Aboiements, hurlements, gémissements, grognements ... : la communication vocale chez le chien

Aboiements, hurlements, gémissements, grognements ... : la communication vocale chez le chien

Les vocalises sont l'un des modes de communication chez le chien. 


De même que la voix chez les êtres humains traduit les émotions, les différentes vocalises du chien signifient chacune quelque chose de différent.


Il est important de savoir faire la différence entre les nombreux types d'aboiements et autres vocalises pour éviter de répondre à toutes les initiatives de contact du chien, au risque par exemple de lui faire croire qu'il peut prendre dans la hiérarchie familiale une place qui n'est pas la sienne.

Partager :  

Les différentes vocalises du chien

L’aboiement, les hurlements ou les gémissements du chien figurent malheureusement parmi les nuisances communes les plus recensées dans la société humaine,  les aboiements intempestifs du chien étant même punis par la loi.

 

Pour autant, toutes ces vocalises sont des vecteurs de communication :  à défaut d'être doués de la parole, les chiens utilisent un langage non verbal pour s'exprimer, que cela soit pour communiquer entre eux ou avec l'Homme. Ainsi, dès la naissance, les chiots émettent de nombreux gémissements, miaulements et grondements pour se faire comprendre, avant d'enrichir leur répertoire acoustique de jappements, d'aboiements, de grognements et de hurlements en grandissant. Les vocalisations du chien sont très évoluées, et permettent une communication élaborée intra et interspécifique.

 

Chaque vocalisation a une signification particulière et dépend de l’environnement, du contexte, des déclencheurs présents, etc. Elle peut être intense, fréquente, longue ou courte.

 

La communication acoustique du chien est très codifiée, ce qui permet à n’importe quel congénère de comprendre facilement et immédiatement l’émetteur du message.

Les aboiements du chien

Un être humain n'est pas forcément dangereux lorsqu'il parle ni lorsqu'il crie, et il en va de même du chien. L'aboiement fait partie de son langage. Ainsi, il est naturel qu'un chien aboie pour exprimer ses sentiments (sa joie, sa peine, sa peur, son angoisse...), pour alerter (il a entendu un bruit qui lui semble suspect ou il annonce l'arrivée de quelqu'un) ou encore pour prévenir un intrus qu'il est repéré.

 

Les aboiements sont facilement différentiables à l’oreille :

 

  • Un aboiement d'appel, pour inviter son maître ou un congénère à venir voir quelque chose, est souvent bref et aigu.

 

  • Un aboiement d’appel au jeu est souvent émis en même temps que la posture, ce qui permet de rapidement comprendre ce que souhaite le chien. Ce sont souvent des aboiements bégayés sous l'excitation.

 

  • Les aboiements d’alerte, une série de trois ou quatre aboiements à la suite, font suite à la perception d’un bruit ou d’un mouvement en limite de territoire. Ils sont souvent fermes et graves.

 

  • Les aboiements territoriaux sont brefs, profonds, et font suite à une violation de territoire d’un individu (chien, chat, humain…).

 

  • Les aboiements de bienvenue sont sonores, et souvent émis par groupe de deux ou trois d'affilée. 

Les hurlements du chien

Le son des hurlements canins est souvent long et soutenu, et a une fonction de communication entre deux sujets ou groupes d’individus éloignés. Il peut être le signe d'une solitude mal vécue ou, à l'inverse, être une preuve d'une excitation collective, comme durant une chasse.

Les gémissements et les couinements du chien

Ils sont très souvent associés à la douleur, à la peur ou à la détresse. Ils accompagnent également certaines phases de jeu ou les rituels de soumission.

Les grognements du chien

Ils sont souvent émis dans un contexte de menace, et signalent que le seuil de sensibilité du sujet est atteint. Ils doivent être considérés comme une alerte dont il faut tenir compte.


Les grognements surviennent également dans les jeux de combat. Dans ces conditions, les grognements sont modulés différemment. Ils ne sont jamais associés à des postures et mimiques de menace.

La communication verbale entre le maître et le chien

Dans la relation au quotidien avec son animal, la communication acoustique entre le maître et son chien joue un rôle essentiel au sein de la cellule familiale.

 

Parmi les éléments verbaux de l’être humain, seule sa voix et son intonation (douce, forte, rapide, lente...) éveillent l’intérêt du chien. En effet, l'intonation humaine manifeste un état émotionnel, et, lorsqu'il parle, l'être humain module les sons et la cadence en fonction de son langage et de son accent.

 

Compte tenu du message verbal articulé, l'intonation trahit très souvent les maîtres auprès de leurs chiens, car ceux-ci sont capables d'en décoder parfaitement les émotions et les sentiments. Chez l’Homme comme chez l’animal, la communication acoustique traduit l’état émotionnel de l’individu : peur, inquiétude, doute, confiance, joie, menace, anxiété, etc.

 

Lorsque le maître donne un ordre à son chien, il doit donc adapter son intonation à l’ordre qu'il va donner. Les tons et le rythme, comme pour les ordres assis, couché, au pied, doivent être constants, en gardant toujours les mêmes intonations. Si le maître utilise le même ton pour donner un ordre et pour simplement appeler son chien pour une séance de câlins, l'animal pourrait être complètement confus. Il faut également faire attention à ce que l’intonation soit toujours adaptée à la sensibilité du chien, pour ainsi éviter les possibles incompréhensions entre un maître et son compagnon.

 

Il est nécessaire également de savoir que, très souvent, par ses différentes vocalisations, le chien veut initier le contact. Si le maître accepte la sollicitation de son chien, il peut permettre inconsciemment à son animal d’accéder à un nouveau statut social (devenir le leader du groupe), ou voir son chien faire montre d'hyper attachement ou d'anxiété lors des séparations.

L’initiative de contact du chien manifestée par ses aboiements et suivie d’une réponse favorable du maître est donc souvent l’aboutissement d’un comportement de dominance. Ce dernier est susceptible d’aboutir à des dérives graves, comme par exemple des agressions (morsures de chiens...). Les maîtres se doivent donc d'être vigilants concernant ces démonstrations potentielles de domination, et ne pas laisser faire leur chien trop souvent.

La solitude du chien, premier facteur des aboiements intempestifs

Les aboiements ou les hurlements intempestifs du chien sont souvent des comportements associés à la solitude de l’animal.

 

Ces vocalises sont symptomatiques d’une anxiété, dite anxiété de séparation chez le chien, dont l’origine est la co-dépendance qui découle d'un état parfois fusionnel de l’homme à son animal, et réciproquement.

 

Pour autant, les aboiements du chien et ses autres vocalises ne sont pas uniquement liés à la solitude, mais s’inscrivent majoritairement dans une méconnaissance de la socialisation et du développement du chien, et du principe de détachement présent dans toute relation. Des traumatismes ou des frustrations humaines peuvent être également à l’origine de ces manifestations indésirables.

 

Les causes d’un chien aboyeur sont multiples, et il convient d’en écarter dès le départ toute origine pathologique : ainsi, avant de faire appel à un comportementaliste canin, une visite chez le vétérinaire permettra de s'assurer de la bonne santé du chien, et que ce n'est pas à ce niveau qu'il y a un problème.

Le mot de la fin

Il est intéressant de savoir que les vocalisations du chien sont différentes selon les races. En effet, certaines races de chien, comme les Basenji, n'aboient jamais, alors qu'au contraire, les Yorkshires et les Caniches sont connus pour être de grands aboyeurs.

Reproduction interdite sans autorisation.

Besoin d'aide ?

Réagir à cet article

Votre nom / prénom :
Pour ne plus devoir indiquer votre nom à chaque fois : Inscription gratuite
Votre adresse e-mail :
Pour ne plus devoir indiquer votre e-mail à chaque fois : Inscription gratuite
Votre texte :
Sécurité :
Envoyer

Auteur

Etho-Psycho comportementaliste
Spécialiste de la relation de l'Homme à l’animal et des conduites anthropomorphiques

Discussions sur ce sujet