Les noyaux et pépins de fruits, toxiques pour les chiens

Des noyaux et amandes posés dans un bol en bois

Un certain nombre de fruits sont dangereux non pas en raison de leur chair (qui elle est comestible), mais de leur noyau et/ou de leurs pépins. Ces derniers renferment en effet bien souvent des substances toxiques (notamment du cyanure), qui présentent un risque pour la santé des animaux comme des humains.


Certes, le risque est faible, car la quantité de poison est très réduite. Mieux vaut toutefois se montrer prudent pour éviter les intoxications.

Pourquoi les noyaux et pépins sont-ils dangereux pour les chiens ?

Des noyaux et amandes d'abricots, avec des abricots entiers

Beaucoup de noyaux et pépins contiennent de l’amygdaline, une substance dont l'odeur d'amande amère est facilement reconnaissable. Lorsqu'elle est ingérée, elle se transforme sous l’action d’une enzyme du système digestif en cyanure d’hydrogène, extrêmement toxique pour les chiens, les humains et les autres animaux.

 

Toutefois, l’amygdaline se trouve à l'intérieur des pépins et noyaux. Or, ces derniers sont le plus souvent trop solides et résistants pour être dégradés pendant la digestion : ils ressortent intacts dans les excréments, sans avoir été digérés. Cela explique qu'il n'est pas grave d'avaler par exemple quelques pépins.

 

Pour que les pépins et noyaux deviennent dangereux, il faut qu'ils soient lésés voire cassés (par exemple après avoir été croqués) au point que l'amygdaline qu'ils contiennent soit libérée pendant la digestion, car elle se transforme alors en cyanure. Du reste, chacun d'entre eux contient très peu d'amygdaline : pour que sa santé soit menacée, il faudrait que le chien en croque puis en avale une grande quantité. Or, cela est peu probable, car c'est surtout la chair des fruits qui l'intéresse - et non le reste.

 

Le danger ne peut toutefois être totalement écarté. Il est donc important d'être capable de reconnaître une éventuelle intoxication du chien au cyanure, de savoir comment réagir le cas échéant, et surtout de connaître la liste des fruits concernés afin de minimiser le risque d’un tel empoisonnement.

La dose toxique de cyanure pour un chien

Des noyaux d'abricot ouverts en deux

Comme l’a établi un rapport publié en 2012 par un comité d’experts de la FAO (Food and Agriculture Organization, ou Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture) et de la WHO (World Health Organization, ou Organisation Mondiale de la Santé), un gramme d’amygdaline libère 0,59 mg de cyanure pendant la digestion.

 

La dose toxique de cyanure chez le chien se situe aux alentours de 1 à 2 mg par kilo de masse corporelle. Cela signifie qu'un chien de 20 kilos est en danger à partir de 20 à 40 mg de cyanure, soit 34 à 68 g d'amygdaline. Un chien de 5 kg est quant à lui menacé dès 5 à 10 mg de cyanure, soit 8 à 16 g d'amygdaline.

 

Puisqu'un noyau de fruit contient seulement quelques milligrammes d'amygdaline, une intoxication par ce seul biais est assez improbable : pour s'empoisonner, il faudrait que le chien avale des milliers de noyaux ou pépins en peu de temps. Néanmoins, si cette consommation de pépins et noyaux vient s'ajouter à d'autres sources de cyanure (manioc, fumée de cigarette...), le risque existe alors, en particulier pour un chiot ou un chien de petit gabarit.

Les noyaux et pépins les plus dangereux pour les chiens

Un grand nombre de pépins et de noyaux de fruits contiennent des substances dangereuses pour nos compagnons canins. Il n'est pas possible de tous les évoquer, mais voici la liste des plus problématiques.

Le noyau d'abricot

Une pile d'abricots posés sur une table en bois

Riche en fer et en fibres, la chair de l’abricot est bénéfique pour le transit intestinal du chien - à condition de ne pas trop en ingérer, car une surconsommation de fibres peut créer des troubles digestifs.

 

En revanche, le noyau, la tige et les feuilles contiennent de l’amygdaline, ce qui peut les rendre toxiques - voire mortelles.

 

Cependant, sachant qu’un noyau d’abricot contient en moyenne 14 mg d’amygdaline, le chien doit en absorber un nombre important pour être intoxiqué, ce qui est très improbable. C’est d’autant plus vrai que l’amygdaline se trouve à l’intérieur du noyau (dans l’amande) : pour qu’elle soit ingérée, il faut que ce dernier soit cassé. Ceci implique au passage qu'un sujet à la mâchoire puissante est davantage exposé à ce type d’intoxication.

 

En conclusion, il est possible de donner de l’abricot à son chien, mais il faut séparer la chair du reste et limiter les quantités afin d’éviter les troubles digestifs.

Le noyau de cerise

Un panier d'oseille rempli de cerises

La cerise est un fruit très répandu, notamment parce qu’il est fréquent de trouver des cerisiers dans les jardins. Un chien a donc tôt fait d’en avaler : il lui suffit de manger celles qui sont tombées à terre.

 

Les cerises contiennent de nombreux nutriments bénéfiques pour l'organisme : vitamine A, fer, calcium, potassium, fibres... Toutefois, comme dans le cas de l’abricot, le noyau de cerise est dangereux pour le chien, puisqu'il contient en moyenne 3,9 mg d’amygdaline.

 

Pour qu’un empoisonnement ait effectivement lieu, il faudrait que l'animal parvienne à briser ces noyaux particulièrement durs et qu’il en consomme beaucoup. C'est un scénario très improbable, mais comme pour l’abricot, mieux vaut éviter tout risque inutile, et donc s’abstenir de donner des cerises à son chien - ou alors uniquement la chair.

Le noyau de pêche

Plein de pêches avec le noyau

La pêche est un fruit très apprécié des humains pendant les beaux jours, notamment du fait de son côté juteux et désaltérant. Cela dit, il est peu commun de trouver un pêcher dans un jardin : un chien n'a donc qu’une faible probabilité d’ingurgiter ce fruit, à moins qu'on ne lui en donne.

 

En tout cas, il en tire indéniablement des bénéfices le cas échéant, car elle est riche en fibres ainsi qu’en vitamines A et C. Elle apporte aussi du potassium, du cuivre et du magnésium, qui sont autant de minéraux essentiels au bon fonctionnement de son organisme.

 

Un noyau de pêche contient environ 7 mg d’amygdaline, si bien que ce fruit implique lui aussi un risque d’intoxication du chien au cyanure. Néanmoins, pour que celle-ci ait lieu, encore faut-il qu’il casse le noyau et permette ainsi à la substance dangereuse de s’échapper. Compte tenu de la solidité d'un noyau de pêche, c'est assez peu probable - sauf s'il s'agit d'un chien à la mâchoire puissante...

 

En tout cas, si on décide de donner de la pêche à son chien, il faut non seulement veiller à ce qu’il s’agisse uniquement de la chair, mais aussi modérer les quantités. En effet, en raison des fibres qu’elle contient, un apport excessif serait à l’origine de troubles digestifs - à commencer par des diarrhées.

Les pépins de pomme

Un tas de  pommes rouges avec leurs pépins

Facile à transporter et rafraîchissante, la pomme n’est pas sans intérêt.

 

En effet, elle est riche en fibres ainsi qu'en vitamine A, et apporte des minéraux essentiels comme le phosphore, le calcium, le magnésium ou encore le potassium, qui permet de préserver le système nerveux.

 

De plus, elle contient de la pectine, une forme de fibre soluble qui régule l’absorption des graisses et du sucre lors de la digestion. Cela aide à la résolution des problèmes de transit intestinal : la pomme cuite soulage les diarrhées, tandis que la pomme crue est bénéfique en cas de constipation.

 

Enfin, ce fruit est bénéfique pour l’hygiène bucco-dentaire : comme sa texture est ferme, il aide à éliminer la plaque dentaire, favorise la salivation, et contribue à lutter contre l’activité bactérienne.

 

Toutefois, les pépins de pomme ainsi que les feuilles contiennent de l'amygdaline. Certes, la quantité est très limitée (de l'ordre de 3 mg par pépin), mais mieux vaut tout de même ne pas prendre de risques et les enlever. De toute façon, il n'est pas conseillé de donner des pommes à son chien très souvent, en raison de la grande quantité de sucre qu'elles contiennent (même s'il existe des différences d'une variété à l'autre).

Le noyau de prune

Des prunes violettes entreposées ensemble

Quand on a un prunier dans son jardin, on sait que ce fruit tombe facilement et en grandes quantités sur le sol. Dès lors qu’on possède un chien, on est alors fondé à s’inquiéter des risques potentiels pour ce dernier, s’il lui vient l’idée d’en avaler.

 

Or, force est de constater que la prune n’est pas sans intérêt pour lui. Elle contient en effet des fibres, et facilite donc sa digestion. En outre, elle est riche en vitamine K, qui aide à la bonne coagulation du sang.

 

Cependant, son noyau (aussi appelé « fosse ») contient lui aussi de l’amygdaline en quantité très variable selon les variétés (de 0,4 mg à 17,5 mg). Même si le chien est peu susceptible de casser les noyaux en avalant le fruit, il vaut mieux éviter de le laisser vagabonder seul sous le prunier du jardin.

 

Quant aux pruneaux (prunes séchées), il est vivement déconseillé d’en donner à son animal. En effet, ils contiennent une quantité trop importante de fibres, et causeraient donc de la diarrhée - en plus là aussi des risques liés au noyau.

Les symptômes de l’intoxication d’un chien par un noyau

Un chien empoisonné allongé sur le sol, léthargique

En cas d’intoxication d'un chien au cyanure après avoir croqué dans un noyau et/ou des pépins, différents symptômes apparaissent :

  • il a du mal à respirer et halète ;
  • ses pupilles sont dilatées ;
  • ses gencives sont rouges ;
  • il devient léthargique ;
  • il peut perdre connaissance.

 

Ces symptômes se manifestent à peine un quart d’heure environ après l'ingestion de noyaux ou pépins à l'origine du dépassement du seuil de la dose toxique. En l'absence d'intervention, le risque d’arrêt respiratoire et de décès est réel, et ce dès les minutes qui suivent...

Mon chien a mangé un noyau : que faire ?

Un vétérinaire et son assistante mettent un chien sous intraveineuse

Un chien victime d’une intoxication au cyanure après avoir croqué dans des noyaux et/ou avalé des pépins doit être emmené immédiatement chez un vétérinaire, car le décès est susceptible de survenir en quelques minutes seulement.

 

Celui-ci lui administre alors, par voie intraveineuse :

  • du nitrite de sodium, qui réagit avec l’hémoglobine pour former de la méthémoglobine. Celle-ci retire les ions cyanures des tissus ;
  • du thiosulfate de sodium, qui transforme le cyanure en thiocyanate, nettement moins toxique pour l'organisme que le vrai cyanure.

 

Administrés par voie intraveineuse l’un après l’autre, les deux produits sont efficaces même après un arrêt respiratoire. Les chances de survie sont très bonnes, du moins tant qu’il n’y a pas d’arrêt cardiaque du chien.

Les autres risques avec les noyaux de fruits

Un homme donne des morceaux de pomme à son Golden Retriever

L'empoisonnement d'un chien par des noyaux de fruits est globalement assez improbable. En revanche, s'ils sont avalés entiers, ils peuvent causer une occlusion intestinale, ou pire encore, rester bloqués dans la trachée et provoquer un étouffement potentiellement fatal.

 

Par conséquent, lorsqu'on a un compagnon friand de fruits, mieux vaut prendre l'habitude de systématiquement retirer le noyau et ne lui donner que la chair. C'est vrai pour tous les chiens, et encore plus pour les plus jeunes ainsi que ceux qui sont de petite taille, car leur appareil respiratoire et leur tube digestif sont de taille réduite.

Le mot de la fin

Compte tenu des risques qu'ils présentent, et puisqu'ils n'ont pas de valeur nutritive, mieux vaut retirer les noyaux et pépins lorsqu'on donne un fruit à son chien. Cela évite qu'il s'empoisonne ou s'étouffe avec, ou encore qu'il soit victime d'une occlusion intestinale.

Dernière modification : 06/10/2022.