L'avocat est-il toxique pour le chien ?

Des avocats posés sur une table

Aujourd’hui très apprécié un peu partout dans le monde, l’avocat est originaire du Mexique, où il était déjà consommé il y a 8000 ans. Il fut ensuite importé en Europe au 17ème siècle par les Espagnols : il y était considéré à cette époque comme un produit de luxe, alors que dans le même temps en Amérique il était surnommé le « beurre du pauvre ».


L'avocat fait pourtant partie des fruits toxiques pour un chien, et il ne faut donc pas en donner à son animal.

Pourquoi l'avocat est-il toxique pour les chiens ?

Une femme donne des morceaux d'avocat à son Husky

L'avocat possède indéniablement des bienfaits nutritifs pour les chiens, puisqu’il contient des vitamines, du potassium, des folates (vitamines B9) et plusieurs acides gras qui contribuent au bon état du poil et de la peau. Il contient aussi des antioxydants pouvant prévenir certaines maladies comme le cancer.

 

En outre, contrairement à beaucoup de fruits, le noyau de l’avocat ne contient pas d’amygdaline : il n’y a donc pas de risque qu’un chien qui parviendrait à le croquer soit victime d’une intoxication au cyanure.

 

En revanche, l'avocat contient de la persine, une toxine fongicide (c’est-à-dire qui tue les champignons) située essentiellement dans le noyau, la peau et parfois aussi la chair. Cette substance est toxique pour le cœur des animaux domestiques, dont le chien : plus précisément, elle provoque une nécrose du tissu du myocarde (l'épithélium). En revanche, elle est considérée comme inoffensive pour l'humain.

 

La dose toxique pour un chien est difficile à évaluer, tout comme la dose mortelle. Néanmoins, les variétés Guatemala et Nabal sont considérées comme les plus dangereuses, car elles contiennent plus de persine.

Les symptômes d'intoxication d'un chien à l'avocat

Un Carlin lèche la peau d'un avocat

L’intoxication d’un chien à l’avocat se manifeste dans un délai de 1 à 72 heures, en fonction de la quantité ingérée et de la variété d’avocat.

 

Les principaux symptômes sont :

 

  • des problèmes digestifs, qui apparaissent en moyenne 1 à 3 heures après l’ingestion : vomissements, gonflement de l’abdomen, refus de s’alimenter, hypersalivation... ;

  • des problèmes cardiorespiratoires, qui se manifestent plus tardivement, entre 15 heures et 3 jours après l’ingestion : accélération du rythme cardiaque, difficultés respiratoires, œdème pulmonaire...

 

En cas d'intoxication légère, il est possible que seuls les symptômes digestifs apparaissent. Toutefois, dans le doute, mieux vaut considérer toute ingestion d'avocat comme problématique et réagir en conséquence.

Que faire si mon chien mange de l'avocat ?

Si un chien a mangé de l’avocat, il faut immédiatement l’emmener chez le vétérinaire même s’il est trop tôt pour que les symptômes aient commencé à apparaître, car sa vie peut être en danger.

 

Il n’existe pas d’antidote, mais le professionnel de santé est en mesure d’agir sur deux tableaux : éliminer les toxines d'une part, et traiter les symptômes d’autre part.

L'élimination des toxines de l'avocat

Un chien empoisonné placé sous perfusion chez le vétérinaire

Le vétérinaire dispose de différents moyens pour débarrasser le plus possible le chien de la persine, avant qu'elle ne cause des dégâts irréversibles sur son organisme :

  • le faire vomir ;
  • pratiquer un lavage gastrique ;
  • lui donner du charbon végétal activé ;
  • le mettre sous fluidothérapie, une injection sous-cutanée qui permet de le réhydrater et d’augmenter le flux sanguin.

 

Ces moyens peuvent parfaitement se cumuler ; c'est le vétérinaire qui se charge de décider quels sont les plus adaptés pour éliminer les toxines. Il ne faut donc pas prendre l'initiative de faire vomir un chien qui a mangé de l'avocat, ni de lui donner du charbon actif.

Le traitement des symptômes d'intoxication à l'avocat

Un vétérinaire donne une gélule verte à un épagneul malade

Dans un second temps, le vétérinaire peut avoir recours à différents traitements pour soulager les symptômes de l'intoxication.

 

Les plus courants sont :

  • des antivomitifs, si le chien continue à vomir même après que les restes d'avocat ont été éliminés de son tube digestif ;
  • un pansement digestif, pour éviter que les toxines ne soient digérées ;
  • des médicaments visant à soutenir la fonction cardiaque ;
  • un diurétique (pour augmenter la production d’urine) et des anti-inflammatoires, en cas d’œdème pulmonaire.

 

Des séquelles sont toutefois possibles, si le coeur a été durablement atteint par les toxines.

Le mot de la fin

On comprend aisément de ce qui précède qu’il ne faut donner de l’avocat à un chien sous aucun prétexte.

Dernière modification : 05/06/2022.