Faire cohabiter un chien et un bébé

Faire cohabiter un chien et un bébé

Un heureux événement se prépare à la maison, avec l'arrivée d'un bébé au sein de la famille ? Même si un chien peut s'adapter au changement, il n'en reste pas moins un animal routinier qui peut être déstabilisé par cette nouvelle arrivée.


Chaque chien a son propre tempérament, et il n'est pas question ici de définir une règle absolue. Pour autant, le risque de voir apparaître des signes de jalousie est bien réel.


Comment préparer son chien à l'arrivée d'un bébé ? Comment gérer la rencontre entre le chien et le nouveau-né ? Quelles sont les règles à respecter pour une cohabitation réussie ?

Partager
 

La jalousie du chien envers le bébé

La jalousie du chien envers le bébé

Il arrive fréquemment, et fort logiquement, qu’un couple sans progéniture surinvestisse émotionnellement sur son compagnon à quatre pattes, leur consacrant tout leur temps libre, l'emmenant avec eux en vacances, veillant à son bien-être, l’alimentant du mieux possible et lui faisant faire tout l’exercice qui lui convient - voire parfois plus que ce qui est nécessaire. Mais, un jour, l’envie d’avoir un enfant se fait sentir et se concrétise : c'est ici que, pour le chien, les soucis commencent.

 

Les futurs parents sont en effet désormais tournés vers un nouveau projet ; leurs préoccupations évoluent, et ils ont déjà moins de temps et d’attention pour leur compagnon. Ils se préoccupent désormais de notions telles que l’hygiène de l’enfant avec la présence d’un animal, les possibles accidents domestiques qui y sont liés, le lieu de couchage du bébé (qui viendra peut-être envahir l’espace occupé par le chien) ou encore la question légitime de la concurrence entre eux deux. Ils doivent ainsi faire face à de nombreuses questions, et anticiper d'éventuels soucis.

 

De son côté, leur compagnon s’accommode plus ou moins facilement des changements qui s’opèrent. Les promenades du chien sont espacées ou raccourcies, et les maîtres passent un certain temps à se projeter dans l’arrivée du nouveau membre de la famille, ne lui consacrant donc plus autant d'attention qu’auparavant. Son exubérance est parfois réprimée, voire il peut se mettre à agacer lorsqu’il demande des choses qui jusqu'alors lui étaient accordées sans problème, qu'il s'agisse de caresses, de friandises pour chien ou encore de moments de jeux.

 

Vient enfin le grand jour, qui se traduit le plus souvent par un départ précipité des maîtres et leur absence parfois longue du domicile. Et au retour, leur attention est tournée vers le nouvel arrivant plutôt que vers leur compagnon, qui peut se sentir abandonné à un moment où au contraire il aurait besoin d'être rassuré.

 

Tous ces éléments représentent une perturbation importante du contexte de vie habituel, qui peut faire naître une jalousie du le chien à l'encontre du bébé, ce nouveau venu qui conduit ses maîtres à s'éloigner de lui. Elle se traduit par un changement de comportement du chien, qui se met à devenir envahissant : il se montre pot-de-colle, suit ses maîtres partout, refuse de rester à sa place, s'excite lorsque le bébé pleure, couine pour réclamer de l'attention, etc.

 

La situation peut rapidement devenir invivable pour tout le monde, à commencer par les parents. Tiraillés entre l'amour qu'ils portent à leur enfant et la culpabilité de délaisser leur fidèle compagnon qui partage leur vie depuis déjà longtemps, ils risquent de n'être pas en mesure de profiter de ce nouveau bonheur qui devrait être le leur.

 

Il ne peut alors être question de laisser la situation telle quelle dans l'espoir qu'elle finisse par s'arranger toute seule. De fait, s'il arrive quelquefois que les choses s'améliorent avec le temps, c'est plus une exception que la règle : dans la majorité des cas, un chien jaloux ne cesse pas de l'être de lui-même. Si les aboiements, jappements et autres vocalises du chien ne lui permettent pas d'obtenir l'attention qu'il réclame, il existe même un risque qu'il finisse par devenir agressif envers le bébé, qu'il perçoit comme une menace...

 

Cela étant, le sentiment de jalousie chez le chien est un peu différent ce ce qu'on connaît chez l'être humain : en réalité, il ne souffre pas directement de l'arrivée du bébé à la maison, mais il est perturbé car il ne sait pas comment il doit se comporter face aux différents changements qui s'opèrent. C'est donc à ses maîtres de lui faire accepter ces changements et de lui montrer ce qu'il a le droit de faire, et ce qui au contraire lui est interdit.

Préparer son chien à l'arrivée d'un bébé

Préparer son chien à l'arrivée d'un bébé

Une bonne cohabitation du chien et du bébé est parfaitement possible, car le chien possède une formidable capacité d'adaptation aux situations nouvelles - si bien sûr sa socialisation a été correctement menée lorsqu'il était petit. Il est toutefois important de le préparer suffisamment tôt aux futurs changements pour mettre toutes les chances de son côté.

 

En effet, de manière générale, un chien est très réceptif aux changements d'humeur de ses maîtres : il perçoit leur joie, leur inquiétude, leur agitation, et cela a des répercussions sur son propre comportement. Par conséquent, lors de la grossesse de sa maîtresse, il comprend déjà plus ou moins que quelque chose se trame. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'il est vivement recommandé de ne pas attendre le dernier moment pour préparer le chien à l'arrivée d'un bébé à la maison, mais de commencer dès les premiers mois de grossesse.


Durant toute cette période de transition, pour limiter du mieux possible le stress du chien, il est nécessaire de changer aussi peu et aussi progressivement que possible ses habitudes, qu'il s'agisse de ses promenades, ses horaires de repas ou encore ses lieux de repos.

 

Il est important également d'habituer le chien aux enfants avant l'arrivée du bébé à la maison. Pour cela, rien de mieux que d'organiser avec des enfants des activités qui lui sont agréables, comme une séance de jeu ou encore une distribution de friandises pour chien. L'animal associera ainsi la présence d'un enfant à quelque chose de positif.

 

Une fois que le bébé est né, et avant son arrivée au domicile (donc tant qu'il se trouve encore à la clinique ou la maternité), il est conseillé de faire renifler au chien un vêtement ou un linge appartenant au bébé et de l'associer à quelque chose d'agréable, comme ses jouets ou une friandise. Ainsi, ce dernier s'habitue à cette nouvelle odeur (qui est d'ailleurs présente aussi sur les mains du papa) et comprend petite à petit que l'être qui en est à l'origine est une source d'attention pour son maître. Dès lors, le jour où le bébé arrive pour de bon à la maison, sa jalousie est moins marquée, car il reconnaît immédiatement son odeur et il l'a au préalable associée à quelque chose de plaisant.

 

Enfin, toujours dans l'optique de rendre positive l'arrivée du nouveau-né aux yeux du chien, il est conseillé de l'ignorer pendant les un ou deux jours avant la rencontre, et de s'en occuper de nouveau lorsqu'on lui présente le chérubin. Cela revient à associer l'arrivée de ce dernier à quelque chose de positif pour lui.

La première rencontre entre le bébé et le chien

La première rencontre entre le bébé et le chien

Au moment de rentrer à la maison avec le nourrisson, il convient de permettre la rencontre entre le chien et le nouveau-né, tout en restant parfaitement vigilant.

 

Il n'est évidemment pas question de laisser ce dernier seul par terre à la disposition du chien. Un adulte peut tenir l’enfant dans ses bras et laisser l’animal s’approcher pour le sentir. Le chien doit venir de lui-même, mais sans être non plus à l'initiative du contact : c'est au maître de lui donner la permission d'approcher en l'appelant gentiment.

 

Si c'est un chien calme, on peut le laisser venir librement, tout en étant attentif à un éventuel débordement. Par contre, s’il est jeune, ingérable et/ou surexcité, il faut qu’il soit tenu avec une laisse pour chien et gardé sous contrôle par un adulte prêt à parer à tout comportement agressif. En effet, si un petit coup de langue sur la peau de bébé ne serait pas catastrophique, un coup de griffe ou une morsure du chien laisserait probablement des séquelles à vie.

Il est important de garder à l’esprit que plus on empêche le chien de venir identifier par flairage ou léchage le nouveau venu, plus on attise sa curiosité et sa motivation à l’approcher. Ce n'est donc pas la bonne conduite à adopter, car il pourrait se sentir frustré et chercher à approcher furtivement le petit lorsque vous avez le dos tourné.

 

En effet, il est indéniable, et de nombreuses expériences le prouvent, qu'un bébé exerce un réel pouvoir attractif sur un chien. Ses odeurs, sa voix, ses gargouillements ou encore son apparence peuvent apparenter le petit être à un jeune chiot. On assiste d'ailleurs à une véritable inhibition de l'agressivité du chien, qui adopte une attitude bienveillante, voire protectrice, envers le bébé. Cela va jusqu'à supporter les mauvais traitements infligés involontairement par le bambin - mais uniquement jusqu'à un certain point, qui diffère d'un animal à l'autre.

 

Pour que la rencontre se passe bien, il est important qu'elle ait lieu dans une atmosphère la plus neutre possible : il faut donc bannir tout signe d'énervement ou d'excitation, tout cri, etc. Elle doit se faire naturellement, sans avoir l'air d'y attacher non plus trop d'importance. C'est ainsi que l'on fait comprendre au chien que le bébé ne représente aucun danger pour lui, et que les changements que son arrivée induit ne seront pas si conséquents que cela.

Gérer la cohabitation du chien et du bébé au quotidien

Gérer la cohabitation du chien et du bébé au quotidien

Le nourrisson a besoin de soins et d’attention en permanence, et produit des sons qui peuvent agresser les tympans. Si les humains s’en accommodent (plus ou moins), l'ouïe fine du chien peut en souffrir.

Ainsi, si la responsabilité en tant que maître est de protéger l'animal, celle en tant que parent est de veiller sur l'enfant. Il peut donc être nécessaire d’isoler le chien aux moments stressants pour lui, par exemple quand le bébé pleure ou quand la famille vient s’extasier devant le nouveau venu et apporter des cadeaux à déballer.

 

S'il se met à s’agiter, tourner dans l’habitation, attraper des objets ou émettre des vocalises (aboiements, jappements, gémissements, etc.), c’est que le chien est stressé et perturbé. Il faut donc veiller à son apaisement, en lui permettant de rester au calme jusqu’à ce que ses propriétaires puissent à nouveau lui proposer un environnement serein.

 

En dehors des moments susceptibles de poser problème, il est possible de permettre au chien de rester aux côtés des maîtres quand ils nourrissent, lavent, habillent ou changent la couche du bébé. Ainsi, ces autorisations de séjourner aux côtés de la famille, cette implication du chien dans les activités quotidiennes, lui prouvent qu’il fait toujours partie du groupe, et il en a besoin. Néanmoins, il ne faut jamais, et sous aucun prétexte, laisser l’enfant et le chien seuls ensemble, ni même permettre au chien de suivre le bébé et le maître contre l'avis de ce dernier. De manière générale, c'est au maître d'être à l'initiative des contacts entre le bébé et le chien.

 

Enfin, pour des questions de santé et d'hygiène, il est préférable d'interdire au chien tout accès à la chambre du bébé, et que les contacts aient lieu dans d'autres pièces de la maison.

 

En grandissant, le nourrisson acquiert toujours plus de compétences sensorielles, interagit avec son environnement, découvre ses capacités motrices et sociales. Il se rend compte qu’en émettant certains sons, cela fait réagir autour de lui : ses parents interviennent pour lui donner ce dont il a besoin, et même le chien s’active.

 

Ainsi, que ce soit pour quitter la pièce, se montrer attentif ou venir au contact, l'enfant et le chien sont en communication.

 

Au-delà du soin qu’il faut légitimement accorder au bébé, il est important aussi de tenir compte de l'éventuelle anxiété du chien générée par le remue-ménage autour de l'enfant, et de chercher à l'en protéger. Ainsi, il faut toujours veiller à lui laisser la possibilité d’échapper aux stimuli susceptibles d’être ressentis comme une agression, depuis les vocalises (voire les hurlements) de bébé affamé ou en colère, jusqu’à ses tentatives pour se hisser sur ses jambes en s’accrochant aux poils du chien. À défaut, on court le risque d'une réaction agressive à l'encontre du petit, voire d'une morsure.

Les règles d'hygiène à respecter avec un bébé et un chien à la maison

Les règles d'hygiène à respecter avec un bébé et un chien à la maison

Pour que la cohabitation d'un chien avec un bébé se passe pour le mieux, quelques règles simples d'hygiène doivent être mises en place. 

 

Tout d'abord, le chien est porteur de germes différents de ceux de l'être humain, mais certaines maladies du chien sont transmissibles à l'Homme. Ainsi, avant le moindre contact avec le nouveau-né ou un objet qui fait partie intégrante de sa vie, comme ses peluches ou son berceau, il est important que les parents se lavent les mains avec du savon s'ils ont auparavant touché ou caressé le chien.

 

Par ailleurs, la chambre de l'enfant et la cuisine doivent lui être interdites pour empêcher la transmission de mauvais germes. Il faut donc au besoin changer le lieu de couchage du chien et installer sa gamelle dans une autre pièce.

 

Toujours afin de limiter les risques, le faire manger à table, dans l'assiette de son propriétaire, lui laisser lécher la vaisselle, les mains, ou encore le caresser durant les repas, sont autant de choses à proscrire - et cela vaut d'ailleurs aussi même en l'absence d'un bébé à la maison...

 

De plus, pour que la santé de tous les membres de la famille soit assurée, il faut que la santé du chien et son hygiène le soient également. Ainsi, il doit être toiletté régulièrement, son pelage doit être entretenu et nettoyé, et il convient de s'assurer qu'il est à jour de ses vaccins et de ses vermifuges (pour éviter la transmission de zoonoses ou de parasites). De manière générale, plus encore qu'en temps normal, son suivi vétérinaire doit être irréprochable.

 

Enfin, le panier du chien, ses gamelles, ses jouets, son linge et plus largement tout ce qu'il touche ou utilise, doit être régulièrement nettoyé et lavé. Ce nettoyage doit être effectué séparément des objets et linges de ses propriétaires, afin d'éviter une possible transmission croisée de micro-organismes nuisibles. Les sols doivent également être nettoyés régulièrement, en particulier les moquettes ou les tapis, qui sont de véritables nids à microbes et à parasites (à commencer par les puces du chien).

Les bienfaits du chien pour la santé du bébé

Les bienfaits du chien pour la santé du bébé

Sous réserve de respecter certaines précautions pour éviter tout problème, la cohabitation entre un chien et un bébé n'est pas sans avantages pour ce dernier. En effet, au delà de son caractère fidèle, affectueux voire protecteur, le chien permet de protéger la santé des jeunes enfants en renforçant leur système immunitaire.

 

Une étude finlandaise intitulée « Respiratory tract illnesses during the first year of life : effet of dog and cat contacts », publiée en 2012 dans la revue Pediatrics, a ainsi révélé qu'un enfant élevé au contact d'un chien a respectivement 50% et 30% de chances en moins de développer une infection de l'oreille et des symptômes d'infections respiratoires (toux, rhinite, sifflement, etc.) au cours de la première année de sa vie. L'effet des chats sur la résistance du bébé aux maladies a aussi été étudié, mais il est plus faible que celui des chiens.

 

L'étude a été menée auprès de 397 enfants finlandais dont les états de santé ont été quotidiennement consignés par les parents pendant un an. Selon les chercheurs, le fait de posséder un chien aide à faire mûrir le système immunitaire du bébé, ce qui conduit à une réponse plus efficace contre les germes pathogènes et à des périodes d'infection plus courtes. De plus, les bébés qui grandissent au contact d'un chien nécessiteraient en moyenne moins de traitements antibiotiques que ceux élevés dans des domiciles sans animal domestique.

 

Cela étant, pour que le système immunitaire de l'enfant soit effectivement renforcé, il faut qu'il vive avec un chien qui passe au moins une partie de sa journée à l'extérieur : l'effet est moins marqué dans le cas d'un chien d'appartement. Ainsi, la protection la plus efficace a été observée chez les enfants vivant avec un chien qui passe au maximum 6 heures par jour à l'intérieur et le reste du temps en extérieur.

 

Ces résultats viennent contredire les conclusions d'études précédentes qui n'accordaient aucun bénéfice à la présence d'un animal auprès d'un jeune enfant. En effet, certaines études n'ont attribué aucun bénéfice à la fréquentation d'animaux à fourrures. D'autres en revanche ont également identifié des bénéfices similaires à ceux listés par les scientifiques finlandais, comme une meilleure résistance contre les rhumes ou les affections de l'estomac. Ces derniers prennent en tout cas soin d'expliquer que leur travail diffère des analyses précédentes, dans la mesure où il se concentre uniquement sur la première année après la naissance.

Le mot de la fin

Les parents doivent être particulièrement vigilants et occupent un rôle central pour que la cohabitation entre le chien et le bébé soit la plus sereine et respectueuse possible.

 

Dans cette optique, ils doivent s'astreindre aux règles suivantes :

  • apprendre au chien à ne pas suivre son maître chaque fois qu'il s'occupe du bébé ;
  • ne pas laisser le chien être à l'initiative des contacts avec le nouveau-né ;
  • ne jamais laisser le bébé seul avec le chien ;
  • rester calme lors des échanges entre le bébé et le chien (pas de cri, d'énervement, d'agitation, etc.) ;
  • interdire au chien tout accès à la chambre du bébé.

 

En règle générale, s'ils respectent ces quelques principes et s'assurent dans le même temps de ne pas délaisser leur fidèle compagnon à l'arrivée d'un bébé dans le foyer, la cohabitation se déroule sans encombre.

 

Les risques de l'arrivée d'un bébé dans une famille avec un chien sont toutefois plus élevés s'il n'a jamais été au contact avec de jeunes enfants ou bien si c'est un chien au tempérament peureux. Il peut également y avoir des problèmes s'il n'a pas été hiérarchisé correctement : en effet, un chien doit être le dernier dans la hiérarchie familiale, y compris derrière le bébé nouvellement arrivé, et ne jamais l'oublier.

Dernière modification : 12/10/2019.
Reproduction interdite sans autorisation.

Commentaires sur cet article

De toute façon, il ne faut JAMAIS laisser un enfant SEUL avec un chien, même si on a confiance en lui. On ne sait jamais ce qui pourra provoquer l'irritation ou la colère du chien, quel facteur extérieur pourra être un déclenchement. Un bruit inopportun, un autre chien, etc.. L'animal réagira alors de façon souvent inattendue. Nous en avons malheureusement fait l'expérience avec notre berger allemand qui a mordu notre fils âgé de 4 ans, pourtant son compagnon de jeux;

   
Par Alain Marville

Vidéos sur ce sujet

Discussions sur ce sujet