretenir une dépendance affective. En effet, ces demandes incessantes sont pour l’animal un moyen d’attirer l’attention de son maître, et cela peut parfois virer à l’obsessionnel. Tant que le maître est présent et répond à ces demandes, tout va à peu près bien. Mais en cas d’absence longue et/ou inhabituelle, le chien a de grandes chances de souffrir d’anxiété de séparation et de se mettre dans tous ses états, incapable qu’il est de vivre et s’occuper de manière autonome.

 

Autrement dit, prendre l’habitude de caresser systématiquement son chien chaque fois qu’il en manifeste le désir n’est pas un cadeau à lui faire pour qu’il soit équilibré. Quand bien même on est disponible, il faut parfois savoir le repousser s’il est trop souvent demandeur : c’est pour son bien. Ceci vaut tout particulièrement pour un chiot, qui doit apprendre le détachement pour devenir un adulte bien dans ses pattes ; c’est d’ailleurs ce que la mère fait elle-même quand elle commence à repousser ses chiots une fois qu’ils ont atteint un certain âge. De la même manière, un bon maître doit savoir ignorer son chien et ses demandes éventuelles. En particulier, mieux vaut éviter de ponctuer systématiquement ses départs et ses retours de caresses, pour éviter qu’il n’attache trop d’importance aux allées et venues de son maître.

 

Au final, pour que les choses reposent sur des bases saines, le chien doit être capable d’être indépendant et de se passer de caresses si son maître n’est pas disponible ou désireux de lui en donner à un moment donné, ne pas être systématiquement dans la demande, et encore moins transgresser les règles de bonne conduite s’il lui arrive de solliciter des caresses. Comme pour les jeux, c’est au maître qu’il revient d’être l’initiateur de ces dernières, en plus d’établir et faire respecter des interdits fermes.

Comment caresser un chien ?

Caresser son chien aux bons endroits

Caresser son chien aux bons endroits

Comme tout animal et tout humain, le chien possède des zones corporelles plus sensibles que d’autres. Des caresses sur certaines d’entre elles sont perçues de manière très positives, tandis que sur d’autres elles peuvent carrément être ressenties comme une agression.

 

De manière générale, elles sont très appréciées derrière les oreilles, sur le cou, sur les épaules et le poitrail. Le chien peut aussi offrir de se faire caresser sur le ventre en s’allongeant sur le dos.

 

Néanmoins, au-delà des considérations générales, il convient de bien garder en tête que chaque chien réagit différemment. De fait, tout maître se rend vite compte que son compagnon apprécie particulièrement les caresses sur telle ou telle partie du corps, et au contraire les repousse sur d’autres.

 

Son vécu ou son état de santé sont aussi à prendre en compte. S’il est malade ou blessé, le passage de la main sur la partie du corps concernée a de grandes chances d’accentuer la douleur, et donc de recevoir un accueil au mieux légèrement négatif, au pire franchement hostile.

Les gestes à éviter quand on caresse un chien

Les gestes à éviter quand on caresse un chien

La toute première chose à éviter quand on souhaite caresser un chien, c’est de le prendre au dépourvu : il aurait alors de grandes chances de mal réagir, voire d’adopter un réflexe de défense. Il est donc important d’attirer son attention en lui parlant et en étant positionné devant lui.

 

Par ailleurs, les caresses – ou, encore pire, les tapotements - sur la tête sont généralement à éviter. La plupart des chiens n’apprécient pas ce geste, car dans le langage canin, poser sa patte sur la tête d’un autre a une signification bien précise : il s’agit d’un geste de domination, par lequel l’autre animal est invité à se soumettre. A moins de le faire sciemment justement dans l’optique de montrer à son chien qui est le chef, mieux vaut contourner le pourtour des oreilles et remonter jusqu’à la tête s’il l’accepte.

 

Quelle que soit la partie de son corps, la nature et la vitesse de la gestuelle a aussi toute son importance. Des caresses lentes et régulières sont préférables, car elles sont ressenties comme apaisantes et ont un effet relaxant.

 

D’autre part, un chien n’aime généralement pas être entravé ni enlacé. Malgré des millénaires de domestication du chien par l’Homme, il a gardé bon nombre de ses instincts primaires. Or, l’un d’entre eux est l’instinct de fuite. Rien n’est plus angoissant pour lui que de se retrouver acculé, empêché de fuir en cas de danger avéré ou même simplement potentiel. Par conséquent, s’il se retrouve pris en étau dans les bras d’un humain, quand bien même ce dernier n’est autre que son maître, il a tendance à se sentir vulnérable, et son instinct lui dicte de se libérer au plus vite de cette position inconfortable.

 

Dans un article intitulé «The Data says: don’t hug the Dog! » paru en 2016 dans le magazine Psychology Today, Stanley Coren, psychologue à l’université de Colombie-Britannique (Vancouver, Canada), expose les résultats d’une étude au cours de laquelle il a passé en revue pas moins de 250 photos de personnes en train d’enlacer leur chien. Dans 82% des cas, ce dernier est en train d’émettre des signaux d’apaisement, c’est-à-dire montre qu’il n’est pas à l’aise dans une telle situation. Il faut donc éviter de bloquer son chien d’une quelconque manière quand on le caresse, par exemple en lui tenant une patte ou en lui encerclant le poitrail : se sentant emprisonné ou retenu, il ne peut être à l’aise et détendu, et ne passe pas un bon moment.

 

Enfin, une vigilance toute particulière est de mise quand de jeunes enfants souhaitent caresser un chien. Sans aucune mauvaise intention, il est courant qu’ils posent leur main sur sa tête (parfois même au beau milieu de son visage), et ils ne mesurent pas forcément leurs gestes parfois un peu brusques et rapides, qui peuvent par exemple lui arracher des poils ou exercer une pression désagréable sur telle ou telle partie de son corps, et donc le faire souffrir au lieu de lui procurer du bien-être.

Tous les chiens ne recherchent pas les caresses

Tous les chiens ne recherchent pas les caresses

Il existe des races de chien très affectueuses, et d’autres qui le sont moins. Par exemple, le Golden Retriever, le Labrador, le Bulldog, le Carlin, le Teckel ou encore le Berger Allemand sont généralement particulièrement proches de leur maître et enclins aux câlins.

 

Toutefois, si elles peuvent être de formidables moments privilégiés entre le maître et son compagnon, les caresses peuvent aussi être source d’incompréhensions. En effet, il est courant que, dans l’esprit du premier, elles ont forcément une dimension positive, et lui permettent de récompenser son chien après un bon travail ou après avoir obéi - par exemple dans le cadre d’une séance d’éducation basée sur des méthodes positives. Il ne comprend pas que son animal ne l’entend pas forcément de cette oreille et aurait préféré une friandise ou un jeu, voire ne perçoit pas la caresse comme une récompense.

 

Comme tout ce qui a trait à la psychologie du chien, chaque individu est unique. Tout dépend de son caractère, et en particulier du fait qu’il soit plutôt soumis ou dominant. Ainsi, un chien dominant a tendance à éviter les caresses quand on lui en propose, préférant décider du moment qui lui convient ou parfois simplement rester à l’écart.

 

Ainsi, malgré toute la tendresse, l’attention et la bonne volonté d’un maître désireux de montrer à son compagnon intérêt et respect, il arrive que certains chiens ne supportent pas du tout les caresses et n’y répondent vraiment pas favorablement. Ils peuvent même parfois se montrer agressifs en cas de tentative trop appuyée, et c’est d’ailleurs une des causes possibles de morsures de chiens.

 

Ceci peut d’ailleurs être lié à un vécu antérieur douloureux ou une expérience ayant laissé un mauvais souvenir. Le risque est particulièrement prononcé en cas d’adoption d’un chien dans un refuge, car il est difficile de connaître son passé et les éventuels traumatismes qu’il a subis, y compris potentiellement de la part d’un humain. S’il s’avère particulièrement réfractaires aux caresses, il est toujours possible de faire appel à un comportementaliste canin pour définir précisément le problème et désensibiliser progressivement l’animal, afin de lui redonner le goût du contact physique avec l’humain.

 

Le vécu auprès de sa mère, et en particulier la fréquence des rapports tactiles puis l’âge auquel il en a été séparé, a également une grande importance. Sachant qu’une mère ne traite pas forcément tous ses chiots exactement de la même manière, il peut d’ailleurs exister des différences importantes de sensibilité même au sein d’une portée donnée. Ainsi, au moment de choisir un chiot à adopter, il peut ainsi être utile d’avoir recours au test de Campbell, qui mesure la socialisation du chien envers l’humain. Il permet de se faire déjà une idée assez précise du caractère et du comportement du chiot, et donc potentiellement de sa propension à apprécier les caresses.

 

Toujours est-il que caresser un chien qui n’aime pas cela peut évidemment conduire au résultat inverse de celui recherché. Par exemple, si l’objectif était de le récompenser après avoir obéi et l’inciter à réitérer la bonne action la prochaine fois, il est possible que cela l’incite au final à faire exactement le contraire.

Le mot de la fin

La plupart des maîtres sont friands de grands moments de tendresse avec leur compagnon, et cette dernière passe notamment par des contacts tactiles : les caresses.

 

Toutefois, pour qu’elles soient effectivement synonymes de moments agréables de part et d’autre, certaines règles doivent être respectées par chacun des protagonistes, consistant notamment à s’assurer que le moment est propice, à accepter un éventuel refus et à rester attentif aux éventuels signaux.

 

Dès lors qu’il est bien exploité, le contact par la caresse permet de réaffirmer sa confiance en l’autre, de réitérer son attachement et de vivre en harmonie.

Dernière modification : 08/26/2020.
Reproduction interdite sans autorisation.

Vidéos sur ce sujet

Discussions sur ce sujet