Faire cohabiter plusieurs chiens dans un foyer

Deux chiens couchés dans les bras l'un de l'autre

Quel que soit le cas de figure, faire cohabiter deux chiens n'est jamais simple : ils peuvent devenir les meilleurs amis du monde, ou au contraire entretenir une relation explosive.


Que vous décidiez d'adopter un chien supplémentaire, adoptiez deux chiots à la fois, ou même simplement gardiez le chien d'un voisin pendant les vacances, une cohabitation entre chiens réussie demande du temps, de la patience et beaucoup de rigueur.

Préparer le foyer pour accueillir plusieurs chiens

La cohabitation des canidés à l'état sauvage

Une meute de loups qui regardant dans la même direction

Pour comprendre ce qu'on observe lors d'une rencontre entre chiens, il est important d'étudier ce qui se passe dans la nature, là où le comportement des canidés sauvages n'est pas influencé par l'Homme.

Chez les canidés vivant en meute, comme les loups, la bonne entente au sein du groupe est assurée par la présence d'un dominant qui a "gagné" son titre, et par la soumission des dominés qui doivent adapter leur comportement en conséquence. Cette soumission est essentielle, car si le dominant était sans cesse remis en cause par ses congénères, il s'ensuivrait des batailles à répétition qui mettraient en péril l'avenir du groupe en ne laissant que peu de temps pour la chasse et la reproduction.

 

Chez les animaux sociaux, y compris chez nos chiens domestiques, toute modification de la hiérarchie est donc vue comme préjudiciable, qu'elle soit liée à l'affaiblissement du dominant du fait de l'âge, d'une maladie ou d'une blessure, ou à l'arrivée d'un inconnu dans le groupe, cette dernière modifiant les forces et les équilibres en présence. C'est pourquoi l'arrivée d'un congénère peut être mal vécue par le ou les autres chiens du foyer, qui ont déjà instauré leur propre hiérarchie entre eux et avec leur maître.

La socialisation du chien, étape clef pour une cohabitation future

Une famille de Bergers Suisses blancs

L'aptitude d'un chien à cohabiter avec des congénères (comme d'ailleurs avec d'autres animaux) dépend très fortement des occasions qu'il a eu d'en côtoyer plus jeune, lors de sa phase de socialisation.

De fait, l'imprégnation du chiot doit nécessairement être double : avec l'Homme et d'autres espèces amies, mais aussi et surtout avec d'autres chiens. De la même façon qu'un chiot qui ne fréquente pas d'humains pendant les 3 premiers mois de sa vie devient asocial envers l'Homme et réfractaire à toute forme d'éducation, un individu qui n'a pas côtoyé d'autres chiens durant sa phase de socialisation ne peut pas vivre "normalement" avec ses congénères une fois adulte : il obtient toujours le dernier rang de la meute et est incapable d'accomplir l'acte reproducteur.

 

L'imprégnation du chiot à des congénères de toutes tailles, de tous sexes et de tous âges est donc fondamentale pour une future cohabitation harmonieuse.

Présenter un chien à un autre

Deux chiens se présentent l'un à l'autre

Si on possède déjà un ou plusieurs chiens et qu'on souhaite en accueillir un nouveau, il est important de commencer par les présenter correctement les uns aux autres, et ce avant même que le petit nouveau pose effectivement ses pattes dans le foyer.

 

Pour éviter les conflits de territoire, privilégiez pour la rencontre entre les chiens un endroit neutre, qu'aucun d'entre eux ne connaît. L’idéal est un espace ouvert (par exemple un parc) où ils ne se sentent pas à l'étroit. Evitez de les tenir en laisse pour qu'ils puissent courir librement, car l'agressivité est parfois causée par l'impression de ne pas pouvoir s'enfuir en cas de danger.

 

Une fois les deux chiens en présence l'un de l'autre, ne tentez pas d'accélérer les choses et laissez-les prendre leur temps. Ne les grondez pas s'ils grognent ou s'ils se toisent : c'est une réaction tout à fait normale chez deux individus qui ne se connaissent pas.

 

En général, les présentations entre un chiot et un adulte sont beaucoup plus simples du fait de l'ascendant naturel de l'aîné sur le plus jeune. Dans le cas de deux adultes, il faut généralement se montrer plus patient et réitérer cette première étape.

Apprendre aux chiens à partager

Lorsqu'on possède plusieurs chiens à la maison, il est important que chacun d'entre eux apprenne le partage avec ses congénères, quel que soit son niveau hiérarchique. Pour cela, une fois les présentations faites, il convient de gérer correctement les ressources au sein de la maison.

Le rôle du maître dans la cohabitation des chiens

Des Bouviers Bernois en ballade avec leur maître

Au premier abord, le maître peut être inquiet de voir un chien adopter une posture de dominé, c'est-à-dire s'allonger sur le dos et montrer son ventre au chien dominant. C'est pourtant une très bonne chose, car lorsque cela se produit, c’est le signe qu’une hiérarchie a été instaurée et que chacun a trouvé sa place.

 

Pour ne pas perturber cet équilibre, il ne faut surtout pas essayer de changer l’ordre établi, car une intervention humaine pourrait mettre à mal la cohabitation des chiens. Le rôle du maître n'est pas de servir de médiateur, mais de montrer à ses chiens qu'il a compris la hiérarchie qu'ils ont instituée, et qu'il la respecte. Il ne peut en être autrement. Dans cette optique, dès lors qu'elle est mise en place, les intentions du maître (nourriture, câlins, promenade, toilette, etc.) doivent se porter en premier sur celui qui domine, et ensuite seulement sur le dominé.

 

Cela étant, le maître doit impérativement continuer à traiter tous ses chiens de la même façon. Il faut bien sûr adapter l'éducation offerte à chacun, mais il ne peut s'agir d'autoriser à certains (même au dominant) ce qu'on refuse à d'autres. Pas question donc de nourrir l'un plus souvent ou à des heures différentes, de permettre à l'un l'accès au jardin et pas à l'autre, de promener un chien en laisse et de laisser les autres gambader librement, etc. Le meilleur moyen de ne pas susciter la jalousie d'un chien est en effet de faire en sorte que les règles soient les mêmes pour tous. Pour cette raison, mieux vaut éviter que chaque personne du foyer "ait" son propre chien, et privilégier des chiens "communs" à toute la famille.

 

Enfin, si le comportement d’un des chiens semble étrange, il ne faut pas hésiter à faire appel à un vétérinaire. Parfois, l’agressivité est simplement la conséquence d’une douleur ou d’une maladie. Par conséquent, avant de vous tourner vers un comportementaliste pour tâcher de solutionner ce que vous pensez être un problème de comportement, assurez-vous qu'il est en bonne santé.

Le partage du territoire des chiens

Un chien brun couché sur un coussin dans sa niche

Pour que vos toutous se sentent à l'aise dans le domicile, il est important que chacun d'entre eux puisse découvrir les lieux et prendre ses marques à son rythme, sans se sentir de trop dans un univers déjà conquis :

  • si vous adoptez un nouveau chien, faites-lui découvrir l'appartement en l'absence du premier ;
  • si vous accueillez deux chiens en même temps, organisez deux visites distinctes, si possible deux jours différents pour que les odeurs ne soient pas trop marquées d'une visite à l'autre.

 

Par la suite, tous les chiens présents au sein de la même maison doivent avoir une place attitrée, dans un coin calme d'une pièce à vivre, et que cette place soit respectée des autres chiens. Il est important que chaque chien puisse s'y réfugier et y être tranquille s'il ressent le besoin de s'isoler. Mieux vaut privilégier une caisse ou une niche d'intérieur, qui sont beaucoup plus sécurisantes à ses yeux qu'un simple panier. Si vous adoptez deux chiots en même temps, prenez l'habitude de les séparer dès la première nuit, au risque qu'ils ne supportent plus d'être séparés ensuite.

 

Si la cohabitation semble difficile, essayez de placer les lieux de couchage des chiens dans des pièces différentes, en veillant toutefois à ne pas isoler complètement l’un d'entre eux. Le lieu de repos d'un chien doit se trouver dans un endroit fréquenté par l’ensemble de la famille, car l'isolement social pourrait être interprété comme une volonté de punir le chien.

 

Enfin, lorsque plusieurs chiens cohabitent au sein d'une maison, chacun peut être amené à uriner fréquemment sur le sol et le mobilier pour marquer son territoire. C'est la façon dont un chien déclare à ses congénères qu'il est chez lui. Il faut alors lui faire comprendre que cela est interdit, tout en anticipant et lui donnant plus d’occasions de faire ses besoins à l’extérieur.

Nourrir plusieurs chiens en même temps

Trois chiots Labrador mangent ensemble

L'étape du repas peut rapidement devenir un calvaire si les chiens ne sont pas disciplinés. Il faut donc bien les éduquer et se montrer ferme, car un chien qui sent que son maître manque d'assurance n'en fait généralement qu'à sa tête.

 

Ils doivent manger seuls et en une fois (ou en deux repas par jour, si ce sont des gros gabarits) : contrairement à ce qu'il est courant de pouvoir faire avec des chats, il ne faut donc pas leur mettre de la nourriture en libre-service. L'environnement alentour doit être calme, et les gamelles doivent être éloignées les unes des autres. En effet, lors d'un repas, un chien qui sent sa pitance menacée peut soit chercher à la défendre à coups de crocs, soit adopter un comportement glouton. Or, un chien stressé ou qui mange trop vite est davantage exposé au risque de torsion de l'estomac, un syndrome courant en particulier chez les chiens de grande taille, et qui peut se révéler fatal.

 

Ensuite, pour éviter que les chiens ne se jettent sur la première gamelle remplie pendant que vous préparez la ou les autres, apprenez-leur à attendre en position assise avant de pouvoir manger. Pour cela, faites-les s'asseoir les uns à côté des autres, montrez-leur une friandise et donnez-la-leur seulement s'ils restent bien assis et attendent sagement leur tour.

Le partage des jouets pour chiens

Deux chiens se disputent un jouet

Les chiens peuvent se montrer terriblement possessifs et refuser de partager leurs affaires avec leurs congénères. Cela dépend toutefois bien sûr du tempérament du chien : certains sont plus partageurs que d'autres. Néanmoins, s'ils se connaissent depuis longtemps et s'entendent très bien, le fait que certains objets ou jouets soient communs ne devrait pas être problématique.

 

De manière générale, les jouets et autres accessoires ont quand même une grande propension à rendre les chiens jaloux, et sont donc une source potentielle de conflits. Les situations de jeu peuvent très vite dégénérer à cause de cela, certains toutous étant même prêts à sortir les crocs pour conserver leurs affaires.

 

C'est pour cette raison que, si on possède plusieurs chiens, il vaut mieux ne pas leur offrir de jouets, et pratiquer les séances de jeu sans y avoir recours. Cela ne leur manquera pas, car des chiens bien équilibrés peuvent très bien s'amuser sans.

Le partage des contacts avec le maître

Un chien se fait caresser et aime ca

En ce qui concerne les caresses et les câlins, c’est à vous de décider quand vous les donnez, à qui et dans quel ordre. Le fait de garder le contrôle de la situation en toutes circonstances est le meilleur moyen de ne pas susciter de jalousie chez les chiens.

 

Cela dit, mieux vaut commencer de préférence par le chien dominant, mais veillez toutefois à ne pas pour autant le laisser vous monopoliser. De manière générale, ne cédez pas aux réclamations de l’un de vos chiens, et répartissez équitablement le temps des prises de contact. Une erreur classique à éviter, potentiellement lourde de conséquences, est aussi de porter toute son attention sur le nouvel arrivant en négligeant le(s) ancien(s).

 

Enfin, même si les promenades et jeux collectifs sont importants, n'oubliez pas de passer du temps individuellement avec chacun, pour renforcer la relation que vous avez avec lui et mieux le connaître. Les chiens n'ont d'ailleurs généralement pas le même comportement avec leur maître selon qu'ils sont seuls ou en groupe.

Gérer les conflits entre les chiens

À quoi sont dues les bagarres entre chiens ?

Deux chiens se disputent

De manière générale, un chien évite les conflits autant que possible et ne se montre violent qu'en dernier recours. C'est la raison pour laquelle les combats physiques entre chiens sont rares.

 

Ils restent toutefois possibles, par exemple lorsque deux mâles ne parviennent pas à trouver leur place dans la hiérarchie (aucun des deux n'accepte d'être dominé par l'autre), lorsque les chiens ont atteint un niveau de tension émotionnelle trop important, ou tout simplement lorsque l'un ou l'autre des protagonistes ne maîtrise pas suffisamment les codes canins.

 

Une intervention inopportune du maître peut aussi aggraver les choses au lieu de les arranger, par exemple s'il ne respecte pas la hiérarchie qu'ils avaient précédemment établie entre eux. C'est pourquoi il faut intervenir intelligemment, et seulement si les chiens se battent réellement.

Les chiens grognent mais ne se battent pas

Un Dalmatien appréhende un jeune chien

Les conflits entre chiens sont impressionnants, mais ils ne sont souvent que passagers. La plupart des temps, il s'agit d'un simple rappel à l'ordre d'un chien à l'autre, et le conflit prend fin de lui-même au bout de quelques secondes sans qu'il y ait réellement eu bagarre.

 

Par conséquent, si vos chiens grognent, aboient et montrent les dents mais ne se battent pas, n'essayez surtout pas d'intervenir : contentez-vous de surveiller la tournure des évènements du coin de l'oeil. Il est important que vous restiez en retrait, car la présence humaine a souvent tendance à aggraver les choses au lieu de les arranger. Et bien évidemment, il ne faut pas punir l'un ou l'autre (surtout si ce sont de simples grognements, qui font partie de la communication orale des chiens), car cela peut les conduire à ne plus prévenir la fois suivante et à attaquer directement.

Comment réagir si les chiens de la maison se bagarrent ?

Deux chiens jouant ensemble sur une pelouse

Si la situation dérape et que les chiens en viennent à l'affrontement physique, n'essayez surtout pas de vous interposer ou d'ouvrir de force la gueule du chien qui mord. En effet, ce serait la meilleure façon d'être victime d'une morsure de chien, car dans le feu de l'action, il ne fait pas nécessairement la différence entre son maître et son congénère. Ordonnez-leur plutôt de se retirer dans des pièces différentes, d'une voix ferme et autoritaire. Ne paniquez pas et ne vous montrez pas violent, car cela ne ferait qu'augmenter leur agressivité.

 

Si ces derniers ne semblent pas vous écouter, essayez une des méthodes suivantes qui ont fait leurs preuves pour séparer des chiens qui se battent :

  • versez-leur un seau d’eau dessus - une solution efficace mais peu pratique en intérieur ;
  • déstabilisez celui qui mord en lui attrapant les pattes arrière ;
  • jetez-leur un vêtement ou une cape dessus pour les aveugler ;
  • essayez de faire diversion grâce à un bruit strident ou inconnu pour attirer leur curiosité (vous pouvez par exemple secouer une boîte de conserve contenant des clous ou des pièces de monnaie).

 

Une fois la tension redescendue, allez individuellement promener chaque chien, pour qu'ils puissent tous deux se défouler. Ils seront moins enclins à l'affrontement à leur retour.

 

Enfin, ne restez pas sur un échec. Essayez de comprendre ce qui a déclenché la première bagarre, et renforcez l'obéissance des chiens pour que vous soyez en mesure de les séparer plus facilement si cela se reproduit. Au besoin, tournez-vous vers un comportementaliste canin, qui saura vous donner des conseils adaptés à votre situation et à vos compagnons.

Le mot de la fin

Encore plus que le choix du chien en lui-même, c'est l'attitude du maître qui influe sur la qualité de la cohabitation entre chiens. Prenez le temps de les présenter les uns aux autres, mettez en place des règles claires pour leur apprendre le partage, et sachez comment réagir en cas de bagarre entre chiens pour limiter les dégâts.

Par Aurélia A. - Dernière modification : 03/01/2022.

Discussions sur ce sujet