Récompenser son chien : pourquoi, quand et comment ?

Un chien récompensé par son maître avec une friandise

Les humains ont une tendance naturelle à vouloir réprimer les mauvais comportements de leurs animaux en les grondant et/ou en les punissant. Ils ont en revanche un peu moins l'habitude de récompenser et féliciter les bons.


C'est bien dommage, car dans l'ensemble, les animaux en général et les chiens en particulier sont plus sensibles aux félicitations qu'aux remontrances. Il est même désormais communément admis que l'utilisation adéquate de récompenses facilite l'éducation et le dressage.


À quelles occasions faut-il récompenser son chien ? Quelles sont les récompenses les plus efficaces avec un chien ? Comment les utiliser au mieux pour obtenir les meilleurs résultats ?

Qu'est-ce qu'une récompense ?

Deux adultes récompensent leur chien par des caresses

Une récompense désigne une chose, un bien matériel ou même un geste qui est donné en remerciement pour un bon comportement, une action réalisée, un service, un mérite particulier... Il s'agit donc de quelque chose d'exceptionnel, qui survient après un évènement précis et particulier.

 

Le recours aux récompenses est chose courante chez les humains, et ce généralement dès leur plus jeune âge. Il peut également être valable pour les animaux, mais fonctionne un peu différemment. En effet, ces derniers n'éprouvent pas de sentiment ou de besoin de reconnaissance ; il s'agit là de sentiments typiquement humains.

 

Le principe de la récompense est d'intervenir dans certains cas précis et de faire plaisir à l'être à qui elle est destinée. Ne peuvent donc être qualifiées de récompenses des actions ou choses données fréquemment sans raison particulière, ou ne plaisant pas à celui qui les reçoit.

Pourquoi récompenser un chien ?

Un maître récompense son chien avec une friandise

La domestication du chien par l'Homme n'est pas récente, puisqu'elle daterait d'il y a environ 30.000 ans. Depuis tout ce temps, beaucoup de chemin a été parcouru, ce qui explique d'ailleurs pourquoi le loup et chien sont bien différents désormais. Ce dernier est devenu un animal de compagnie fidèle, obéissant, et qu'il est assez facile de dresser pour qui sait comment s'y prendre.

 

Pour autant, la relation et la communication entre un maître et son chien ne sont pas non plus aussi simples qu'entre deux humains, et quelques astuces sont donc parfois utiles pour faciliter les choses du quotidien. C'est là qu'interviennent les récompenses, qui peuvent être des alliés précieux dans différentes situations.

Pour l'éduquer

Un maître éduque son chien Boxer dans un champ

Bien éduquer son chien est indispensable pour une cohabitation réussie et mutuellement positive. En effet, contrairement par exemple à un chat, celui-ci a besoin qu'on mette en place des règles et qu'on lui apprenne certaines choses, comme par exemple la propreté ou les promenades en laisse.

 

Dans cette optique, les récompenses sont essentielles pour faciliter voire même simplement rendre possible l'apprentissage. En effet, un chien apprend essentiellement par association : chaque fois qu'une action de sa part conduit à un résultat positif, il comprend que c'est ce qui est attendu de lui et a donc envie de recommencer la fois suivante. À l'inverse, si tel comportement qu'il effectue ne lui apporte rien de positif, voire aboutit à un résultat négatif (cri, punition...), il y a peu de chances qu'il soit tenté de retenter l'expérience la fois suivante.

 

Ainsi, en donnant des récompenses à son chien au bon moment, le maître l'aide à lui faire comprendre ce qu'il attend de lui, mais aussi l'encourage et l'incite à recommencer ce bon comportement. Cette technique est d'ailleurs la base de ce que l'on appelle la méthode d'éducation canine positive, qui est désormais la plus utilisée - car de loin la plus efficace.

Pour lui apprendre des tours

Un chien désobéit à son maître en lui tournant le dos
Les récompenses sont très utiles pour dresser les chiens têtus

Le chien est le roi de l'obéissance et de l'apprentissage : il est capable d'apprendre un grand nombre de choses, d'ordres, de tours et même de mots, pour peu que ceux-ci lui soient enseignés selon les bonnes méthodes.

 

Il s'agit toutefois d'une généralité, car bien évidemment, tous les individus n'ont pas les mêmes facultés d'apprentissage. Certaines races de chiens très obéissantes comme le Labrador ou le Border Collie sont capables de véritables prouesses, et la docilité de leurs représentants est telle qu'il n'est pas très difficile de les rendre très coopératifs.

 

À l'inverse, d'autres sont réputées plus difficiles à dresser, pour tout un tas de raisons : par exemple, le Husky Sibérien et le Samoyède sont de nature indépendante et n'ont pas pour habitude de recevoir des ordres, le Dalmatien et le Cocker Anglais sont naturellement têtus et aiment faire la sourde oreille, tandis que le Beagle se déconcentre facilement et a donc du mal à rester attentif pendant longtemps.

 

Avec de tels chiens, les séances classiques de dressage peuvent vite tourner au cauchemar. L'utilisation de récompenses est alors déterminante pour parvenir à se faire obéir.

Pour surmonter certaines situations difficiles

Une femme console son chien effrayé chez le vétérinaire

Recourir à des récompenses est également très utile pour aider son chien à affronter voire surmonter des situations désagréables ou difficiles, telles que une visite chez le vétérinaire, un voyage en voiture, certaines manipulations physiques (par exemple l'examen des yeux ou le brossage des dents) ou encore le port de la muselière.

 

La récompense a alors un rôle un peu différent de quand elle est utilisée à des fins éducatives, puisqu'elle ne sert pas à lui faire comprendre un ordre ou une attitude à adopter. Elle permet en fait d'associer dans son esprit une situation inquiétante ou désagréable à un évènement positif. Ainsi, il n'en garde pas un trop mauvais souvenir, ce qui le rendra plus conciliant à l'avenir, lorsque la situation sera amenée à se répéter.

Les différents types de récompenses pour un chien

Lorsqu'on parle de récompenses pour le meilleur ami de l'Homme, on pense souvent aux friandises. De fait, il s'agit de la technique la plus efficace pour récompenser un chien, car cet animal est généralement gourmand et dit rarement non à de la nourriture.

 

Il en existe pourtant d'autres, qui parfois donnent des résultats presque aussi bons et méritent donc également d'être utilisées.

Récompenser son chien avec une friandise

Récompenser son chien avec une friandise

La récompense la plus connue et la plus appréciée des propriétaires de chiens est la friandise. Ce petit morceau de nourriture étudié pour être particulièrement alléchant est en effet ce qui généralement fait le plus plaisir à l'intéressé : c'est donc la récompense par excellence.

 

Il existe plusieurs types de friandises pour chiens : des os à mâcher, des biscuits, des lamelles de viande ou poisson séché(e)... Bien évidemment, plus l'animal les apprécie, plus leur efficacité est grande. Par conséquent, il peut être intéressant d'en tester plusieurs afin de ne garder que les friandises dont il raffole le plus, qui ne sont pas forcément les mêmes d’un individu à l’autre - y compris au sein d’une même race. Chez ceux qui sont les moins difficiles, quelques simples croquettes provenant du sachet habituel peuvent même très bien faire l'affaire.

Récompenser son chien avec des caresses

Un chien heureux d'être caressé par sa maîtresse

Un chien apprécie souvent les caresses notamment derrière les oreilles, sur le cou et au niveau des épaules : il s'agit donc d'un moyen de le récompenser après un bon comportement ou une fois qu'il s'est tenu sage lors d'une situation difficile.

 

Cette méthode est d'autant plus efficace que l'animal apprécie le contact physique. C'est le cas par exemple des races de chiens très affectueuses comme le Loulou de Poméranie ou le Welsh Corgi Pembroke, qui disent rarement non à des caresses.

 

À l'inverse, ceux qui ne sont pas de grands adeptes des séances de câlins et de papouilles ont peu de chances de voir cela comme une récompense digne de ce nom. Il en va de même chez ceux qui ont l'habitude d'être souvent caressés : ils peuvent certes apprécier ce moment, mais il y a peu de chances que ce soit à leurs yeux une récompense suffisamment significative pour les inciter à obéir ou bien se comporter.

Récompenser son chien par le jeu

Une femme récompense son chien en jouant avec lui

À la place d'une friandise et des caresses, il est possible de récompenser son chien par le jeu. On peut ainsi lui donner un jouet qu'il affectionne particulièrement (par exemple un jouet à mâchouiller) ou jouer avec lui, par exemple en lui lançant une balle qu'il doit alors rapporter.

 

Cette méthode très appréciée des maîtres fonctionne dans l'ensemble assez bien, et est même particulièrement efficace chez les chiots ainsi que chez les races de chiens très joueuses comme le Caniche. Elle constitue donc une bonne alternative aux friandises pour les individus peu gourmands ou ceux qui sont en surpoids et dont la ration alimentaire doit donc être minutieusement contrôlée.

 

Elle reste toutefois globalement moins stimulante que les friandises et donne donc des résultats légèrement moins bons, en particulier chez les sujets les plus difficiles. Par ailleurs, son intérêt est moindre si le chien a déjà largement l'occasion de se divertir au quotidien, que ce soit seul avec ses jouets, ou avec d'autres membres de la famille (enfants, autres animaux...).

Récompenser son chien par la voix

Une femme encourage son chien quand il obéit

Le maître peut féliciter son chien avec des encouragements, prononcés avec une intonation de voix positive. Cela fonctionne très peu pour récompenser un chat qui se conduit bien, mais s'avère en revanche plutôt efficace avec les représentants de la gent canine. En effet, la plupart sont toujours heureux de faire plaisir à leur maître et de voir que celui-ci en est ravi. Plus l'intonation est enjouée et les exclamations nombreuses, meilleurs sont les résultats.

 

Pour autant, les encouragements restent probablement la récompense la moins efficaces en comparaison des autres méthodes. Ils sont donc plutôt utiles une fois que l'animal maîtrise déjà bien ce que l'on attend de lui, et ne conviennent pas forcément en début d'apprentissage ou avec un individu particulièrement difficile.

Comment récompenser un chien ?

Adapter la récompense à l'effort demandé

Un maître récompense son chien avec moult caresses

Comme pour un humain, la récompense attribuée à un chien a tout intérêt à être fonction de l'effort qui lui est demandé : plus c'est difficile pour lui (parce que l'ordre qu'il doit assimiler est compliqué, qu'il n'en est qu'au début de son apprentissage, ou qu'il se trouve dans une situation particulièrement désagréable), plus ce qu'il obtient en retour doit lui plaire. À l'inverse, il n'est pas forcément nécessaire de lui offrir sa friandise préférée ou son jouet favori chaque fois qu'il exécute un ordre simple et/ou qu'il est supposé maîtriser depuis des mois, ou qu'il se trouve dans une situation qui n'est que faiblement pénible pour lui.

 

Pour cette raison, les récompenses doivent varier dans le temps et en fonction des exercices : le recours aux friandises et aux jouets a tout lieu d'être courant au début de chaque enseignement, avant de devenir de plus en plus espacé puis de laisser la place à des caresses ou des acclamations, dont l'intensité varie là encore selon les progrès réalisés.

Montrer la future récompense

Une femme montre une friandise à son chien pour le faire obéir

La récompense est d'autant plus efficace que le chien peut la voir et donc comprendre qu'il va la recevoir, avant même d'avoir exécuté l'ordre attendu.

 

Par conséquent, quand on commence un apprentissage et qu'on prévoit de lui offrir une friandise ou un jouet comme récompense, une façon simple de le motiver est de la lui montrer, par exemple en agitant la main dans laquelle elle se trouve ou en la tendant au-dessus de lui. Une fois qu'il est concentré sur l'objet de sa convoitise, il ne reste plus qu'à prononcer l'ordre attendu tout en lui indiquant ce qu'il doit faire, puis à lui donner la récompense une fois qu'il s'est correctement exécuté.

 

Lorsqu'il a bien compris le sens de l'ordre et du geste associé, il devient possible de retirer progressivement la stimulation visuelle et donc de ne plus montrer la récompense à l'avance - ce qui n'empêche pas de continuer effectivement à la lui donner une fois qu'il s'est exécuté.

Donner la récompense au bon moment

Un homme donne une friandise à un chiot Samoyède

Pour que la récompense soit efficace sur un chien, elle doit être donnée :

  • après l'action ou l'attitude qu'on souhaite féliciter, et jamais avant ou en même temps ;
  • suffisamment rapidement pour qu'il fasse le lien entre les deux ;

 

En effet, les animaux en général et le chien en particulier ont une notion du temps différente de celle des humains : ils ne fonctionnent pas par anticipation et ne sont pas non plus en mesure d’établir un lien de cause à effet entre deux évènements espacés dans le temps. Par conséquent, un timing précis doit être respecté pour que l'animal comprenne exactement lequel de ses comportements ou gestes est félicité : un écart de plus de quelques secondes est déjà trop important pour lui.

 

Cette précision est contraignante mais essentielle, puisqu'une récompense donnée au mauvais moment est au mieux inefficace, au pire contreproductive puisque source de confusion. Cela implique donc que le maître doit toujours avoir à sa portée de quoi récompenser son animal pendant les séances de dressage, d'éducation ou d'habituation à des situations difficiles, ou qu'à défaut il se rabatte sur des encouragements et des caresses. Si jamais le timing de la récompense ne peut être respecté pour une raison ou une autre, tant pis : mieux vaut ne pas féliciter son chien que le faire au mauvais moment.

Accompagner la récompense d'un mot

Un maître éduque son chien avec des friandises et un clicker

Quelle que soit la récompense choisie, il peut être utile d’utiliser un marqueur pour effectuer un renforcement positif du comportement du chien : cela l'aide à comprendre que son action ou son comportement est validé, et que c'est la raison pour laquelle il est récompensé.

 

Le plus simple est de choisir un simple mot (« Oui ! », par exemple) ou une phrase brève (comme « C’est bien ! »), en prenant soin d’y associer l’intonation de voix appropriée ou un bruit - par exemple le « click » d’un clicker pour chien. Le ton de voix doit pouvoir se distinguer facilement de celui pris pour une sanction verbale ou tout autre commentaire neutre, afin qu'il n'y ait aucune confusion dans son esprit. L'intonation peut même être modulée en fonction de la difficulté de l'exercice et être d'autant plus enjouée que ce qui lui est demandé est difficile.

 

Dans tous les cas, la récompense doit être donnée après le déclenchement du marqueur.

Les précautions à respecter pour bien récompenser son chien

Les récompenses étant très pratiques pour obtenir des résultats rapidement, il serait dommage de s'en priver pour éduquer ou dresser son chien. Pour autant, il est important de respecter quelques règles afin de profiter pleinement de leurs bienfaits.

Modérer l'utilisation des récompenses alimentaires

Un Shih Tzu en surpoids assis sur une balance
Les friandises sont susceptibles d'engendrer un surpoids

De manière générale, les friandises et plus généralement la nourriture sont le type de récompense qui fonctionne le mieux avec un chien. Il est donc tentant d'y avoir souvent recours pour toutes sortes d'occasions.

 

Il faut toutefois modérer leur utilisation, afin de ne pas perturber le régime de son compagnon et d'éviter de nuire à sa santé. En particulier, malgré leur petite taille, les friandises sont dans l'ensemble assez caloriques et peuvent vite constituer un apport énergétique non négligeable. Il faut donc les utiliser avec parcimonie, sous peine de lui faire prendre rapidement du poids.

 

Pour limiter le risque de surpoids et d'obésité de son chien, il convient tout d'abord d'opter de préférence pour des friandises à faible apport calorique, comme la viande séchée, les os à mâcher, voire les croquettes habituelles pour ceux qui s'en contentent. Les biscuits pour chien et autres gâteaux fourrés doivent quant à eux être utilisés uniquement de manière exceptionnelle, car ils sont souvent bien trop gras et/ou trop sucrés.

 

Par ailleurs, quel que soit le type de récompense alimentaire choisi, mieux vaut prendre l'habitude de déduire l’apport calorique correspondant de la ration quotidienne de l'animal, de sorte que son régime alimentaire ne soit pas trop perturbé.

 

Pour les races de chiens prédisposées à l'obésité comme le Bouvier des Flandres, il est même carrément déconseillé d'avoir recours à des friandises, car leur alimentation doit être strictement contrôlée.

Ne pas donner de récompenses sans raison

Un chien blanc avec une friandise posée sur son nez

Par définition, les récompenses doivent être exceptionnelles : c'est justement le fait qu'elles ne soient données qu'à des occasions bien précises qui les rend si appréciables et qui motive le chien à vouloir en obtenir.

 

Par conséquent, pour qu'elles restent efficaces, les récompenses ne doivent pas devenir la norme ni être données à tort et à travers. De fait, elles perdent de leur valeur et de leur efficacité si l'animal en reçoit trop souvent, en particulier lorsque rien ne le justifie : il risque alors de s'en lasser et de ne plus leur trouver grand intérêt, puisqu'à ses yeux ce n'est plus une récompense mais quelque chose de normal.

 

Le maître doit donc veiller à en offrir uniquement lorsque son compagnon se conduit véritablement de manière exemplaire (par exemple en exécutant parfaitement un ordre qui lui est donné, ou en faisant montre d'un comportement irréprochable dans une situation compliquée) plutôt que pour un peu tout et n'importe quel prétexte.

Ne pas laisser le chien réclamer des récompenses

Deux chiens réclament de la nourriture à table

Une récompense a beau être destinée à faire plaisir à celui qui la reçoit, le maître doit toujours rester à leur initiative : pas question donc de laisser le chien en quémander une en se mettant à pleurer, à faire les yeux doux, voire à grogner.

 

S'il agit ainsi, il ne faut surtout pas céder, car cela l'encouragerait à reproduire ce comportement la fois suivante. Mieux vaut au contraire l'ignorer voire l'envoyer dans son panier plutôt que le féliciter lorsqu'il le réclame. Il en va de même s'il fait mine de se désintéresser de la récompense qui lui est offerte pour tenter d'en obtenir une plus alléchante à ses yeux.

 

Cette règle ne vaut d'ailleurs pas que pour les récompenses, mais aussi pour la nourriture, les séances de jeux, les promenades... De manière générale, il ne faut pas laisser son chien prendre des initiatives, car c'est au maître et à lui seul de décider ce qu'il fait - et en l'occurrence ce qu'il donne, dans quelle quantité et en quelles occasions. Ne pas respecter cette règle, c'est s'exposer au risque de se retrouver avec un chien insoumis, qui croit être le chef de la famille et donc qui n'obéit que s'il en a l'envie.

Espacer les récompenses avec le temps

Une femme en pleine séance d'éducation de son chien

Les récompenses ont beau être très utiles dans un cadre éducatif, elles n'ont pas vocation à être données ad vitam æternam.

 

En effet, elles sont avant tout destinées à faire comprendre au chien ce qu'on attend de lui, l'inciter à exécuter correctement un ordre ou l'habituer à une situation désagréable : une fois ceci assimilé, elles n'ont plus vraiment d'intérêt et doivent donc être arrêtées progressivement dans ce cas précis. Bien sûr, ceci n'empêche nullement d'y avoir recours et parallèle ou par la suite pour d'autres exercices ou apprentissages.

 

En tout cas, il faut être conscient que si le maître récompense systématiquement son compagnon à chaque fois qu'il se conduit bien et obéit, le risque existe que ce dernier soit tenté de se montrer conciliant uniquement lorsqu'il sait qu'il recevra quelque chose en échange. Certains chiens très intelligents peuvent même volontairement mal se conduire, parce qu'ils savent que cela poussera leur propriétaire à vouloir leur faire cesser leurs bêtises en leur offrant une friandise ou un jouet qu'ils affectionnent...

 

Pour ces raisons, les récompenses doivent être espacées au fur et à mesure des progrès réalisés : elles peuvent être données chaque fois au début de l'apprentissage, puis seulement une fois sur deux, puis une fois sur trois, etc. Ceci évite que le chien s’habitue à être systématiquement récompensé lorsqu’il répond correctement à une demande de son maître.

Appliquer les mêmes règles à tous les chiens

Un chien est jaloux parce que son maître en caresse un autre

Dans le cas d'une cohabitation entre plusieurs chiens dans le foyer, il faut bien prendre garde à tous les traiter de la même façon, en particulier lors des séances collectives de dressage et d'éducation. Agir autrement aurait toutes les chances d'entraîner des problèmes de jalousie entre chiens et de désobéissance.

 

En effet, une étude intitulée « The absence of reward induces inequity aversion in dogs » et publiée en 2009 dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences a montré que les chiens étaient sensibles aux différences de traitement par l'être humain. Ainsi, les 29 individus qui ont été étudiés pour les besoins de cette expérience finissaient par ne plus obéir (voire par bouder et se détourner de la personne en face d'eux) s'ils ne recevaient pas de récompense après avoir donné la patte alors que leurs voisins en obtenaient une. Les chiens semblent donc capables de ressentir de l'injustice quand ils ne sont pas traités comme leurs congénères. Cette étude marque d'ailleurs un tournant, car pendant très longtemps, les spécialistes pensaient qu'il s'agissait d'un sentiment purement humain.

 

Il est donc important de bien traiter tous les animaux de la même façon, en particulier lorsqu'ils sont ensemble. Pour autant, la distribution des récompenses doit se faire en respectant la hiérarchie établie entre eux : d'abord l'individu dominant, puis celui placé juste en-dessous de lui, et ainsi de suite. Ne pas respecter cet ordre pourrait générer des conflits entre eux, avec à terme un risque de bagarre si la situation se répète régulièrement.

Le mot de la fin

Les récompenses sont très pratiques pour faciliter l'éducation d'un chien voire son dressage, ainsi que son habituation à des situations désagréables. Elles sont même parfois indispensables pour les exercices compliqués et/ou les individus les moins dociles. Pour autant, elles ne doivent pas être données à tort et à travers : elles pourraient alors être contreproductives et/ou nocives pour la santé.

 

Par ailleurs, il ne faut pas croire que les récompenses sont la solution miracle, qui permet de réussir à tous les coups l'éducation de son animal et/ou de régler tous les problèmes. Ainsi, elles n'ont aucune chance de conduire à de bons résultats si le maître ne maîtrise déjà pas les règles de base de l'éducation canine et ne fait preuve ni de constance, ni de cohérence dans les ordres qu'il donne.

 

Pour un maître débutant qui ne sait pas par où commencer avec son compagnon, elles ne remplacent donc pas par exemple l'expertise d'un éducateur canin professionnel.

Par Aurélia A. - Dernière modification : 05/29/2021.