L'adaptation du chien face aux changements

L'adaptation du chien face aux changements

Les chiens ont la capacité de s’adapter - plus ou moins rapidement - à un changement dans leur quotidien pourtant assez routinier : rencontrer d'autres chiens, de nouveaux animaux ou de nouvelles personnes, changer de lieu de vie ou de trajet durant leurs promenades, recevoir de nouveaux jouets pour chien... Ils sont coutumiers de tous ces changements.


Pour autant, certains peuvent être plus déstabilisés que d'autres face à tout cela.


L'éducation du chien ou l'âge du chien sont-ils des facteurs à prendre en compte pour expliquer ces difficultés d'adaptation ? Est-il possible d'aider l'animal à s'adapter plus facilement aux changements qui surviennent dans sa vie ?

Partager :  

Les difficultés d'adaptation chez le chien

Un des traits communs à tous les êtres vivants, c'est la capacité de s'adapter à leur milieu de vie. La réalité le prouve : de nombreux changements s'opèrent en permanence chez les animaux et les végétaux parce que leur environnement le nécessite. Il est aussi avéré que certaines espèces ont disparu au cours de l'évolution parce que leur seuil d'homéostasie - la résistance aux changements - était insuffisant.

 

En ce qui concerne le chien, il est tout à fait capable de faire face aux modifications qui lui sont proposées, mais certaines fois, quand les personnes autour de lui évoluent, que ses habitudes sont chamboulées, que son environnement change et que ses repères spatio-temporels sont modifiés, il peut en être perturbé. 

 

En effet, que cela soit un changement de travail pour son maître, un déménagement, une séparation ou un divorce dans le couple humain, le départ d'un jeune adulte à qui il était attaché ou encore un décès, tous ces changements entraînent également pour le chien un nouveau rythme de vie. Et c'est peut-être encore plus déstabilisant pour l'animal, qui n'en a pas été prévenu à l'avance.

 

Les conséquences de cette modification dans son univers peuvent se percevoir à plusieurs niveaux : 

 

  • Mentalement : le chien peut se mettre à angoisser, à stresser ou à s'inquiéter plus qu'avant.

 

  • Biologiquement : le chien peut avoir du mal à s'alimenter, ou au contraire devenir vorace, et également perdre ses poils. C'est ce que l'on nomme l'élimination émotive. L'angoisse rejaillit ainsi sur la santé du chien, et le corps manifeste aussi son malaise.

 

Des chiens plus sensibles que d'autres

Certains chiens peuvent être plus sensibles que d'autres face à ces changements de vie. Quels sont les facteurs pouvant l'expliquer ?

Le conditionnement du chien 

Selon la variété et l'intensité des stimuli dans leur enfance, les chiens ont acquis des capacités d'adaptation plus ou moins solides. Ainsi, il y a des individus plus fragiles que d'autres aux variations de leur milieu, plus ou moins capables de s'habituer, avec ou sans stress.

 

Prenons l'exemple de Block, un chien des rues recueilli par une voyageuse lors d'un séjour dans un pays de l'Est. Ayant entendu parler du sort des chiens errants qui subissent souvent les violences de la population et se nourrissent de détritus, elle a voulu le sauver d'un destin qu'elle jugeait pitoyable. Elle a donc ramené en France ce chien, dont l'âge était estimé à environ 3 ans, dans le but de lui offrir une belle vie. 


Mais voilà, la réalité de Block n'est pas la même que celle de sa nouvelle propriétaire. Le chien a vécu plusieurs années dans un groupe de chiens avec pour seule constante des attitudes orientées vers la survie. Cela l'occupait toute la journée. Il a appris à ouvrir les poubelles pour se nourrir, il changeait probablement régulièrement de lieux de repos, disposait d'un territoire à géométrie variable et aux ressources fluctuantes. Il ne dépendait d'aucun humain, s'en tenait à la fois éloigné pour ne pas prendre de coups, mais assez proche pour récupérer de la nourriture, avait peu de contraintes, et était libre de circuler comme il voulait.

 

Aujourd'hui, tout cela est remplacé par ce que l'on estime être mieux pour lui. Mais cela lui convient-il, à lui ? 

 

Il ne sait pas quoi faire de son temps quand sa maîtresse s'absente toute une journée pour aller travailler, sachant qu'il n'a pas à chercher de nourriture ni besoin de se préoccuper de trouver une place sécurisée pour se reposer. Il a très peu de possibilités d'explorer son territoire ou d'interagir avec d'autres chiens, puisque la crainte qu'il lui arrive quelque chose fait que sa sauveuse le restreint grandement.

 

De plus, il a longtemps refusé le port d'un collier pour chien, et la familiarisation à la laisse a été un véritable calvaire de plusieurs semaines. Il ne réagit pas aux appels et profite de la moindre baisse de vigilance pour fuguer.


Block refuse de manger des croquettes pour chien et se comporte en chien voleur, n'hésitant pas à se servir parmi les réserves alimentaires de la maison. Il sait même ouvrir le réfrigérateur. Quand il est seul, il a un comportement destructeur, déchiquetant tout ce qui passe à sa portée.

 

Tous ces problèmes de comportement ne sont que le résultat de son histoire et des expériences qui l'ont façonné. Block n'arrive pas à s'adapter aux changements radicaux qui lui sont offerts, car son fonctionnement est autre. Pour lui qui a toujours eu la totale capacité de se gérer seul, ce nouveau mode de vie est même contre-nature.

 

Ce sont les capacités cognitives de Bock, ou ses processus mentaux développés durant les premières années de sa vie (la mémoire, le raisonnement, l'apprentissage, l'intelligence...), qui l'amènent à agir comme cela. Son mode de vie, ses habitudes routinières, l'ont conditionnés, et en ont fait un chien qui a du mal à s'adapter au moindre changement, à fortiori quand il s'agit carrément d'une nouvelle vie aussi différente.

L'âge du chien

L'âge du chien joue également un rôle dans sa capacité d'adaptation au changement, puisque l'on sait qu'avec le temps, les capacités cognitives diminuent : la rapidité de traitement des informations qui parviennent au chien par l'intermédiaire de ses sens est amoindrie. 

 

Par conséquent, la manière dont les maîtres s'y prennent est réellement capitale. Par exemple, s'ils veulent apprendre à un chien âgé à rester seul alors qu'il a toujours vécu en compagnie d'un autre être, il faudra procéder avec précaution pour lui permettre de s'adapter à son rythme.

Des solutions pour aider le chien face aux nouveautés

Quelques mesures peuvent faciliter l’adaptation d'un chien à une nouvelle vie, l’objectif étant que la gestion du changement par son (éventuellement nouveau) référent le rassure : 

 

  • Les règles de vie qui changent doivent être mises en place en douceur, mais être claires.

 

  • Comme lors de l'arrivée d'un chiot à la maison, il faudra d’abord définir l’endroit où il se nourrit, un autre où il se repose et lui octroyer un lieu confortable où il peut rester durant l’absence de ses gardiens.

 

  • Ensuite, ne pas hésiter à lui consacrer du temps à la manière de ce qui se faisait avant le changement d’organisation quotidienne. Si les promenades du chien étaient nombreuses, il est nécessaire de lui procurer le même temps d’exercice qu’auparavant. Si les maîtres veulent augmenter les temps de sortie, il faudra procéder progressivement, en allongeant petit à petit la durée à l’extérieur.

 

 

  • Enfin, c’est la nouvelle organisation et ses nouvelles règles de vie, auxquelles tout le monde doit se plier, qui fera qu’il s’adaptera dans la durée, tout comme ses référents d’ailleurs.

 

Pour pallier les difficultés d'adaptation d'un chien, il est recommandé aux maîtres, dès l'arrivée du chiot à la maison, de l'habituer aux changements de situation. Il faut amener le chien partout et multiplier les expositions de l'animal à de nombreuses situations et stimuli durant toute la période de son éducation.

 

Bien entendu, plus le chien vieillit, plus ses capacités cognitives déclinent, et plus il devient routinier. Ainsi, l'âge du chien et son état de santé, sa gestion émotionnelle et son tempérament, établissent son profil réactionnel plus ou moins « adaptable ». Charge alors aux maîtres de s'adapter en conséquence, et le temps fera naturellement son œuvre avec plus ou moins de rapidité.

 

Par ailleurs, une relation de confiance avec son maître, ainsi qu'une bonne éducation du chien, permettront à ce dernier de se référer à son propriétaire en toutes circonstances. Le maître pourra ainsi l'apaiser plus facilement tout en communiquant avec le chien par des regards, des gestes ou des instructions.

Le mot de la fin

En fonction des changements que l'on propose au chien et de ses expériences de vie passées, les difficultés peuvent être plus ou moins longues à surmonter. Pour autant, il n'y a pas d'âge pour éduquer un chien, il faut juste procéder différemment, le respecter et s'adapter à lui, tout simplement.

 

La douceur, la bienveillance et la compréhension que les maîtres seront susceptibles d'offrir aux chiens en difficulté d'adaptation faciliteront toujours les choses.

Reproduction interdite sans autorisation.

Besoin d'aide ?

Réagir à cet article

Votre nom / prénom :
Pour ne plus devoir indiquer votre nom à chaque fois : Inscription gratuite
Votre adresse e-mail :
Pour ne plus devoir indiquer votre e-mail à chaque fois : Inscription gratuite
Votre texte :
Sécurité :
Envoyer

Auteur

Comportementaliste Formatrice de comportementalistes

Voir sa présentationVoir son site

Discussions sur ce sujet