Les chiens à la queue en tire-bouchon

Un chien roux avec une queue en tire-bouchon

L'on ne peut décrire un chien sans évoquer son museau, ses oreilles, son pelage, son gabarit... mais aussi sa queue. Cette dernière est généralement de forme allongée, et portée plutôt droite ou tournée vers le bas. Mais il arrive dans certains cas qu'elle prenne une apparence plus originale - notamment une forme de tire-bouchon, comme ce que l'on observe couramment chez le cochon.


Cet aspect particulier confère une certaine élégance, et est pour cette raison très apprécié. Il n'est pourtant présent qu'au sein de quelques races.


Quelle est l'origine de cette particularité morphologique ? Constitue-t-elle un handicap pour l'animal en question, notamment pour sa santé ou son comportement ? Quelles sont les principales races avec une queue en tire-bouchon ?

Pourquoi certains chiens ont-ils la queue enroulée ?

L'arrière-train et la queue en tire-bouchon d'un chien

La queue d'un chien est normalement constituée d'une vingtaine de petites vertèbres.

 

Ces dernières sont censées avoir une forme globalement rectangulaire. Toutefois, dans certains cas, une ou plusieurs d'entre elles sont sujettes à une malformation d'origine génétique et prennent d'autres formes : elles peuvent être triangulaires, ou fusionnées entre elles. Lorsque cela se produit, la queue s'enroule alors sur elle-même. Elle est d'autant plus enroulée que le nombre de vertèbres concerné est important.

 

Il s'agit d'une évolution morphologique, qui n'est absolument pas douloureuse et qui serait naturellement apparue au fil du temps. Elle est plus courante chez les races originaires de pays froids et/ou utilisées comme chien de traîneau depuis longtemps. Plusieurs raisons sont évoquées à cela, la principale étant qu'elle permettrait d'éviter que la queue traîne au sol lorsque ces chiens courent dans la neige ou tractent un traîneau.

 

Aujourd'hui, cette forme particulière se retrouve aussi chez un certain nombre d'autres races, en particulier les chiens de type spitz comme le Loulou de Poméranie ou le Shiba Inu. Son rôle est surtout esthétique, car non contente d'être originale, une queue en tire-bouchon est une marque d'élégance - notamment lorsqu'elle forme une sorte de petit plumeau.

Les races de chien avec une queue en tire-bouchon

Même si techniquement rien n'empêche un chien d'avoir une queue en tire-bouchon, de tels spécimens se retrouvent tout de même essentiellement au sein d'une poignée de races - essentiellement des spitz, mais pas uniquement.

 

Voici une petite présentation de dix d'entre elles, ainsi que quelques-unes de leurs particularités les plus remarquables.

Le Shiba Inu

Un Shiba Inu roux urajiro debout dans la neige

Emblème canin du pays du Soleil levant, le Shiba Inu est une race assez petite, mais qui a tout de même conservé une certaine noblesse héritée de son ancêtre le loup. Il faut dire qu'il ressemble beaucoup à ce dernier, en plus petit : il possède un pelage court mais dense, un corps musclé, un museau allongé, ainsi que des oreilles triangulaires portées droites.

 

Toutefois, il possède comme les autres spitz une queue enroulée sur elle-même, qu'il porte fièrement sur son dos. Quant à sa robe, elle est généralement urajiro (c'est-à-dire colorée sur le dessus et blanche sur le dessous du corps), mais arbore parfois d'autres couleurs : on trouve par exemple des spécimens intégralement blancs.

 

Bien qu'il soit particulièrement calme et d'apparence sage, le Shiba Inu n'est pas spécialement docile, ni même obéissant. Il possède en fait un caractère bien trempé, et n'obéit que s'il en a envie. Cela ne signifie pas qu'il soit stupide, au contraire : sa grande intelligence le rend parfaitement capable de comprendre les ordres qu'on lui donne, mais aussi de juger de leur bien-fondé. Autant dire que s'il trouve une demande inutile ou rébarbative, il y a peu de chances qu'il obéisse sans discuter.

Le Carlin

Un Carlin vu de profil marche dans un jardin

Aisément reconnaissable à sa face écrasée et son pelage ras généralement couleur sable, le Carlin fait partie des quelques races à la queue en tire-bouchon qui n'appartiennent pas à la famille des spitz. Cette dernière s'enroule peu à peu au cours de la croissance, pour finir le plus souvent par former une voire deux boucles. Ce dernier cas de figure est très recherché.

 

Comme beaucoup de chiens au nez écrasé, le Carlin a un visage rond, et une gueule qui semble sourire en permanence. Le museau est de couleur sombre, presque noire, tout comme le contour des yeux et l'arrière des oreilles : c'est ce que l'on appelle un masque. Quant au corps, il est trapu et compact, sans pour autant paraître gras ou court sur pattes.

 

Apprécié pour sa sociabilité et sa bonne humeur, le Carlin est un très bon choix pour toute personne cherchant un chien de compagnie. Il a tendance à se montrer particulièrement énergique quand il est petit, mais se calme en grandissant pour devenir simplement enjoué et joyeux. Ce n'est pas pour autant une race sportif, même s'il aime beaucoup jouer avec ses humains ou avec des congénères.

Le Loulou de Poméranie

Un Loulou de Poméranie sur un banc en bois

Véritable petite peluche vivante, le Loulou de Poméranie (aussi appelé Pomeranian ou Spitz Nain) a tout pour lui : une adorable bouille trop mignonne, de gros yeux ronds, une longue fourrure cotonneuse et toute douce, et pour parfaire l'ensemble, une jolie queue repliée sur elle-même et en forme de pompon. L'ensemble n'est vraiment pas bien grand, mais dispose de tous les atouts pour faire chavirer les coeurs - ce qu'il fait d'ailleurs très bien.

 

Il est souvent roux, ce qui lui vaut de faire partie des chiens ressemblant le plus à un renard : c'est d'ailleurs la robe la plus recherchée. Pourtant, dans la pratique, il peut prendre toutes sortes de couleurs : blanc, noir, marron, gris...

 

Particulièrement apprécié comme chien de compagnie en raison de sa gentillesse et sa bonne humeur, le Loulou de Poméranie possède un caractère plus agréable et conciliant que celui de beaucoup de petits chiens. Cela ne signifie pas pour autant qu'il faille tout lui passer, car il aurait alors tôt fait de prendre ses aises et de se montrer désobéissant. Par conséquent, son apparence adorable ne doit pas dispenser de l'éduquer correctement et de lui fixer des limites.

Le Basenji

Un Basenji debout au milieu d'un jardin

Aisément reconnaissable à son pelage ras et ses grandes oreilles de chauve-souris, le Basenji est une des rares races de chiens originaires d'Afrique. Il appartient à la famille des spitz, et comme ces derniers, il est doté d'une queue en tire-bouchon qu'il porte élégamment sur son dos. Lorsque celle-ci est très enroulée, elle forme même une double boucle.

 

Le Basenji est souvent bicolore, mais il peut en fait arborer des robes assez variées - y compris unies ou tricolores. Le pelage est toujours court, ce qui met en valeur sa silhouette fine mais musclée. Quant à ses yeux, ils sont généralement noirs - ou en tout cas très foncés - et dotés d'une expression impénétrable.

 

Le Basenji n'est en effet pas connu pour être particulièrement expressif, bien au contraire. Cela ne l'empêche toutefois pas de tisser des liens très forts avec sa famille - notamment avec celui qui s'occupe le plus de lui et qu'il considère comme son maître. Comme de surcroît il a besoin de beaucoup d'exercice chaque jour pour être bien dans sa peau, l'idéal est de le faire participer à toutes sortes d'activités et de sorties. Pour autant, il possède un caractère très indépendant, qui lui permet de s'occuper facilement lorsqu'il se retrouve seul : il n'est pas spécialement sujet à l'anxiété de séparation.

L'Akita Inu

Un Akita Inu marche dans un parc

Version de grande taille du Shiba Inu, qui est comme lui une race japonaise, l'Akita Inu est comme ce dernier doté d'une belle queue épaisse et enroulée sur elle-même. Comme il possède un pelage long, celle-ci forme un élégant pompon sur son dos : elle est plutôt longue, et atteint quasiment le jarret lorsqu'on la déroule.

 

En dehors de cet aspect, l'Akita ressemble à une grosse peluche, en raison notamment de son allure de nounours et de sa fourrure dense. La robe est généralement urajiro, c'est-à-dire colorée sur le dessus du corps et blanche en-dessous. Ses oreilles sont triangulaires, comme chez beaucoup d'autres spitz : elles sont toutefois chez lui de petite taille, plantées assez bas sur le crâne, et plutôt tournées vers l'avant.

 

Bien que la race ait actuellement le vent en poupe en Europe - même si elle y reste moins populaire que le Shiba -, l'Akita n'est pas connu pour avoir un caractère facile à prendre en main. Il est certes calme et très intelligent, mais n'est pas très docile : il se montre au contraire volontiers têtu, n'obéissant que s'il en a envie. En plus de cela, il s'entend assez mal avec ses congénères, en raison de son tempérament dominant. Les bagarres entre chiens ne sont pas rares avec lui...

Le Keeshond

Un Keeshond court au milieu des vagues à la plage

Aussi appelé Spitz-Loup en raison de sa ressemblance avec le canidé éponyme, le Keeshond est, comme son nom l'indique, un chien appartenant à la famille des spitz. Il n'est donc pas surprenant que, comme ces derniers, il possède une queue en forme de tire-bouchon, portée rabattue sur le dos. Celle-ci est de taille moyenne, frangée et de la même couleur que le reste du corps - c'est-à-dire grise -, sauf au niveau de son extrémité où elle est noire.

 

En dehors de cela, le Keeshond a un corps de taille moyenne, musclé mais moins trapu que ce que son pelage volumineux pourrait laisser croire. Quant à sa tête, elle est typique des spitz, avec un nez allongé et des oreilles triangulaires.

 

Il n'y a pas que sur le plan morphologique que le Keeshond est proche du loup : c'est vrai également de son caractère. Il est en effet intelligent, plutôt indépendant même s'il tisse un lien fort avec sa famille, et naturellement méfiant envers les inconnus. Toutes ces caractéristiques font de lui un bon chien de garde, attentif et vigilant. Dans le même temps, il n'a pas un besoin d'exercice important, et s'accommode même d'une vie en ville même s'il préfère la campagne.

Le Hokkaido

Un Hokkaido Ken debout dans l'herbe, vue de profil

Moins connu que ses cousins le Shiba et l'Akita, l'Hokkaido Ken est un beau spitz plutôt haut sur pattes et d'apparence robuste. Sa longue silhouette musclée se termine par une jolie queue enroulée sur elle-même jusqu'à former une faucille ou un tire-bouchon. À cause de sa forme, elle semble plutôt courte ; elle atteint pourtant quasiment le jarret lorsqu'elle est entièrement dépliée et abaissée le long de la patte.

 

Son pelage plutôt court est suffisamment dense pour lui permettre de supporter les rudes hivers de sa région natale - l'île japonaise d'Hokkaido, qui lui a d'ailleurs donné son nom. Il est particulièrement apprécié lorsqu'il est blanc comme la neige. Il peut toutefois aussi être roux, noir, bringé (c'est-à-dire rayé), bicolore ou encore sésame.

 

L'Hokkaido ressemble à une grosse peluche, et son caractère est d'ailleurs bien plus agréable que celui de bon nombre de spitz. Il est en effet docile, obéissant, et affectueux sans pour autant se montrer envahissant. Il est plutôt méfiant envers les étrangers, ce qui fait de lui un bon gardien - d'autant qu'il est naturellement protecteur envers sa famille. Le principal inconvénient avec lui est qu'il s'entend globalement mal avec les autres animaux - congénères comme représentants d'autres espèces. Mieux vaut donc qu'il soit le seul animal du foyer, pour éviter les conflits et bagarres.

L'Alaskan Klee Kai

Un Alaskan Klee Kai à l'air heureux dans un parc

Ressemblant fortement à une version miniature du Husky Sibérien, l'Alaskan Klee Kai est une race récente, qui fut développée dans la seconde moitié du 21ème siècle. Il fait partie de la famille des spitz, et possède comme ces derniers une queue enroulée sur son dos à la manière d'une faucille ou d'un tire-bouchon. Cette dernière se termine le plus souvent par une touffe de poils noirs, le reste étant traditionnellement gris sur le dessus et blanc en-dessous.

 

Ce n'est pas pour rien qu'il fait partie des races de chien ressemblant le plus à un loup : son pelage dense et généralement grisâtre n'est pas sans rappeler celui de son ancêtre, et sa tête est pourvue d'oreilles dressées ainsi que d'un museau allongé semblables à ceux des autres canidés. La principale différence avec le loup vient surtout de sa taille : il n'est vraiment pas bien grand, ne pesant qu'une dizaine de kilos à l'âge adulte.

 

Côté caractère, l'Alaskan Klee Kai est indubitablement plus proche du chien que du loup. En effet, contrairement à son cousin le Husky, il est destiné davantage à la compagnie qu'au travail : il a donc été sélectionné pour être affectueux, jovial et agréable. Il tolère plutôt bien la présence de congénères dans le foyer ; ces derniers sont d'ailleurs les bienvenus, car ils peuvent faire de bons compagnons de jeu pour lui. Il faut dire qu'il ne manque pas d'énergie malgré sa petite taille, et qu'il pourrait rapidement s'ennuyer s'il n'était pas suffisamment sollicité.

Le Samoyède

Deux Samoyèdes courent au milieu de la neige

Très apprécié pour son beau pelage intégralement blanc comme la neige, le Samoyède est un spitz d'apparence compacte et musclée. Il semble beaucoup plus volumineux qu'il ne l'est réellement en raison de sa fourrure très dense, qui le protège efficacement pendant la saison froide. Cette dernière forme une crinière plus ou moins fournie autour du cou, et recouvre aussi notablement la queue en tire-bouchon pour former une sorte de gros pompon sur le dos.

 

En dehors de cela, le museau est très allongé comme souvent chez les spitz, et les oreilles portées dressées sur la tête. Seuls sa fourrure blanche et cotonneuse, son air jovial et son habituel sourire permettent de ne pas le confondre avec son ancêtre le loup et de ne pas laisser de doute quant au fait qu'il s'agit bel et bien d'un chien.

 

Il a beau être originaire des régions les plus froides de Russie, le Samoyède est une race chaleureuse, amicale et agréable à vivre du moment que ses besoins sont comblés. Parmi ceux-ci, figure notamment le fait de ne pas se retrouver trop souvent seul, car il s'attache beaucoup à sa famille et souffre de demeurer longtemps en son absence. En outre, il ne supporte pas de rester inactif : c'est en effet un grand sportif, qui a besoin de se dépenser longuement chaque jour pour se sentir bien dans ses pattes et dans sa tête.

Le Spitz Finlandais

Vue proche d'un Spitz Finlandais dans un décor enneigé

Probablement l'un des spitz les moins connus et répandus, le Spitz Finlandais est une belle race de chien roux, qui possède une queue bien fournie et enroulée sur elle-même, ainsi qu'un museau pointu. Toutes ces particularités lui valent d'être souvent comparé à un renard : pourtant, c'est davantage du loup qu'il tient. Comme ce dernier, il est plutôt haut sur pattes, et est doté d'un corps à la fois fin et musclé, ainsi que de larges oreilles portées droites sur sa tête.

 

Sa belle fourrure est probablement la principale caractéristique de cette race nordique : sa teinte va du rouge au doré, avec éventuellement quelques taches blanches sur les pattes et/ou le poitrail. Comme souvent, le dessous du corps est d'une couleur plus claire que le reste, sans être blanc pour autant.

 

Utilisé pendant des siècles pour la chasse au gibier de taille moyenne à grande, le Spitz Finlandais a conservé un fort instinct de prédation : il n'est donc pas leur meilleur compagnon pour des petits animaux tels que les chats ou les rongeurs. Il n'est pas fait non plus pour vivre en ville, et ne saurait d'ailleurs se satisfaire d'un petit jardin : il lui faut de grands espaces pour pouvoir se dépenser à sa guise. Un maître sportif, qui peut l'emmener avec lui lors de ses séances d'entraînement, est un excellent choix pour lui.

Une queue enroulée handicape-t-elle le chien ?

Vue proche de la queue en tire-bouchon d'un chien roux

Même si ce n'est pas sa forme naturelle, une queue en tire-bouchon ne cause aucune douleur au chien qui en est doté, et ne pose aucun problème de santé particulier. La question se pose donc plutôt sur le plan comportemental.

 

En effet, il est bien connu que la queue est pour un chien un moyen de communiquer avec des congénères et/ou avec des humains : il peut en effet la remuer pour transmettre sa joie ou au contraire son stress, la placer entre ses pattes pour indiquer sa peur ou sa soumission, la tenir bien droite quand il est attentif ou concentré, etc.

 

Or, un chien doté d'une queue en tire-bouchon ne dispose pas de la même capacité de mouvement qu'un autre en ayant une normale. Il peut tout de même la remuer un peu - notamment lorsqu'il est content -, mais ne peut effectuer les mêmes mouvements que ses congénères. Cela constitue donc objectivement un petit handicap pour lui.

 

Pour autant, il faut bien garder en tête qu'un chien ne communique pas uniquement avec sa queue : il utilise l'ensemble de son corps pour transmettre son état d'esprit à son entourage : position des oreilles, sourire, regard, posture du corps, etc. Par conséquent, même s'il ne peut utiliser correctement son appendice caudal, cela ne l'empêche pas vraiment de transmettre ses émotions à ses congénères par d'autres moyens, et ne le gêne donc pas spécialement au quotidien.

 

Il en va d'ailleurs de même pour les chiens sans queue, qui sont confrontés au même problème mais n'en souffrent pas vraiment non plus : ils ont simplement mis au point d'autres mécanismes pour communiquer avec leur entourage.

Quels sont les autres types de queue possibles ?

Deux chiens vus de dos reniflent dans l'herbe

Si les chiens à la queue en tire-bouchon sont aussi remarquables, c'est bien parce qu'il s'agit d'une exception à la règle : ils ne sont qu'une poignée de races à posséder cette particularité, sur les centaines qui existent à travers le monde.

 

La plupart des autres chiens ont en effet une queue droite, ou courbée pour former un S ou un J. Le port est lui aussi varié : certaines races la tiennent plutôt relevée au-dessus de leur dos, d'autres la gardent de préférence tournée vers le bas - voire baissée entre leurs pattes. D'autres enfin la tiennent plutôt droite, dans le prolongement de leur corps : elles en paraissent d'ailleurs plus longues qu'elles ne le sont réellement.

 

Cela étant, il existe aussi des chiens à la queue très courte, voire qui n'en ont pas du tout. Cette particularité peut être soit le fait d'une évolution naturelle (comme pour les races chez qui elle est enroulée), soit le fait de l'humain qui la coupe peu après la naissance - une pratique contestée appelée caudectomie.

 

Au final, le port et la forme de la queue contribuent bel et bien à l'identité de chaque race, et parfois aussi à son charme.

Article détaillé : La queue du chien

Conclusion

Certains chiens sont dotés d'une queue tellement enroulée sur elle-même qu'elle finit par former une boucle - voire deux. Cette apparence particulière peut paraître artificielle, voire douloureuse : elle est pourtant naturelle, et ne constitue pas vraiment un handicap pour l'animal qui en est doté. Il n'y a donc pas lieu de s'inquiéter par rapport à ce petit tire-bouchon.

 

Cela ne signifie pas pour autant qu'il ne faut jamais prêter attention à son état, car elle peut effectivement prendre une forme étrange lorsqu'elle est endommagée ou souffre d'une maladie. Un exemple très parlant est le syndrome de la queue morte, qui se caractérise par un appendice caudal anormalement bas, flasque et douloureux. Par conséquent, si jamais le port de la queue du chien change brusquement, mieux vaut contacter un vétérinaire pour en avoir le coeur net.

Par Aurélia A. - Dernière modification : 11/25/2022.