Chiens dangereux : un drame relance la polémique

12/01/2008
Partager :  

Après la mort d'un garçon de 2 ans et demi tué par le rottweiler de la famille, une nouvelle loi, qui instaurera un « permis de détention » de ces animaux dangereux, devrait être promulguée dans les semaines à venir.

QUE FAIRE ? La question est sur toutes les lèvres après le drame de Charnay (Rhône). « C'est un drame affreux, a réagi hier la ministre de l'Intérieur, Michèle Alliot-Marie. Cela justifie encore plus la loi contre les chiens dangereux que nous sommes en train de faire voter.


» Ce nouveau texte est actuellement en deuxième lecture au Sénat et le ministère de l'Intérieur espère que la loi sera promulguée définitivement « à la fin de l'hiver ».

Ce texte ne résoudra pas tout. « Mais l'instauration d'un permis de détention pour ce genre de chiens va diminuer les risques. D'abord, parce que les propriétaires devront subir une formation et ensuite, parce que le chien subira à cette occasion un test comportemental qui permettra peut-être de détecter ce que le commun des mortels ne voit pas », affirme-t-on au cabinet de la ministre. « Le cas du petit Romaric est symptomatique : la mère de l'enfant était présente lors de l'agression mais elle n'a rien pu faire pour maîtriser son chien », souligne une source officielle.

Au mois de septembre dernier déjà, Amandine, 10 ans, avait été tuée dans l'Oise par les deux dogues allemands de la famille, dans le jardin, sous les yeux de sa maman. « Au-delà de la loi, il y a aussi un débat sur le fait de détenir ces chiens d'attaque ou de défense lorsqu'on a des enfants », souffle cet expert. Selon un récent rapport parlementaire, il y aurait 700 000 chiens « catégorisés » en France. Autant de raisons d'être vigilant pour éviter d'autres drames. « Sinon, il faudra aller encore plus loin et décider que ces chiens ne peuvent être détenus que par des professionnels diplômés », estime encore l'expert. Une solution « extrême »

Actualité suivante :
Divagation de chiens