Approcher et aborder un chien inconnu en toute sécurité

Approcher et aborder un chien inconnu en toute sécurité

Que vous tombiez nez à nez ou que vous vouliez faire connaissance avec un chien, il est important de savoir décrypter son comportement et d'adopter la bonne attitude pour que la rencontre avec un chien inconnu se passe au mieux.


Voici donc quelques conseils à suivre pour éviter que la situation ne s'envenime et écarter tout risque de stress ou de morsures de la part du chien. Ces conseils sont bien sûr valables pour les adultes, mais aussi et surtout pour les enfants, qui ont le visage plus exposé, car à la hauteur de la gueule de l'animal. 

Partager
 

Savoir décrypter l'attitude d'un chien

Savoir décrypter l'attitude d'un chien

Bien que la sélection artificielle exercée par l'Homme et la domestication du chien au fil des siècles ait modifié certaines caractéristiques physiques et comportementales, et ainsi rendu les signes moins clairs, la règle de base est d'observer son attitude générale. Il faut bien garder en tête que si cette rencontre est intimidante pour vous, il y a de grandes chances qu'elle le soit aussi pour lui. Ce dernier aura sa propre manière de montrer ses émotions. 

 

On entend souvent dire par exemple que le fait qu'un chien remue la queue signifie qu'il est joyeux et amical. Détrompez-vous ! Il s'agit simplement de la manifestation de son excitation ; il peut parfaitement remuer la queue sans pour autant être d'humeur joueuse. Pour connaître son humeur réelle en se basant simplement sur cet appendice, il faudrait prendre en considération la hauteur à laquelle elle est tenue, son amplitude, ainsi que sa position au repos, tâche ardue - même pour les initiés - quand on sait que cette position varie grandement en fonction des races. 

 

En règle générale, un chien sûr de lui et prêt à défendre ce qu'il considère comme son droit tente de se faire le plus grand possible : corps raide, poils hérissés, queue en position plutôt haute, oreilles pointées vers l'avant, babines retroussées, regard fixe. Le tout peut être accompagné d'aboiements et de grognements.

 

Un chien peu sûr, mais pouvant néanmoins attaquer dans certaines circonstances (notamment s'il se trouve acculé) prend l'attitude inverse : corps ramassé, pattes fléchies, oreilles tournées vers l'arrière, queue en position basse, souvent plaquée sur ou entre les pattes arrières ou repliée sous le ventre, regard détourné.

 

Bien entendu, les choses sont souvent plus subtiles car l'animal est généralement partagé entre deux motivations, par exemple la peur et l'agressivité. Contrairement à ce que l'on pense souvent, un chien qui mord n'est pas toujours un chien dominant, intrépide ou vicieux ; un chien de caractère timide qui se sent menacé est tout à fait capable de faire usage de ses crocs et peut provoquer parfois des blessures très graves. 

Les premiers contacts avec un chien inconnu

Les premiers contacts avec un chien inconnu

S'il s'approche de lui-même mais semble présenter des signes de menace, il convient de rester le plus paisible possible, de tendre calmement le dos de la main (gauche si on est droitier, et inversement, verticalement et les doigts repliés) et de se laisser renifler, sans pour autant forcer le contact ou relâcher votre attention sur les signaux que le chien envoie. Les oreilles rabattues vers l'arrière, le poil hérissé sur le dos, le grognement ou simplement le détournement de la tête doivent être considérés comme des signes d'appréhension de la part du chien. Dans la plupart des cas, il se contentera de prendre des informations à votre sujet. Ce rituel de salutation canine peut être comparé à notre poignée de main, et c'est au chien de déterminer le temps qui lui est nécessaire pour appréhender cette prise de contact. 

 

Il est conseillé de parler au chien d'une voix douce. En effet, la force de la voix, le débit de paroles ou les intonations transmettent au chien des signaux et montrent l'état émotionnel de la personne.

 

Vous accroupir pour vous mettre à sa hauteur peut également le rassurer. Attention toutefois à ne pas être trop impatient ou oppressant ; trop vous pencher sur lui pourrait également être considéré comme un signe de domination. Veillez par ailleurs à ne pas trop approcher votre visage et à rester hors de portée de ses mâchoires. Même s'il ne montre pas de signe d'agressivité, cela ne signifie pas pour autant qu'il a confiance en vous. A ce stade, il est encore trop tôt pour penser qu'il n'aura aucun mécanisme de défense. De fait, il a besoin de temps pour se familiariser avec vous. 

 

Bien observer le chien permet de savoir s'il acceptera de se laisser caresser. S'il est mal à l'aise et qu'il envoie beaucoup de signaux d'apaisement, notamment la queue entre les jambes et les oreilles rabattues, ne tentez pas le contact. Au contraire, s'il semble détendu et enjoué, vous pouvez envisager une première caresse. Celle-ci doit se faire en passant sous le cou de l'animal.

 

Au contraire, le caresser dans la région de la tête ou du dos serait inopportun, car pouvant être ressenti comme un geste de domination. En effet, cela est comparable au geste du dominant qui pose sa patte ou sa tête sur le cou ou le dos de son congénère.

 

On comprend aisément qu'un chien risquerait de ne pas apprécier une telle familiarité, a fortiori de la part d'un inconnu. 

 

Surestimer la sociabilisation d'un chiot ou d'un chien est une erreur courante, surtout avec un animal qui n'est pas totalement inconnu. Par exemple, s'il s'agit du chien du voisin ou de votre ami chez qui vous allez pour la première fois, vous pourriez avoir tendance à être d'emblée très amical avec lui. Pourtant, il est essentiel de garder à l'esprit que le chien, lui, ne vous connaît pas. 

 

Par conséquent, évitez les comportements que vous vous autoriseriez avec votre propre compagnon, tels que s'approcher de face pour faire un bisou au chien, lui prendre la tête entre vos mains, le tenir entre vos bras pour lui faire un câlin... En effet, s'il se sent menacé ou pris au piège, le chien peut mordre pour se défendre

 

Tentez également de ne pas vous précipiter sur lui ou de le surprendre en le caressant par derrière s'il ne vous a pas vu. Là encore, cela pourrait déclencher une réaction agressive.

 

En règle générale, il faut toujours demander la permission à son propriétaire avant de caresser un chien inconnu. Même s'il est docile, ne soyez pas trop intime avec lui et laissez-lui le temps de faire votre connaissance.

Les interventions à des domiciles gardés par des chiens

Les interventions à des domiciles gardés par des chiens

Que vous soyez facteur, livreur, artisan du bâtiment..., vous pouvez être amené à pénétrer dans une propriété où se trouve un chien alors que ces ses maîtres sont absents. Dans un tel cas de figure, il est préférable d'avertir le chien de votre venue en sonnant à la porte ou en vous manifestant dès votre arrivée sur les lieux. Tant que vous ne savez pas à quoi vous attendre, restez sur vos gardes et ne rentrez pas trop brusquement : n'oubliez pas que vous êtes sur son territoire. 

 

S'il se montre agressif et menaçant, mieux vaut renoncer et avertir ses propriétaires de votre passage, afin qu'ils prennent les dispositions adéquates.

 

Il arrive toutefois que le chien ne se manifeste pas tout de suite, mais apparaît brusquement alors que l'humain se trouve déjà dans la maison. Il risque alors d'être immédiatement en position d'attaque, grognant et montrant les crocs. Dans un tel cas de figure, il est préférable de se faire le plus petit possible (par exemple en s'accroupissant) et de ne surtout pas le regarder directement dans les yeux. Cette posture de chien dominé peut permettre d'inhiber l'agressivité du chien

 

Même s'il est peu sûr de lui, l'animal peut considérer l'intrus comme une menace. Dans la majorité des cas, il ne l'affrontera pas de face, mais attendra qu'il ait le dos tourné pour lui attraper les mollets. 

 

Quelque soit le cas de figure, il convient à de garder son calme, de se tourner pour faire face au chien en regardant dans sa direction sans le fixer, et de quitter la propriété en reculant. Si vous êtes sûr de vous, vous pouvez tenter de donner l'ordre au chien de s'asseoir. Cependant, comme le prouve l'effet Pygmalion, il est peu probable que le chien obéisse aux ordres s'ils sont émis avec des tremblements dans la voix ou de nombreux micro-signaux trahissant la peur.

Comment se comporter face à un chien agressif

Comment se comporter face à un chien agressif

Face à un chien agressif, il ne faut surtout pas chercher à l'intimider en étant véhément et menaçant envers lui. Il pourrait considérer cette attitude comme une provocation et attaquer pour se défendre. De même, il est peu avisé de le regarder droit dans les yeux, car cela pourrait également être interprété comme une agression. 

 

Par ailleurs, les chiens de petite taille ont tendance à être plus plus nerveux que les gros et ont très souvent un complexe d'infériorité du fait de leur taille. Cela peut les rendre plus agressifs aussi bien vis-à-vis des grands chiens que des humains. Ainsi, les Teckels seraient statistiquement les plus mordeurs.

 

Le mieux à faire est de garder une attitude digne, calme et respectueuse à l'égard du chien, et ne pas lui laisser voir la peur qu'il inspire peut-être. En effet, le chien est le miroir de nos propres émotions ; lui montrer de la peur ou du stress engendrerait chez lui les mêmes sentiments, avec potentiellement à la clé une réaction agressive de défense. Il faut lui faire comprendre que son agressivité, qu'elle soit motivée par sa propre peur ou par la défense de son territoire, n'est pas justifiée. 

 

Si on est entré par inadvertance sur un territoire dont il a la garde ou considère comme sien, mieux vaut simplement en ressortir sans lui tourner le dos et sans précipitation. Lui parler calmement pourrait également l'apaiser. 

 

En territoire neutre, on pourra tenter de tendre le bras (assez haut pour éviter d'être mordu) vers l'endroit où on souhaite que le chien aille pour laisser le passage. On peut aussi tenter la persuasion avec les ordres « tais-toi » et « couché », sans agressivité, avec une fermeté "affectueuse" dans le ton. Si le chien est éduqué et conciliant, il comprendra et acceptera peut-être ce que l'on attend de lui.

 

En tout état de cause, mieux vaut ne pas engager un rapport de force inutile, et dont l'issue ne sera probablement pas à notre avantage.

 

Dans tous les cas, il est impératif de se rappeler que les gestes brusques, les cris, les gesticulations incoordonnées risquent de provoquer le stress du chien et des morsures. Mettre ses mains dans les poches est une bonne manière d'éviter les mouvements inconsidérés et de se protéger, sachant que 80% des morsures de chien ont lieu aux extrémités. Partir en courant est une très mauvaise idée, car dans une grande majorité des cas, cela stimule l'instinct de chasse du chien et risque de déclencher une poursuite.

 

Avoir dans sa poche des accessoires réputés aversifs, comme par exemple un sifflet à ultrasons, peut s'avérer utile, mais seulement s'ils renforcent la confiance de la personne. En effet, du côté de l'animal, ils peuvent provoquer des réactions contraires à l'effet recherché, comme par exemple augmenter l'agressivité du chien

 

Si le chien attaque, pensez surtout à vous protéger le visage avec vos mains. En cas de morsure, n'essayez jamais de retirer le membre mordu de la gueule du chien, car cela ne ferait que l'inciter à resserrer ses mâchoires avec encore plus de force. En réagissant de cette manière, les dégâts seront grandement limités. 

Le mot de la fin

Le stress généré par la rencontre de quelqu'un qu'il ne connaît pas peut engendrer une attitude agressive de la part du chien. Savoir reconnaître les signaux de peur ou d'agressivité qu'il émet peut permettre de désamorcer la situation et de l'apaiser.

 

En tout état de cause, il faut garder en tête que les chiens ressentent la peur et le stress des humains, et ont vite fait de s'en imprégner. De ce fait, les personnes ayant peur des chiens ont un risque plus élevé d'être mordu. La peur provoque l'agressivité des chiens un peu comme s'ils considéraient que, si on a peur d'eux, c'est parce qu'on a quelque chose à se reprocher à leur égard.

 

Votre compréhension du comportement du chien, votre confiance en vous et le contrôle de vos émotions sont alors vos meilleurs atouts.

Dernière modification : 09/02/2019.
Reproduction interdite sans autorisation.

Commentaires sur cet article

Je suis un jour tombé sur deux jeunes d'une vingtaine d'années, dont l'un avait très peur des chiens. Ma petite chienne étant très sociable, nous avons discuté puis je lui ai dit de la considérer comme une "peluche vivante", et il a pu la caresser. Tout cela a pris 10 minutes, je me suis montrée rassurante, je tenais ma chienne pour qu'il se sente, lui, en, parfaite sécurité. Son compagnon m' a ensuite demandé ... si j'étais psychologue. C'est sans doute l'une de mes qualités mais pas mon métier !

Lorsqu'on a peur des chiens, l'expliquer à leur maître, et se rapprocher d'eux, progressivement. apprendre à les connaitre et considérer que les très gentils chiens sont des peluches vivantes. Ne les caresser qu'en présence de leur maître, pour éviter les incidents.
Lorsque c'est un enfant, c'est à peu près pareil, sauf qu'ils sont souvent bien plus ouverts que les adultes. Il faut aussi rassurer les parents. Et ne jamais laisser les parents les forcer à approcher ou caresser le chien.

J'ai du rassurer des gens en leur disant "c'est de l'amour et du poil autour", généralement, ça les détend !

   
Par CocciNim

Bonjour, Je n'ai pas lu l'article entierement mais j ai très peur des petits et des grands chiens, pourtant il ne m'est jamais rien arrivé avec eux.

0    0
Par Laura

Discussions sur ce sujet

Articles sur le même thème