Comment apprendre à son chien à marcher en laisse ?

Comment apprendre à son chien à marcher en laisse ?

La marche en laisse est l'une des grandes difficultés rencontrées par les citadins propriétaires de chiens, qui doivent en permanence tenir leur animal en laisse, comme la loi les y oblige. Pourtant, il suffit souvent de 30 minutes à n'importe quel chien pour apprendre à marcher en laisse.


Cela dit, comme pour tout apprentissage en éducation, il n'y a pas qu'une seule et unique méthode qui marche à tous les coups. Il existe au contraire une large palette de moyens d'apprentissage : à chaque maître de trouver celle qui va lui permettre de faire comprendre à son chien ce qu'il attend de lui.


Quelles sont ces méthodes pour apprendre à son chien à marcher en laisse ? Que faire lorsque le chien tire sur sa laisse ?

Pourquoi habituer son chien à marcher en laisse ?

En premier lieu, la législation de nombreux pays, dont la France, oblige les maîtres à promener leur chien en laisse. Elle permet notamment de protéger l'animal.

 

Par ailleurs, le fait qu’un chien marche bien en laisse, sans tirer ni être stressé, présente de nombreux avantages, tant pour le maître que pour son compagnon. Il est ainsi beaucoup plus aisé de voyager avec le chien et de l’emmener partout. Quant au chien, les promenades seront pour lui un moment de bonheur, puisqu’il pourra renifler et engranger un maximum d’informations sur les événements de son quartier.

Habituer un chiot à son collier et à sa laisse

Habituer un chiot à son collier et à sa laisse

La marche en laisse s'apprend le plus rapidement possible, si possible dès le plus jeune âge. En effet, un chiot qui n'est pas habitué à la laisse aura tendance à se laisser traîner, à tirer et mordiller la laisse.

 

Pour commencer, dès l'arrivée du chiot à la maison, il est essentiel de lui apprendre rapidement à supporter son collier. Cela ne représente en général aucune grosse difficulté. Le chien devrait tout au plus se gratter un peu le cou.

 

Une fois le chien parfaitement habitué à son collier, il faut tenter de lui mettre une laisse. C'est parfois à ce moment que surviennent les problèmes, car il est susceptible de s'opposer au port du collier et de la laisse. Il peut ainsi refuser de se déplacer, et tirer dans tous les sens en se débattant ou, au contraire, s'allonger et vous opposer sa force d'inertie. Il faut donc y aller petit à petit, et commencer par une petite laisse de laine, qui doit être simple et légère, sans mousqueton susceptible de blesser l'animal. Laissez-le ensuite déambuler avec. Au départ, vous pouvez aussi lui mettre la laisse et le suivre avec, sans jamais tirer. Vous pouvez aussi faire des rappels au chiot qui court pour tenter de rejoindre son maître qui a disparu. Il faut associer la laisse à des choses positives (la promenade, le jeu, les friandises...) et la faire admettre comme un accessoire souple qui le relie à son maître. Il s'habituera ainsi au port de la laisse sans stresser.

 

Une fois que le chien sera habitué à son collier et à sa laisse, qui mesure dans l'idéal 90 à 100cm, l'apprentissage de la marche en laisse pourra commencer. Il est bon de fixer, avant la promenade, de quel côté marchera le chien. En général, les droitiers font marcher leur chien à gauche et inversement, mais le choix est laissé à chacun.

 

Si le chiot tente de dépasser le maître pendant la marche, il est conseillé à ce dernier de faire demi-tour. Ainsi, le chiot comprendra que s'il le dépasse, il n'avance plus, mais au contraire recule. Ceci évitera qu'il prenne l'habitude de tracter son propriétaire.

 

Par ailleurs, voyez la laisse du chien comme un outil de sécurité obligatoire, et non pas comme un moyen de guider votre compagnon. Elle n'est pas faite pour cela, et c'est pour cette raison qu'il ne faut pas tirer dessus pour demander à son chien d'aller à gauche ou à droite. Pour guider son chien et faire en sorte qu'il vous suive correctement, il doit apprendre à être attentif à vous, et comprendre qu'il doit suivre le mouvement de vos jambes. Pour cela, le mieux est d'apprendre au chien à marcher en laisse grâce à des méthodes d'éducation positive.

Les méthodes d'apprentissage de la marche en laisse

Apprendre la marche en laisse à son chien par le renforcement positif

Apprendre la marche en laisse à son chien par le renforcement positif

Le renforcement positif consiste à marquer de façon très forte le comportement adéquat du chien.

 

Pour cela, il faut d'abord savoir ce qui lui plaît. C'est en effet lui qui va choisir la récompense, et non le maître. Cela passe par l'observation de l'animal : préfère-t-il une balle ? Une friandise ? Un autre aliment ? Le tout est de prendre en compte le fait que les récompenses alimentaires doivent être suffisamment petites pour ne pas avoir besoin d'êtres mâchées.

 

Le but est de ne pas utiliser la laisse pour guider l'animal, mais d'attirer son attention avec la récompense. Quand le chien est au pied, il est récompensé et félicité. Progressivement, le maître va demander à son chien de faire 1, puis 5, puis 10 pas avant d'avoir la récompense. Celle-ci, qui était au départ systématique, va devenir progressivement aléatoire, et sera remplacée par une récompense verbale.

 

À chaque fois que le chien est à la bonne place, c'est-à-dire que son épaule est à la hauteur du tibia, du genou ou de la cuisse (selon la taille du maître et du chien), il est important de ne pas tarir d'éloges et de compliments verbaux. Cela vaut d'ailleurs pour toutes les méthodes d'apprentissage de la marche en laisse.

 

L'inconvénient de cette méthode d'apprentissage de la marche en laisse réside dans le fait qu'il peut être difficile de se détacher de la récompense.

La méthode naturelle pour apprendre à son chien à marcher en laisse

La méthode naturelle pour apprendre à son chien à marcher en laisse

Avec la méthode naturelle, on commence à apprendre au chien la marche sans laisse, sans jamais toucher l'animal. C'est une méthode basée sur l'observation des louveteaux qui, lorsque la mère rentre de la chasse, se collent à elle sur le flanc (le genou chez l'humain), puis tournent la tête vers ses babines (la main de l'humain) en léchant pour obtenir la régurgitation de nourriture. Il faut donc avoir dans la main quelque chose de comparable aux babines de la mère louve. Pas de croquettes donc, mais quelque chose qui sort de l'ordinaire et que le chiot adore. Ce peut être une friandise pour chien ou un jouet.

 

La méthode naturelle consiste à travailler par approximations successives, en suivant les lois d'apprentissage de base, afin d'en arriver un jour à ne plus rien avoir dans la main. Au début, on donne systématiquement la friandise ou on lance la balle au bout de quelques pas seulement. Ensuite, on entre dans une phase intermittente durant laquelle on retarde de plus en plus l'octroi de la récompense. Vient ensuite la dernière phase, aléatoire, lors de laquelle le chien ne sait plus à quel moment il va être récompensé. Ce peut être au-début de la marche, à l'arrêt ou encore au changement de direction. Cela fait qu'il est concentré tout le long du parcours.

 

Lors de la première phase, si le chien est tenu à gauche comme en concours canin, la récompense est tenue de la main droite et descend à jusqu'au genou gauche, à hauteur du museau de l'animal. Si c'est un chien de petite taille, il faut donc se baisser. Cette façon de le récompenser l'incite à regarder le maître. Par ailleurs, le fait de mettre la main à hauteur du museau empêche l'animal de sauter, défaut que l'on retrouve facilement lorsque l'on apprend la marche en laisse à son chien. La main gauche, quant à elle, est dans le dos.

 

Les marches doivent avoir lieu à une allure rapide. Concernant les changements de direction, ils ne devraient pas poser pas de problèmes particulier, dès lors que le chien est rivé à son maître.

 

Lorsque l'on fait demi-tour, on enroule le chien sur soi, c'est-à-dire qu'on tourne sur soi-même vers la droite en attirant le chien vers la droite, en baissant encore plus la main pour éviter plus tard les écarts. De cette manière, le chien apprend à rester contre la jambe gauche sans rupture de contact. Ainsi, le jour où l'on tourne à gauche brusquement, le chien viendra de lui-même très vite, après avoir fait le tour, se remettre contre la bonne jambe. Il s'agit en fait d'un conditionnement assez simple à réaliser.

 

Pour certains chiens, on pourra utiliser une ficelle afin de donner l'impulsion nécessaire en passant celle-ci, au moment du demi-tour à gauche, de la main gauche dans la main droite, puis à nouveau dans la main gauche dès que l'on est dans l'axe de retour.

 

Il existe une autre façon de faire demi-tour : le chien reste à la jambe gauche et saute pour se mettre au pied lorsque le maître tourne. Pour lui apprendre cela, il faut arrondir de moins en moins le demi-tour à gauche, tout en donnant une légère impulsion avec la ficelle pour maintenir la position au pied.

 

La seconde phase consiste à relever de temps en temps la main qui tient la friandise ou le jouet, notamment dans les ligne droites. Pour cela, on fait plusieurs arrêts rapides en relevant la main.

 

Enfin, lors de la troisième et dernière phase, on balance les deux bras de manière importante, ce qui fait que le chien ne peut apercevoir la récompense que par intermittence, à savoir à chaque fois que le bras se relève. Pour mettre en place une position assise rapide et les petits pas (d'abord en avant, puis sur le côté droit et, plus tard, en arrière et vers le chien), il faut à nouveau baisser la main au niveau du museau.

 

Pour en arriver à ne plus avoir quelque chose dans la main, il y a deux possibilités :

  • Si vous travaillez avec une friandise, il faut apprendre au chien à attraper celle-ci au vol. Pour cela, il faut le préparer en lui donnant la becquée, comme chez les oiseaux. On place le chien sur une table basse, on lui montre qu'on place la friandise dans la bouche, puis on se rapproche de lui pour qu'il la prenne. Ensuite, on relève de plus en plus la tête en faisant du bruit avec la bouche, et on lâche la friandise afin qu'il la happe au vol. Le chien en est parfaitement capable, il attrape bien des mouches après tout !
    Par la suite, lors des promenades, on crache une friandise pour chien de temps en temps. D'abord en marchant doucement en ligne droite, en s'arrêtant, puis en marchant plus rapidement, et durant les changements de direction.

 

  • Si vous travaillez avec un jouet pour chien, c'est le même principe, à part que celui-ci est placé sous le cou du maître ou fixé par un scratch ou un réceptacle de balle sur la veste du maître. Comme pour la friandise, le jouet va tomber de manière aléatoire. Cette méthode du jouet ne fonctionne que si le chien rapporte l'objet.

 

Si le chien est trop fortement motivé et entrave la marche du maître en se mettant de travers, il faut peut-être trouver une récompense moins attrayante. On peut également faire des marches et des arrêts le long d'une clôture, ce qui oblige le chien à rester parallèle. 

 

Si au contraire il est trop écarté ou s'il regarde ailleurs, c'est que la motivation n'est pas assez forte ou qu'il est saturé. Or, en méthode naturelle, chaque exercice est fait rapidement et ne dure que quelques secondes. Il vaut donc mieux que la motivation soit trop forte au début, plutôt que pas assez. Si jamais le chien n'est motivé par rien, il faudra alors tester les autres méthodes d'apprentissage de la marche en laisse.

 

Quoi qu'il en soit, rappelons que, dans la méthode naturelle, on ne touche pas le chien. Par ailleurs, l'apprentissage de la marche en laisse par la méthode naturelle prend un certain temps : pour aboutir à un conditionnement suffisant, il faut compter environ une semaine, à raison d'une répétition des exercices durant quelques minutes chaque jour.

 

Une fois que la marche est correcte, on peut rajouter la laisse, notamment si on veut préparer la marche de concours. Elle n'aura aucune incidence sur son comportement, puisque la marche est parfaite. Elle pourra cependant limiter les débordements et les éventuels excès de zèle.

Apprendre à son chien à marcher en laisse grâce au clicker-training

Apprendre à son chien à marcher en laisse grâce au clicker-training

Le clicker training est une méthode d'éducation canine très efficace. On utilise un clicker, petite boîte munie d'une languette métallique qui émet un « click » caractéristique dès que l'on appuie dessus. Ce bruit est obligatoirement suivi d'une récompense, choisie là aussi par le chien.

 

Au début de la promenade avec le chien, le maître commence par faire un pas. Si le chien suit de lui-même, le maître clique et récompense. En revanche, si l'animal ne bouge pas, le maître se déplace (sans tendre la laisse), et attend que le chien vienne à lui pour cliquer et récompenser. Cet exercice doit être répété une dizaine de fois. Ensuite, le maître marche normalement, et clique à chaque fois que le chien est au pied. Si l'animal le dépasse, le maître change simplement de direction et clique dès que son compagnon est de retour au pied.

D'autres méthodes douces pour apprendre à son chien à marcher en laisse

D'autres méthodes douces pour apprendre à son chien à marcher en laisse

Il est aussi possible de faire du renforcement positif un peu moins fort que les deux premières méthodes.

 

Ainsi, par exemple, dès que le chien tire sur la laisse, le maître peut s'arrêter. Il est possible de s'entraîner à la maison, en lançant une balle. Dès que le chien tire pour y aller, on s'arrête. Dès qu'il est au pied, on repart.

 

De même, lorsque le chien tire, le maître peut changer de direction, montrant ainsi à son chien que la promenade est dirigée par l'humain. Si l'animal veut aller à droite, on va à gauche, et s'il part devant, on fait demi tour.

 

Il existe ainsi diverses méthodes intermédiaires, issues du vécu et de l'adaptation personnelle de chacun.

La méthode coercitive et l'apprentissage de la marche en laisse

La méthode coercitive et l'apprentissage de la marche en laisse

Cette méthode est l'inverse du renforcement positif et du clicker-training. L'objectif est ici de reprendre le chien lorsqu'il n'adopte pas le comportement souhaité, jusqu'à ce que ce dernier soit intégré.

 

Ainsi, dès qu'il s'éloigne, on tire sur la laisse pour le surprendre. Les personnes ayant recours à cette méthode utilisent souvent un collier étrangleur, qui comme son nom l'indique a la particularité de se resserrer sur le cou de l'animal lorsqu'il tire sur sa laisse.

 

Pour obliger le chien à faire attention à son maître, il faut changer de direction ou le bousculer gentiment lorsqu'il se trouve sur sa trajectoire. De même, s'il cherche à passer en avant de la jambe, le maître tire sèchement sur la laisse en énonçant durement « au pied ». Lorsque le chien tire, le maître tire brièvement sur la chaîne et la relâche immédiatement, et répète l'opération si le chien n'obtempère pas. Toutefois, bien que le chien soit réprimandé, il n'est jamais frappé.

 

Lorsque le chien est au pied, il est félicité verbalement ou par une caresse. Pour éviter la réprimande et profiter de la récompense, l'animal fera plus attention et adoptera le comportement souhaité. Le maître veille à soutenir en permanence l'attention du chien, particulièrement à l'approche de moments délicats, comme un changement de direction ou la vue d'un autre animal.

 

Cette méthode peut-être utilisée sur un chien qui connaît déjà la marche au pied mais a une perte de mémoire passagère. Néanmoins, l'éducation coercitive est aujourd'hui considérée comme dépassée et n'est plus recommandée par la plupart des éducateurs canins, car elle est relativement agressive et violente envers le chien. Les méthodes douces sont largement privilégiées, d'autant qu'une méthode axée sur la contrainte ne peut entraîner de marche joyeuse du chien, même s'il reste collé à la jambe de son maître. Pour avoir une allure dégagée où le chien reste docilement au pied tout en marchant de manière enjouée, l'idéal est de fournir une motivation forte et très agréable, sans douleur ni brutalité gratuite, ce que proposent les méthodes douces.

Quelques conseils pour apprendre la marche en laisse à son chien

Quelques conseils pour apprendre la marche en laisse à son chien

  • En ville, la laisse ne doit pas être trop longue, et doit mesurer dans l'idéal au maximum 1,5 mètre. En effet, un chien de 45 kg qui part courir derrière un chat ou un vélo avec une longe de 5 mètres se transforme en poids de 450 kg que le maître devra retenir. Il faut aussi éviter la laisse à enrouleur, qui peut gêner les passants. En dehors des agglomérations, il est possible de choisir une longe plus grande (jusqu'à 10 mètres), pour laisser davantage de liberté au chien.

 

  • Pour tenir la laisse en main, il est recommandé de mettre le pouce en l'air et d'y passer la boucle, puis de faire une rotation du poignet de façon que la laisse passe sur le dos de la main et revienne dans la paume avant de fermer les doigts. Tenue ainsi, la laisse ne risque pas d'échapper sur une brusque traction et ne nécessite pas de force dans le serrage. Autre avantage : cela permet le lâchage en cas d'urgence, car dès que l'on ouvre les doigts, la laisse quitte la main sans y rester accrochée.

 

  • Avant toute promenade, il est utile de répéter les situations de marche en laisse apprises auparavant, que ce soit à la maison ou avec l'éducateur.

 

  • À chaque fois que le chien revient au pied, il doit être caressé et félicité d'une voix douce et encourageante, et le maître doit prononcer les mots « au pied ». L'animal comprendra ainsi très vite le sens de cette expression, ce qui sera très utile pour apprendre le rappel à son chien.

  • Dans le cas où le chien se montre peu disposé à obéir malgré les caresses et les félicitations, une solution particulièrement efficace consiste à le récompenser à l'aide de friandises à chaque fois qu'il cesse de tirer sur sa laisse et revient au pied. Il faut toutefois veiller à ce que cet apport supplémentaire ne provoque pas le surpoids ou l'obésité du chien. Le cas échéant, il est préférable de déduire de la ration quotidienne du chien l'apport procuré par lesdites friandises, afin de rester à apports nutritionnels constants. Autre option encore plus simple : prélever directement une poignée de croquettes de sa ration afin de s'en servir comme récompenses. Quelle que soit l'option retenue, cela permet de ne pas se priver d'un levier d'apprentissage efficace (les récompenses), sans pour autant risquer de dégrader la santé du chien.

 

  • Lorsque l'on souhaite enseigner quelque chose à son chien, il est important de ne pas oublier que ce dernier travaille pour faire plaisir à son maître. Il faut donc lui montrer que l'on est satisfait, par des caresses et des félicitations. Les séances ne doivent pas non plus être une corvée ou une punition pour l'animal, mais quelque chose de naturel et agréable. Mieux vaut donc privilégier plusieurs petites sessions à une longue et interminable séance.

 

  • Le port de la laisse doit être agréable pour le chien. Elle ne doit pas être associée à la punition, que ce soit par des coups ou des tractions sèches lors de la marche. Il ne faut pas non plus poser le pied dessus pour contraindre le chien à s'asseoir ou à s'allonger. Enfin, on ne s'en sert pas non plus pour taper sur les fesses du chiot ou du chien qui a fait une bêtise. Mieux vaut plutôt dévier son attention avec une balle ou une friandise lors des premières promenades.  Enfin, toujours pour éviter que la laisse soit associée à quelque chose de négatif, il ne faut pas la mettre au chien pour le pénaliser, par exemple s'il tarde à répondre au rappel. Si à son retour il est attaché immédiatement, il aura une impression négative de la laisse, d'autant plus s'il est réprimandé en même temps. Il faut donc le récompenser et le caresser puis, au bout de quelques pas, lui mettre la laisse.

 

  • Dans le même ordre d'idées, mieux vaut éviter de mettre la laisse au chien à la fin d'un jeu ou d'une promenade, afin qu'il ne considère pas qu'elle est ce qui met fin à quelque chose d'agréable.

 

  • Il ne faut pas hésiter à varier le rythme de la marche et les directions prises, pour s'obliger à rester attentif, et obliger le chien à en faire de même.

 

  • Un maître qui n'est pas sûr de ce qu'il fait ne peut pas transmettre un message clair à son chien : il faut donc veiller à rester cohérent dans les ordres donnés et dans le comportement attendu du chien. Pas question par exemple de tolérer aujourd'hui ce que l'on interdira demain, et acceptera à nouveau le surlendemain.

 

  • En plus de bien réfléchir à ce que l'on souhaite apprendre à son chien, la façon dont on va lui apprendre l'exercice revêt également une importance. On apprend plus facilement à résoudre un petit problème plutôt qu'un gros : décomposer les apprentissages en phases simples est donc fortement recommandé.

 

  • En promenade, lorsque l'on perçoit une situation qui peut poser problème, comme par exemple la rencontre avec un autre chien, il vaut mieux éviter de tendre la laisse, geste qui met l'animal en alerte. En effet, il réagit à la tension de la laisse : c'est comme un cordon ombilical qui le relie à son maître et par lequel passent des informations. Prenons l'exemple d'un chien agressif envers ses congénères, ou d'un chien peureux. La tension de la laisse lui envoie un message : "Attention, prépare-toi, il va se passer quelque chose !". Il réagira en conséquence, même s'il n'a pas encore vu ce qui arrive en face. Le mieux est donc de garder la laisse souple et de lui parler, pour le submerger d'informations. Pour faire diversion, il est éventuellement possible de lui faire exécuter quelques ordres, comme « assis » ou « couché ».

 

  • Il faut toujours terminer une séance sur un exercice correctement réussi. Si un apprentissage bloque, on passe à quelque chose que le chien a acquis, et on termine la séance sur cette réussite.

 

  • Après chaque leçon d'apprentissage de la marche en laisse, il faut laisser le chien se détendre.

 

  • Si le chien mord la laisse et la détruit lorsqu'il doit être attaché, cela peut être notamment dû à un problème de comportement et de sociopathie, ou à un problème de hiérarchie. Cela peut également signifier que le maître du chien est trop faible, ou que le chien est trop indépendant. Il peut aussi simplement manquer d'habitude.
    Dans tous les cas, inutile de punir son chien ou de lui crier dessus, il suffit d'avoir recours à une laisse métallique, et le problème sera réglé. Attention cependant à ne pas confondre avec une collier étrangleur ! On parle bien ici d'une laisse en métal. Il trouvera désagréable de la mordiller, et finira donc par ne plus la toucher. Vous pourrez alors lui remettre une laisse en cuir ou en nylon, et le chien gardera une totale confiance en vous, qui n'êtes pas un vecteur de désagrément.

Comment gérer un chien qui tire sur sa laisse ?

Stimuler son chien physiquement et mentalement

Stimuler son chien physiquement et mentalement

Les promenades peuvent rapidement devenir un véritable enfer s'il tire sur sa laisse. Ce comportement peut être le résultat d'un manque d'activité ou d'un ennui du chien le reste de la journée, qui du coup se précipite au-dehors dès qu'il en a l'occasion et part "à fond" pour profiter de ce moment rare et précieux.

 

Si vous avez le sentiment qu'il s'ennuie, n'hésitez donc pas à allonger la durée des promenades, à en augmenter le nombre, à fabriquer de nouveaux jouets pour chien, à lui permettre de vous accompagner lorsque vous faites du vélo ou un jogging, etc. Il est également possible de faire du sport avec son chien (cani-VTT, canicross, etc.), voire de lui permettre de pratiquer un sport (agility, flyball, etc.). Ce sont toutes des activités qui défoulent et qui à terme le conduiront à avoir moins envie ou besoin de tirer sur sa laisse.

 

La stimulation intellectuelle du chien n’est pas à négliger non plus. Les distractions peuvent être variées : pratiquer des exercices ludiques avec son chien (par exemple au clicker training), lui cacher des jouets ou des friandises dans le jardin et l’aider à les retrouver, lui donner un jouet creux rempli de sa ration de croquettes, etc.

Reconditionner son chien

Reconditionner son chien

Pour faire face à un chien qui tire sur sa laisse, il faut garder en tête qu'un chien apprend principalement par association. C'est-à-dire qu'il associe le fait que lorsqu'il tire, il avance. En faisant ainsi, il s'auto-récompense. Il convient donc de le reconditionner, c'est-à-dire de lui réapprendre la marche en laisse et lui montrer qu'il ne peut avancer que lorsqu'il n'y a pas de tension sur son collier. Pour cela, il faut cesser d'avancer dès qu'une tension se fait sentir, puis appeler le chien. Dès qu'il revient vers vous et que la laisse se détend, recommencez à marcher. En faisant ainsi, il associera l'idée que s'il tire il n'avance plus, et comprendra très vite que la seule position intéressante pour lui, c'est près de son maître. Cela peut être un peu fastidieux au départ, mais les résultats sont incontestables.

 

Une autre méthode, qui permet au chien de comprendre qu'il doit aussi être attentif à vous et à vos mouvements de jambes, consiste à changer de direction subitement dès que le chien tire, ou même aléatoirement lorsqu'il ne tire pas. Par exemple, faites demi-tour et appelez-le en même temps, sans tirer sur la laisse. Surpris de ne pas pouvoir prévoir votre itinéraire, le chien apprendra rapidement à être attentif, et ne tirera plus.

 

En outre, il est important de se rappeler qu'un chien ne vient pas au monde en sachant marcher en laisse, et que la rue est pleine d'odeurs intéressantes à flairer. Charge au maître de rendre la marche au pied très attractive et plus intéressante que les odeurs environnantes. Pour cela, si parler à l'animal ne suffit pas, la méthode de renforcement positif à l'aide d'une friandise est intéressante. Si son poids ne permet pas un tel apport nutritionnel supplémentaire - notamment en cas de risque d'obésité -, on peut prélever de sa ration quotidienne une poignée de croquettes afin de s'en servir comme récompenses. Par la suite, lorsque l'on constate que le chien tire de moins en moins, on peut d'abord réduire les friandises de façon aléatoire, puis les caresses et les félicitations.

Ne pas utiliser la force ou la violence

Ne pas utiliser la force ou la violence

De manière générale, il faut retenir qu'il ne s'agit pas d'une épreuve de force. Plus on tire sur la laisse, plus il va prendre appui sur son collier et tirer de son côté. Or, les accessoires que sont la laisse et le collier ne servent pas à suspendre le chien à sa main, mais sont des courroies qui permettent de transmettre des indications que l'on veut lui donner.

 

Il faut considérer la laisse comme un outil de sécurité obligatoire et pas comme un moyen de guider son chien. On ne guide pas un chien en tirant à droite ou à gauche. Pour qu'un chien suive correctement, il faut que celui-ci apprenne à être attentif à son maître et comprendre qu'il doit suivre le mouvement de ses jambes. 

 

Les méthodes pour (ré)apprendre à son chien à ne pas tirer sur la laisse sont relativement simples, et ne doivent en aucun cas faire appel à la violence. Mais si jamais des difficultés persistent, par exemple dans les circonstances un peu plus délicates comme les rencontres entre chiens, ou simplement pour travailler correctement la marche en laisse avec le chien, il ne faut pas hésiter à prendre rendez-vous avec un éducateur, en privilégiant un professionnel qui utilise des méthodes d'éducation positive.

Les accessoires pour (ré)apprendre au chien à marcher en laisse

Les accessoires pour (ré)apprendre au chien à marcher en laisse

Pour que les promenades se passent dans les meilleures conditions, le choix des accessoires est primordial. En effet, certains types d'accessoires n'aident pas vraiment dans le cas d'un chien qui tire sur sa laisse. Par exemple, les laisses à enrouleur ne donnent aucune notion de distance au chien, celui-ci se permettant alors de n'en faire qu'à sa tête et d'explorer comme il le souhaite son environnement, puisque rien ne l'en empêche véritablement. En ville, cela peut être gênant, surtout pour les passants, et dangereux pour l'animal, s'il décide de se promener sur la route.

 

Le collier plat, le collier étrangleur, le collier à pic et même le harnais de trait (créé au départ pour les chiens de traîneaux et donc différent des harnais de promenade) sont également à proscrire quel que soit le chien, car ils peuvent lui causer des dommages - en particulier si celui-ci tire - et sont de toute façon inefficaces pour apprendre au chien à ne plus tirer.

 

Pour régler la situation rapidement, par exemple dans le cas d'une personne âgée possédant un chien puissant qui tire, mieux vaut privilégier deux accessoires particulièrement efficaces : le licol "halti" et le harnais easy walk.

Le licol "halti"

Le licol "halti"

Le licol halti entoure la gueule du chien. Si le chien tire, il ressent de l'inconfort. S'il reste à la bonne longueur, il ne ressent aucune gêne. Il ne faut cependant surtout pas attacher la laisse dessus et ne pas exercer de tractions brutales, car les vertèbres cervicales souffriraient. En plus du halti, il faut donc mettre le collier et la laisse au chien afin qu'il se prépare au moment où il n'aura plus le licol. Ce dernier fonctionne comme avec les chevaux : on l'attache par une petite ficelle fine reliée à la ceinture du maître. On calcule sa longueur par rapport à l'endroit où l'on veut que le chien se situe lors de la marche au pied, l'idéal étant au genou ou en avant de celui-ci. On peut également mettre une laisse fine qui va du licol à une attache souple autour du collier. La main droite tient l'attache autour du cou, et la main gauche la partie reliée au halti.

 

Le conditionnement consiste à effectuer des marches normales, lentes ou rapides, ainsi que des arrêts et des changements de direction. Le halti est d'abord relié par la ficelle à la ceinture, puis ladite ficelle est retirée. Il ne reste alors que le halti, le collier et la laisse. Enfin, on retire le halti. Le licol est un outil de travail efficace même avec les très gros chiens tenus par de frêles personnes. Le seul inconvénient est que les gens ont tendance à l'assimiler à une muselière pour chiens, et pensent donc qu'ils ont affaire à un chien dangereux.

Le harnais easy walk

Le harnais easy walk

Le harnais easy walk n'est pas un harnais servant à tirer, mais le contraire. L'attache se fait sur le poitrail du chien, à la différence d'un harnais classique, non recommandé. S'il tire, il ressent une gêne non violente au niveau des membres antérieurs qui le ralentit considérablement et réduit grandement la traction qu'il exerce sur la corde, sans pour autant lui faire mal.

 

Bien-entendu, on met quand même le collier et la laisse, nécessaires pour le conditionnement futur.

Apprendre la marche au pied sans laisse à son chien

Apprendre la marche au pied sans laisse à son chien

Une fois que le chien a parfaitement assimilé le principe de la marche en laisse et que sa suite est parfaite, on peut passer à la phase suivante : la marche au pied sans laisse. Attention toutefois à ne pas brûler les étapes, et à s'assurer que la marche en laisse est réellement acquise. 

 

Pour apprendre la marche au pied sans laisse à son chien, on commence la séance avec la laisse. Quand il est à la bonne hauteur, on le flatte de la voix, en lui disant « C'est bien, au pied ». On lâche ensuite la laisse, tout en continuant à marcher. Si la marche en laisse est bien assimilée, il n'y aucune raison que le chien se mette à détaler.

 

En revanche, étant donné qu'il a toujours la laisse pendante autour du cou, il sera possible de le reprendre s'il venait à oublier ses bons principes. Il faudra ainsi marcher sur l'accessoire à chaque fois que l'on se fera devancer de plus d'une encolure, tout en disant au chien « au pied », puis en le félicitant dès qu'il revient dans la bonne position. Le principe est le même s'il traîne, s'écarte, renifle... Il sera également possible de le rappeler à l'ordre en frappant sa cuisse de la main, tout en lui ordonnant de revenir « au pied ». 

 

Le chien devrait rapidement marcher sagement et joyeusement au pied. Une fois cela et l'apprentissage du rappel acquis, lui enlever la laisse devient possible.

 

A noter toutefois que si vous avez utilisé la méthode naturelle pour apprendre au chien à marcher en laisse, il sait également déjà marcher sans laisse.

Le mot de la fin

Si vous vivez à la campagne et qu'il y a peu de passage, il n'est pas indispensable d'attacher systématiquement votre compagnon : n'hésitez pas à lui offrir l'opportunité de gambader à sa guise et de se dégourdir les pattes. D'autant que la laisse, à l'image du licol ou les rênes des chevaux, n'est pas quelque chose de naturel.

 

Enfin, il est bon de savoir qu'il existe beaucoup de méthodes intermédiaires pour apprendre à son chien à marcher en laisse, issues du vécu et de l'adaptation personnelle de chacun. L'exemple le plus flagrant est dans la tenue de la laisse pour chien. Certains maîtres utilisent les deux mains : celle opposée au chien est passée dans la poignée, tandis que l'autre sert de guide. D'autres au contraire n'utilisent qu'une seule main, qu'elle soit côté chien ou à l'opposé, la laisse passant alors devant ou sous les fesses, ce qui est pratique avec un chien lourd. Chaque maître peut donc adapter ses pratiques à ce qu'il vit concrètement en promenade avec son chien.

Dernière modification : 02/11/2021.

Commentaires sur cet article

Bonjour et merci pour votre article, et oui la marche en laisse c'est tout un art ! C'est vrai qu'il n'est pas rare de voir des maîtres promenés par leur chiens... avec un peu de pratique c'est pourtant assez simple.

Bon courage à tous

   
Par chiendamour323

J'ai acquis un petit chiot il y a maintenant 2 semaines et demi. Il n'accepte pas de collier ne suit plus, et se gratte énormément. Par contre, il écoute très bien le rappel et marche toujours à ma hauteur (sans laisse donc), je me demande comment lui faire accepté le collier pour ensuite envisager la laisse.

0    0
Par Alex

Ma chienne, qui a toujours eu davantage l'habitude d'être sans laisse qu'avec, mais qui marchairt très bien avec aussi, s'est mise après un démanagement (village vers la ville) s'était mise à "réclamer" la laisse - elle était libre en centre ville mais plus sage avec la laisse dans notre quartier - j'ai alors compris que ce rattachement à moi la rassurait.
J'ai toujours fait en sorte de faire en sorte qu'on n'ait le moins de contraintes mes chiens et moi, et si je manque parfois un peu d'autorité, j'ai toujours eu des chiens très attachés à moi (et réciproquement) qui ont rapidement suivi derrière moi et marché en laisse lorsque je le décidais. Je fais peut-être ça naturellement ...?
J'espère que ça va être toujours aussi naturel avec la petite chienne que je vais adopter.

0    0
Par CocciNim

coucou
des petits conseils c'est toujours utile

0    0
Par TAYO

Merci pour les conseil mais jai fait tout se que vous avez écris mais cela change pas il sort dehors sans laisse mais une fois que nous lui mettons sa laisse il rentre directement a la maison et ne bouge plus et une fois quon lui enleve il ressort !!! Et il accepte trés bien le collier.

0    0
Par Jessica1005

Merci pour tous ces conseils ce n'est pas évident de savoir si ce que l'on fait est bien pour lui et surtout si tout va dans la bonne direction. Mon petit golden refuse d'avancer avec sa laisse il supporte très bien son collier maintenant mais la laisse non.

0    0
Par fraizycc

à lire

0    0
Par LeChat

moi mon chien est très difficile a promener mais défois quand je lui dit au pied il m'obeit ou il ne m'obeit pas

0    0
Par jennifer

les chien sont gentil prenet un fox terrier par exemple c'est ce que j'ai il sont énergique et gentil je ne vous parle pas des bêtises il en fais pleins .

0    0
Par sophie

Discussions sur ce sujet