Déménager avec un chien : le déménagement dans la vie du chien

Déménager avec un chien : le déménagement dans la vie du chien

Selon une étude effectuée auprès des Français en 2016 par l’IFOP, le déménagement arrive en 5e place des événements de la vie dont l’organisation est la plus stressante à gérer, après le décès d’un proche, la perte d’un emploi, un divorce et une mutation professionnelle.


Il est même parfois comparé à un mini séisme psychologique, d’autant plus stressant s’il est imposé et non désiré.


Or, c’est exactement ce qui est vécu par un chien, peu importe les précautions prises par son maître pour atténuer l'impact du changement pour le chien. Étant confrontés à la perte totale de leurs repères quotidiens, tous les chiens vivent cette expérience en subissant un stress intense, avec toutes les répercussions que cela peut avoir sur leur comportement. Par conséquent, lorsqu’un déménagement se profile à l’horizon, il est très important de prendre en compte la situation du chien et de faire preuve de prévoyance en respectant certaines bonnes pratiques.


En effet, avoir un chien implique de grandes responsabilités qui ne disparaissent pas avec un déménagement, voire, au contraire, qui sont d’autant plus prégnantes lors de moments cruciaux de ce genre. L’anticipation et la préparation sont la clé pour bien réussir ce changement et pour éviter que ce bouleversement n’affecte d’une quelconque manière la relation entre le chien et son maître. Établir une liste de choses à faire en amont du déménagement puis au terme de ce dernier et s’y référer régulièrement peut aider à relativiser l’ampleur de la tâche et à rester zen tout au long du processus, tout en diminuant le risque d’oublier quelque chose.

Page 1 :
Les aspects administratifs d’un déménagement avec un chien
Les aspects administratifs d’un déménagement avec un chien

Si un changement de localité - voire de pays - est prévu, il est important de s’enquérir des lois en vigueur concernant les chiens dans le nouveau lieu de résidence. Certaines races de chiens y sont-elles interdites ? Un permis est-il requis ? Y a-t-il un nombre maximal d’animaux autorisé par habitation ? Quelles sont les obligations relatives aux déplacements avec le chien (laisse obligatoire, couvre-feu, endroits interdits...) ?

 

Certains pays comme la France et la Belgique ont voté des lois empêchant un propriétaire d’interdire la présence d’un animal dans une location résidentielle. Au Canada, il en va de même en Ontario. Toutefois, si on prend par exemple le cas de la France, le locataire peut malgré tout se voir opposer un refus du propriétaire dès lors que son compagnon fait partie des races de chiens considérées comme dangereuses, plus précisément les chiens de catégorie 1. Quant à la Belgique, selon certaines jurisprudences, un bailleur serait fondé à interdire les chiens de façon systématique afin de limiter les sources potentielles de conflits entre locataires dans un immeuble à logements multiples. Il est aussi admis de mettre une clause au bail limitant le nombre d’animaux permis par logement.

 

Par ailleurs, en cours de bail, il peut arriver que le locataire soit contraint par jugement de se séparer de son chien (ou de quitter le logement) si des voisins portent plainte pour nuisances impliquant le chien, ou encore pour dommages à la propriété. Dans tous les cas, s’informer de ces détails en amont du déménagement évitera les mauvaises surprises le jour J.

 

En d’autres endroits, comme par exemple au Québec, où aucune loi n’empêche de faire figurer dans les baux résidentiels une interdiction de posséder un animal de compagnie, mieux vaut ne pas prendre pour acquise la permission d’avoir un chien obtenue lors de la signature du bail. En effet, un désaccord peut survenir durant le bail et amener le propriétaire à changer d’avis sur le chien. Un privilège obtenu n’est pas un droit acquis. Au demeurant, il peut arriver que des propriétaires mal intentionnés utilisent le chien comme faux prétexte pour obtenir, soit par jugement soit par pressions de toutes sortes, le départ d’un locataire jugé indésirable... Mieux vaut prendre le temps de s’informer au préalable auprès des autorités compétentes en matière de relation propriétaire/locataire pour connaître exactement les droits et obligations de chacun, ainsi que les moyens de se protéger en cas de situation conflictuelle.

 

Par ailleurs, dans un nombre croissant de pays (dont la France, la Belgique et la Suisse), faire identifiier son chien par puce ou tatouage est obligatoire, et permet de restituer chaque année des milliers de chiens perdus à leur propriétaire. Mais encore faut-il pour cela que leurs coordonnées dans la base de données soit à jour !

 

Par conséquent, lors d'un déménagement avec un chien, il est essentiel de penser à mettre à jour ses coordonnées dans le fichier national des chiens. En France, ce dernier est géré par l'I-CAD (Identification des Carnivores Domestiques), et la mise à jour peut se faire en quelques clics depuis son site Internet.

 

Enfin, si l'animal porte une médaille pour chien avec les coordonnées de son maître (ce qui est obligatoire dans certaines villes du Québec, par exemple), une mise à jour ou un remplacement de ladite médaille peut également s'imposer.

 

Il est recommandé de s'occuper de la mise à jour des coordonnées juste avant le déménagement plutôt qu'après. En effet, le jour J et ceux qui suivent présentent un risque important de fugue du chien, et il est donc important d'être joignable à tout moment en cas de besoin.

 

Dans le même ordre d’idées, avoir sur soi les coordonnées de la fourrière du nouveau lieu de résidence facilitera les démarches au cas où le chien y serait emmené.

Page 1 :
Les aspects administratifs d’un déménagement avec un chien
Dernière modification : 08/08/2019.
Reproduction interdite sans autorisation.
Partager
 

Discussions sur ce sujet