Apprendre à son chien la marche en laisse : méthodes & conseils

Un Border Collie apprend à marcher en laisse

La marche en laisse est aussi indispensable au quotidien que source de grandes difficultés pour de nombreux propriétaires de chiens. On ne compte plus en effet les témoignages de maîtres désemparés face à un chien qui tire sans cesse sur sa laisse - des situations très stressantes, voire source d'épuisement tant physique que nerveux.


Il ne faut donc pas tarder à apprendre à son chien à marcher en laisse, dès que son âge le permet. Pour autant, comme pour tout ce qui touche à l'éducation, il n'existe pas de méthode miracle qui marche à tous les coups. On trouve au contraire une large palette de techniques : à chacun de choisir celle qui est la plus adaptée à son compagnon et donne les meilleurs résultats.


Quelles sont les méthodes pour apprendre à son chien à marcher en laisse ? À quel âge commencer ? Comment faire en sorte que tout se passe bien ?

Pourquoi habituer son chien à marcher en laisse ?

Une femme tient son chien Labrador en laisse dans un champ enneigé

La marche en laisse est l'une des premières choses à apprendre à un chien, dès qu'il arrive dans le foyer ou presque.

 

Il s'agit en effet d'un exercice qui n'a rien de naturel pour lui, et qui nécessite un temps d'adaptation. Il ne suffit pas d'attacher son chien avec une laisse ou une longe pour qu'il l'accepte, ni pour qu'il sache alors comment se déplacer correctement : il faut donc lui enseigner comment faire, et cela prend du temps.

 

Cet apprentissage est d'autant plus indispensable que le port de la laisse est obligatoire dans de nombreux endroits : beaucoup de lieux publics, les transports en commun, etc. C'est d'autant plus vrai si on a opté pour une race de chien considérée comme dangereuse. Quel que soit l'endroit, si le chien ne sait pas comment bien marcher en laisse, la moindre sortie peut être problématique. À l'inverse, si son comportement est exemplaire, il est possible de l'emmener quasiment partout, de multiplier les sorties et les bons moments passés en sa compagnie.

À quel âge apprendre à un chien à marcher en laisse ?

Une jeune femme tente d'habituer son chien Labrador à la laisse

Pour faciliter les choses, mieux vaut commencer l'apprentissage de la marche en laisse le plus tôt possible, vers 3 ou 4 mois, lorsque le chien rejoint son nouveau foyer. En effet, plus il y est habitué tôt, à un âge où il est particulièrement malléable et ouvert aux apprentissages en tout genre, plus elle deviendra rapidement naturelle pour lui. Dans le cas contraire, il risque de se laisser traîner, de tirer sur la lanière et/ou de la mordiller.

 

Les toutes premières séances à cet âge se doivent néanmoins d'être simples : il s'agit surtout de lui faire découvrir ce qu'est un collier, une laisse et/ou un harnais, pour qu'il s'y habitue rapidement et les intègre comme faisant partie de son quotidien. Puis, au fur et à mesure qu'il progresse, il devient possible de lui faire faire ses premières sorties correctement.

 

Cela étant, si un chien n'a pas eu l'occasion d'apprendre la marche en laisse lors de ses premiers mois, ou bien que cet apprentissage n'a pas été effectué correctement, ce n'est pas forcément une cause perdue : dès lors qu'on sait y faire, un chien peut apprendre à tout âge, y compris une fois adulte. La tâche est simplement plus longue et fastidieuse que si on s'y prend quand il est encore jeune et malléable.

Les prérequis pour apprendre la marche en laisse

Avant même de démarrer l'apprentissage en tant que tel, un chien doit d'abord s'habituer à son collier, sa laisse et/ou son harnais. Ces objets doivent lui paraître banals et ne pas l'effrayer, l'intriguer, lui donner envie de jouer avec ou de les mordiller. Il faut donc un peu de préparation.

 

Pour éviter qu'il ne soit trop perturbé, le mieux est de l'y familiariser dans un endroit calme et qu'il connaît - par exemple le domicile, tout simplement.

L'habituer au collier

Un homme attache un collier au cou d'un chiot Amstaff

Pour habituer un chien au collier, il convient tout d'abord de le laisser le renifler, pour qu'il s'habitue à son odeur. Une fois ceci effectué, il devient possible de le lui faire porter, mais en veillant à agir de manière progressive : d'abord un temps très court, puis de plus en plus longtemps.

 

S'il semble inconfortable avec son collier autour du cou (par exemple s'il se gratte, secoue la tête ou tente de l'enlever), le mieux à faire est de le distraire, par exemple en lui offrant une friandise, en lui proposant un jouet ou même en jouant avec lui. De cette façon, il associe l'objet à quelque chose de positif, et finir par l'accepter sans problème au bout de quelques séances.

 

Si vraiment il ne semble pas s'y habituer, c'est peut-être que son collier ne lui convient pas. Ce dernier est peut-être trop serré, ou au contraire trop large ? Peut-être est-il fabriqué dans un matériau qu'il n'apprécie guère voire qui le gratte ? L'idée est alors de retenter l'expérience en optant pour un collier qui lui plaît plus.

L'habituer à la laisse

Un chien Bouledogue Français allongé sur le paillasson regarde sa laisse

Une fois le chien habitué au collier, il faut l'accoutumer à sa laisse.

 

C'est parfois à ce moment que surviennent les problèmes, car il est susceptible de s'y opposer de manière assez frontale. Il peut par exemple refuser de bouger, tirer dans tous les sens en se débattant, ou au contraire s'allonger de tout son long pour empêcher qu'on le traîne.

 

Procéder par étapes permet de maximiser ses chances de réussite. Mieux vaut commencer par une petite laisse de laine, simple et légère, sans mousqueton susceptible de le blesser. La première étape est de la lui faire renifler. Une fois ceci fait, il faut l'attacher au collier, et le laisser déambuler avec dans la maison, tout en le surveillant pour qu'il ne s'étrangle pas avec. Comme pour l'habituation au collier, l'idéal est d'en faire un moment agréable, pour qu'il associe cet objet et cette configuration à quelque chose de positif : on peut par exemple lui proposer de jouer, le câliner ou lui offrir une friandise. C'est le meilleur moyen qu'il la considère comme un accessoire le reliant à son maître adoré, et ne soit pas stressé en la portant.

 

Comme pour le collier, s'il ne s'habitue pas à la laisse malgré plusieurs tentatives, c'est peut-être qu'elle est trop lourde pour lui ou conçue dans un matériau qui ne lui plaît pas. Il faut alors envisager de se tourner vers un autre modèle plus adapté.

L'habituer au harnais

Un Fox Terrier équipé d'un harnais est allongé dans l'herbe

Le harnais est pratique, car il permet d'éviter que la laisse ne tire trop fortement sur le cou. Il est donc intéressant d'y habituer aussi son chien, même si c'est techniquement dispensable.

 

Comme pour le collier et la laisse, il faut d'abord commencer par le lui faire renifler, pour qu'il se familiarise avec cet objet. Une fois que c'est fait, il devient possible de le placer sur lui, d'abord sans le fermer pour qu'il n'ait pas l'impression d'être enfermé. S'il semble inquiet ou ne comprend pas ce qu'il se passe, il est conseillé de lui parler en même temps d'une voix rassurante, pour qu'il se focalise sur la voix plutôt que sur cet étrange objet qui a atterri sur son dos. Dès lors que cette étape est franchie, il devient possible de fermer le harnais et d'y attacher la laisse. Il faut alors d'abord la laisser traîner derrière lui, puis la tenir d'une main mais sans jamais tirer dessus.

 

Comme pour les autres accessoires, s'il ne parvient pas à s'habituer à son harnais, c'est peut-être que ce dernier est mal choisi. Mieux vaut alors retenter l'expérience avec un autre modèle, pour voir ce qu'il en est.

Article détaillé : Les harnais pour chien

Les méthodes d'apprentissage de la marche en laisse

Une fois que le chien est habitué à son collier, sa laisse et/ou son harnais, l'apprentissage peut commencer. Les méthodes ne manquent pas, les plus efficaces étant le renforcement positif et la méthode naturelle.

 

Il est bon de fixer, avant la promenade, de quel côté marchera le chien. En général, les droitiers font marcher leur chien à gauche et les gauchers à droite, mais rien n'empêche d'opter pour le contraire.

Enseigner la marche en laisse avec le renforcement positif

La marche en laisse peut être enseignée à l'aide de la méthode du renforcement positif. Cette dernière consiste à récompenser fortement le chien chaque fois qu'il se comporte comme attendu, de façon à ce qu'il soit tenté d'agir spontanément de la bonne façon.

Comment procéder

Un homme récompense son chien obéissant avec une friandise

Pour apprendre la marche en laisse à son chien avec le renforcement positif, il faut tout d'abord choisir une récompense qu'il affectionne : une friandise, un aliment qu'il adore (morceau de viande...), son jouet préféré, etc. Dans le cas d'une récompense alimentaire, celle-ci doit être petite et facile à mâcher, de façon à ne pas interrompre la séance d'éducation : les os à moelle et autres du même type sont donc à proscrire.

 

Le principe est ensuite simple : il suffit d'attirer son attention avec la récompense, puis, une fois qu'il est à la bonne place (c'est-à-dire que son épaule est au niveau de la jambe), de la lui donner tout en le félicitant chaleureusement. Au départ, l'exercice consiste simplement à ce qu'il vienne au pied ; puis, il faut se placer de plus en plus loin, et lui demander de faire 1, puis 5, puis 10 pas avant d'obtenir la récompense. Ainsi, il apprend à rester proche des jambes de son maître en toute circonstance.

L'inconvénient du renforcement positif

Une femme donne une friandise à son Border Collie pour l'éduquer

Le renforcement positif est probablement la technique la plus efficace à ce jour pour enseigner la marche en laisse. Comme pour tous les autres apprentissages, son inconvénient majeur est qu'il peut être difficile de mettre fin aux récompenses dans un second temps : le chien risque de prendre l'habitude de s'exécuter seulement s'il obtient quelque chose en échange.

 

Pour éviter ce piège, la récompense ne doit être systématique qu'au tout début. Rapidement, elle ne doit plus devenir qu'aléatoire, puis être remplacée par des félicitations verbales au fur et à mesure des progrès réalisés, jusqu'à ce qu'il n'y ait plus du tout besoin de félicitations.

Enseigner la marche en laisse avec le clicker-training

Un homme éduque son chiot Caniche avec un clicker training

Le clicker training est une méthode très efficace pour éduquer son chien, qu'il s'agisse de lui apprendre à marcher en laisse ou de divers autres apprentissages.

 

Elle est basée sur le même principe que le renforcement positif, si ce n'est qu'on utilise en plus un clicker. Cet objet est une petite boîte munie d'une languette métallique qui émet un « clic » caractéristique dès que l'on appuie dessus. Ce bruit doit être suivi d'une récompense, afin que le chien comprenne que le clic est synonyme de « bravo ».

 

Au départ, on commence par faire un pas. S'il suit de lui-même, il faut cliquer et donner une récompense ; en revanche, s'il ne bouge pas, il faut se déplacer (sans tendre la laisse) et attendre qu'il vienne à soi pour cliquer et récompenser. Cet exercice doit être répété une dizaine de fois.

 

Ensuite, il ne reste plus qu'à marcher normalement, et à cliquer à chaque fois que le chien est au pied. S'il tente de dépasser, il faut changer de direction et de cliquer dès qu'il est de retour au bon endroit.

Enseigner la marche en laisse avec la méthode naturelle

La méthode naturelle consiste à apprendre d'abord au chien à marcher sans laisse, et avec cette dernière seulement dans un second temps.

 

Elle est qualifiée de naturelle car elle est basée sur l'attitude des louveteaux qui, lorsque leur mère rentre de la chasse, se collent à son flanc puis lèchent ses babines pour obtenir la régurgitation de nourriture qui leur permet de se nourrir. Il s'agit de créer un équivalent en incitant le chien à rester collé à côté pendant qu'on marche.

Le choix de la récompense

Deux chiens attendent leur récompense avec impatience

La méthode naturelle consiste à imiter le comportement de la louve dans la nature, en utilisant une récompense se substituant à la nourriture régurgitée. Ce peut être par exemple une friandise ou un jouet.

 

Le choix de la récompense est important. Elle doit bien sûr être attrayante, pour que le chien soit motivé et ait envie d'obéir. Toutefois, elle doit pas l'être trop, pour éviter qu'il ne soit surexcité au point de chercher à s'en emparer de force et ce faisant d'entraver la marche.

 

Cela dit, mieux vaut au début une motivation trop forte plutôt que pas assez. Puis, au fur et à mesure des progrès réalisés, la récompense diminue peu à peu en attractivité, jusqu'à ce qu'elle ne soit plus du tout nécessaire pour qu'il marche correctement.

La première phase

Une femme guide son chiot Husky avec une friandise dans la main

Tout au long de la première phase, on garde la main qui tient la récompense abaissée jusqu'au genou du côté du chien, à hauteur de son museau pour la lui montrer, et on le guide de cette façon. De cette façon, il est incité à lever les yeux et à regarder le maître, sans pour autant sauter pour tenter de s'en emparer - un problème fréquent avec les autres méthodes.

 

La récompense lui est donnée au bout de quelques pas bien réussis, avant de recommencer. Les marches doivent avoir lieu à une allure assez rapide, et les changements de direction ne devraient pas poser de problème dès lors que le chien reste rivé à la jambe.

 

En revanche, faire demi-tour est un peu plus délicat. Il faut alors l'enrouler sur soi, c'est-à-dire pivoter vers la droite et l'attirer dans la même direction en baissant encore plus la main pour éviter qu'il ne fasse un écart. De cette manière, il apprend à rester contre la jambe gauche sans rupture de contact : ainsi, le jour où on tourne brusquement, il se remet de lui-même très vite contre la bonne jambe après avoir contourné son maître. Il s'agit en fait d'un conditionnement généralement assez simple à réaliser.

 

Néanmoins, si le chien a des difficultés à visualiser le trajet à effectuer, il est possible d'utiliser une ficelle : on donne alors l'impulsion nécessaire en la changeant de main quand on commence à tourner, puis en changeant à nouveau pour revenir à la main initiale dès que l'on a pivoté de 180 degrés.

La deuxième phase

Une femme relève la main qui une une récompense devant son chien

La deuxième phase de la méthode naturelle consiste à relever de temps en temps la main qui tient la récompense (notamment dans les lignes droites) pour que le chien apprenne à rester près de la bonne jambe même lorsque l'on n'a pas la main au niveau de son museau. Cela permet de faire en sorte d'être suivi même quand on marche normalement.

 

Il faut donc faire plusieurs arrêts rapides en relevant la main, avant de repartir comme avant. La récompense n'est plus systématique : elle lui est donnée par intermittence, de plus en plus tard.

La troisième phase

Un chien marche à côté de son maître dans un parc

Lors de la troisième phase, il faut balancer les deux bras de manière importante pour que le chien n'aperçoive la récompense que par intermittence, lorsque le bras se relève devant lui.

 

Le but est qu'il désassocie peu à peu la façon dont il doit marcher de la présence ou non d'une récompense. D'ailleurs, celle-ci doit alors lui être donnée de manière aléatoire : tantôt au début de la marche, tantôt lors d'un arrêt, tantôt lors d'un changement de direction. De cette façon, il reste concentré tout le long du parcours, et non seulement au début.

 

Pour mettre en place une position assise rapide et les petits pas (d'abord en avant, puis sur le côté droit et, plus tard, en arrière et vers le chien), il faut à nouveau baisser la main au niveau du museau.

 

Une fois que la marche est correcte, il est possible d'ajouter la laisse. Celle-ci n'a normalement aucune incidence sur le résultat, puisque le chien marche déjà au niveau du flanc. Elle peut cependant limiter les débordements et les éventuels excès de zèle.

Les autres méthodes douces pour enseigner la marche en laisse

Les autres méthodes douces pour enseigner la marche en laisse

Il est possible d'apprendre la marche en laisse à son chien avec du renforcement positif un peu moins fort que celui des premières méthodes.

 

Ainsi, une technique consiste à arrêter de marcher dès que le chien tire sur sa laisse. Il est possible de s'entraîner à la maison, par exemple en lançant une balle : aussitôt qu'il tire pour aller la chercher, on s'arrête. Dès qu'il est de nouveau au pied, on repart.

 

De même, il est possible de changer de direction lorsqu'il tire, afin de lui montrer que ce n'est pas à lui de décider de la vitesse de marche ni de l'endroit où l'on se rend. S'il souhaite aller à droite, on va à gauche, et s'il part devant, on fait demi-tour.

Enseigner la marche en laisse avec la méthode coercitive

La méthode coercitive est l'inverse du renforcement positif et du clicker-training. L'objectif est alors de reprendre le chien - voire de le réprimander - lorsqu'il n'adopte pas le comportement souhaité, jusqu'à ce que ce dernier soit bien intégré. Il ne faut toutefois jamais le frapper ou le violenter.

Comment procéder

Un gros chien blanc tenu en laisse dans la forêt

La méthode coercitive suppose de surprendre le chien dès qu'il s'éloigne, en tirant sur la laisse. Les personnes ayant recours à cette technique utilisent souvent un collier étrangleur, qui comme son nom l'indique a la particularité de se resserrer sur son cou lorsqu'il tire sur sa laisse, pour le faire cesser.

 

Pour obliger le chien à rester attentif, il faut changer régulièrement de direction ou le bousculer gentiment lorsqu'il se trouve sur la trajectoire. De même, s'il cherche à passer en avant de la jambe, il faut tirer sèchement sur la laisse en énonçant fermement « Au pied ! ». Même chose lorsqu'il tire : il faut tirer brièvement sur la chaîne puis la relâcher immédiatement, en répétant l'opération jusqu'à ce qu'il obtempère.

 

Lorsque le chien est au pied, il est félicité verbalement ou par une caresse. Pour éviter toute réprimande et au contraire bénéficier d'une récompense, il fait plus attention la fois suivante et adopte le comportement souhaité. Il faut veiller à soutenir en permanence son attention, particulièrement à l'approche de moments délicats, comme un changement de direction ou la vue d'un autre animal.

L'inconvénient de la méthode coercitive

Un chien inquiet de peur de se faire gronder

La méthode coercitive a longtemps été la technique d'éducation canine la plus utilisée, que ce soit d'ailleurs pour la marche en laisse ou pour les autres enseignements.

 

Néanmoins, elle est aujourd'hui considérée comme dépassée, car elle est assez agressive à l'encontre du chien, sans forcément donner de meilleurs résultats. En effet, elle fonctionne par la négative, en l'amenant à obéir d'abord et avant tout par peur d'être réprimandé : cela a un impact sur son entrain lors des sorties et des promenades, et nuit à la relation de confiance avec son maître.

 

Par conséquent, la plupart des éducateurs canins lui préfèrent désormais les méthodes douces. Elle peut éventuellement être utilisée avec un chien qui a déjà appris la marche en laisse et a simplement besoin d'une piqûre de rappel ou a une perte de mémoire passagère, mais il n'est pas conseillé d'y avoir recours dans le cas standard.

Quelques conseils pour apprendre la marche en laisse à son chien

Le principe de la marche en laisse et de son enseignement est assez simple, mais de nombreux maîtres rencontrent des difficultés à obtenir un résultat satisfaisant. Voici quelques conseils qui peuvent grandement faciliter les choses.

Bien choisir la laisse

Des laisses et harnais suspendus dans un magasin pour animaux

Pour apprendre à un chien à marcher en laisse, l'idéal est d'opter pour un modèle dont la longueur est comprise entre 90 et 100 cm. Cela lui laisse suffisamment de liberté pour commencer, tout en permettant de garder un contrôle sur lui. La longueur pourra ensuite être ajustée une fois qu'il maîtrisera parfaitement l'exercice.

 

Le matériau idéal pour une laisse est généralement le cuir ou le nylon : ils sont moins lourds, plus esthétiques et plus pratiques à utiliser que le métal. Néanmoins, si le chien mordille beaucoup, il peut facilement la détériorer voire la casser. Mieux vaut alors se rabattre sur un modèle en métal : il trouvera désagréable de la mordiller, et finira par perdre cette vilaine habitude. Une fois que ce sera le cas, il deviendra possible d'utiliser à nouveau du cuir ou du nylon.

Procéder pas à pas

Un Bouvier Bernois lors d'une promenade en laisse en automne

L'apprentissage de la marche en laisse n'est pas toujours facile, car cela demande de la part du chien une certaine capacité de concentration qu'il n'a pas forcément encore - en particulier s'il s'agit d'un chiot.

 

Il est donc crucial de procéder pas à pas, afin de s'assurer que chaque étape est bien maîtrisée avant de passer à la suivante. Cela implique notamment de privilégier plusieurs sessions courtes à une séance interminable, en décomposant les exercices en phases très simples. La tâche est alors plus facile et la progression plus linéaire. La séance doit prendre fin dès que le chien semble fatigué ou désintéressé, quitte à reprendre les jours suivants.

 

En plus de cela, il est utile de prévoir régulièrement des petites séances de révision à propos des situations de marche en laisse déjà assimilées, afin de lui rafraîchir la mémoire avant de lui apprendre à en gérer des nouvelles.

 

Quoi qu'il en soit, il est essentiel de rester cohérent d'une séance sur l'autre dans les ordres donnés et dans le résultat que l'on souhaite obtenir. Par exemple, il ne saurait être question d'interdire un jour donné quelque chose que l'on tolérait la veille et qu'on accepte à nouveau le lendemain.

Apprendre à guider plutôt qu'à ordonner

Une femme et son Berger Australien se promènent en ville

La marche en laisse doit être vue comme un moyen de guider son chien, et non de le traîner de force à un endroit - ou pire encore de lui imposer une quelconque domination. Il ne faut donc jamais tenter de le faire obéir en s'énervant, en criant, en ordonnant ou en tirant dessus.

 

L'objectif de cet apprentissage est de faire en sorte qu'il se montre attentif à son maître pendant les promenades, et qu'il comprenne qu'il doit suivre le mouvement des jambes de celui-ci. Cela lui demande un petit temps d'adaptation, mais ensuite, il n'y a normalement plus de difficultés - quitte à effectuer des piqûres de rappel de temps en temps.

Rendre la laisse agréable

Deux petits chiens partent en promenade avec leur maîtresse

L'apprentissage est nettement plus facile si le chien voit la laisse comme une chose agréable, et non comme une contrainte voire une punition.

 

Cela implique donc de ne pas tirer dessus ou s'en servir pour tenter de le faire obéir par la force. Exercer des tractions sèches dessus pendant la marche, poser le pied dessus pour le contraindre à s'asseoir ou à s'allonger, voire l'utiliser pour lui taper les fesses quand il a fait une bêtise, sont autant de comportements à proscrire. Il existe d'autres méthodes moins brutales pour parvenir au même résultat.

 

Dans le même ordre d'idées, mieux vaut éviter de lui remettre immédiatement la laisse à la fin d'un moment où on l'a laissé évoluer librement (par exemple pour jouer), afin qu'il ne considère pas qu'elle est ce qui met fin à quelque chose d'agréable. Il faut donc d'abord le récompenser et le caresser, puis, seulement au bout de quelques pas, lui remettre la laisse pour repartir ou rentrer.

Ne pas négliger les récompenses

Un petit chien blanc attend patiemment sa récompense

Lorsque l'on souhaite enseigner quelque chose à son chien, il faut se rappeler qu'il travaille non pas pour lui-même, mais pour faire plaisir à son maître. Pendant les séances d'entraînement, il est donc important de lui montrer que l'on est satisfait de lui.

 

Par conséquent, à chaque fois qu'il revient au pied, il doit être caressé et félicité d'une voix douce et encourageante, tout en prononçant les mots « Au pied ». Il comprend ainsi très vite le sens de cette expression, ce qui sera très utile pour lui apprendre le rappel.

 

Si les caresses et les félicitations orales restent sans effet, une solution particulièrement efficace consiste à recourir à des friandises, le temps en tout cas qu'il maîtrise bien l'exercice. Il faut toutefois veiller à ce que cet apport supplémentaire ne déséquilibre pas son régime et n'entraîne pas de surpoids. Une autre option encore plus simple est de prélever directement une poignée de croquettes de sa ration afin de s'en servir comme récompenses : ainsi, il n'y a pas de risque pour sa ligne.

Finir les séances sur une note positive

Un homme caresse l'oreille d'un chien pour le féliciter

Pour éviter que le chien garde un souvenir négatif des séances d'entraînement à la marche en laisse, il est important de toujours finir sur une réussite - et donc sur une note positive.

 

Par exemple, si un exercice bloque parce qu'il ne parvient pas à le comprendre et/ou le réaliser, il n'est pas utile d'insister : il risquerait de finir par se démotiver voire perdre confiance en lui. À la place, mieux vaut revenir à un exercice qu'il a déjà acquis et qu'il maîtrise, afin de finir la séance d'entraînement sur un succès. Il sera toujours temps un autre jour de réessayer l'étape qu'il n'a pas réussi à faire.

Laisser un temps de repos après chaque leçon

Une femme joue au foot avec son chien dans un parc

L'apprentissage de la marche en laisse est fatiguant psychologiquement pour un chien, a fortiori s'il est encore jeune.

 

Cela lui demande en effet de faire preuve de concentration pour suivre les mouvements de son maître sans se laisser distraire par ce qu'il se passe autour, et d'accepter de renoncer à aller là où il le souhaite - ce qui est d'autant plus frustrant qu'il est curieux.

 

Pour cette raison, il est important de le laisser se détendre - voire même de jouer avec lui - après chaque entraînement à la marche en laisse, afin qu'il puisse relâcher la tension et évacuer la frustration accumulée pendant la séance.

Passer de la marche en laisse à la marche sans laisse

Un chien Bull Terrier et son maître marchent sur la plage

Une fois que le chien a parfaitement assimilé la marche en laisse et la pratique avec aisance en toute circonstance, on peut si on le souhaite passer à la phase suivante : la marche au pied sans laisse. C'est un exercice un peu plus difficile pour lui, sauf si on a choisi la méthode naturelle pour lui enseigner la marche en laisse : le cas échéant, il maîtrise déjà l'exercice.

 

La séance commence avec une laisse. Quand il est à la bonne hauteur, on le flatte de la voix, en lui disant « C'est bien, au pied ». On lâche ensuite la laisse, tout en continuant à marcher. Si la marche en laisse est bien assimilée, il n'y aucune raison qu'il prenne le large.

 

En revanche, étant donné qu'il a toujours la laisse pendante autour du cou, il est possible de le reprendre s'il vient à oublier ses bons principes. Il faut ainsi marcher sur l'accessoire à chaque fois que l'on se fait devancer de plus d'une encolure, tout en disant « Au pied ! », puis en le félicitant dès qu'il revient dans la bonne position. Le principe est le même s'il se met à traîner, s'écarter, s'arrêter pour renifler quelque chose...

 

Grâce à cet apprentissage, il devrait vite savoir comment marcher sagement au pied, qu'il soit ou non retenu par une laisse. L'étape suivante est alors d'apprendre le rappel à son chien, pour garder le contrôle sur lui et être serein même quand on le laisse évoluer librement.

Vidéo sur l'apprentissage de la marche en laisse

Le mot de la fin

Si vous vivez à la campagne et qu'il y a peu de passage, il n'est pas indispensable d'attacher systématiquement votre compagnon : n'hésitez pas à lui offrir l'opportunité de gambader à sa guise et de se dégourdir les pattes. D'autant que la laisse, à l'image du licol ou les rênes des chevaux, n'est pas quelque chose de naturel.

 

Enfin, il est bon de savoir qu'il existe beaucoup de méthodes intermédiaires pour apprendre à son chien à marcher en laisse, issues du vécu et de l'adaptation personnelle de chacun. L'exemple le plus flagrant est dans la tenue de la laisse. Certains maîtres utilisent les deux mains : celle opposée au chien est passée dans la poignée, tandis que l'autre sert de guide. D'autres au contraire n'utilisent qu'une seule main, qu'elle soit côté chien ou à l'opposé, la laisse passant alors devant ou sous les fesses, ce qui est pratique avec un chien lourd. Chaque maître peut donc adapter ses pratiques à ce qu'il vit concrètement lorsqu'il se déplace avec son animal.

Dernière modification : 04/11/2022.

Commentaires sur cet article

Bonjour et merci pour votre article, et oui la marche en laisse c'est tout un art ! C'est vrai qu'il n'est pas rare de voir des maîtres promenés par leur chiens... avec un peu de pratique c'est pourtant assez simple.

Bon courage à tous

   

J'ai acquis un petit chiot il y a maintenant 2 semaines et demi. Il n'accepte pas de collier ne suit plus, et se gratte énormément. Par contre, il écoute très bien le rappel et marche toujours à ma hauteur (sans laisse donc), je me demande comment lui faire accepté le collier pour ensuite envisager la laisse.

0    0
Par Alex

Ma chienne, qui a toujours eu davantage l'habitude d'être sans laisse qu'avec, mais qui marchairt très bien avec aussi, s'est mise après un démanagement (village vers la ville) s'était mise à "réclamer" la laisse - elle était libre en centre ville mais plus sage avec la laisse dans notre quartier - j'ai alors compris que ce rattachement à moi la rassurait.
J'ai toujours fait en sorte de faire en sorte qu'on n'ait le moins de contraintes mes chiens et moi, et si je manque parfois un peu d'autorité, j'ai toujours eu des chiens très attachés à moi (et réciproquement) qui ont rapidement suivi derrière moi et marché en laisse lorsque je le décidais. Je fais peut-être ça naturellement ...?
J'espère que ça va être toujours aussi naturel avec la petite chienne que je vais adopter.

0    0
Par CocciNim

coucou
des petits conseils c'est toujours utile

0    0
Par TAYO

Merci pour les conseil mais jai fait tout se que vous avez écris mais cela change pas il sort dehors sans laisse mais une fois que nous lui mettons sa laisse il rentre directement a la maison et ne bouge plus et une fois quon lui enleve il ressort !!! Et il accepte trés bien le collier.

0    0
Par Jessica1005

Merci pour tous ces conseils ce n'est pas évident de savoir si ce que l'on fait est bien pour lui et surtout si tout va dans la bonne direction. Mon petit golden refuse d'avancer avec sa laisse il supporte très bien son collier maintenant mais la laisse non.

0    0
Par fraizycc

à lire

0    0
Par LeChat

moi mon chien est très difficile a promener mais défois quand je lui dit au pied il m'obeit ou il ne m'obeit pas

0    0
Par jennifer

les chien sont gentil prenet un fox terrier par exemple c'est ce que j'ai il sont énergique et gentil je ne vous parle pas des bêtises il en fais pleins .

0    0
Par sophie

Discussions sur ce sujet