L'intolérance au lactose chez le chien

Un Carlin observe un morceau de fromage posé devant lui

L'intolérance au lactose est un phénomène bien connu chez les mammifères. Elle est même considérée comme normale, dans la mesure où elle touche une très large majorité d'individus.


C'est vrai notamment chez l'humain : il est vrai qu'être intolérant au lactose est plus l'exception que la règle en Europe et en Amérique du Nord, mais c'est globalement l'inverse dans le reste du monde. Au global, 75% des adultes le seraient.


Chez les autres espèces, et notamment chez le chien, le phénomène est encore plus prononcé : rares sont les sujets adultes capables de bien digérer le lactose.

Qu'est-ce que l'intolérance au lactose ?

Une femme donne de la crème glacée à un chien Bouledogue

L'intolérance au lactose désigne l'ensemble des effets indésirables survenant après l'ingestion d'une quantité non négligeable de lactose, un sucre présent dans le lait et les produits laitiers.

 

Elle ne doit pas être confondue avec l'allergie aux protéines de lait, qui elle est une réaction d'origine immunitaire aux conséquences beaucoup plus graves pour la santé.

 

Cette intolérance constitue la norme chez les mammifères adultes : n'ayant plus besoin de se nourrir de lait une fois sevrés, ils perdent la capacité de digérer le lactose. Contrairement aux autres intolérances, il ne s'agit donc pas d'un véritable « problème », mais plutôt d'une situation normale.

 

La gent canine n'échappe pas à la règle, puisque la quasi-totalité des chiens adultes sont intolérants au lactose. La situation est comparable notamment chez le chat.

 

Elle est en revanche un peu différente chez l'humain : alors que certaines populations sont restées très largement intolérantes au lactose, d'autres le digèrent très bien. C'est le cas tout particulièrement en Europe et en Amérique.

La cause de l'intolérance au lactose

Une femme rousse et son chien regardent un morceau de fromage

L'intolérance au lactose est d'ordre métabolique, et existe aussi bien chez l'humain que chez les autres mammifères.

 

Elle est liée à une diminution drastique de la production de lactase, l'enzyme produite par le tube digestif afin d'aider à digérer le lactose. Cette diminution est naturelle : elle se produit chez tous les mammifères lors du sevrage, et accompagne la transition d'une alimentation lactée vers une alimentation solide. Un sujet adulte ne produit donc plus qu'une quantité résiduelle de lactase : s'il consomme du lactose, il le digère très mal, ce qui entraîne des problèmes digestifs.

 

Si certains humains ne sont pas intolérants au lactose, c'est en raison de mutations génétiques survenues en Europe il y a environ 10.000 ans. Ces dernières auraient constitué un avantage évolutif permettant de mieux survivre lors de mauvaises récoltes en consommant du lait de bétail : vache, chèvre, brebis... Elles se sont peu à peu répandues dans l'ensemble de la population européenne, qui les aurait ensuite propagées dans d'autres régions du monde au fil des siècles. Aujourd'hui, les Européens, Américains, Canadiens et habitants de quelques autres pays ne sont quasiment plus intolérants au lactose.

 

Chez les mammifères autres que l'Homme, ces mutations génétiques sont rarissimes. Cela n'est pas étonnant, puisque dans la nature ils n'ont aucune occasion de consommer du lait une fois adultes. Passé un certain âge, ils sont donc quasiment tous naturellement intolérants au lactose.

Quels aliments contiennent beaucoup de lactose ?

Des produits laitiers posés ensemble sur une table

Les aliments contenant du lactose sont assez peu nombreux. Il s'agit :

  • du lait de mammifère : vache, brebis, chèvre, ânesse, chamelle... ;
  • des produits fabriqués à partir des laits précédents : beurre, crème, fromage, yaourt, lait en poudre, lait concentré, chantilly, glace... ;
  • des rares aliments industriels pour chien dans lesquels le lactose ou certains de ses dérivés (notamment le lactitol) sont utilisés comme additifs.

 

Les teneurs en lactose sont toutefois loin d'être les mêmes d'un aliment à l'autre.

 

C'est surtout le lait qui en contient le plus : même si des différences existent selon les espèces, le lait d'un mammifère renferme environ 5% de lactose (qu'il soit écrémé ou non). Ce chiffre est même nettement plus élevé pour le lait concentré (environ 10%), et atteint 30 à 50% pour le lait en poudre.

 

Pour ce qui est des fromages, tout dépend de la façon dont ils ont été fabriqués. Ainsi, les fromages frais comme le mascarpone contiennent globalement autant de lactose que le lait, alors que les fromages affinés (par exemple l'emmental ou la mozzarella) n'en contiennent quasiment pas.

 

Enfin, les yaourts constituent un cas à part. En effet, bien qu'ils soient à peu près aussi riches en lactose que le lait, ils renferment des bactéries lactiques capables de le décomposer et qui facilitent ainsi sa digestion. Cela explique qu'en dépit de leur teneur en lactose, ils sont globalement bien tolérés par les chiens - ainsi que par les humains intolérants, d'ailleurs.

Les symptômes de l'intolérance au lactose chez le chien

Un chien noir lape du lait dans une petite coupelle en verre

Que ce soit chez le chien ou chez les autres espèces (dont l'Homme), l'intolérance au lactose se manifeste dans les heures suivant l'ingestion, et se traduit essentiellement par des troubles digestifs.

 

Il peut ainsi souffrir de ballonnements, de flatulences, de douleurs abdominales et/ou de diarrhées. Ces symptômes surviennent lorsque la quantité de lactose consommée est trop importante pour être digérée dans sa totalité. La part qui n'a pas pu être décomposée et absorbée par l'organisme arrive alors dans le gros intestin, où elle fermente : c'est cette fermentation qui est à l'origine de ces désagréments. Plus la quantité non digérée est importante, plus les troubles digestifs sont sévères.

 

La quantité de lactose nécessaire pour qu'apparaissent les symptômes d'une intolérance est propre à chaque chien. Chez certains, quelques coups de langue dans un verre de lait suffisent, alors que d'autres peuvent en boire un peu chaque jour sans aucun problème. Tout dépend en fait de la sensibilité de chaque individu.

Les aliments avec du lactose les mieux tolérés par les chiens

Un Jack Russel à côté d'une assiette de fromage

Contrairement à ce que l'on observe pour une allergie, l'intolérance au lactose entraîne rarement des symptômes si la quantité consommée est faible. Il faut dépasser un certain seuil (propre à chaque individu) pour en constater les effets.

 

Concrètement, cela signifie que des produits contenant de faibles quantités de lactose peuvent en général être consommés sans problème par un chien. C'est le cas par exemple des fromages affinés comme le brie, le camembert, l'emmental, le gruyère...

 

Les yaourts sont eux aussi généralement bien tolérés, en raison des bactéries lactiques qu'ils contiennent. Ces dernières ont en effet une action similaire à la lactase, et contribuent donc à la dégradation d'une partie du lactose pendant la digestion.

 

Cela ne signifie pas pour autant qu'il soit judicieux de donner souvent de tels aliments à son chien. En effet, même s'il les digère bien, ils ne sont pas adaptés à son régime alimentaire et risquent de le faire grossir, car ils sont trop riches en lipides par rapport à ses besoins. Cela vaut surtout pour les fromages, bien trop gras pour lui ; les yaourts maigres en revanche sont déjà nettement moins problématiques.

Peut-on soigner l'intolérance au lactose d'un chien ?

Un chien reçoit une gamelle contenant du fromage blanc et un oeuf

Que ce soit chez le chien ou chez n'importe quelle autre espèce (y compris l'Homme), l'intolérance au lactose ne se soigne pas plus que les autres intolérances alimentaires : elle perdure jusqu'à la fin de la vie de l'individu.

 

La seule solution qu'il est possible de mettre en oeuvre est donc d'éviter de lui donner ou de le laisser manger des aliments contenant du lactose, pour éviter qu'il ne souffre de problèmes de santé.

 

Dans le cas d'un individu peu sensible, ce sont surtout les aliments les plus riches en lactose (comme le lait, les crèmes ou les fromages frais) qu'il faut bannir. Les yaourts et les fromages affinés restent quant à eux généralement consommables de manière occasionnelle : il faut simplement faire attention à ce qu'ils ne perturbent pas son régime alimentaire et n'entraînent pas une prise de poids.

 

Dans le cas d'un individu très sensible au lactose, il est préférable de bannir complètement le lait et les produits laitiers, quels qu'ils soient. Mieux vaut également éviter les aliments contenant des additifs à base de lactose ou de ses dérivés - notamment le lactitol. Cela dit, ils sont de toute façon peu utilisés dans les aliments destinés à la gent canine.

Dernière modification : 10/01/2022.