Les 10 problèmes de comportement du chien les plus fréquents, et comment y remédier

Les 10 problèmes de comportement du chien les plus fréquents, et comment y remédier

Votre chien se roule dans des crottes ou dans la boue, dissimule de la nourriture dans la maison, se met à pleurer dès que vous vous absentez, se cache lorsqu’un orage éclate... bref, son attitude vous semble parfois déroutante et vous laisse perplexe ?


S’agit-il là de réflexes instinctifs, de simples manies ou de réels troubles du comportement du chien ?


Découvrez comment appréhender et gérer les problèmes de comportement les plus courants chez le chien.

Page 1 :
Mon chien pleure, hurle, aboie ou détruit tout en mon absence

Votre chien pleure, aboie ou hurle sans arrêt lorsque vous êtes absent ? Il se met dans tous ses états lorsque vous vous apprêtez à partir, ou encore détériore votre intérieur lorsqu’il se retrouve seul à la maison ? Pourquoi agit-il de la sorte ? Comment expliquer ce comportement, et surtout comment y remédier ?

Votre chien est anxieux, et il vous le fait savoir

Votre chien est anxieux, et il vous le fait savoir

L'anxiété de séparation du chien est un phénomène fréquent qui se manifeste de différentes façons : il pleure, gémit ou aboie de façon incessante, endommage votre mobilier, souille votre maison avec son urine ou ses excréments...

 

Pourtant, lorsqu’il est en votre présence, rien de tout cela : votre chien adopte alors un tout autre comportement. Il paraît serein, attend sagement que vous le sortiez pour faire ses besoins et n’aboie pas sans raison. En revanche, vous avez peut-être remarqué qu’il vous suit à la trace. Il cherche votre présence, sollicite vos caresses, ne s’éloigne jamais de vous durant vos promenades...

 

Tout cela trahit un hyper-attachement du chien. Il est tellement dépendant de vous qu’il ne peut supporter l’idée de vous savoir loin de lui.

Les causes de l’hyper-attachement du chien

Les causes de l’hyper-attachement du chien

A la naissance, le chiot est très attaché à sa mère. Dans ce monde si vaste et angoissant, elle est son unique point de repère. Ses aboiements, sa chaleur et son odeur sont une véritable source d’apaisement pour le nouveau-né, qui cherche fort logiquement à multiplier les contacts avec sa génitrice.

 

Pendant les premiers mois suivant la naissance, la chienne cède de prime abord à tous les caprices de son chiot, mais elle va très vite l’initier à l’indépendance. Plus son petit grandit, plus elle installe de la distance avec lui, le repousse lorsqu’elle le trouve trop “collant”, ignore ses jappements... Bref, la chienne prépare son chiot à sa future vie d’adulte et lui apprend à être autonome.

 

Cet apprentissage du détachement du chiot n’a pas lieu (ou n’est pas mené à son terme) si le chiot est très tôt séparé de sa mère. Il lui faut alors une nouvelle figure d'attachement, qui remplace cette dernière. Ce sera son maître. Ce dernier devient alors son point de repère, et c’est désormais vers lui qu’il reporte toute son affection.

 

Or, si cette affection peut paraître touchante et sympathique au premier abord, elle peut vite tourner à l’obsession si le maître ne met pas le holà à temps. Certes, il est difficile de résister à la tentation de câliner une adorable petite boule de poils qui ressemble à une peluche, mais répondre aux moindres sollicitations de votre chiot n’est pas lui rendre service. Vous risqueriez de créer une relation d’hyper-dépendance, à l’origine de certains troubles du comportement tels que l’anxiété de séparation. Le chien est alors incapable de gérer son stress et sa frustration en votre absence.

Comment mettre fin à l’anxiété de séparation du chien ?

Comment mettre fin à l’anxiété de séparation du chien ?

Il n’est jamais trop tard pour apprendre le détachement à un chien, avec l’aide si besoin d’un comportementaliste canin. Interdire à son chien de dormir dans le lit, le repousser s’il vous fait la fête chaque fois que vous rentrez à la maison, ignorer parfois ses demandes de caresses ou d’attention, le renvoyer dans son panier pour chien s’il vous suit partout : tout cela peut paraître cruel et difficile à mettre en place pour un maître qui jusqu’à présent laissait faire, mais c’est nécessaire pour résoudre le problème, et donc au final rendre son chien heureux.

 

Il convient aussi de dédramatiser les départs, en évitant par exemple d’en faire à chaque fois un rituel et en désensibilisant le chien via de vrais-faux départs.

 

Lorsque vous vous absentez pour de longues heures, il peut être judicieux de lui permettre de se défouler ou de faire de l’exercice en amont de votre départ, car il y aura ainsi plus de chances qu’il dorme durant votre absence.

 

En parallèle, il peut parfois être utile d’associer à ces méthodes pédagogiques divers accessoires pour chien qui favorisent l’apaisement de votre compagnon à quatre pattes.

 

Vous pouvez ainsi par exemple l’habituer à rester dans une cage d’intérieur pour chien durant vos absences, mettre à sa disposition des jouets pour chien pour qu’il puisse se divertir de manière autonome, lui offrir une peluche imprégnée de votre odeur qui aura pour effet de le rassurer, installer un diffuseur de phéromones apaisantes pour chien...

 

Enfin, s'il présente toujours des troubles d’anxiété de séparation malgré tous ces conseils, parlez-en à votre vétérinaire. Il pourra en effet vous prescrire un traitement médicamenteux destiné à réduire le stress du chien.

Page 1 :
Mon chien pleure, hurle, aboie ou détruit tout en mon absence
Dernière modification : 09/19/2019.
Reproduction interdite sans autorisation.
Partager
 

Vidéos sur ce sujet

Discussions sur ce sujet