Le chien indépendant

Un chien indépendant se promène seul dans un champ enneigé

Un chien indépendant pourrait presque être qualifié de félin : il est souvent propre, moins collant que ses congénères, et supporte bien l'absence de son maître. L'anxiété de séparation est donc assez peu fréquente chez ceux qui ont ce tempérament, et le risque de comportement destructeur est plus faible.

Les origines du tempérament indépendant

Un Chien Loup Tchécoslovaque assis dans l'herbe

Le chien ayant été domestiqué il y a plusieurs dizaines de milliers d'années et vivant depuis tout ce temps à nos côtés, il est difficile d'imaginer qu'il puisse posséder aujourd'hui encore un tempérament indépendant.

 

Pourtant, quand on y réfléchit, cela n'est pas si surprenant que cela. En effet, non seulement il reste le (lointain) descendant du loup, qui est un animal sauvage et indépendant par nature, mais en plus de cela, il accomplit pour le compte de l'Homme certaines taches qui requièrent de faire preuve d'une certaine autonomie et d'un fort esprit d'initiative.

 

Ainsi, parmi les chiens ayant un tempérament indépendant, on trouve un nombre important de :

  • chiens de berger comme le Beauceron et le Chien Loup de Saarloos, qui passent davantage de temps avec leurs troupeaux qu'avec des êtres humains ;
  • chiens utilisés pour la chasse, en particulier ceux qui ont pour mission de traquer le gibier, comme le Scottish Terrier ;
  • chiens de type spitz et primitif comme l'Akita Inu, qui ont été très peu modifiés par la main de l'Homme et ont donc conservé un caractère proche de celui du loup.

Les risques avec un chien indépendant

Par définition, cohabiter avec un chien indépendant n'est pas toujours une mince affaire, puisqu'un tel animal n'est pas franchement très docile ni obéissant. Sans être aussi difficile qu'un chien rebelle, il risque tout de même de donner du fil à retordre à qui n'a pas beaucoup d'expérience avec la gent canine.

Une tendance à la dominance

Un chien se place en hauteur pour surveiller les environs

Un chien indépendant est souvent intelligent, mais aussi un chien à tendance dominante, qui accepte l'autorité de l'être humain à condition qu'elle soit ferme et cohérente. Pas question donc de donner des ordres contradictoires ou d'autoriser un jour ce que l'on interdit le lendemain.

 

Il est souhaitable que le maître ait de solides connaissances en éducation canine, ainsi qu’un mental solide et stable, pour éviter tout laxisme. Dans le cas contraire, la dominance peut s’inverser et générer des difficultés, car un indépendant peut rapidement se transformer en chien rebelle s'il n'est pas bien dressé.

Une tendance à se montrer méfiant

Un chien indépendant se problème seul

Un chien au tempérament indépendant est plutôt calme et n'aboie pas beaucoup. Il est toutefois méfiant de nature et peut réagir par la menace et des grognements à ce qu'il perçoit comme un danger : cette caractéristique fait de lui un bon chien de protection de troupeau et un gardien efficace, mais le rend également assez peu sociable envers les étrangers.

 

La morsure d'un tel individu reste quant à elle contrôlée, car l’élimination des individus mordeurs spontanés a été constante pour l’utilisation au troupeau. Mais sans cette sélection et sans une socialisation appropriée, un tel animal peut devenir agressif une fois adulte.

Eduquer un chien au tempérament indépendant

Eduquer un chien indépendant peut sembler plus facile qu'avec un autre tempérament, car il est naturellement peu sujet à l'anxiété de séparation et n'est pas non plus du genre à réclamer sans cesse de l'attention. Pourtant, un tel chien est loin d'être simple à gérer.

Réaliser une bonne socialisation

Réaliser une bonne socialisation

La clé pour s'occuper d'un chien au tempérament indépendant est de réaliser une socialisation de qualité lorsqu'il est encore jeune, puis de l'entretenir une fois qu'il devient grand.

 

En effet, c'est le meilleur moyen de lui apprendre très tôt à gérer les situations nouvelles et les personnes ou animaux qu'il ne connaît pas, lui qui a une tendance naturelle à être méfiant. Cela évite d'en faire un chien soit peureux, soit agressif.

 

Il ne faut donc pas hésiter à varier les lieux de promenade et les activités proposées afin de lui faire découvrir un grand nombre d'endroits différents et de lui faire faire des rencontres. Cela permet de le placer dans toutes sortes de situations nouvelles tant il est encore jeune, pour qu'il sache comment bien gérer sa peur ou sa méfiance une fois adulte.

Affirmer la hiérarchie dans la famille

Affirmer la hiérarchie dans la famille

En parallèle de cela, il faut être capable de s'affirmer face à un chien indépendant, afin de lui montrer qui est le chef de la famille et l'empêcher de prendre l'ascendant sur ses maîtres.

 

En effet, un tel animal est généralement plutôt dominant, ce qui signifie qu'il est capable de tirer profit des erreurs et hésitations de ses proches pour prendre le commandement de la famille.

 

Mieux vaut donc ne pas adopter une race prédisposée à ce tempérament lorsqu'on n'a encore jamais eu d'animal ou qu'on manque de fermeté, ou alors se faire aider par un éducateur canin professionnel.

Faire preuve de patience

Faire preuve de patience

Dans l'ensemble, les chiens au tempérament indépendant ne sont pas des champions de l'obéissance. En effet, ils n'ont pas pour habitude de suivre gentiment et sans discuter les ordres qu'on leur donne : ils sont capables de prendre des initiatives et de décider par eux-mêmes ce qu'il convient de faire dans une situation donnée.

 

Cela ne signifie pas qu'ils ne comprennent pas les ordres qu'on leur donne ; c'est même plutôt l'inverse, car ce sont des chiens intelligents. Simplement, s'ils n'en voient pas l'utilité, il y a peu de chances qu'ils s'exécutent.

 

Pour pouvoir se faire obéir d'un chien indépendant, il est donc primordial de commencer par gagner sa confiance. Cela passe notamment par le fait de faire preuve de constance, de ne pas donner d'ordres inutiles à tort et à travers, et de le récompenser quand il se conduit bien afin de lui fournir la motivation suffisante pour qu'il s'exécute.

Dernière modification : 08/25/2021.