Des chiens victimes de croquettes mortelles

15/09/2013
Partager :  

Dix chiens sont morts, dans le secteur de Hyèvre-Paroisse (Doubs), après avoir ingurgité les croquettes d’origine espagnole, distribuées par la société Animal service, basée à Faramans, dans l’Isère, sous la marque « Dog ideal ».
« On a l’habitude d’acheter les croquettes en gros, par lot de deux ou trois palettes, entre copains. On avait été démarchés sur un brevet de chasse. Elles étaient assez économiques » , explique Gilles Voidey, un habitant du Doubs, qui a perdu deux de ses trois chiens. beagle harrier, griffon vendéen et nivernais, grand gascon saintongoie, c’étaient tous de rudes chiens de chasse.
« Le dernier lot nous avait été livré en juillet. Le premier décès est survenu le 29 de ce même mois. C’était un jeune chien, on a cru à une crise cardiaque. »
Pour les deux suivants « on a fait réaliser une autopsie mais on s’est fait avoir. Le vétérinaire a diagnostiqué une malformation cardiaque. Mais le 15 août, quand trois autres chiens sont morts dont les deux miens, on a bien vu cette fois que les intestins, le foie et les reins étaient atteints… et fait le lien avec les croquettes. L’après-midi même quatre autres chiens mourraient. Ce jour-là, il ne fallait pas me chatouiller avec mes chiens, j’avais perdu une bête exceptionnelle… »
Depuis, l’alerte a été donnée. Dans l’Isère où est basé le distributeur mais aussi dans l’Aude, où un autre revendeur se fournissant chez le même fabricant espagnol, Bacu 3000, installé à Lleida, dans le Nord-Est de la péninsule Ibérique. Cette société alimente cinq grossistes en France, sur des marques à façon, dans l’Isère, l’Aude, les Pyrénées-Orientales, et la Charente (voir encadré).
La mort peut être fulgurante
À ce jour une quarantaine de cas de décès suspects ont été signalés en France contre plus de 150 en Espagne. Il faut y ajouter les dix comtois et peut-être d’autres beaucoup d’autres… « Mon fournisseur qui nous a demandé de porter plainte afin de pouvoir se retourner contre le fabricant parle de 200. » Bizarrement, aucun cas n’a été signalé dans trois départements.
La mort peut être fulgurante : « Un ami a vu son chien tituber puis s’effondrer juste après avoir mangé. Mais en général ça prend de une à deux heures », poursuit Gilles Voidey. Selon la Direction départementale de la protection des populations de l’Isère qui a poussé l’enquête et fait effectuer des analyses des croquettes incriminées, une première piste se dégage. « On a relevé un fort taux de cacao et de théobromine (une molécule apportant l’effet stimulant du chocolat chez l’homme) qui présente une toxicité particulière chez le chien. Toutefois cette piste reste à confirmer et bien d’autres toxiques sont recherchés. Nous aurons des résultats la semaine prochaine. »
le 14/09/2013 à 05:00Fred Jimenez

Réagir à cette actualité

Votre nom / prénom :
Pour ne plus devoir indiquer votre nom à chaque fois : Inscription gratuite
Votre adresse e-mail :
Pour ne plus devoir indiquer votre e-mail à chaque fois : Inscription gratuite
Votre texte :
Sécurité :
Envoyer

Vidéos sur ce sujet

Discussions sur ce sujet