Comprendre le comportement de flairage du chien en promenade

Comprendre le comportement de flairage du chien en promenade

Si pour beaucoup de maîtres la promenade peut être un grand moment de complicité avec leur chien, pour d'autres en revanche, elle représente un véritable cauchemar. Un chien qui tire sur sa laisse, qui a peur, ou un chien qui agresse les autres chiens (voire les passants), est loin d'être facile à gérer, et nécessite souvent l'aide d'un comportementaliste canin pour y remédier.


Or, pour que les promenades avec le chien restent ou deviennent le plus agréable possible, il est indispensable de comprendre ce qu'il vit de son côté. 

Partager
 

Qu'est-ce que le comportement de flairage du chien ?

La promenade du chien est pour lui l'occasion rêvée - et parfois la seule - pour exercer son comportement exploratoire : il a besoin de sortir pour découvrir le monde. En balade, le chien visite son environnement : il perçoit, voit, entend, écoute, touche et ressent, mais par-dessus tout, il sent, ou plutôt il flaire. Qu'importe que certains propriétaires aient d'immenses jardins : pour être équilibré et bien dans sa peau, le chien a besoin de découvrir le plus souvent possible de nouveaux endroits, croiser de nouvelles personnes ou espèces que celles dont il a l'habitude, et sentir de nouvelles odeurs. Ne pas sortir un chien, ne pas lui faire découvrir son environnement, c'est comme interdire à ses maîtres les sorties ou les empêcher de partir en vacances. Rompre la monotonie est le meilleur moyen d'être équilibré, a fortiori pour les chiens, qui sont des animaux explorateurs. 

 

Grâce à l'organe de Jacobson, aussi appelé organe voméro-nasal (organe tubulaire présent chez les mammifères, spécialisé dans la détection des phéromones), l'odorat est le sens le plus développé chez les chiens. Ils reçoivent ainsi quantité d'informations sur leur environnement, et ce qui, pour l'être humain, ne signifie rien, est pour eux un livre ouvert sur tout un monde de perceptions. En effet, les êtres humains reconnaissent les odeurs qui sont reliées à une trace dans leur mémoire (senteurs, saveurs, arômes...). Mais grâce à un nombre de récepteurs sensoriels dix fois plus grand que l'Homme, le chien possède un pouvoir plus performant. 

 

Malheureusement, le comportement de flairage est très souvent réprimé, car incompris ou mal compris par la plupart des propriétaires. Par exemple, il peut arriver que le chien sente une odeur qui est pour lui absolument irrésistible, et se mette à tirer comme un fou sur sa laisse. Le maître aura tendance à tirer de leur côté pour réprimer ce comportement. Seulement, si c'est facile de retenir un chien de petite taille, ça le sera un peu moins avec un Rottweiler, par exemple. Or, en réalité, le chien cherche simplement à remonter à la source de cet effluve si attrayante.

 

Souvent, ce sera le comportement de flairage des excréments d'autres chiens qui sera sanctionné par des « Non ! » secs, voire des coups sur la laisse du chien. Or, pour lui, son comportement n'est ni sale ni dégoûtant, mais au contraire plutôt distrayant. En flairant les excréments de ses congénères, il prend connaissance des messages laissés par eux. Il s'informe ainsi de qui est passé à cet endroit, si c'est un mâle ou une femelle, si celle-ci est en chaleur ... Les capacités du chien lui permettent d'identifier les émanations du sol, quel que soit le substrat sur lequel les traces olfactives sont laissées par d'autres animaux, ou encore par les végétaux, les passants, les véhicules... En privant le chien de ce comportement de flairage, les maîtres le privent de son droit à l'information. Quoi de plus frustrant pour un chien que de ne pas avoir le droit de lire ces messages !

 

De plus, en déposant ses propres excréments au même endroit, il va lui aussi laisser un message aux autres chiens ; en somme, il dépose ainsi sa réponse. En effet, une partie de la communication des chiens passe par la communication chimique (urines et excréments, sécrétions hormonales, marquages, grattages...).

 

Malheureusement, ce comportement et ce phénomène sont encore assez inconnus des propriétaires de chiens. En réprimant le comportement de flairage du chien, les maîtres ne font que créer une source de stress et de frustration intense chez leur compagnon. Au contraire, ils devraient donc essayer de se mettre à sa place. En effet, il est aisé d'imaginer qu'un manque total de stimulations entre êtres humains les rendrait sans doute malheureux, frustré et en quelque sorte « en manque » d'échanges et d'interactions avec leurs congénères.

Gérer le comportement de flairage du chien

Il est donc nécessaire de gérer au mieux les sorties, sous peine de rendre la vie impossible au maître comme au chien. À force d'être retenu, tiré, interdit de sentir, ce dernier risque en effet de tout mettre en oeuvre pour s'adonner quand même, sous quelque forme que ce soit, à ce besoin viscéral qui est en lui. Quant au propriétaire, il n'aura plus aucun goût de partir en promenade avec son chien si ce dernier est intenable.

 

Pourtant, pour le bien-être du chien, il est donc vivement conseillé de le laisser flairer et explorer. 

 

Pour rendre ces moments plus agréables, il existe plusieurs solutions. Certains propriétaires lâchent simplement leur chien et continuent à avancer, sans se soucier de leur animal, car celui-ci les rejoint finalement assez vite. Il faut bien entendu que les conditions de sécurité maximale soient rassemblées ; on ne lâche pas un chien en plein centre-ville. D'autres s'arrêtent et laissent le chien vaquer à ses occupations le temps qu'il le décide.

 

Il est également possible d'alterner les moments de marche en laisse et les instants de pause, où le chien sera libre de sentir à sa guise, et sans laisse si possible. 

 

Dans tous les cas, il faut veiller à ce que le temps de flairage soit assez long. En effet, le chien ne peut pas aller au bout de son comportement de flairage en 3 secondes, il lui en faut davantage. Il revient alors aux propriétaires de prévoir ce temps durant les promenades du chien.

 

Bien entendu, si le chien s'éternise sur une quelconque piste, ou s'il s'embarque hors des sentiers battus pour suivre une trace olfactive intéressante, le maître peut le détourner de son comportement exploratoire en l'appelant et en l'invitant à venir près de lui, pourquoi pas avec une récompense (friandise pour chien ou jouet), plutôt qu'en tirant sur sa laisse.

Le mot de la fin

Par le comportement de flairage, le chien emmagasine un nombre considérable d'informations, et l'olfaction joue un rôle important dans sa communication. Ainsi, empêcher un chien de flairer durant les promenades, c'est l'empêcher d'échanger et d'interagir avec ses congénères, et un chien frustré est un animal qui développe plus facilement des troubles du comportement

 

Ainsi, quand le chien s'arrête pour flairer et se renseigner sur le monde qui l'entoure, pourquoi ne pas profiter de ce moment de repos pour boire de l'eau, prendre des photos de la nature ou encore simplement profiter du paysage ?

Dernière modification : 12/07/2018.
Reproduction interdite sans autorisation.

Vidéos sur ce sujet

Discussions sur ce sujet